Héraia

concours gymnique pentétérique réservé aux femmes, dans la Grèce antique

En Grèce antique, les Héraia (en grec ancien τὰ Ἡραῖα / tà Hêraîa) ou jeux Héréens, sont un concours gymnique pentétérique réservé aux femmes, organisé à Olympie en l'honneur de la déesse Héra.

Jeune fille en train de courir, Laconie, v. 520-500. Bronze, H. 11 cm. British Museum[1]

HistoireModifier

Les femmes citoyennes n’ont, dans la Grèce antique, pas le droit de participer aux concours olympiques (fondés selon une tradition en 766 AEC). L'éducation des filles est réduite comparée à celle des hommes, sauf à Sparte, où il semble que les filles reçoivent la même formation athlétique que les garçons et une formation. Les femmes sont donc exclues de toutes les enceintes sacrées[2], sous peine de mort, et de tous les concours athlétiques. Néanmoins, il existait une manifestation sportive exclusivement féminine : les jeux Héréens. Mais les courses des Héraia ne semblent avoir accueilli que les jeunes Éléennes[3]. Andrew Stewart précise aussi qu'un comité de seize femmes divisent les jeunes filles qui concourent en trois groupes d'âge. Ces jeunes filles ne sont pas mariées[4]. Elles portent une tunique qui laisse le sein droit nu. Selon une tradition, les Héraia sont créées par Hippodamie, après son mariage avec Pélops, en l’honneur d’Héra. Les compétitions sont probablement un rite de passage prénuptial. La tunique est probablement un vêtement de garçon, l'exomis, qui se portait de la même façon (un rite prénuptial avec travestissement de la future épouse avait lieu à Sparte)[5]. Selon une autre version, les Héraia sont fondées par les seize femmes d’Élide qui, au VIe siècle av. J.-C. ont pacifié le pays.

On ne sait pas précisément quand ces fêtes apparaissent mais il y a des indices pour une fondation ou une réorganisation dans les années 580 AEC. La diffusion de ces fêtes et compétitions s'étend aux jeux pythiques, fondés ou réorganisés en 582, aux jeux isthmiques en 581, aux jeux néméens en 573 et à la grande fête athénienne, les Panathénées, fondée en 566[5].

Les jeux ont lieu tous les quatre ans[6], deux semaines après la fin des jeux Olympiques[6] (vers le mois de septembre). Ils comprennent uniquement des épreuves de course dans le stade olympique, la longueur de la piste étant raccourcie d'un sixième, c'est-à-dire environ 160 mètres. La récompense consiste en une couronne d'olivier[6] sauvage (oléastre) et une part de la vache sacrifiée à Héra[6]. En outre, il est permis de dédier des statues portant le nom du vainqueur.

Pausanias évoque ces Jeux dans sa Description de la Grèce (LIV. V, Chap. 16, 3).

Autres HéraiaModifier

Des Héraia sont également célébrées dans d'autres cités comme Samos, Égine ou encore Minoa.

À Argos, le concours panhellénique Hécatombaia fut renommé Héraia.

Notes et référencesModifier

  1. Jeune fille en train de courir. British Museum : [1].
  2. Pierre Lagrue in Encyclopaedia Universalis [2]
  3. Anne Jacquemin, 2009.
  4. . En ce qui concerne Sparte, qui, pourtant se préoccupait de la formation physique des femmes, Nicolas Richer certifie qu'il n'y avait pas de classe d'âge chez les filles à Sparte : Nicolas Richer, Sparte : Cité des arts, des armes et des lois, 2018 (ISBN 978-2-262-03935-6). Cet auteur évoque furtivement que les filles pratiquaient la lutte en plus de la course. Il évoque, par ailleurs, " des femmes trop puissantes" qui auraient fragilisé le système social, pp. 147-171.
  5. a et b Andrew Stewart, 1997, p. 33.
  6. a b c et d Lagrue.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier