Ramdam Festival

Tournai Ramdam Festival
le festival du film qui dérange
Date de création 14 octobre 2010
Créateur Imagix
Notélé
Maison de la Culture de Tournai
Ville de Tournai
Conseil de Développement de la Wallonie picarde
Président Jean-Pierre Winberg
Durée 10 jours
Lieu Imagix - Tournai Drapeau de la Belgique Belgique
Site web ramdamfestival.be

Le Tournai Ramdam Festival, association sans but lucratif créée le , est un festival de cinéma se définissant comme « le festival du film qui dérange ».

HistoriqueModifier

Ses fondateurs sont au nombre de cinq : l’exploitant du cinéma Imagix, Notélé - télévision régionale de la Wallonie picarde, la Ville de Tournai, la Maison de la culture de Tournai et le Conseil de développement de la Wallonie picarde.

Selon les organisateurs, il faut entendre « qui dérange » dans le sens de « pas rangé, déplacé, inclassable » mais aussi dans le sens de « qui remue, questionne, suscite écho et débat, interpelle, chambarde, émeut, fait réfléchir, trouble, gêne, choque, importune, transgresse, bref, fait du rabouf, du raffut, du vacarme, avec toutes les nuances que la production d’un son comporte : du plus sourd au plus criant, du plus tapageur au plus mélodieux, du plus obsédant au plus limpide ».

La première édition a eu lieu du 18 au  ; la marraine en était l’actrice, Lubna Azabal[1],[2],[3],[4]. Depuis lors, Lubna Azabal est la marraine officielle du festival.

Chaque année, pour lancer officiellement le Tournai Ramdam Festival, les organisateurs proposent un premier rendez-vous aux festivaliers, une soirée de pré-lancement avec un film en avant-première, dans le courant du mois de novembre.

PrésentationModifier

ProgrammationModifier

Les films proposés durant le festival sont répartis en plusieurs catégories selon les années :

  • Les fictions : les films proposés sont des avant-premières belges et/ou des inédits.
  • Les documentaires : tout comme les fictions, ce sont des inédits et/ou des avant-premières.
  • Les re-découvertes : des films sortis avant la création du festival, et qui auraient pu avoir leur place dans la programmation du festival.
  • Les Ramdam (belges) de l'année : depuis l'édition 2013, programmation de films belges sortis en salle entre deux éditions du Ramdam Festival et méritant le label Ramdam aux yeux du Comité de programmation.
  • Les Ramdam internationaux de l'année : apparition de cette catégorie à l'occasion de la dixième édition.
  • Les ateliers : films inédits et conférences sont programmés dans cette catégorie depuis la troisième édition du festival.
  • Les courts métrages nationaux et internationaux : sélection des meilleurs courts métrages belges et internationaux ainsi qu'une sélection kids.
  • Les projections scolaires pour les élèves de 3 à 18 ans.

Catégories qui n'existent plus :

  • Les rétrospectives : films qui ont marqué l'histoire du cinéma par leur caractère « dérangeant ».
  • Les séries (à l'occasion de la 9e édition du festival)

Soirée Côté CourtsModifier

Depuis 2013, le Ramdam Festival, organise une soirée courts-métrages en présence de leurs réalisateurs. Ces séances se sont déroulées jusqu'en 2017 au Cinéma l'écran à Ath. Les soirées courts métrages ont lieu en amont du festival. Pour l'édition 2019, les 12 et , les courts-métrages ont été diffusés en ouverture du festival, pour la deuxième fois à Imagix Tournai.

Le concours CinépocketModifier

Le Ramdam Festival, en partenariat avec CinéPocket et Culture.Wapi, l'Agence culturelle de Wallonie picarde propose un concours de réalisation de films[5],[6]. Le concept est simple : réaliser un film de maximum deux minutes, avec un téléphone portable, autour d'une thématique qui dérange. Les films sont sélectionnés par un jury, composé de membres spécialisés dans le cinéma. Ces films sont projetés sur grand écran, lors d'une séance spéciale du Ramdam Festival. Plusieurs prix sont remis à cette occasion.

En 2015, le concours Cinépocket a innové en destinant le concours pour les moins de 15 ans, les moins de 25 ans et les plus de 25 ans. Aussi, pour la première fois le Ramdam festival a proposé deux thèmes pour la création d'un film d'une minute hors générique au lieu de deux minutes. Les thèmes étaient « le film qui dérange » et « le film de prévention décalée ».

En 2020, le concours Cinépocket se métamorphose en « Balance ton short », basé sur le même principe.

Les prixModifier

Pour chaque catégorie, Fiction, Documentaire, Courts-métrages et Ramdam de l'année, le public vote pour le meilleur film et le film le plus dérangeant.

Depuis l'édition 2013, un jury composé de journalistes décerne le prix de la presse au meilleur documentaire.

ÉditionsModifier

2021Modifier

La onzième édition du festival est annulée pour cause de pandémie[7]. En remplacement, l'équipe du festival propose durant le mois de janvier 2021, la possibilité de revivre les meilleurs films des éditions précédents via la plateforme "Ramdam évasion" mis en ligne spécialement pour l'occasion. Durant le moi de mai 2021, en partenariat avec la Maison de la Culture de Tournai, le festival propose un week-end de "cinéma drive-in".

2020Modifier

La dixième édition du festival s'est déroulée du 18 au à Imagix Tournai.

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
Fictions (compétition)Modifier
Fiction (hors compétition)Modifier
  • Sama Rak de Lionel Croes
Documentaires (compétition)Modifier
Documentaires (hors compétition)Modifier
Documentaires Architecture (hors compétition)Modifier
Ramdam belge de l'annéeModifier
Ramdam International de l'annéeModifier
KidsModifier

2019Modifier

L'édition 2019 du Tournai Ramdam Festival s'est déroulée du 12 au à Imagix Tournai.

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
Fictions (compétition)Modifier
Documentaires (compétition)Modifier
  • Of fathers and sons de Talal Derki
  • Chris the Swiss de Anja Kofmel
  • Welcome to Sodom de Christian Krönes et Florian Weigensamer
  • Premières solitudes de Claire Simon
  • Le Temps des forêts de François-Xavier Drouet
  • #Female Pleasure de Barbara Miller
  • Anote's ark de Matthier Rytz
  • Genesis 2.0 de Christian Frei et Maxime Arbugaev
  • RBG de Betsy West et Julie Cohen
  • Primas de Laura Bari
  • À l'infini de Edmond Carrere
Documentaires (hors compétition)Modifier
Ramdam belges de l'annéeModifier
Coup de cœurModifier
KidsModifier

Palmarès 2019Modifier

Ramdam de l’annéeModifier
FictionsModifier
DocumentairesModifier
  • Meilleur documentaire : Le Temps des forêts
  • Documentaire le plus dérangeant : Of fathers and sons
Prix courts métrages kidsModifier

Meilleur court métrage : Avec thelma

Prix courts métrages belgesModifier
  • Meilleur court métrage : Une sœur
  • Le plus dérangeant : Lost in the middle
Prix courts métrages internationauxModifier
  • Meilleur court métrage : Skin
  • Le plus dérangeant : Fucking drama
Prix presseModifier
  • Meilleur film : CHRIS THE SWISS

2018Modifier

L'édition 2018 du Tournai Ramdam Festival s'est déroulée du 13 au à Imagix Tournai.

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
FictionsModifier
DocumentairesModifier
Atelier d'architectureModifier
  • Koolhaas Houselife de Ila Bêka et Louise Lemoine
Ramdam de l'annéeModifier
Coup de cœurModifier
(Re)DécouverteModifier
KidsModifier
  • Le Vent dans les roseaux de Arnaud Demuynck, Nicolas Liguor, Rémi Durin, Anais Sorrentino et Madina Ishakova.

Palmarès final (prix du public)Modifier

  • FICTION
    • La fiction la plus dérangeante : JUSQU’À LA GARDE de XAVIER LEGRAND
    • La meilleure fiction : L’INSULTE de ZIAD DOUEIRI
  • LE RAMDAM BELGE
    • Le Ramdam belge de l’année le plus dérangeant : GRAVE de JULIA DUCOURNAU
    • Le meilleur Ramdam belge de l’année : INSYRIATED de PHILIPPE VAN LEEUW
  • DOCU
    • Le documentaire le plus dérangeant : TASTE OF CEMENT de ZIAD KALTHOUM
    • Le meilleur documentaire : HUMAN FLOW de AI WEIWEI
  • PRIX DE LA CRITIQUE UCB – UCC
    • Documentaire le plus dérangeant : MALARIA BUSINESS
    • Documentaire coup de cœur : THANK YOU FOR THE RAIN
  • COURTS MÉTRAGES
    • Compétition nationale
      • Le court métrage belge le plus dérangeant : YOU’RE LOST, LITTLE GIRL de CEDRIC BOURGEOIS
      • Le meilleur court métrage belge : DOWNSIDE UP de PETER GHESQUIERE
    • Compétition internationale
      • Le court métrage international le plus dérangeant : CARGO de KARIM RAHBANI
      • Le meilleur court métrage international : PANTHEON DISCOUNT de STEPHAN CASTANG

2017Modifier

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
  • Angle Mort en présence de l'équipe du film: Nabil Ben Yadir (réalisateur), Jan Decleir, Peter Van den Begin et Soufiane Chilah.
FictionsModifier
DocumentairesModifier
  • Power to change de Carl A. Fechner (Allemagne)
  • Belle de nuit: Grisélidis real de Marie-Eve de Grave (Belgique)
  • Mapplethorpe: look at the pictures de Fenton Bailey et Randy Barbato (États-Unis)
  • Pas sans nous de Sigrid Klausmann (Allemagne)
  • Houston, we have a problem de Zika Virc (Slovénie)
  • Une Jeune fille de 90 ans de Valéria Bruni- Tedeschi et Yann Coridian (France)
  • #MyEscape de Elke Sasse (Allemagne)
  • A German Life (Allemagne)
  • Dernières nouvelles du Cosmos de Julie Bertucelli (France)
  • Time to Choose de Charles Henry Ferguson (États-Unis)
  • Rising Tides de Jason Lazarus Auerbach (États-Unis)
  • Burning out de Jérôme Lemaire (France)
  • Zero days de Alex Gibney (États-Unis)
Ramdam (belges) de l'annéeModifier
  • Home de Fien Troch (Belgique)
  • L'Economie du couple de Joachim Lafosse (Belgique)
  • Belgica de Félix Van Groeningen (Belgique)
Film coup de cœurModifier
  • Kiki, Love to Love de Paco Leon (Espagne)
Film DécouverteModifier
  • Tanna de Bentley Dean et Martin Butler (Vanuatu/ Australie)
Atelier d'architectureModifier
  • La compétition de Angel Borrego Cubero (Espagne)
KidsModifier
  • Ma Vie de Courgette de Claude Barras (Suisse/ France)
  • La Tortue Rouge de Michael Dudok de Wit (France/Belgique/Japon)
  • La Jeune Fille sans Mains de Sébastien Laudenbach (France)

2016Modifier

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
  • Black en présence des deux réalisateurs, Adil El Arbi et Bilall Fallah, et des deux acteurs, Martha Canga Antonio et Aboubakr Bensaihi.
FictionsModifier
DocumentairesModifier
  • He named me Malala de David Guggenheim
  • Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion
  • Un vrai faussaire de Jean-luc Léon
  • L'Odorat de Kim Nguyen
  • Born in Gaza d'Herman Zin
  • The Look of Silence de Joshua Oppenheimer
  • Red Lines d'Andrea Kallin et Oliver Lukacs
  • Bureau de chômage de Charlotte Grégoire et Anne Schiltz
  • The True cost d'Andrew Morgan
RétrospectivesModifier
Ramdam (belges) de l'annéeModifier
Ateliers RamdamModifier
  • La fête est finie de Nicolas Burlaud
  • Adama de Simon rouby
Coup de cœurModifier
Côté CourtsModifier
  • Zoufs de Tom Boccara
  • Putain de Cypria Donato
  • Les sœurs Floris de David Verlant
  • L'Ours noir de Xavier Seron
  • Dans la joie et la bonne humeur de Jeanne Boukraa
  • Sans Mobile Fixe de Jérôme Peters
  • Repreive de Lorian James Delman

Les prixModifier

Prix pour le meilleur filmModifier
Prix pour le film le plus dérangeantModifier

2015Modifier

L'édition 2015 du Ramdam festival fut particulière. En effet, elle a été marquée par la décision des autorités de la Ville de Tournai de fermer le complexe Imagix et donc d'interdire le Festival, le jeudi à 17 h jusqu'au mercredi inclus, et cela pour cause de menaces élevées d'attentats terroristes[8]. Cet ordre de fermeture a été levé le dimanche 25 matin et le 5e Ramdam a donc pu redémarrer après 72 h de fermeture. Le programme du festival a été repris dans son ensemble jusqu'à la soirée de clôture le mardi . Grâce à la générosité du complexe Imagix Tournai, un des cinq fondateurs du Ramdam Festival, le Festival a pu reprogrammer des séances de rattrapage jusqu'au samedi inclus[9].

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
FictionsModifier
DocumentairesModifier
  • The Essence of Terror de Andreas Rochsen
  • This is my Land de Tamara Erdé
  • Les insoumises de Eric Guéret
  • Liên de Mê Linh de Jean-Marc Turine
  • Les enfants des nuages, la dernière colonie de Javier Bardem et Alvaro Longoria
  • Waiting for August de Teodora Mihai
  • La Nef des fous de Nicolas D'Agostino et Patrick Lemy
  • L'urgence de ralentir de Philippe Borrel
  • En quête de sens de Nathanaël Coste
RétrospectivesModifier
Ramdam (belges) de l'annéeModifier
Ateliers RamdamModifier
Coup de cœurModifier
Côté CourtsModifier
  • Elena de Marco Bellocchio
  • Marie-Jeanne de Cédric Larcin
  • Solo Rex de François Bierry
  • Labyrinthe de Mathieu Labaye
  • Une brume, un matin de Nicolas Buysse et Joachim Weismann

Les prixModifier

Prix pour le meilleur filmModifier
Prix pour le film le plus dérangeantModifier

Ces prix ont été décernés par le public[10] mais le comité directeur et de programmation du ramdam a décidé de remettre un prix cette année, celui du film le plus dérangeant. Il l'a attribué à tous les films en compétition puisqu'ils ont dérangé à tel point que le Ramdam a été suspendu pendant 72 heures[11].

Prix de la presseModifier

À la suite de l'interruption du festival, il n'a pas été possible de remettre un prix de la presse.

Les invitésModifier

D'autres invités, cités ci-dessous, devaient venir mais à la suite de l'annulation impromptue du festival et à des imprévus personnels, ils n'ont pas su se libérer pour la prolongation.

Comme certains réalisateurs, cités ci-dessous, n'ont pas pu se déplacer pour des raisons personnelles, le Ramdam a organisé un débat avec eux via Skype.

2014Modifier

L'édition 2014 du festival a eu lieu du 21 au à l'Imagix de Tournai[12],[13]. La marraine du festival était Lubna Azabal. Gérard Depardieu était le parrain de la rétrospective et acteurs des films diffusés dans cette catégorie (sauf Salo ou les 120 jours de Sodome).

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
FictionsModifier
DocumentairesModifier
RétrospectivesModifier
Ramdam (belges) de l'annéeModifier
Ateliers RamdamModifier
Côté CourtsModifier
  • La faveur des moineaux de Serge Mirzabekiantz
  • Cache-Cache de Dia'Azzeh
  • Au nom de l'honneur de Nathalie Leclercq
  • U.H.T. de Guillaume Senez
  • GGG de Gilles Bindi
  • Au plus haut des cieux de Quentin Piron
  • Premier pas de Grégory Lecocq
  • Copier Cloner de Louis Rigaud

Les prixModifier

Prix pour le meilleur filmModifier
Prix pour le film le plus dérangeantModifier
Prix de la presseModifier

Les invitésModifier

2013Modifier

L'édition 2013 du festival a eu lieu du 15 au à l'Imagix de Tournai. La marraine du festival était Lubna Azabal.

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
FictionsModifier
DocumentairesModifier
RétrospectivesModifier
Ramdam (belges) de l'annéeModifier
Ateliers RamdamModifier
Côté CourtsModifier
  • Dimanche de Valérie Rosier
  • À ton vieux cul de Nègre d'Aurélien Bodinaux
  • Sirène de Lune de Psyché Piras et Sophie Collay
  • Sac de nœuds d'Eve Duchemin
  • Bizness de Manu Coemen
  • Duo de volailles, sauce chasseur de Pascale Hecquet

Les prixModifier

Prix pour le meilleur filmModifier
Prix pour le film le plus dérangeantModifier
Prix de la presseModifier

Les invitésModifier

2012Modifier

L'édition 2012 du festival a eu lieu du 17 au à l'Imagix de Tournai. La marraine du festival était Lubna Azabal.

ProgrammationModifier

Soirée de préludeModifier
FictionsModifier
DocumentairesModifier
RétrospectivesModifier

Les prix[16]Modifier

Prix pour le meilleur filmModifier
Prix pour le film le plus dérangeantModifier

Les invitésModifier

2011Modifier

L'édition 2011 du festival a eu lieu du 18 au à l'Imagix de Tournai. La marraine du festival était Lubna Azabal.

ProgrammationModifier

FictionsModifier
DocumentairesModifier
RétrospectivesModifier

Les prixModifier

Prix pour le meilleur filmModifier
Prix pour le film le plus dérangeantModifier

Les invitésModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier