Peinture avec partition musicale

page de liste de Wikimedia

La peinture avec partition musicale est une typologie rare en peinture, laquelle comporte l'évocation de la musique par la présence dans sa composition d'une partition musicale. Elle est présente dans de nombreuses écoles picturales. L'usage de la notation musicale en peinture, qui est approprié dans les peintures avec des musiciens et avec des instruments musicaux, devient symbolique dans la nature morte, dans le trompe-l'œil et dans la vanité et se transforme parfois en pur élément graphique dans des œuvres modernes et contemporaines.

Suiveur de Jérôme Bosch, Le Concert dans l'œuf, part.

HistoireModifier

 
Détail de la Fuite en Égypte du Caravage.
 
Détail de la partition dans Le Concert dans l'œuf : une chanson de Thomas Créquillon.

Si la présence de partition dans Le Repos pendant la fuite en Égypte du Caravage, se remarque, il faut également en déterminer l'exactitude musicale ; ainsi le passage musical déchiffré par l'ange fut identifié[1].

La peinture avec partition la plus curieuse reste peut-être Le Concert dans l'œuf, œuvre d'un suiveur de Jérôme Bosch, réalisée peut-être d'après une œuvre perdue du peintre flamand et comportant la partition d'une chanson de Thomas Créquillon.

Dans un portrait, conservé au Museo Correr de Venise, Claudio Monteverdi tient en main une partition avec ses musiques. Les exemples de portraits de musiciens avec partitions sont innombrables. Un chapitre est développé à part des autoportraits de peintres jouant des instruments.

On trouve des notations musicales peintes sur les panneaux des buffets d'orgues anciennes et sur des étuis anciens en bois d'instruments musicaux. Les partitions sont également utilisées comme décoration pure, en stuc ou en peinture, sur les murs de salons de musique ; elles sont marquetées, ou peintes sur des meubles (en particulier en Angleterre, au début du XIXe siècle), conçus pour le rangement des partitions et pour meubler les salles utilisées pour les concerts de musique de chambre[2].

Des feuillets de partitions sont présentes dans les natures mortes (surtout baroques), dans la peinture de genre, dans les peintures de vanités, ou à sujet mythologique ou religieux. Sainte Cécile, protectrice de la musique, est souvent représentée en jouant un instrument et un ange reste à ses côtés, pour soutenir la partition ouverte. Des notations musicales apparaissent en gravures, des XVIIIe et XIXe siècles, parfois avec des sujets ridicules et satiriques ; ou bien gravées avec des reproductions de peintures célèbres, ou des portraits de musiciens ou de chanteurs. L'utilisation de la partition est étendue à la peinture sur céramique et aux figurines de musiciens en porcelaine.

La mode envahit le genre, en se transformant. La partition peut devenir un signe non plus intelligible, comme dans les œuvres du peintre suisse Adolf Wölfli. Le mur d'un bâtiment a été décoré d'une fresque avec des notes musicales (site national des archives archéologiques, College Park (Maryland), Minneapolis, Minnesota). On trouve également des notations musicales sur des billets de célébration de musiciens, sur des pièces de monnaie ; des notes ont été gravées sur les pierres tombales de musiciens et de chanteurs.

Galerie de peintures avec partitions musicalesModifier

Peintures sur toile ou sur boisModifier

Auteur et titre Description Image
Jérôme Bosch, Le Jardin des délices huile sur bois, 1480-1505, détail, Musée du Prado (Madrid)  
Piero di Cosimo, Double portrait de Giuliano da Sangallo et de Francesco Giamberti diptyque, huile sur bois, 47,5 × 33,7 cm, 1482-1485, Rijksmuseum Amsterdam  
Domenico Ghirlandaio L'Adoration des mages tempera sur bois, 1488, détail. Spedale degli Innocenti (Florence)   [3]
Domenico Panetti (attr.), Vierge à l'Enfant et Sainte Cécile huile sur bois, 1500-1510, Palais des Beaux-Arts de Lille  
Titien, Portrait de musicien huile sur toile, 99 × 81 cm, 1515-1520, Palais Spada (Rome)  
Pontormo, Portrait de musicien huile sur toile, 88 × 67 cm, 1518-1519, Musée des Offices (Florence)  
Maître des demi-figures féminines La Luthiste huile sur bois de chêne, 37,5 × 26,8 cm, vers 1520-1540, Kunsthalle de Hambourg  
Dosso Dossi, Allégorie de la Musique, détail. huile sur toile, vers 1524-1534, détail, Musée Horne, (Florence)  
Lorenzo Lotto Portrait de musicien, huile sur toile, 1529, collection privée  
Jan Sanders van Hemessen (œuvre d'atelier) et Monogrammiste de Brunswick, Marie-Madeleine et le Christ dans la maison de Marthe huile sur bois, 29 × 45 cm, vers 1540, détail. Gemäldegalerie (Berlin)  
Pâris Bordone, Portrait d'un homme avec partition huile sur toile, 80,5 × 69 cm, vers 1550, Galerie nationale d'Oslo  
Frans Floris, Le Réveil des Arts huile sur toile, 161,9 × 238,7 cm, vers 1560, Musée d'Art de Ponce (Puerto Rico)  
Suiveur de Jérôme Bosch, Le Concert dans l'œuf huile sur bois, 108,5 × 126,5 cm, vers 1561, Palais des Beaux-Arts de Lille   [4]
Artiste de Crémone, Portrait de musicien huile sur toile, 75 × 56 cm, 1570-1590, Ashmolean Museum (Oxford)   [5]
Annibale Carracci, Portrait de musicien huile sur toile, Musée de Capodimonte (Naples)  
Le Caravage, Le Repos pendant la fuite en Égypte huile sur toile, 130 × 160 cm, 1594-1596, Galerie Doria-Pamphilj (Rome)   [6],[1],[7]
Le Caravage, Le Joueur de luth huile sur toile, vers 1596, 94 × 119 cm, Musée de l'Ermitage, (Saint-Pétersbourg)   [8]
Le Caravage, L'Amour victorieux (Amor vincit omnia) huile sur toile, vers 1602, 156 × 113 cm, Gemäldegalerie (Berlin)  
Carlo Saraceni, Sainte Cécile et l'ange huile sur toile, 172 × 139 cm, vers 1610, Galerie nationale d'Art ancien (Rome)  
Leonello Spada, Musiciens qui préparent un concert huile sur toile, 1610-1615, Galerie Borghèse (Rome)  
Matteo Rosselli, Sainte Cécile huile sur toile, 1615-1620, Musée de l'Opera del Duomo (Prato)  
Johannes Torrentius, Nature morte avec bride huile sur bois, 52 × 50,5 cm, 1614, Rijksmuseum Amsterdam   [9]
Le Dominiquin, Sainte Cécile avec l'ange huile sur toile, 160 × 120 cm, vers 1617, Musée du Louvre (Paris)  
Jan Brueghel l'Ancien, Le sens de l'ouïe huile sur bois, 64 × 109,5 cm, 1617-1618, Musée du Prado (Madrid)   [10]
Orazio Gentileschi, La Joueuse de Luth huile sur toile, 143,5 × 129 cm, 1612-1620, National Gallery of Art (Washington DC)  
Orazio Gentileschi, Sainte Cécile avec l'ange huile sur toile, 86,3 × 106,6 cm, 1618-1621, National Gallery of Art (Washington DC)  
Jacques Linard, Allégorie des cinq sens ou Les quatre éléments huile sur toile, 105 × 153 cm, 1627, Musée du Louvre (Paris)   [11]
Nicolas Poussin, Sainte Cécile huile sur toile, 117,7 × 89 cm, vers 1635, Musée du Prado (Madrid)  
Pieter Steenwijck, Nature morte huile sur toile, 71 × 65 cm, première moitié du XVIIe siècle, Musée de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg)  
Charles Emmanuel Biset, Portrait d'un musicien huile sur toile, 48,5 × 40 cm, 1648-1693, Musée de l'Ermitage, (Saint-Pétersbourg)  
Christian Luycks, Nature morte ou Musique pour les yeux huile sur toile, vers 1650, Columbus Museum of Art Columbus (Ohio)   [12]
Antonio de Pereda, Le Songe du chevalier huile sur toile, 152 × 217 cm, vers 1650, Académie royale des beaux-arts Saint-Ferdinand (Madrid)  
Evaristo Baschenis, Nature morte aux instruments de musique avec livre et sculpture huile sur toile, 94 × 124 cm, vers 1650, Musée Boijmans Van Beuningen (Rotterdam)  
Eustache Le Sueur, Les Muses Melpomène, Érato et Polymnie huile sur bois, 130 × 130 cm, 1652-1655, Musée du Louvre (Paris)  
Jan Steen, Acta virum probant ou Jeune femme au virginal huile sur toile, 1659, National Gallery (Londres)   [13]
Anton Domenico Gabbiani, Les Musiciens du prince Ferdinand de Médicis huile sur toile, 140 × 233 cm, vers 1685, Musée des Instruments de musique de Florence  
Anton Domenico Gabbiani, Trois musiciens à la cour des Médicis huile sur toile, vers 1687, Gallerie dell'Accademia de Venise   [14]
François Puget, La Réunion de musiciens huile sur toile, 147 × 212 cm, 1688, Musée du Louvre, (Paris)   [15]
Jan Kupecký, Portrait du musicien de cour Josef Lemberger huile sur toile, 78 × 63 cm, vers 1710, Germanisches Nationalmuseum (Nuremberg)  
Anonyme peintre italien, Sainte Cécile huile sur toile, 80,5 × 66,5 cm, première moitié du XVIIe siècle, Palais Łazienki (Varsovie)  
Peintre anonyme italien, Musicien italien huile sur toile, 106,7 × 97,8 cm, XVIIIe siècle, Brooklyn Museum (New York)  
Peintre anonyme allemand, Aria Allegretto huile sur toile, 114 × 167 cm, XVIIIe siècle, collection privée  
Maximilian Pfeiler, Nature morte aux violoniste, mandole, partition musicale et fruits huile sur toile, 165 × 216 cm, vers 1700-1725 Bayerische Staatsgemäldesammlungen (Munich)  
Giuseppe Maria Crespi, Étagère aux partitions musicales huile sur toile, 165,5 × 153,5 cm, 1725-1730, Musée international et bibliothèque de la Musique (Bologne)  
Pietro Longhi, Le Concert huile sur toile, XVIIIe siècle, détail, Gallerie dell'Accademia de Venise  
Sebastiano Ceccarini, Allégorie des cinq sens huile sur toile, 174 × 123 cm, 1748, collection privée (Pesaro)   [16]
Anne Vallayer-Coster, Instruments de musique huile sur toile, 88 × 116 cm, 1770, Musée du Louvre (Paris)  
Anne Vallayer-Coster, Portrait d'une femme violoniste huile sur toile, 116 × 96 cm, 1773, Nationalmuseum (Stockholm)   [17]
Louis-Roland Trinquesse, Divertissement musical huile sur toile, 194 × 133 cm, 1774, Alte Pinakothek (Munich)  
Philip Reinagle, Portrait d'un extraordinaire chien musicien huile sur toile, 1805, Musée des Beaux-Arts de Virginie (Richmond)  
Henri-Nicolas Van Gorp, Nina chantant une romance huile sur toile, 41 × 33 cm, XIXe siècle, Musée des Augustins (Toulouse)  
Merry-Joseph Blondel, Au piano huile sur toile, 1851  
James Sant, Le duetto huile sur toile, 76,8 × 64,1 cm, XIXe siècle, Tate Britain (Londres)   [18]
William Harnett, Nature morte avec violon et musique huile sur toile, 101,6 × 76,2 cm, 1888, Metropolitan Museum of Art (New York)   [19]
Giovanni Boldini, La Pianiste huile sur toile, 30 × 39 cm, Collection privée  |
Adolf Wölfli, Sans titre avant 1930, collection privée   [20]

AutoportraitsModifier

Auteur et titre Description Image
Lavinia Fontana, Autoportrait au clavicorde huile sur toile, 27 × 24 cm, 1577, Accademia di San Luca (Rome)  
Marietta Robusti, dite la Tintoretta, Autoportrait avec papier à musique huile sur toile, 93,5 × 91,5 cm, vers 1580, Galerie des Offices (Florence)   [21]
Rose-Adélaïde Ducreux, Autoportrait à la harpe huile sur toile, 193 × 128,9 cm, 1791, Metropolitan Museum of Art (New York)   [22]

Portraits de compositeurs, musiciens, chanteursModifier

Auteur et titre Description Image
Léonard de Vinci, Franchini Gaffurio, portrait d'un musicien huile sur bois, vers 1490, Pinacothèque Ambrosienne (Milan)   [23]
Antoine van Dyck, Le Musicien Henricus Liberti huile sur toile, 107 × 97 cm, 1627-1632, Musée du Prado (Madrid)   [24]
David Teniers le Jeune, Portrait de sa femme Anna Brueghel huile sur bois, 32 × 42 cm, 1630-1660, Galerie Sabauda (Turin)   [25]
Rembrandt ?, Portrait d'homme huile sur bois, 64 × 45,5 cm, vers 1633, Corcoran Gallery of Art (Washington)   [26]
Peintre anonyme, Portrait de Francesco Saverio Geminiani huile sur toile, première décennie du XVIIIe siècle, collection privée   [27]
Jan Kupecký, Portrait du musicien de Cour Josef Lemberger huile sur toile, années trente du XVIIIe siècle, Germanisches Nationalmuseum (Nuremberg)  
Peintre anonyme, Portrait de François Couperin huile sur toile, première moitié du XVIIIe siècle, Château de Versailles   [28]
Peintre anonyme, Portrait de Gaetano Pugnani huile sur toile, 120 × 88 cm, vers 1754, Royal College of Music (Londres)   [29]
Johann Zoffany, Portrait de Michael Arne huile sur toile, 75 × 63 cm vers 1765, Foundling Museum, (Londres)   [30]
Thomas Gainsborough, Portrait de Giusto Ferdinando Tenducci huile sur toile, 76,6 × 64 cm, vers 1773, Barber Institute of Fine Arts (Birmingham)   [31]
Thomas Gainsborough, Portrait de Charles Rousseau Burney huile sur toile, 77 × 64 cm, 1780, Metropolitan Museum of Art, (New York)   [32]
Angelica Kauffmann, Sarah Harrop (Mme Bates) en muse huile sur toile, 142 × 121 cm, 1780-1781, Musée d'Art de l'université de Princeton (New Jersey)   [33]
Pietro Melchiorre Ferrari ?, Portrait de Lucrezia Agujari huile sur toile, XVIIIe siècle, collection privée   [34]
Peintre anonyme, Portrait de musicien (Antonio Vivaldi ?) huile sur toile, 91 × 74 cm, XVIIIe siècle, Musée international et bibliothèque de la Musique (Bologne)  
Peintre anonyme, Portrait d'Alessandro Scarlatti huile sur toile, 59 × 47 cm, XVIIIe siècle, Musée international et bibliothèque de la Musique (Bologne)   [35]
Joseph Singleton, d'après John Hopkins, Portrait de Brigida Banti-Giorgi huile sur toile, 1797, collection privée   [36]
Friedrich Georg Weitsch, Portrait de Giacomo Meyerbeer âgé de 11 ans huile sur toile, 1802, Musikinstrumenten-Museum (Berlin)  
Élisabeth Vigée Le Brun, Angelica Catalani répétant un air huile sur toile, 122 × 91,5 cm, 1806 Musée d'Art Kimbell (Fort Worth-Texas)   [37]
Johann August Nahl le Jeune, Portrait du compositeur Louis Spohr à Cassel huile sur toile, 64 × 64 cm, 1824   [38]
Giuseppe Rillosi (1811-1880), Gaetano Donizetti dans ses derniers jours de vie huile sur toile, 1848, Musée du Théâtre de la Scala, (Milan)  
Francesco Hayez, Portrait de Gioacchino Rossini huile sur toile, 109 × 87 cm, 1870, Pinacothèque de Brera, (Milan)  
Henri Fantin-Latour, Emmanuel Chabrier au piano huile sur toile, 160 × 222 cm, 1885, Musée d'Orsay (Paris)   [39]

Peintures avec des personnages historiques, imaginaires, littérairesModifier

Auteurs et titre Description Image
Vittore Carpaccio, Saint Augustin dans sa cellule recevant la vision de saint Jérôme détrempe sur toile, 141 × 210 cm, 1502-1503, détail.   [40]

Peintures sur faïenceModifier

Auteur et titre Description Image
Faïence (Urbino ?), Plat rond avec partition musicale et armoiries des Gonzaga diamètre 24,5 cm, vers 1525, Victoria and Albert Museum (Londres)  
Mastro Giorgio Andreoli[41], Faïence de Gubbio, Coupe à fruits avec moine jouant de l'orgue, partition et un jeune qui chante vers 1520, Victoria and Albert Museum (Londres)  

Peintures sur étuis à instruments de musiqueModifier

Auteur et titre Description Image
Anonyme peintre allemand, Étui de violoncelle 1720, Musikinstrumenten-Museum (Berlin)  
Gottfried Richter,
Orgue baroque[42]
1670–1671, église romane fortifiée de Pomßen (Saxe)  

Marqueterie (« peinture de bois »)Modifier

Auteur et titre Description Image
Benedetto da Majano ?, Marqueterie. 1473-1476, Palais ducal d'Urbin - Marqueterie du Studiolo de Frédéric III de Montefeltro[43]  

Notes et référencesModifier

  1. a et b Aspetti musicali 1983.
  2. Gianoli-Mascherpa 1967.
  3. Gloria in excelsis deo. (en) « Adoration of the Magi (detail) », sur wga.hu (consulté en juin 2020).
  4. La musique est de Thomas Créquillon (ou Crecquillon) (vers 1505-vers 1557) compositeur franco-flamand de la Renaissance.
  5. Une fois identifié Antonio Stradivari, comme le musicien du portrait qui joue de la viole de gambe, on a aussi identifié Claudio Monteverdi et Gasparo da Salò.
  6. La partition peinte reproduit un motet du musicien flamand Noël Bauldeweijn (1480-1529), basé sur le texte du Cantique des Cantiques, titré Quam pulchra es, composé et publié en 1519 et imprimé à Rome en 1526.
  7. Le motet est perdu, mais il est représenté, dans la seule partie survivante - celle de la soprano - dans Le Repos pendant la fuite en Égypte du Caravage. La Corale Beata Vergine Addolorata chante cette reconstitution : (la) Noël Bauldeweijn, « Quam pulchra es », sur youtube.com (consulté en mai 2020).
  8. La partition contient quatre madrigaux, du Premier Livre de madrigaux à quatre voix de Jacques Arcadelt (1539-1654) : Chi potrà dir quanta dolcezza provo, Se la dura durezza in la mia donna, Voi sapete ch'io v'amo anzi v'adoro et Vostra fui e sarò mentre ch'io viva. (it) « La "Musica" nei quadri del Caravaggio », Caravaggio: nuove riflessioni, Quaderni di Palazzo Venezia, Roma, F.lli Palombi, no 6,‎ , p. 199-220
  9. Monogramme et date « T.1614 », au centre, en haut. Transcription et exécution musicale du Canone : « Johannes van der Beeck, Canone », sur vimeo.com (consulté en mai 2020).
  10. La série comprend deux autres peintures allégoriques: L'Ouïe, le toucher et le goût, et La Vue et l'odorat.
  11. Une autre version de cette peinture est au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg et est datée de 1638.
  12. Le peintre flamand Carstian Luyckx (1623-vers 1675) est également connu sous le monogramme « K L ».
  13. Jan Steen était aussi un musicien et il jouait du luth.
  14. (en) « Portrait of Three Musicians of the Medici Court », sur wga.hu (consulté en mai 2020).
  15. Selon la tradition, les deux figures au premier plan sont le musicien Jean-Baptiste Lully et le librettiste Philippe Quinault.
  16. Signé et daté : « Sebastianus Ceccarini pinxit Anno 1748 ».
  17. Signé et daté : « M.elle Vallayer 1773 ».
  18. Œuvre non exposée au public.
  19. Artiste irlandais-américain, connu pour ses peintures en trompe-l'œil et ses natures mortes. Still Life-Violin and Music, informations : (en) William Michael Harnett, « Still Life-Violin and Music », sur metmuseum.org (consulté en mai 2020).
  20. Peintre suisse, représentant de premier plan de l'Art brut.
  21. La partition est à la page n. 24, avec le madrigal à quatre voix Madonna per voi ardo, composé par le musicien français Philippe Verdelot et publié à Venise en 1533. (it) « "Madonna per voi ardo". Emma Kirkby in concerto », sur youtube.com, (consulté en mai 2020).
  22. Partition de Opera du harpiste et compositeur Jean Joseph Benoît Pollet (1753-1823). Pour entendre la musique de ce compositeur : Jean Joseph Benoît Pollet, « Opera », sur harpandco.be (consulté en mai 2020).
  23. Il représente Franchini Gaffurio, maître de chapelle du Dôme de Milan depuis 1484. En 1904, lors d'une restauration, on découvrit la partition, cachée sous une peinture. Depuis les lettres « Cant... Ang... » on a remonté à la composition Cantum Angelicum du Gaffurio.
  24. Henricus Liberti (vers 1610-1669), compositeur de musique baroque et organiste de la cathédrale Notre-Dame d'Anvers.
  25. Signé en bas, à gauche : « D. TENIERS Fec ».
  26. C'est le portrait de Nicholas Lanier, ou de Heinrich Schütz, ou de Constantijn Huygens.
  27. Francesco Geminiani (1687-1762), violoniste et compositeur italien de l'époque baroque.
  28. François Couperin (1668-1733), compositeur français, organiste et claveciniste.
  29. Gaetano Pugnani (1731-17981), violoniste et compositeur italien.
  30. Michael Arne (1740-1786), compositeur, fils du compositeur Thomas Arne et de Cecilia Young.
  31. Giusto Ferdinando Tenducci (vers 1734-1790) était un chanteur castrat et aussi un compositeur.
  32. Charles Rousseau Burney (1747-1819) était un élève de Charles Burney.
  33. La cantatrice lyrique Sarah Harrop (1755-1811) s'identifie en Érato, la muse de la poésie lyrique et la montagne, en arrière-plan, représente le Parnasse. L'air Dove sei, l'amato bene (Où êtes-vous, mon bien-aimé), chanté par Roselinda, est sur la musique de Haendel. L'instrument, typique pour l'époque, est une guitare-lyre.
  34. Lucrezia Agujari, (1743-1783), soprano italienne, dite « la Bastardella » ou « la Bastardina ».
  35. Sur le papier de musique : « Cantata del Caval[iere]. Alessandro Scarlatti ».
  36. Brigida Banti-Giorgi (1757-1806) italienne, soprano.
  37. Signé et daté: « L E Vigee Le Brun / a Paris 1806 ». Angelica Catalani (1780-1849) soprano italienne. En 1830, elle a fondé à Florence une école gratuite de chant.
  38. Louis Spohr (1784-1859), compositeur, violoniste, chef d'orchestre et pédagogue allemand.
  39. Ce sont : Emmanuel Chabrier, musicien ; Camille Benoît, musicien ; Adolphe Jullien, musicien et homme de lettres ; Arthur Boisseau, musicien ; Maître Edmond, musicien ; Antoine Lascoux, magistrat ; Vincent d'Indy, musicien ; Amédée Pigeon, homme de lettres. « Autour du piano », sur pop.culture.gouv.fr (consulté en mai 2020). Signé et daté, en haut à droite : « Fantin 85 ».
  40. À noter que la notation musicale à l'époque de saint Augustin n'existait pas. La notation évoluera à partir du XIe siècle, sur quatre lignes.
  41. (it) Carola Fiocco, Gian Carlo Bojani et Gabriella Gherardi, Mastro Giorgio da Gubbio : una carriera sfolgorante, Florence, Centro Di, .
  42. L'orgue baroque, construit dans cette église du XIIIe siècle par Gottfried Richter (1640-1717), est le plus ancien encore jouable de la Saxe.
  43. Les marqueteries du Studiolo sont attribuées à différents auteurs, tels que Giuliano da Maiano et, pour les dessins, à Botticelli, à Francesco di Giorgio Martini et à Bramante.

BibliographieModifier

  • (it) Luigi Gianoli et Giorgio Mascherpa, La pittura e la musica, Milan, Arti grafiche Ricordi, .
  • (it) Franca Trinchieri Camiz et Agostino Ziino, « Caravaggio: Aspetti musicali e committenza », Studi musicali, Firenze, Olschki, vol. XII,‎ , p. 67-88.
  • (de) Ildikó Ember, Musik in der Malerei : Musik als Symbol in der Malerei der europäischen Renaissance und des Barock, Budapest, Corvina, .
  • (it) Marco Bussagli et Raffaele Simongini, I grandi temi della pittura : 21 : La musica, Novare, De Agostini, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :