Saint-Louis-de-Montferrand

commune française du département de la Gironde

Saint-Louis-de-Montferrand
Saint-Louis-de-Montferrand
L'hôtel de ville (mars 2014).
Blason de Saint-Louis-de-Montferrand
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Josiane Zambon
2020-2026
Code postal 33440
Code commune 33434
Démographie
Gentilé Montferrandais
Population
municipale
2 149 hab. (2018 en augmentation de 2,72 % par rapport à 2013)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 12″ nord, 0° 32′ 01″ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 5 m
Superficie 10,8 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Louis-de-Montferrand
(ville isolée)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Presqu'île
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Louis-de-Montferrand
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Louis-de-Montferrand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Louis-de-Montferrand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Louis-de-Montferrand
Liens
Site web saintlouisdemontferrand.fr

Saint-Louis-de-Montferrand est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

 
Saint-Louis-de-Montferrand au sein de la Bordeaux Métropole.

Commune de l'extrême nord de l'Entre-deux-Mers, dans la presqu'île formée par la confluence entre la Dordogne et la Garonne et sur la rive droite de celle-ci, Saint-Louis-de-Montferrand est également située au nord-est de l'aire urbaine de Bordeaux, à 17 km au nord de Bordeaux, chef-lieu du département et d'arrondissement[1].

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes en sont Ambès au nord, Ambarès-et-Lagrave à l'est et Bassens. Sur la rive gauche (ouest) de la Garonne se trouvent Blanquefort au sud-ouest, Parempuyre à l'ouest et Ludon-Médoc au nord-ouest.

Communes limitrophes de Saint-Louis-de-Montferrand[2]
Ludon-Médoc Ambès
               Parempuyre               La Garonne   Ambarès-et-Lagrave
Blanquefort Bassens
 
Limites administratives de la commune

Communications et transportsModifier

La principale voie de communication routière, qui traverse l'est du territoire communal, est la route départementale D113, dite voie rapide Bassens-Ambès qui mène, vers le nord, à Ambès et, vers le sud, à Bassens et Lormont ; la route départementale D10, quasiment parallèle à cette D113, traverse le village en longeant la rive droite de la Garonne ; sur la D113, à environ trois kilomètres au nord-est du village, commence la route départementale D257 qui mène, vers l'est, à Saint-Vincent-de-Paul et au-delà à Cubzac-les-Ponts et à l'autoroute A10 ; le centre-ville d'Ambarès-et-Lagrave, au sud-est, peut être rejointe par la rue montferrandaise Roger-Espagnet et par les avenues ambarésiennes de Jourdane et Jules-Ferry.

L'accès à l'autoroute A10 (Paris-Bordeaux) le plus proche est le no 41, dit d'Ambès - Saint-Vincent-de-Paul, qui se situe à 5 km vers l'est.

L'accès à la rocade de Bordeaux le plus proche est le no 2, dit de Bassens - Carbon-Blanc et se situe à 11 km vers le sud.

Les autoroutes A89 (Bordeaux-Lyon), A62 (Bordeaux-Toulouse) et A63 (Bordeaux-Espagne) peuvent être rejointes par la rocade.

Sur la ligne Coutras-Bordeaux du TER Nouvelle-Aquitaine, la gare SNCF la plus proche est celle de La Gorp, sur la commune d'Ambarès-et-Lagrave, distante de 5 km par la route vers le sud-est.

Transports en communModifier

Le réseau Transports Bordeaux Métropole (TBM) dessert la commune à travers les lignes de bus 90 et 91. En soirée, la commune est desservie par le Flexo 50.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 13,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 920 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Gervais », sur la commune de Saint-Gervais, mise en service en 1995[9] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,7 °C et la hauteur de précipitations de 784,8 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 15 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[13], à 13,8 °C pour 1981-2010[14], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[15].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Louis-de-Montferrand est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Louis-de-Montferrand, une unité urbaine monocommunale[19] de 2 149 habitants en 2018, constituant une ville isolée[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[22],[23].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (27,5 %), eaux continentales[Note 6] (26,2 %), prairies (24,1 %), zones urbanisées (12,1 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), cultures permanentes (3,4 %), forêts (2,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,2 %), zones humides intérieures (0,2 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Dans la région de l'Entre-deux-Mers, existent plusieurs villages contenant le mot « Barès » : Ambarès-et-Lagrave et Sainte-Eulalie (qui fut d'Ambarès jusqu'à la fin du XIXe siècle) : est-ce là l'origine des Barès, seigneurs de Montferrand ? La terre de Montferrand (proche de Bassens) fut vendue en 1591 aux jurats de Bordeaux. Le premier nom des Montferrand était Barès : Amanieu de Barès, écuyer et seigneur de Montferrand, nom mentionné dans un acte passé à Bordeaux au palais de l'Ombrière le ou 1243.

En gascon, le nom de la commune est Sent Loís de Mont Ferrand.

HistoireModifier

Le berceau de la famille de Montferrand était la Guyenne ; seigneurs, hauts-justiciers d'une des baronnies les plus importantes du Bordelais et, en cette qualité, admis aux premiers rangs de la noblesse ; on voit les aînés de cette maison, durant plusieurs générations, porter seuls le nom de Barès, suivi aussitôt du qualificatif de Montferrand. Les cadets ne retiennent que ce dernier nom. Mais depuis Bertrand II de Montferrand, allié en 1365 à Rose d'Albret, c'est-à-dire depuis le XIVe siècle, le nom de Barès disparaît pour faire entièrement place à celui de Montferrand. Les dignitaires qui nous sont connus sont les suivants :

  • Amaubin Ier de Barès, seigneur de Montferrand, sénéchal de Lannes, gouverneur du comté de Bigorre (1242-1271), marié à Gaillarde de Castillon.
  • Bertrand II de Montferrand (1354-1410) chevalier banneret allié à Rose d'Albret, fille d'Amanieu d'Albret, seigneur de Langoiran et de Podensac
  • Bertrand III de Montferrand (1409-1435), gouverneur de Marmande allié à Marguerite d'Astarac, puis à Isabeau de Preissac. Seigneur de Langoiran
  • Bertrand IV de Montferrand (1435-1474), conseiller, chambellan du duc de Guyenne et Seigneur de Langoiran, marié vers 1450 à Jeanne de Luxe.
  • Gaston Ier de Montferrand conseiller et chambellan du roi de France, gouverneur de Bourg, sénéchal de Bazadais (1471-1504), seigneur de Langoiran épousa Jeanne de Maingot de Surgères.
  • Pierre Ier de Montferrand (1513-1547) capitaine d'une compagnie d'hommes d'armes, marié vers 1508 à Marie de Carmain et de Foix.
  • Charles II de Montferrand, gouverneur de Bordeaux, seigneur de Langoiran, mort en 1574, épousa sa cousine Marguerite de Montferrand.
  • Guy de Montferrand dit « Langoiran » (frère cadet de Charles II) mort en . Un des chefs du parti protestant en Bordelais et en Périgord.
  • Pierre II de Montferrand, dit de Lesparre, gouverneur de Blaye, décapité à Poitiers en 1454.
  • François IV de Montferrand dit de Lesparre, premier panetier du duc de Guyenne, marié vers 1470 à Yolande Carion.
  • Enfin, parmi les descendants de sainte Jeanne de Lestonnac, il faut citer son propre fils :
  • François IV de Montferrand, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, et capitaine de chevau-légers, allié en 1600 à Marguerite de Cazalis.
  • Et le petit-fils de sainte Jeanne de Lestonnac :
  • Bernard de Montferrand, enseigne des gendarmes de la Reine, marié en 1647 à Delphine de Pontac[25].
  • Et l’arrière-petite-fille de sainte Jeanne de Lestonnac :
  • Marie Christine de Montferrand, épouse du sénéchal du Cubzacais, Jean-Nicolas Escudero de Guiral.

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune a adopté le nom révolutionnaire de Montferrand[26] en omettant la partie à connotation catholique de son nom.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Saint-Louis-de-Montferrand appartient à l'arrondissement de Bordeaux et au canton de la Presqu'île depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015[27],[28]. Avant cette date, elle faisait partie du canton de Lormont.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription de la Gironde, représentée depuis 2017 par Alain David (PS).

IntercommunalitéModifier

Saint-Louis-de-Montferrand appartient à Bordeaux Métropole (anciennement Communauté urbaine de Bordeaux). Avec Ambès, elle est la seule commune qui fait partie de la métropole mais pas de l'agglomération de Bordeaux.

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[29].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 Marcel Boudy    
mars 1977 Laurent Cousty PS Garagiste retraité
Réélu en 1983
mars 1989[30]
(démission)
Didier Teillac    
[31] Michel Blaise PS  
juin 1995 Gérard Boudy[32] RPR Ingénieur retraité
mars 2001[33] [34] Pierre Soubabère PS Retraité de la SNCF
Réélu en 2008
mars 2014[35]
(réélue en 2020)
En cours Josiane Zambon PS Responsable de gestion
Conseillère métropolitaine déléguée
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultatsModifier

DémographieModifier

Les habitants de Saint-Louis-de-Montferrand sont appelés les Montferrandais[36].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[38].

En 2018, la commune comptait 2 149 habitants[Note 7], en augmentation de 2,72 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
981625606693721730686735727
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
694709774804746746822848871
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
832705668673696726731611721
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9931 1651 0781 3401 8081 8642 0082 0302 052
2013 2018 - - - - - - -
2 0922 149-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Louis-de-Montferrand se blasonnent ainsi :

Tiercé en barre, au premier de gueules à la colombe contournée essorante d'argent tenant dans son bec un rameau d'olivier de sinople, au deuxième d'azur à l'alose d'argent, au troisième d'or à la grappe de raisin de gueules tigée et vrillée de sinople

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • A. Communay, Notice sur la maison de Montferrand, dans Archives historiques du département de la Gironde , 1888, p. VIII-XV, 344-519 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Distances les plus courtes par la route - La distance orthodromique est de 12,5 km. Données fournies par lion1906.com.
  2. Saint-Louis-de-Montferrand sur Géoportail, consulté le 19 avril 2015.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Saint-Gervais - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Saint-Louis-de-Montferrand et Saint-Gervais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Saint-Gervais - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Saint-Louis-de-Montferrand et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Saint-Louis-de-Montferrand », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. Histoire O.D.N. (Compagnie des Filles de Marie Notre-Dame - Sainte Jeanne de Lestonnac).
  26. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Décret no 2014-192 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde sur le site de Légifrance.
  28. Carte des cantons et communes de la Gironde avant et après le redécoupage de 2014 sur le site du conseil départemental de la Gironde.
  29. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  30. « Saint-Louis-de-Montferrand : L'élection du maire et des adjoints », Sud Ouest,‎ , p. 14
    « M. Didier Teillac a été élu nouveau maire de la commune. ».
  31. « Michel Blaise élu maire », Sud Ouest,‎ , p. 16
    « Il succède à M. Didier Teillac, démissionnaire de sa fonction ».
  32. « L'ancien maire nous a quittés : Gérard Boudy n'est plus », Sud Ouest,‎ , p. 34.
  33. Gilbert Dodogaray, « Saint-Louis-de-Montferrand : Pierre Soubabère élu maire », Sud Ouest,‎ , p. 16.
  34. Dominique Andrieux, « Il ne se représentera pas », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  35. Denis Garreau, « Josiane Zambon s’installe », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  36. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  40. « Notice MH du domaine de Margarance », notice no PA00083764, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2014.
  41. « Notice MH de l'immeuble du Bousquet », notice no PA00083763, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2014.
  42. « Notice MH du domaine de la Seiglière », notice no PA00083762, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2014.
  43. « Notice MH du château Peyronnet », notice no PA33000089, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2014.