Aydın

ville turque

Aydın est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom située au bord de la mer Égée. Aux époques romaine et byzantine, elle était connue sous le nom de Tralles.

Aydın
Tralles
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région égéenne
Province Aydın
District Région égéenne
Maire
Mandat
Özlem Çerçioğlu (CHP)
2019-2024
Préfet Erol Ayyıldız
2013
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 09
Démographie
Population 174 563 hab.
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 50′ 40″ nord, 27° 50′ 45″ est
Superficie 792 200 ha = 7 922 km2
Localisation
Localisation de Aydın
Districts de la province de Aydın
Géolocalisation sur la carte : Turquie
Voir sur la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Aydın
Géolocalisation sur la carte : Turquie
Voir sur la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Aydın
Liens
Site de la mairie http://www.aydin.bel.tr
Site de la province http://www.aydin.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

HistoireModifier

La ville se situe dans l'antique Lydie. Selon Strabon, elle est fondée par les Thraces sous le nom de Tralles. Elle appartient à l'empire achéménide jusqu'à la conquête d'Alexandre le Grand. À l'époque hellénistique, les rois séleucides la renomment Séleucie du Méandre.

Sous l'empire romain, elle prend le nom de Cæsarea puis durant la période byzantine redevient Tralles. Dans la seconde moitié du Ve siècle, un des architectes de Sainte-Sophie de Byzance, Anthémios de Tralles, y est né.

Ignace d'Antioche a écrit une lettre aux Tralliens à l'époque des Pères apostoliques.

La cité d'Aydın (l'antique Tralles) est contrôlée un temps par le beylik Menteşe et renommée Güzelhisar au XIIIe siècle. Elle est ensuite transférée à leurs voisins septentrionaux les Aydınoğullari qui la renomment d'après le fondateur de leur dynastie.

À l'époque ottomane, elle est rattachée au beylerbeylik d'Anatolie avant de devenir en 1827 le chef-lieu de l'eyalet d'Aydın qui devient en 1867 le vilayet d'Aydın. Elle est desservie en 1856 par un des premiers chemins de fer d'Asie qui la relie au port d'Izmir.

Pendant la guerre d'indépendance turque, environ 6 000 chrétiens et juifs furent sauvés par une religieuse catholique suisse, Marie-Louise Ruedin, en collaboration avec des notables turcs de la ville.

JumelageModifier

PersonnalitésModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :