Roissy-en-Brie

commune française du département de Seine-et-Marne

Roissy-en-Brie
Roissy-en-Brie
Le château de Roissy, siège de la mairie.
Blason de Roissy-en-Brie
Blason
Roissy-en-Brie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité CA Paris - Vallée de la Marne
Maire
Mandat
François Bouchart (Sans étiquette)
2020-2026
Code postal 77680
Code commune 77390
Démographie
Gentilé Roisséens
Population
municipale
22 836 hab. (2018 en augmentation de 1,23 % par rapport à 2013)
Densité 1 673 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 26″ nord, 2° 39′ 07″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 115 m
Superficie 13,65 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Pontault-Combault
Législatives 8e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Roissy-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Roissy-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roissy-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roissy-en-Brie
Liens
Site web roissyenbrie77.fr

Roissy-en-Brie est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

En 2017, elleest la neuvième commune la plus peuplée de Seine-et-Marne après Champs-sur-Marne et avant Torcy.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Située à 25 km au sud-est de Paris, Roissy-en-Brie se trouve à proximité de la route nationale 104 et de l'autoroute A4.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

Réseau hydrographiqueModifier

 
Carte des réseaux hydrographique et routier de Roissy-en-Brie.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau :

  • le Morbras, long de 17,3 km[1], affluent de la Marne ;
    • le ru de la Longuiolle, long de 2,1 km[2], affluent du Morbras, qui confluent dans l'étang du Coq ;
    • le canal 01 de la Commune de Pontcarré, long de 2,2 km[3], conflue avec le Morbras ;
      • le canal 02 de la Commune de Pontcarré, long de 2,6 km[4], conflue avec le canal 01 de la Commune de Pontcarré.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 8,95 km[5].

Gestion des cours d'eauModifier

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[6]. La commune fait partie de deux SAGE : « Yerres » et « Marne Confluence ».

Le SAGE « Yerres » a été approuvé le . Il correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[7]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[8].

Le SAGE « Marne Confluence » a été approuvé le . Il couvre la partie aval du bassin versant de la Marne à cheval sur les départements de Seine-et-Marne, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Au total, ce sont 52 communes qui sont concernées, pour une superficie de 270 km2[9]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat Marne Vive, qualifié de « structure porteuse », un syndicat mixte créé en 1993[10].

ClimatModifier

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,2 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,1 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,2 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 706 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,9 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 3,2 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[12]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[13]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 20 km à vol d'oiseau[14], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[15] à 11,6 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Roissy-en-Brie comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2],[17],[Carte 1], la « Mare aux Fougères » (0,91 ha), couvrant 2 communes du département[18]. , et deux ZNIEFF de type 2[Note 3],[17] :

  • les « Bois Notre-Dame, Grosbois et de la Grange » (3 410,1 ha), couvrant 15 communes dont 4 en Seine-et-Marne, 2 dans l'Essonne et 9 dans le Val-de-Marne[19] ;
  • les « forêts d'Armainvilliers et de Ferrières » (5 682,94 ha), couvrant 12 communes du département[20].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Roissy-en-Brie est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[21],[22],[23]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[24] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[27],[28].

Lieux-dits et écartsModifier

La commune compte 52 lieux-dits administratifs répertoriés[29] dont Le Grand Étang, la Pinsonnière, les Jondelles.

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (45,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (45,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,4% ), zones urbanisées (31,4% ), terres arables (16,6% ), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,2% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1% ), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,3 %)[30].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[31],[32],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

PlanificationModifier

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[33]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

LogementModifier

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 8 363 dont 56,4 % de maisons et 42,4 % d'appartements.

Parmi ces logements, 96,9 % étaient des résidences principales, 0,5 % des résidences secondaires et 2,7 % des logements vacants[Note 6].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait t à 63,7 % contre 34,9 % de locataires[34] dont, 21,6 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 7] et, 1,4 % logés gratuitement.

Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par la gare de Roissy-en-Brie sur le   , dont les trains se dirigent vers Tournan ou Haussmann - Saint-Lazare.

Le réseau de transport intercommunal Sit’bus fonctionne depuis le (  Sit'bus 500 501A 501B 502 A C D E).

ToponymieModifier

 
Vue aérienne de Roissy-en-Brie, entourée des forêts domaniales de Notre-Dame et d'Amainvilliers et traversée par les voies ferrées venant de Paris-Est.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Rosiacum vers 1050[35] ; Rosseius en 1079[36] et fin du XIe siècle[37] ; Rusiacum en 1122[38] ; Villa Roussiacum en 1157[39] ; Russiacum en 1207[40] ; Rossiacum en 1209[41] ; Roissiacum en 1227[41] ; Royssiacum in Bria en 1265[40] ; Roissi[41] et Rossi en 1275[42] ; Roissiacum prope Ferrerias en 1276[43] ; Roissy en 1277[40] ; Roissiacum in Bria en 1281[44] ; Roissi en Brie en 131[45] ; Roisy en 1597[46] ; Roissy les Friches en l'an II, au cours de la Révolution française[47] ; Roissy-en-Brie au XIXe siècle[47].

HistoireModifier

En 1115, la légende veut que le sénéchal Anseau de Garlande et sa nièce Yolande traversent à cheval la forêt de Roissy-en-Brie quand un sanglier attaque la monture de sa nièce. C’est alors qu’un manant de Torcy et un paysan de Roissy-en-Brie se précipitent pour aider le seigneur et la demoiselle[48]. Pour récompenser cet acte de bravoure, Anseau de Garlande a donc offert une parcelle de forêt, environ 150 hectares, aux villages de Torcy et de Roissy-en-Brie, la forêt étant à l'époque une richesse[49] car elle est une réserve de gibiers et de bois pour la construction et le chauffage.

Il y a eu à Roissy un prieuré qui était en ruine au XIXe siècle[50]. À cette période, du gypse est extrait et des instruments aratoires y sont fabriqués.

Le château de Roissy, qui accueille actuellement l’hôtel de ville, date du XVIIe siècle. Sa beauté a attiré de nombreux personnages illustres comme la grande cantatrice Maria Malibran, le Dr Photinos Panas, éminent ophtalmologiste du siècle dernier ou encore Charles Pathé, le plus grand industriel du cinéma, qui reçoit au château les plus grandes vedettes du septième art[51].

Roissy absorbe la commune de Pontcarré en 1810 et s'en sépare en 1829, lui rendant ainsi son statut de commune[47].

Depuis 1970, la ville grandit rapidement, passant de 500 à près de 23 000 habitants en 2017. Les immenses champs de blé ont fait place à des ensembles pavillonnaires et immobiliers, bien que les bois représentent encore 50 % du territoire communal[51].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1994 dans l'arrondissement de Torcy du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la huitième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie de 1801 à 1975 du canton de Tournan-en-Brie, année où elle devient le chef-lieu du canton de Roissy-en-Brie. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton est supprimé et la ville intègre le canton de Pontault-Combault.

IntercommunalitéModifier

Roissy-en-Brie et Pontault-Combault. se sont regroupés le pour former la communauté d'agglomération de la Brie Francilienne.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du , qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante en Île-de-France, capables de dialoguer avec la métropole du Grand Paris, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne, dont la commune est désormais membre.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1898 1912 Alfred Quatrehomme    
1912 1932 Georges de Wattripont    
1932 1933 Henri Martin    
1933 1945 Henri Gerbaux   Fermier
1945 1947 Paul Wantz    
octobre 1947 mai 1953 Lucien de Wattripont   Fermier
mai 1953 mars 1977 Henri-Auguste Sassinot   Fermier
mars 1977 juin 1995 Louis Reboul PS  
juin 1995 mars 2001 Lionel Courant RPR puis RPF Attaché commercial
mars 2001 mars 2008 Christiane Beraud PS Inspectrice des Impôts
mars 2008[52] avril 2014 Sylvie Fuchs PCF Agent technique
avril 2014[53] janvier 2015[54] Mathilde Priest Godet UMP Retraitée
janvier 2015[55] En cours
(au 23/09/2020)
François Bouchart Sans étiquette Cadre dirigeant du privé
Réélu à près de 60% au premier tour pour le mandat 2020-2026[56]

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Roissy-en-Brie est jumelée avec   Barmstedt (Allemagne) et   Colwyn Bay (Pays de Galles).

Équipements et servicesModifier

Eau et assainissementModifier

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [57],[58].

Assainissement des eaux uséesModifier

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Roissy-en-Brie est assurée par le syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) pour le transport et la dépollution[59],[60],[61].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[62]. La communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne (CAPVM) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[59],[63].

Eau potableModifier

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SMAEP de l'Ouest Briard qui en a délégué la gestion à l'entreprise Veolia, dont le contrat expire le [59],[64],[65].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[66],[Note 8]

En 2018, la commune comptait 22 836 habitants[Note 9], en augmentation de 1,23 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
324397386761416402415471461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
452458444409409397434475515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
476471429424479727704778917
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 9002 56110 88115 27418 68819 69321 23022 43623 104
2018 - - - - - - - -
22 836--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[67].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

La commune dispose de 7 écoles primaires.

Les collèges Anceau de Garlande et Eugène Delacroix ainsi que le Lycée Charles le Chauve se trouvent à Roissy-en-Brie.

SantéModifier

Complexes sportifsModifier

  • Centre aquatique inter-communal Le Nautil
  • Gymnase sportif George Chanu
  • Gymnase sportif Eugène Delacroix
  • Gymnase sportif Nelson Mandela
  • Stade Paul Bessuard
  • Complexe tennistique
  • De nombreux terrains multisports
  • Skate park

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • la brocante, deux fois par an en avril et en septembre ;
  • le run and bike du Nautil, chaque année en février, épreuves avenir et découverte autour du lac du Coq
  • Carnaval de la ville en mars
  • salon du Bien-être en mars
  • Chasse aux œufs en avril
  • le triathlon du Nautil, tous les ans en mai, épreuves avenir R1 et découverte, partie natation dans la piscine du Nautil, vélo et course à pied autour du lac
  • Roissy en vacances, activités d'été pour tout public
  • Forum de rentrée des associations et des services municipaux début septembre
  • le 10 km forestier (course pédestre de 10 km), événement majeur des courses sur route de Seine-et-Marne
  • Marché de Noël

CultesModifier

La commune de Roissy dispose d'une église, d'une synagogue, d'une mosquée.

ÉconomieModifier

Le poste de transformation électrique EDF-RTE de Morbras est situé sur la commune (400 kV/225 kV)[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'église Saint-Germain - Cloche de l'église sonnant midi :

Lieux et monumentsModifier

  • château de Roissy, XVIIe et XIXe siècles, actuelle Hôtel de Ville ;
  • pôle culturel de la ferme d'Ayau (cinéma municipal La Grange, Grande Halle, médiathèque Aimé Césaire, Conservatoire de musique, de danse et de beaux-arts) ;
  • parc animalier Hi-han (ferme pédagogique) ;
  • église Saint-Germain XVe et XIXe siècles.

Personnalités liées à la communeModifier

Roissy-en-Brie dans la CultureModifier

La ville de Roissy-en-Brie est citée dans Histoire d’O, roman de Pauline Réage paru en 1954.

Le film L'élève Ducobu a été tourné dans un quartier de Roissy-en-Brie.

Le Youtubeur Squeezie mentionne la ville dans sa version revisitée de la pièce Roméo et Juliette.

HéraldiqueModifier

Les armes de Roissy-en-Brie peuvent se blasonner ainsi :
D'or à deux fasces de gueules.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  7. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Roissy-en-Brie » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Roissy-en-Brie - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021).

RéférencesModifier

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Morbras (F6645000) ».
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Longuiolle (F6645200) ».
  3. Sandre, « canal 01 de la Commune de Pontcarré ».
  4. Sandre, « canal 02 de la Commune de Pontcarré ».
  5. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 2 février 2019
  6. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  7. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  8. site officiel du Syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  9. « SAGE Marne Confluence - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  10. « le syndicat Marne Vive - membres », sur /www.marne-vive.com, (consulté le 17 janvier 2021).
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2021).
  12. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  14. « Orthodromie entre Roissy-en-Brie et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 18 janvier 2021).
  15. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021).
  16. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021).
  17. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Roissy-en-Brie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  18. « ZNIEFF la « Mare aux Fougères » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  19. « ZNIEFF les « Bois Notre-Dame, Grosbois et de la Grange » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  20. « ZNIEFF les « forêts d'Armainvilliers et de Ferrières » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  22. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  24. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  25. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  26. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  27. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 4 avril 2021).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  29. Site territoires-fr.fr consulté le 7 juin 2018 sous le code commune 77390
  30. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  31. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  32. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  33. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  34. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 15 mai 2020
  35. Liber testament. Sancti Martini de Campis, p. 58.
  36. Prou, Philippe Ier, p. 251.
  37. Chartes Cluni, t. IV, p. 475.
  38. Archives nationales, K 22, n° 14.
  39. Archives nationales, K 24, n° 13.
  40. a b et c Archives nationales, S 1417a.
  41. a b et c Archives nationales, S 1417b.
  42. Bibl. nat., ms. français 11853, fol. 15.
  43. Bibl. nat., ms. français 11853, fol. 16.
  44. Archives nationales, L 877, n° 32.
  45. Archives nationales, S 1173.
  46. Archives nationales, S 205.
  47. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. « Le blason de Roissy-en-Brie », sur le site de la mairie de Roissy-en-Brie (consulté le 5 janvier 2012).
  49. « La ville de Torcy », sur le site de l'association « Syndic Coopératif Le Clos Torcy 1' » (consulté le 5 janvier 2012).
  50. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  51. a et b « Historique de la ville », sur Roissy-en-Brie, site officiel (consulté en février 2015).
  52. Nicolas Sivan, « Municipales : pas de favori à Roissy-en-Brie : La majorité municipale a changé trois fois de couleur à la suite des trois précédents scrutins. Pour ces élections, les Roisséens ne semblent toujours pas fixés sur la liste qu'ils porteront à la tête du conseil municipal », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2018) « Il y a six ans, Sylvie Fuchs (PCF) n'avait pas écrasé la concurrence en prenant la tête de la mairie avec 38,51 % des voix au second tour. ».
  53. « Priest-Godet (UMP) à la tête de Roissy-en-Brie », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2018) « Mathilde Priest-Godet, 63 ans, a déjà été aux manettes de la ville lorsqu'elle faisait partie de l'équipe de Lionel Courant, maire RPR de 1995 à 2001. François Bouchart, 36 ans, était pour sa part candidat aux élections municipales de 2008 et a fait partie de l'opposition ces six dernières années ».
  54. « Mathilde Priest-Godet, la maire UMP, démissionne », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2018).
  55. « François Bouchart (UMP) élu maire sans surprise », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2018).
  56. Sébastien Blondé, « Seine-et-Marne : François Bouchart réélu maire de Roissy-en-Brie : Le maire sortant a été élu au gymnase Nelson-Mandela, où se tenait exceptionnellement le conseil municipal d’installation, lundi soir », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020) « Au premier tour, le 15 mars dernier, sa liste « Roissy unie vers l'avenir » avait recueilli 59,33 % des suffrages exprimés ».
  57. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  58. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  59. a b et c « Commune de Roissy-en-Brie - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  60. « Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  61. « Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  62. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  63. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  64. « SMAEP de l'Ouest Briard - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  65. « SMAEP de l'Ouest Briard - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  66. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  67. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.