Ouvrir le menu principal

Sébastien Nadot

historien, écrivain et homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nadot.

Sébastien Nadot
Illustration.
Sébastien Nadot en 2018.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(2 ans, 3 mois et 1 jour)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 10e de la Haute-Garonne
Législature XVe
Groupe politique LREM (2017-2018)
NI (depuis 2018)
Prédécesseur Kader Arif
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Fleurance (France)
Nationalité Français
Parti politique MDP
LREM (2017-2018)
Diplômé de École des hautes études en sciences sociales
Profession Historien, médiéviste
Professeur des universités et professeur agrégé d'EPS
Site web sebastiennadot.fr

Sébastien Nadot, né le à Fleurance (Gers), est un historien, écrivain et homme politique français, membre du Mouvement des progressistes.

Professeur agrégé d'éducation physique et sportive, également docteur en histoire, il a été membre associé du Conseil économique, social et environnemental (CESE), section emploi et travail, de décembre 2015 au 18 juin 2017, date à laquelle il est élu député de la dixième circonscription de la Haute-Garonne. Président du groupe d’amitié France-Québec à l'Assemblée nationale, il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

En , il est exclu du groupe La République en marche pour avoir voté contre le projet de budget 2019 défendu par le gouvernement. Il quitte alors le parti La République en marche. À l'Assemblée nationale, il se mobilise pour que le droit humanitaire international soit respecté au Yemen, s’opposant notamment à la vente d'armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, qui pourraient être utilisées contre les populations civiles yéménites.

BiographieModifier

Sébastien Nadot a enseigné dans différents établissements d'enseignement secondaire et universitaire et en Centre de formation d'apprentis (Mantes-la-Jolie, Orléans, Bourges, Nice, Toulouse, plusieurs établissements de Haute-Garonne).

Titulaire d'un doctorat en histoire et civilisations de l'EHESS Paris (2009)[1],[2], il a également enseigné l'histoire à l'université d'Orléans (1998-2003) et à l'université de Nice (2005-2008). En 2015/2016, il suit une préparation à l'École nationale d'administration en formation continue à l'Institut d'études politiques de Toulouse[3].

Engagement politiqueModifier

Candidature à l'élection présidentielle de 2017Modifier

Candidat à l'élection présidentielle de 2017 porté par le Mouvement des progressistes. Il dit vouloir effacer la frontière entre l'élite politique et les citoyens[4]. Sa candidature devait initialement s'insérer dans la primaire citoyenne de 2017 mais le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis la recale[5]. Pour barrer la route à François Fillon et Marine Le Pen, il appelle au rassemblement des « forces progressistes » pour l'élection présidentielle adressé à Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Charlotte Marchandise et Yannick Jadot[6]. Il est le premier homme politique français à avoir utilisé une affiche de campagne à réalité augmentée[7].

En , il publie un conte politique intitulé Reinette 2.0. Dans ce roman, il aborde le rapport entre démocratie, Internet et réseaux sociaux[8].

En , face à la difficulté de recueillir les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle, il annonce son retrait, pour soutenir à titre personnel Emmanuel Macron[9] et intègre le conseil politique d'En marche ![10].

Député de la XVe législatureModifier

Il est investi par En marche ! pour être candidat aux élections législatives sur la dixième circonscription de la Haute-Garonne. Il est élu avec 60,48 % des voix au second tour[11] et siège au groupe La République en marche (LREM). Il est membre de la commission des affaires étrangères à l'Assemblée nationale. Il est président du groupe d'amitié parlementaire France-Québec[12].

Siégeant à la commission des Affaires étrangères, après avoir interpellé officiellement le gouvernement dans une question écrite, il se positionne contre la vente d'armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, qui les utilisent pour bombarder quotidiennement les populations civiles du Yémen, dans une interview donnée à l'émission Quotidien du présentée par Yann Barthès. Au micro de Baptiste Des Montiers, comme le réclame déjà une résolution du Parlement européen, il demande clairement de suspendre les ventes d’armes aux pays du Golfe qui en usent sur les populations civiles. Le , il dépose une demande d'ouverture de commission d'enquête à l'Assemblée nationale sur le « Respect des engagements internationaux de la France au regard des autorisations d'exportations d'armes au Yémen »[13]. En juin de la même année, il fustige les atermoiements de la France et de l'Union européenne face au sort de l'Aquarius, ce navire rempli de migrants qui est resté bloqué plusieurs jours en Méditerranée, avant d'être accueilli à Valence, en Espagne[14].

Le , à la veille des célébrations du centenaire de l'armistice de 1918 et du premier Forum pour la Paix organisé à Paris, il lance l'Appel de Paris pour la paix au Yémen[15] entouré de députés français, britanniques, allemands, italiens et néerlandais[16]. Il est co-rapporteur de la mission d'information « Refondation démocratique de l'Union européenne »[17].

Tenté de rejoindre le nouveau groupe Libertés et territoires, il y renonce, jugeant qu'il penche trop à droite[18]. Le 20 décembre 2018, il est exclu du groupe LREM à l'Assemblée nationale pour ne pas avoir voulu voter en faveur du projet de budget 2019[19],[20]. Le même jour, il annonce à La Dépêche du Midi qu'il savait à l'avance qu'il serait exclu du groupe parlementaire et qu'il quitte La République en marche. Il critique « une coquille vide idéologique » et « un exécutif tout puissant » qui domine les parlementaires[21].

Le , considérant que son travail de contrôle parlementaire est entravé, il dépose une plainte auprès de la Commission européenne afin que la Cour de justice de l'Union européenne dise le droit sur la légalité des ventes d'armes à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis en regard de la position commune 2008/944/PESC du Conseil du définissant des règles communes régissant le contrôle des exportations de technologie et d’équipements militaires[22]. Lors de la séance des questions au gouvernement du , il déploie une banderole dans l'hémicycle sur laquelle est inscrit : « La France tue au Yémen », ce qui lui vaut un rappel à l'ordre et inscription au procès verbal par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand[23].

Pour les élections européennes de , avec le Mouvement des progressistes dont il est porte-parole, il soutient la liste « Urgence écologie » menée par le philosophe Dominique Bourg et affirme : « écologie et justice sociale sont liées, autrement dit si la catastrophe climatique n'est pas évitée ni amortie, ce sont les plus fragiles socialement qui seront les premiers touchés[24]. » Il figure sur la liste, en position inéligible à la 77ème position, suivi de Delphine Batho et Antoine Waechter[25].

Depuis janvier 2019, il milite pour la libération de l’ancien directeur de la radio télévision publique du Cameroun (Crtv) Amadou Vamoulké, emprisonné depuis 2016, sans jugement[26].

Travaux universitairesModifier

Ses travaux universitaires s'intéressent à l'histoire du corps, des pratiques physiques et de l'éducation. Sa thèse et ses travaux récents permettent d'aborder le sport dans son continuum anthropologique, depuis la Grèce antique et ses Jeux olympiques, jusqu'à aujourd'hui. Les contours du sport actuel et leur complexité seraient largement liés à la relation forte des pratiques corporelles avec les médias[27]. En rupture avec les travaux de Norbert Elias qui lient la naissance du sport à un abaissement du degré de violence dans les pratiques et à l'avènement d'une éthique propre, sa théorie n'est pas contraire à certaines idées de Pierre de Coubertin qui écrivait au sujet du chevalier médiéval que « la passion sportive s’empare de lui, le soulève et, à travers lui et par lui, va se répandre sur toute l’Europe occidentale d’Allemagne, en Espagne, d’Italie en Angleterre, la France servant de carrefour central au mouvement »[28]. Inspiré par les idées de Georges Duby et de Eric Hobsbawm, ses travaux portent également sur la relation entre les hommes et leurs territoires et sur la notion de réseaux humains à travers l'exemple des ordres de chevalerie ou bien celui des hérauts d'armes : la construction d'un code de conduite sportif est bien antérieur au XVIIIe siècle.

Dans sa thèse intitulée Joutes, emprises et pas d'armes en Castille, Bourgogne et France (1428-1470)[29], Sébastien Nadot montre que le sport existait déjà au XVe siècle et que donc, par conséquent, le sport n'est pas né au XIXe siècle en Angleterre au sein de la bourgeoisie.

Cette vision historique ouvre une brèche dans un édifice construit sur la base des travaux de Norbert Elias[30]. Outre cet apport en rupture avec la doxa répandue (voir à ce sujet les travaux de synthèse de Georges Vigarello), il a également montré que l'organisation de la chevalerie autour de joutes européennes fonctionne comme un système en réseau très élaboré. Sébastien Nadot évoque une « Internationale chevaleresque »[31], partageant les mêmes codes, notamment à l'approche des tournois et des joutes. Ces rencontres sportives dépassent les frontières et s'accompagnent d'un socle culturel commun, au sein duquel figurent courtoisie, fair play, honneur et loyauté. Une partie de la thèse s'emploie à démontrer que les rencontres sportives médiévales sont des supports de communication de premier ordre, préfiguration des Jeux olympiques modernes. Enjeux politiques, diplomatiques et financiers se dessinent derrière le plus grand spectacle médiéval. Spécialiste des joutes, Sébastien Nadot s'intéresse plus largement au phénomène sportif, à la notion de conflit (physique ou verbal) et également au « revival » du Moyen Âge au XXIe siècle[32]. Ses travaux sur les ordres chevaleresques, voyages de chevaliers et hérauts d'armes ont aussi abouti à une réflexion sur les réseaux sociaux médiévaux.

Par ailleurs, si le sport n'est pas né avec la révolution industrielle anglaise au sein de la bourgeoisie, cela remet en cause son essence « capitaliste » et interroge sur sa nature en tant que terrain de luttes idéologiques.

Partant des résultats de son enquête sur les combats chevaleresques médiévaux, Sébastien Nadot propose une nouvelle théorie de l'évolution du sport. À chaque époque, la classe dominante essaierait par le sport d'imposer aux autres ses valeurs et par delà, sa supériorité. Le sport serait donc aujourd'hui l'expression du libéralisme néo-conservateur. L'idée de sa naissance au début du XIXe siècle serait l'expression de la nouvelle domination de la bourgeoisie. La croyance dans la naissance du sport ex-nihilo en Angleterre à cette période serait une confusion avec un processus de démocratisation accentué, notamment dans son ouverture progressive aux femmes.

Ces travaux sont à resituer dans un débat plus large : les auteurs consacrés de l’histoire du sport (Norbert Elias, Allen Guttmann) considèrent que le sport moderne n’émerge qu’au tournant du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, les spécialistes des périodes médiévales et modernes revendiquant le droit à utiliser ce concept, même si effectivement plusieurs des critères du sport moderne ne se retrouvent pas avant le XIXe siècle.

PublicationsModifier

OuvragesModifier

PostfaceModifier

  • Robert Hue, Laissez la place ! Pour une révolution progressiste, Paris, 2016

ArticlesModifier

  • « Les Jeux olympiques, cette chevalerie moderne », in Les J.O : fierté nationale et enjeu mondial, (C. Boli, dir.), Publ. du Musée national du sport, Éd. Atlantica, coll. « sport et mémoire », Biarritz, 2008 (en ligne)
  • « Des voyageurs de l'ombre : le rôle des hérauts d'armes dans les combats chevaleresques du XVe siècle », in Les Voyageurs au Moyen Âge (H. Bresc et D. Menjot, dir.), éd. du 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005), C.T.H.S., 2008, p. 50-60 (en ligne)
  • « Les joutes : racines oubliées des jeux sportifs contemporains », in Revue Eidôlon (A. Besson, S. Abiker, F. Plet-Nicolas, dir.), Presses universitaires de Bordeaux, 2009 (en ligne)
  • « Tournois et joutes chez les écrivains du Moyen Âge », in Essays in french literature and culture, no 46, University of Western Australia, novembre 2009 (en ligne)

ChroniquesModifier

Recensions d'ouvragesModifier

Émissions de radioModifier

TélévisionModifier

ConférencesModifier

  • Blois, Rendez-Vous de l'Histoire, 2008, « Les européens » : Les joutes, prémices du sport moderne européen ;
  • Nice, Université de Nice Sophia Antipolis, 12 novembre 2008, « Colloque international Harry Potter » : Harry Potter champion de quidditch : la crise du sport dans le miroir scolaire (en ligne) ;
  • Poitiers, médiathèque François Mitterrand, 6 juin 2014, « Conférences du Moyen Âge » : Tournois et joutes : le sport médiéval en spectacle (en ligne).
  • Labège, Diagora, 21 octobre 2017, Scientilivre "La machine à remonter le temps..." : 1024, les premières joutes - 2024, les JO à Paris : tout change mais rien ne change !
  • Toulouse, Université Toulouse Capitole, 27 septembre 2018, European Horizons - Yale, « Europe et migrations »
  • Paris, Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), 4 décembre à 2018, Où va l’Arabie Saoudite ?

Image en réalité augmentéeModifier

  • « TOC-TOC », Campagne présidentielle 2017, France, décembre 2016.

Notes et référencesModifier

  1. Jury de thèse composé d'Adeline Rucquoi, Denis Menjot, Philippe Contamine, Jacques Paviot, Françoise Michaud-Fréjaville et Michel Wieviorka.
  2. Voir sur sudoc.fr.
  3. Association des diplômés de Sciences Po Toulouse, « Une vingtaine de diplômés candidats aux législatives », sur ad-sciencespotoulouse.fr, .
  4. « Je suis citoyen, prof, et je m'engage », sur Politic Region Plateforme (consulté le 9 juillet 2016).
  5. « La primaire de la gauche « ce n’est pas « open bar » », prévient Jean-Christophe Cambadélis », sur Le Monde, (consulté le 9 décembre 2016).
  6. « Mon appel en faveur d'une entente humaniste et progressiste d'avenir pour la présidentielle », sur Le HuffPost, (consulté le 13 janvier 2017).
  7. Thierry Boussarie, « Inédit : une affiche parle aux piétons à Montpellier », sur Métropolitain, (consulté le 6 décembre 2016).
  8. « Sébastien Nadot ou la révolution par la plume », sur Politic Region Plateforme (consulté le 17 février 2017).
  9. Voir sur lexpress.fr.
  10. « Sébastien Nadot (mdP) renonce à sa candidature et intègre le comité de campagne d'Emmanuel Macron », sur Le Lab, (consulté le 27 avril 2017).
  11. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  12. « Groupe d'amitié France-Québec - 15e législature », sur Assemblée nationale (consulté le 3 octobre 2017).
  13. « Assemblée nationale - Affaires étrangères : respect des engagements internationaux de la France au regard des autorisations d'exportations d'armes au Yémen », sur Assemblée nationale (consulté le 8 avril 2018).
  14. « L'Aquarius finalement accueilli en Espagne : « La France vaut mieux que ça, l'Europe vaut mieux que ça » », sur Europe 1 (consulté le 16 juin 2018).
  15. « Yémen, l'apocalypse », sur France Culture (consulté le 12 novembre 2018).
  16. « Dépêche AFP ».
  17. « No 1439 - Rapport d'information de MM. Sébastien Nadot et Didier Quentin déposé en application de l'article 145 du réglement, par la commission des affaires étrangères, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur la refondation démocratique de l'Union européenne », sur Assemblée nationale (consulté le 17 décembre 2018).
  18. « Trois députés En marche ! arrière vers Libertés et territoires », sur La Lettre A.fr, (consulté le 25 novembre 2018).
  19. « Le député Sébastien Nadot exclu du groupe LREM après son vote contre le budget », sur Libération (consulté le 20 décembre 2018).
  20. Vincent Michelon, « Qui est Sébastien Nadot, le député exclu du groupe LaREM pour avoir voté contre le budget 2019 ? », sur LCI, (consulté le 20 décembre 2018)
  21. Sébastien Marti, « Exclu par En Marche pour avoir voté contre le budget, le député LREM de Haute-Garonne Sébastien Nadot réagit », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 21 décembre 2018).
  22. « Le député Sébastien Nadot provoque un incident à l'Assemblée nationale en brandissant une pancarte », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 19 février 2019).
  23. P. R., « Assemblée : un député sort une banderole : « La France tue au Yémen » », sur Le Parisien, (consulté en 2019).
  24. France 3 Midi-Pyrénées, « Européennes : Sébastien Nadot rejoint la liste « Urgence Écologie » de Batho et Waechter », sur Le blog politique, (consulté le 10 avril 2019).
  25. Marylou Magal, « Européennes : l'ancienne ministre Delphine Batho candidate sur une liste écologiste », sur Le Figaro, (consulté le 2 mai 2019).
  26. « Cameroun : mobilisation en France en soutien à Amadou Vamoulké », sur RFI Afrique (consulté le 18 août 2019).
  27. ehess.academia.edu
  28. Pierre de Coubertin, Pédagogie sportive, rééd. Librairie J. Vrin, Paris, 1972, p. 31.
  29. acrh.revues.org
  30. Norbert Elias, E. Dunning, Sport et civilisation. la violence maîtrisée, Paris, Fayard, rééd. 1994.
  31. En référence à un article de la médiéviste Adeline Rucquoi intitulé : « Français et castillans : une « internationale chevaleresque » », in La France anglaise au Moyen Âge. Colloque des historiens médiévistes français et britanniques [111e congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1986], Paris, CTHS, 1988.
  32. Sébastien Nadot, « Les joutes : racines oubliées des jeux sportifs contemporains », in Revue Eidôlon, Presses universitaires de Bordeaux, 2009.
  33. Lire la note de lecture de Loïc Cazaux dans la revue Médiévales.
  34. Voir sur 2000ans.com.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :