Ouvrir le menu principal

Hasta la vista (film)

film de Geoffrey Enthoven, sorti en 2011
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hasta la vista.
Hasta la vista
Réalisation Geoffrey Enthoven
Scénario Pierre De Clercq
sur une idée originale de Mariano Vanhoof et Asta Philpot
Acteurs principaux
Sociétés de production Fobic Films
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie dramatique
Durée 108 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hasta la vista[1] est une comédie dramatique belge (Flandre) réalisé par Geoffrey Enthoven[2]sortie en 2011. Le scénario, écrit par Pierre De Clercq, est inspiré d'une histoire vraie[3]. Tourné à Gand, en France et en Espagne, le film est interprété par Gilles De Schrijver, Robrecht Vanden Thoren, Tom Audenaert et Isabelle de Hertogh.

Sommaire

SynopsisModifier

Lars, Philip et Jozef sont des amis qui ont une vingtaine d’années et sont handicapés physiques. Ils continuent à vivre chez leurs parents qui les prennent en charge. Jozef est presque complètement aveugle (il ne peut lire que de très près et avec une loupe). Une lésion de la moelle épinière empêche Philip de marcher et il ne peut utiliser ses mains et ses bras que dans une mesure limitée : il ne dirige son fauteuil roulant que d’une seule main ; incapable de dactylographier, il se sert d’un appareil qu’il tient avec sa bouche. Atteint d’une tumeur cérébrale en phase terminale Lars doit lui aussi se déplacer en fauteuil roulant (il souffre d’une paralysie croissante avec des attaques). Malgré tout, les trois jeunes gens sont déterminés à perdre leur virginité dans un bordel espagnol qui offre des services qui leur sont adaptés. À leurs parents, ils camouflent toutefois le but de leur voyage en prétextant un voyage dans les vignobles bordelais.

Dans un premier temps, les parents acceptent du bout des lèvres que le voyage ait lieu, mais Lars apprend peu après qu'il est atteint d'un cancer agressif et l'interdiction du voyage lui est signifié. Or, les jeunes handicapés décident de ne pas renoncer et de partir que les familles le veuillent ou non. L’infirmier prévue à l’origine refuse de les accompagner sans la permission de leurs parents mais recommande une personne nommée Claude pour la remplacer. Ils négocient par e-mail malgré le prix. Philippe consent à payer le plus car il a des économies. Ils se lancent dans un voyage aventureux à travers la France jusqu'en Espagne, avec la complicité d'une jeune femme qui leur sert de chauffeur et d'infirmière. Totalement dépendants de leurs parents, ils échappent à leur surveillance et partent à leur insu. Ceux-ci les rattrapent au cours du périple, mais la révolte des trois amis convainc finalement les parents de les laisser accomplir leur rêve.

Au-delà des contraintes logistiques qui engendrent mauvaise humeur et incompréhension entre les trois handicapés et leur chauffeur, des liens inattendus vont se créer. Pour leur grande stupéfaction les trois amis constatent que Claude est une femme, et qu’elle est francophone. Lars et Philip la trouvent peu attirante, en partie à cause de son obésité, et au début parce qu’elle est rigide. Comme elle prétend ne pas connaitre le néerlandais, ils pensent qu’ils peuvent dire sur elle des grossièretés sans qu’elle ne les comprenne. Philip en particulier ne l’apprécie guère. Ils la trouvent avare parce qu’elle exige une grosse indemnité journalière mais ne mange pas au restaurant : elle pique-nique dans la voiture. Elle est cependant capable et dévouée et sauve Joseph quand il tombe à l’eau (plus tard elle dira laconiquement que ce n’est pas une bonne affaire quand les clients meurent en cours de route), et elle défend Lars contre un homme qui s’est mis en colère parce que, croyant que son infirmité le lui permet, il a insulté son épouse.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

RécompensesModifier

  1. le Grand Prix des Amériques, le premier prix de la compétition officielle
  2. le prix du public dans la catégorie du film le plus populaire
  3. une mention spéciale (prix) du jury œcuménique.
  1. L'Espiga de Oro, qui est le premier prix du meilleur film au festival
  2. le Prix de la Jeunesse en Sélection officielle (Premio de la Juventud Sección Oficial) : « Pour sa vision brillante sans porter de jugement sur les personnes handicapées loin de la victimisation généralisée et le naturel dans le traitement du désir sexuel. Tout cela avec un rythme dynamique, d'excellentes performances et de l'humour ».

Autour du filmModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier