Pentagon Papers (film)

film de Steven Spielberg, sorti en 2017
Pentagon Papers
Titre québécois Le Post
Titre original The Post
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Liz Hannah
Josh Singer
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox Searchlight Pictures
Amblin Partners
Amblin Entertainment
Pascal Pictures
Star Thrower Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame historique
Durée 116 minutes
Sortie 2017


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pentagon Papers ou Le Post au Québec (The Post) est un film historique américain réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2017.

Le film est inspiré de faits authentiques : la publication des Pentagon Papers par le New York Times puis le Washington Post au début des années 1970. Cette expression désigne le document United States-Vietnam Relations, 1945-1967: A Study Prepared by the Department of Defense (« Relations entre les États-Unis et le Viêt Nam, 1945-1967 : une étude préparée par le département de la Défense »), soit plus de sept mille pages top secret dévoilant l'implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam, qui durera de 1955 à 1975.

Le film est dédié à la réalisatrice Nora Ephron, morte en 2012.

SynopsisModifier

Benjamin Bradlee en 1999 (à gauche) et Katharine Graham en 1975 (à droite).

En 1965, l'analyste Daniel Ellsberg se rend sur le front de la guerre du Viêt Nam pour y observer l'avancement des troupes américaines, pour le compte du secrétaire à la Défense, Robert McNamara. À McNamara qui lui demande son ressenti de terrain dans l'avion du retour, Ellsberg répond que l'envoi de renforts de 100 000 hommes n'a en rien amélioré une situation délicate, et McNamara l'approuve. Mais lorsqu'il est accueili par les journalistes, McNamara développe un discours lénifiant sur les progrès militaires.

En 1971, Daniel Ellsberg, qui travaille désormais pour RAND Corporation (une institution de conseil militaire), décide de photocopier secrètement un rapport sur l'évolution du conflit au Viêt Nam, depuis la présidence de Harry S. Truman en 1945 jusqu'en 1967, révélant le double discours des différentes administrations américaines sur les chances de victoire des États-Unis : les gouvernements successifs, peu à peu convaincus que la guerre ne pouvait être gagnée, ont caché au peuple américain la réalité de l'enlisement du conflit.

Daniel Ellsberg divulgue clandestinement ses informations au New York Times. Le journal sort un premier article, mais doit interrompre la publication sur décision de justice. Celle-ci a été saisie par le gouvernement de Richard Nixon, ces informations étant classées secret défense.

D'abord sur la touche, le Washington Post récupère le scoop et des milliers de pages des Pentagon Papers, grâce à la motivation de son rédacteur en chef, Benjamin Bradlee et au contact d'un journaliste, Ben Bagdikian, avec Ellsberg. Bradlee pousse la propriétaire du journal, Katharine Graham, à publier les documents.

Cette dernière est face à un cas de conscience, voyant bien l'importance de la publication, mais aussi les risques judiciaires et financiers qu'elle ferait courir au journal et à ses dirigeants. Elle doit faire face à un conseil d'administration très hostile au projet, et tenir compte de l'entrée en bourse de son journal, alors en cours, qui pourrait capoter, sans compter les liens d'amité qui la lient à McNamara. Seule femme dans ce monde d'hommes, elle tient pourtant tête à tous ceux que la publication dérange ou effraye et donne son feu vert. L'ensemble de la presse reprend alors les informations du Post.

La Cour suprême est saisie. Elle doit arbitrer entre la liberté de la presse, instaurée par le 1er amendement de la constitution des États-Unis, défendues par les les équipes du Washington Post et du New York Times, et la protection du secret d'État, exigée par le gouvernement fédéral. La Cour suprême dans l'arrêt New York Times Co. v. United States, statue en faveur de la liberté de la liberté de la presse, qui « doit être au service des gouvernés et non des gouvernants ». Nixon est furieux et jure qu'aucun journaliste du Post ne mettra plus les pieds à la maison blanche.

La scène finale montre l'immeuble du Watergate de nuit l'année suivante et les cambrioleurs du Comité national démocrate au travail : le scandale du Watergate commence, il aboutira à la procédure de destution du président Nixon et à sa démission en 1974.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Producteurs délégués : Rachel O'Connor, Adam Somner, Tim White et Trevor White

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[2]

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Amy Pascal, ancienne présidente de Sony Pictures Entertainment jusqu'en 2015, acquiert en les droits d'un scénario écrit par Liz Hannah[3].

En , il est annoncé que Steven Spielberg est en négociations pour mettre en scène et produire le film, alors intitulé The Post[4]. Le titre sera ensuite changé en The Papers avant d'être à nouveau nommé The Post en [5].

Steven Spielberg développe et tourne ce film durant la longue postproduction du film de science-fiction Ready Player One, qui nécessite beaucoup d'effets spéciaux numériques[6].

Distribution des rôlesModifier

En , Tom Hanks et Meryl Streep sont annoncés dans les rôles respectifs de Benjamin Bradlee et Katharine Graham[7]. Si l'actrice tourne pour la première fois avec Steven Spielberg, il s'agit de la 5e collaboration entre Tom Hanks et le réalisateur, après Il faut sauver le soldat Ryan (1998), Arrête-moi si tu peux (2002), Le Terminal (2004) et Le Pont des espions (2015).

La distribution s'étoffe ensuite avec l'arrivée d'Alison Brie, Carrie Coon, David Cross, Bruce Greenwood, Tracy Letts, Bob Odenkirk, Sarah Paulson, Jesse Plemons, Matthew Rhys, Michael Stuhlbarg, Bradley Whitford et Zach Woods[8].

TournageModifier

Le tournage débute à New York le [9]. Il a lieu également à White Plains, également dans l'État de New York[10].

MusiqueModifier

The Post
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de John Williams
Sortie 22 décembre 2017
Durée 40:10
Genre musique de film
Format CD, digital, vinal
Compositeur John Williams
Label Sony Classical

Albums de John Williams

La musique originale du film est l'œuvre de John Williams, collaborateur très fidèle de Steven Spielberg. Le compositeur a préféré se concentrer sur la musique de ce film et a ainsi laissé sa place sur le film suivant du réalisateur produit peu de temps après, Ready Player One (2018), où il est remplacé par Alan Silvestri.

Liste des titres
No Titre Durée
1. The Papers 3:56
2. The Presses Roll 5:01
3. Nixon's Order 1:47
4. The Oak Room, 1971 1:46
5. Setting the Type 2:34
6. Mother and Daughter 3:23
7. Scanning the Papers 2:23
8. Two Martini Lunch 2:34
9. Deciding to Publish 5:42
10. The Court's Decision and End Credits 11:04
40:10

SortieModifier

Le film connait d'abord une sortie limitée aux États-Unis le , avant une sortie nationale le . En France, le film sort le .

Accueil critiqueModifier

Pentagon Papers
Score cumulé
SiteNote
Metacritic83/100
Rotten Tomatoes88 %
Allociné [11]
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Monde 
Les Inrockuptibles 
Le Figaro 
Télérama 
Le Nouvel Observateur 

Le film reçoit des critiques plutôt positives aux États-Unis. Sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, il obtient 85 % d'opinions favorables pour 130 critiques et une note moyenne de 8,110[12]. Sur Metacritic, Pentagon Papers décroche une note moyenne de 83100 pour 37 critiques[13].

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 4,25 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 37 titres de presse[11].

La presse est plutôt enthousiaste. Pour Le Figaro, « Meryl Streep fait vibrer Pentagon Papers d'une humanité captivante. Leur pari audacieux est un suspense qui repose sur deux mots-clefs : la conscience et la confiance. »[14]. Selon Le Monde, Spielberg « met en scène un idéal de transparence. ». Pour Télérama, « Meryl Streep habite avec une étonnante douceur cette patronne atypique, tiraillée entre les exigences de son milieu, la haute société politico-financière et ses valeurs morales. Face à elle, Tom Hanks a rarement été aussi convaincant »[15].

Le film est classé no 6 du Top 10 2018 des Cahiers du Cinéma[16].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
81 903 458 $[1] 21
  France 1 338 048 entrées[17] 11

  Total mondial 179 769 457 $[1] - -

Distinctions principalesModifier

Source et distinctions complètes : Internet Movie Database[18]

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « The Post », sur Box Office Mojo
  2. a b et c « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, (consulté le 15 février 2018) [dernière m-à-j].
  3. (en) Mike Fleming Jr., « Amy Pascal Buys Pentagon Papers Movie Spec Script ‘The Post’ By Liz Hannah », sur Deadline,
  4. (en) Mike Fleming Jr., « Steven Spielberg, Tom Hanks & Meryl Streep Team For Pentagon Papers Drama ‘The Post’ », sur Deadline,
  5. (en) Dave McNary, « Steven Spielberg’s Pentagon Papers Movie Re-Titled ‘The Post’ », sur Variety,
  6. « John Williams refait équipe avec Steven Spielberg, mais pas sur Ready Player One », sur Première,
  7. « Steven Spielberg dirigera Tom Hanks et Meryl Streep dans The Post », sur Allociné, (consulté le 22 juin 2017)
  8. (en) Justin Kroll, « Steven Spielberg Pentagon Papers Film Adds Sarah Paulson, Bob Odenkirk, Matthew Rhys, Bradley Whitford », sur Variety,
  9. (en) Movies News Desk, « Production Underway on Spielberg's THE PAPERS, Starring Meryl Streep & Tom Hanks », sur Broadway World
  10. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  11. a et b « Pentagon Papers - critiques presse », sur Allociné (consulté le 22 juin 2020).
  12. (en) « The Post (2017) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 2 janvier 2018)
  13. (en) « The Post reviews », sur Metacritic (consulté le 2 janvier 2018)
  14. « Pentagon Papers: Spielberg signe un film magistral sur la presse et le pouvoir », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  15. « Pentagon Papers de Steven Spielberg - (2017) - Film - Drame, Drame sentimental » (consulté le 27 novembre 2018)
  16. « Top 10 2018 des Cahiers | Cahiers du Cinéma » (consulté le 7 décembre 2018)
  17. « Pentagon Papers », sur JPbox-office.com
  18. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Voir aussiModifier

Revue de presseModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier