Angelica Kauffmann

peintre suisse

Angelica Catherina Kauffmann, née le à Coire (ligue de la Maison-Dieu, aujourd'hui en Suisse) et morte le à Rome, est une artiste peintre autrichienne.

Angelica Kauffmann
Image dans Infobox.
Angelika Kauffmann, Autoportrait (1785),
Munich, Neue Pinakothek.
Naissance

Coire, Ligue de la Maison-Dieu, État libre des Trois Ligues, aujourd'hui Canton des Grisons, Suisse
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Maria Anna Angelika KauffmannVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieux de travail
Mouvement
Père
Johann Joseph Kauffmann (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Parentèle
Rudolf-Alois Kauffmann (d) (cousin germain)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
signature d'Angelica Kauffmann
Signature

Elle est l'une des femmes peintres et portraitistes les plus célèbres du XVIIIe siècle. Son style est à mi-chemin entre le néo-classicisme et l’Empfindsamkeit. Connue pour ses portraits et ses autoportraits, Kauffmann se spécialise également dans la représentation de thèmes classiques tels que les mythes de Zeuxis et de Pygmalion[1].

BiographieModifier

Angelica Kauffmann est la fille du peintre autrichien Joseph Johann Kauffmann (en). Originaire du Voralberg[2], il était installé à Coire, en tant que peintre de la cour de l'évêque de Coire. Elle s'exerce fort jeune à la peinture. En 1752, sa famille s'installe à Côme, où le père devient peintre du comte de Salis, noble famille d'origine suisse.

FormationModifier

Elle développe ses talents d'enfant prodige et apprend son art au bord du lac de Côme et à Milan, où elle se spécialise dans les portraits et s'instruit en musique. C'est son père qui se chargea de son éducation et sa mère de l'allemand et de l'italien et plus tard du français. Elle peint son premier autoportrait en 1753. De 1754 à 1757, la famille voyage en Italie et s'arrête à Milan chez un gouverneur-général autrichien (Milan appartenait alors à l'Empire d'Autriche) et au palais du duc de Modène d'Este.

Lorsque sa mère meurt à Milan en 1757[3], la jeune fille s'installe au pays natal paternel dans la forêt de Brégence, près de Schwarzenberg, où son père décore tout l'intérieur de l'église, endommagée après un incendie. De cette époque datent plusieurs tableaux de jeunesse de l'artiste et c'est elle également que son père charge de peindre à l'église les personnages des apôtres — son unique travail de fresque —, d'après Piazzetta.

Une fois cette tâche accomplie, elle part entre 1757 et 1759 pour Meersburg et Tettnang, afin entre autres portraits de peindre ceux du prince-évêque de Constance, le cardinal von Rodt, et des membres de la famille du comte de Montfort. Elle retourne en Italie avec son père en 1760 pour étudier les antiques et l'art de la Renaissance. Ils séjournent à Milan, Modène et Parme, et le arrivent à Florence. Le , elle est nommée membre d'honneur de l'Académie des beaux-arts de Bologne et, cinq jours, plus tard, obtient le diplôme de l'Accademia di Disegno. De janvier 1763 à 1766, le père et sa fille se fixent à Rome. Elle y fait de nombreux portraits dont celui du fameux Johann Joachim Winckelmann qui habitait alors à Rome. Entretemps, elle entreprend un voyage à Naples et à Ischia entre le et le . Elle peint plusieurs copies au palais Capodimonte et remercie le roi de Naples, encore enfant, par un portrait. Elle est lancée à Naples par les nombreux Anglais qui s'y trouvent. Elle exécute le portrait de l'acteur David Garrick en séjour à Naples, qui est tellement satisfait du tableau qu'il permet au père d'Angelica de l'envoyer à Londres à l'exposition de la Society of Artists. Ce tableau fit le début de sa renommée à Londres.

 
Autoportrait présumé[4] (entre 1780 et 1785), 76,5 × 63 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage.

Le , elle est acceptée comme membre de l'Accademia di San Luca de Rome. Le , elle se rend à Venise en passant par Bologne.

A LondresModifier

 
Antonio Pietro Zucchi
Angelica Kauffmann
Collection privée[5]

À l'invitation de Lady Wentworth, son père et elle se rendent à Londres, où ils arrivent le , et disposent d'un appartement donnant sur la Suffolk Street à Charing Cross. Elle rend visite à Reynolds à son atelier le suivant. Les deux artistes se feront mutuellement leurs portraits par la suite. Elle acquiert une grande réputation, mais elle a le malheur de se laisser abuser par un homme d'origine suédoise qui prenait le titre de comte de Horn, et qu'elle épouse. Il s'enfuit quelques mois plus tard avec la fortune de sa femme. Le mariage fut invalidé par un jugement de l'Église anglicane du .

Elle fut un des membres fondateurs de la Royal Academy en 1768[6]. Lors de ses débuts à Londres, Kauffman bénéficie du patronage de plusieurs femmes pour lesquelles elle réalise des portraits dont Anne Seymour Conway qui deviendra plus tard sculptrice. Parmi ses commanditaires d’influence se démarquent également des membres de la famille royale tels que la princesse Augusta Charlotte de Hanove, mère de George III, ainsi que la reine Charlotte de Mecklembourg-Strelitz qui aida Kauffmann à établir sa réputation[7].

À Londres, elle épouse en le peintre vénitien Antonio Zucchi (1726-1795) qui, comme elle, a connu le succès en Angleterre avant de se retirer dans les États pontificaux. Elle repasse après son mariage à Schwarzenberg, dans les Flandres, à Padoue, à Vérone et à Venise, et confirme sa réputation en Italie par plusieurs ouvrages très remarqués. Son père meurt en .

 
Stèle commémorative, Schwarzenberg, église paroissiale de la Sainte-Trinité.

Installation à RomeModifier

En , avec son mari, ils achètent un atelier à Rome près de la Trinité-des-Monts. L'ancienne maison du peintre Raphaël Mengs au 72 de la Via Sistina devient le lieu de rencontre des artistes de la Ville éternelle et également celui de leurs commanditaires issus de la haute aristocratie[8]. Elle est une des personnes exceptionnelles à Rome à la fin du XVIIIe siècle avec ses relations internationales étendues et un grand cercle d'amis. L'empereur Joseph II est venu en invité d'honneur, ainsi que le prince héritier de Bavière, la duchesse de Saxe-Weimar (l'un des esprits les plus éclairés de son temps). L'autoportrait de Munich a été commandée en 1784 par le comte Franz Laktanz Firmian (1712-1786) de Salzbourg pour sa collection de portraits d'artistes au palais Léopoldskron, dissoute après sa mort en 1786[9]. Goethe en 1787, ou encore Herder en 1788 et 1789 lui rendirent visite. Ce dernier qualifie Angelica Kauffmann de « femme la plus cultivée d'Europe. » Une amitié étroite la lie jusqu'à la mort avec Johann Friedrich Reiffenstein (1719-1793), acheteur d'art pour les grands collectionneurs.

En 1794, elle présente un autoportrait magistral où elle se représente à la croisée des chemins entre les allégories de la Musique et la Peinture[10]. Cette œuvre représente un point tournant de la vie de l’artiste, lorsqu’elle choisit de mettre de l’avant sa carrière de peintre au détriment de ses talents musicaux[7]. Son mari Antonio Zucchi meurt en 1795. Par la suite elle vit retirée, peignant de plus en plus de toiles à sujets religieux. Gravement malade depuis 1802, elle meurt le . Elle est enterrée à Rome à l'église Sant'Andrea delle Frate.

PostéritéModifier

Un musée porte son nom à Schwarzenberg[11].

ŒuvresModifier

ExpositionModifier

  • « Rétrospective Angelika Kauffmann », Düsseldorf, Kunstmuseum, -  ; Munich, Haus der Kunst, -  ; Coire, Bündner Kunstmuseum, -.

Notes et référencesModifier

  1. Tobias G. Natter (ed.), Angelica Kauffman : a woman of immense talent, Ostfildern, Hatje Cantz, , 286 p. (ISBN 978-3-7757-1984-1 et 3-7757-1984-9, OCLC 190797757, lire en ligne)
  2. Silvia Meloni, « Notices biographiques », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 651
  3. Le .
  4. Cette attribution est contesté[Par qui ?][réf. nécessaire].
  5. Catalogue Christie's
  6. (en) Notice sur le site de la Royal Academy of Arts.
  7. a et b Bettina Baumgärtel (ed.), Alison Gallup et Bronwen Saunders, Angelica Kauffman, London, Royal Academy of Arts, , 207 p. (ISBN 978-3-7774-3462-9 et 3-7774-3462-0, OCLC 1140941443, lire en ligne)
  8. (en) Wendy Wassyng Roworth, « A Celebrity Artist’s Studio: Angelica Kauffman in Rome », Studies in Eighteenth-Century Culture, vol. 47, no 1,‎ , p. 137–150 (ISSN 1938-6133, DOI 10.1353/sec.2018.0011, lire en ligne, consulté le )
  9. Autoportrait de Munich
  10. (en) National Trust, « Self-portrait of the Artist hesitating between the Arts of Music and Painting 960079 », sur www.nationaltrustcollections.org.uk (consulté le )
  11. Musée Angelica Kauffmann
  12. Encyclopédie Larousse
  13. Galerie des arts 1836
  14. V&A Museum, Nymphe
  15. Autoportrait, Offices
  16. Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], Musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p..

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

SourcesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier