Ouvrir le menu principal

Patachou

chanteuse et actrice française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lesser et Ragon.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Pâte à choux.
Patachou
Description de cette image, également commentée ci-après
Patachou en 1961.
Informations générales
Nom de naissance Henriette-Eugénie-Jeanne Ragon
Naissance
Paris Drapeau de la France France
Décès (à 96 ans)
Neuilly-sur-Seine
Activité principale Chanteuse, actrice
Genre musical Chanson française

Henriette Ragon dite Patachou est une chanteuse[1] et actrice française, née le à Paris 12e et morte le à Neuilly-sur-Seine.

Sommaire

BiographieModifier

 
Patachou et son second époux Arthur Lesser, le à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol.

FamilleModifier

Fille de Maurice Ragon et de Marie-Célestine Vizet[2], Henriette Ragon grandit dans la capitale. Elle exerce quelques métiers, dactylo puis employée dans une usine pendant la guerre, elle y rencontre Jean Billon qu'elle épouse et dont elle a un fils, le musicien et auteur-compositeur Pierre Billon.

Elle épouse en secondes noces le producteur de cinéma américain Arthur Lesser[2].

CarrièreModifier

Un temps marchande de chaussures, pâtissière, antiquaire, elle ouvre, en 1948 avec son mari Jean Billon, un salon de thé à Montmartre dans l'annexe d'une boulangerie qu'elle nomme Chez Patachou, au 13 rue du Mont-Cenis puis un restaurant où elle engage un accordéoniste pour faire de l'animation. Des clients trouvent qu'elle a une jolie voix et elle s'essaye avec succès à la chanson. Les journalistes parisiens la rebaptisent du nom de son cabaret, Patachou.

Après Jacques Brel qui chante pendant trois ans dans son cabaret, Georges Brassens y débute, en janvier 1952, amené par son ami sétois Pierre Galante, journaliste à Paris Match. Le premier soir, elle chante Brave Margot et Les Amoureux des bancs publics et propose à son public de rester à la fin du spectacle afin de découvrir l'auteur de ces chansons. Brassens monte alors sur la scène du cabaret et chante, entre autres, Le Gorille et Putain de toi, que Patachou estimait ne pas pouvoir interpréter elle-même.

Le 23 décembre 1952, Patachou enregistre, au studio Chopin-Pleyel, neuf titres pour l’album Patachou chante Brassens, pour lequel il lui a écrit en exclusivité Le Bricoleur (boîte à outils) ; ils chantent ensemble Maman, Papa.

De nombreux artistes se sont produits dans le cabaret de Patachou, dont Édith Piaf, Charles Aznavour, Hugues Aufray, Michel Sardou[3], ainsi que Claude Nougaro et Romuald.

En 1950, les premiers disques de Patachou sont pressés ; elle chante, sous le nom de « Lady Patachou », à l'ABC, puis à Bobino, puis en tournée en France et dans le monde entier. Dès 1953, elle est au Palladium de Londres, au Waldorf-Astoria et au Carnegie Hall de New York, dans toutes les grandes villes des États-Unis où sa carrière se déroule sur plus de vingt ans, ainsi qu'à Montréal, au Moyen-Orient et à Hong Kong.

Elle enregistre un disque de chansons d'Aristide Bruant sous la direction artistique de Boris Vian en 1958.

Au début des années 1970, elle parcourt le Japon et la Suède, où son registre parigot gouailleur fait merveille.

Dès le début des années 1950, le cinéma et le théâtre font appel à elle, notamment Jean Renoir pour French cancan, en 1954, et Sacha Guitry. À partir des années 1980, Patachou se fait plus présente sur le grand et le petit écran, avec, entre autres prestations très remarquées, sa terrifiante « matriarche » en fauteuil roulant dans la série Orages d'été, ou dans le téléfilm Pris au piège la redoutable tante d'un meurtrier, qui manipule un commissaire de police aveugle et fait condamner un innocent.

Patachou a aussi animé le restaurant de la tour Eiffel.

DécèsModifier

 
Tombe au Père-Lachaise.

Elle meurt le 30 avril 2015 à son domicile de Neuilly-sur-Seine, à l'âge de 96 ans[3],[4].

Après ses obsèques, le 7 mai 2015, en l'église Saint-Justin de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, en présence de nombreuses personnalités[5], elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise[6] (2e division).

ThéâtreModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ChansonsModifier

(Liste non exhaustive)

  • 14 juillet (Rendez-vous de Paname) (Francis Lemarque)
  • À Biribi (Aristide Bruant)
  • À Grenelle (Aristide Bruant)
  • Ah ! la belle amour (Florence Véran/Raymond Bravard)
  • À la Bastille (Aristide Bruant)
  • À la Glacière (Aristide Bruant)
  • À la Vilette (Aristide Bruant)
  • Allume tes lampions (Michel Legrand/Jean Dréjac)
  • À Mazas (Aristide Bruant)
  • À Paris (Francis Lemarque)
  • À Saint-Lazare (Aristide Bruant)
  • À Saint-Lazare (Aristide Bruant)
  • Aux frais de la princesse (Aristide Bruant)
  • Avant que ça saute (Charles Level/G. Costa)
  • Avec ce soleil (Philippe-Gérard/Eddie Barclay/René Rouzaud)
  • Bal chez Temporel (Guy Béart/André Hardellet)
  • Ballade irlandaise (Un oranger) (Emil Stern/Eddy Marnay)
  • Brave Margot (Georges Brassens)
  • Ça je te le dois (Gaby Verlor/R. Nyel)
  • Carmen (Jacques Datin/Maurice Vidalin)
  • Celui qu'à l'accordéon (Frédéric Botton)
  • C'est ça qui m'intéresse (Charles Aznavour/Maurice Vidalin)
  • C'est ma chanson (Michel Emer)
  • C'est ma chanson (Michel Emer)
  • C'est pas croyable (André Popp/Françoise Dorin)
  • C'est si bon (Henri Betti/André Hornez)
  • C'est toujours la même chose (Claude Parent/J.L. Chauby)
  • Chanson tendre
  • Cherbourg avait raison (Guy Magenta/Jacques Larue/Eddy Marnay)
  • Christina (Guy Magenta/Sébastien Lebrail)
  • Clopin-clopan (Bruno Coquatrix/Pierre Dudan)
  • Comme tout l'monde
  • Domino (Louis Ferrari/Jacques Plante)
  • Douce Marijane (Georges Garvarentz/Yves Stéphane)
  • Dès que je t'aime (Marc Heyral/René Rouzaud)
  • Encore (Raymond Bravart/S. Bichewsky)
  • Entre Pigalle et Blanche (Jacques Datin/Robert Valade)
  • Entre mon homme et mon enfant (Charles Level/G. Costa)
  • Faut pas gamberger (Jean Dréjac)
  • Gosses de Paris (Maurice Vidalin/Charles Aznavour)
  • Histoire de roses (Robert Lamoureux)
  • Il n'y a pas si longtemps (Jacques Plante/Danyel Gérard)
  • J'ai rendez-vous avec vous (Georges Brassens)
  • Jambes roses (Florence Véran/Rachel Thoreau)
  • J'aurai du mal à tout quitter (Henri Salvador/Bernard Dimey)
  • Je cherche fortune (Aristide Bruant)
  • Je suis heureuse (Joss Baselli/L. Poret)
  • Je suis si fragile (Luce Klein)
  • Je veux te dire adieux (Gilbert Bécaud/Charles Aznavour)
  • Jenny-la-chance (Claude Delecluse/Michelle Senlis/Norbert Glanzberg)
  • L'Agent double (Guy Béart)
  • L'Alléluia du cheminot (Aristide Bruant)
  • L'Amour quotidien (Manouchka/J. Vernier)
  • L'Enfant de la balle (Philippe-Gérard/Jacques Larue)
  • L'Impossible amour (Florence Véran/Raymond Bravard)
  • L'Oseille (Aristide Bruant)
  • L'Soir à Montmartre (Aristide Bruant)
  • La Bague à Jules (Alec Siniavine/Jamblan)
  • La Baya (Timélou, lamélou) (Henri Christiné/Albert Willemetz)
  • La Belle vie (Pierre Roche/Michèle Vendôme)
  • La Belle-sœur à Éloi (Aristide Bruant)
  • La Chansonnette (Philippe-Gérard/Jean Dréjac)
  • La Chasse aux papillons (Georges Brassens)
  • La Chose (Les Ratés de la bagatelle) (Marc Berthomieu/M. Carré)
  • La Complainte de la Butte (Georges van Parys/Jean Renoir)
  • La Fille à maman (Michel Emer)
  • La Fortune (Léo Ferré)
  • La Goualante du pauvre Jean (Marguerite Monnot/René Rouzaud)
  • La Joconde (Mick Micheyl)
  • La Légende de la nonne (Georges Brassens)
  • La Musique (Jacques Ledru/René Denoncin/Georges Coulonges)
  • La Nuit (Henri Boutayre/Jacques Hélian/Robert Lamoureux)
  • La Prière (Georges Brassens)
  • La Seine (Flavien Monod/Guy Lafarge)
  • Le Bricoleur (Georges Brassens)
  • Le Petit Prince (Charles Dumont/Manouchka)
  • Le Petit Émigrant (René Rouzaud/Paul Misraki)
  • Le Piano du pauvre (Léo Ferré)
  • Le Quidam (Guy Béart)
  • Le Samedi soir à Paris (Roger Lucchesi/H. Blake)
  • Le Tapin tranquille (A. Mahieux)
  • Le Temps du plastique (Léo Ferré)
  • Le Train pour Venise (Pierre Louki/J. Bernard)
  • Le Vin de Bagnolet (Aristide Bruant)
  • Les Enfants de Chine (Marc Heyral/René Rouzaud)
  • Les Enfants de Paris (Louis Ferrari/Pierre Havet/Guy Bertret)
  • Les Femmes de mon mari (Album : Tiens… Patachou, 1974)
  • Les Innocents (Florence Véran/Raymond Bravart)
  • Les Mots des javas (Jean Dréjac/Philippe-Gérard)
  • Les P'tits yeux (Aristide Bruant)
  • Les Ronds dans l'eau (Pierre Barouh/R. Lesénéchal)
  • Les Voyoux (André Grassi)
  • Mais moi je m'ennuie (Charles Aznavour)
  • Maman, Papa (de et avec Georges Brassens)
  • Mon homme (Maurice Yvain/Albert Willemetz/Jacques Charles)
  • Nini peau de chien (Aristide Bruant)
  • Nous les filles (Léo Ferré)
  • On m'a volé tout ça (Florence Véran/L. Poret)
  • On n'est pas là pour ce faire engueuler (Boris Vian)
  • Padam… padam (Norbert Glanzberg/Henri Contet)
  • Par ce que (Gaby Wagenheim/Charles Aznavour)
  • Paris se regarde (Francis Lemarque)
  • Pigalle (Georges Ulmer/Géo Koger/Guy Luypaerts)
  • Plus bleu que tes yeux (Charles Aznavour)
  • Poste restante (Guy Béart)
  • Premier pas (Marc Heyral/Jacques Verières)
  • P'tit gris (Aristide Bruant)
  • Qu’j’avais marié un grec (Frédéric Botton)
  • Rue Lepic (Michel Emer/P. Jacob)
  • Rue Saint-Vincent (Aristide Bruant)
  • Serrez vos rangs (Aristide Bruant)
  • Si j'étais pas si timide (Luce Klein)
  • Sous les ponts de Paris (Vincent Scotto/Jean Rodor)
  • Sur ma vie (Charles Aznavour)
  • Terrain vague (Philippe-Gérard/Pierre Cour)
  • Tire l'aiguille (Laï...Laï... Laï...) (Emil Stern/Eddie Barclay/Eddy Marnay)
  • Une guitare, cent illusions (Albert Vidal[7])
  • Va pas t'imaginer (Michel Legrand/Jean Dréjac)
  • Un gamin de Paris (Mick Micheyl/Adrien Marès)
  • Un petit homme timide (Francis Blanche/P. Schisa)
  • Un vendredi en Palestine (André Popp/C. Canaille)
  • Viens au creux de mon épaule (Charles Aznavour)
  • Viens (Gilbert Bécaud/Charles Aznavour)
  • Vivre avec toi (Charles Aznavour)
  • Vos yeux cachou (Guy Bontempelli)
  • Voulez-vous jouer avec moâ (Georges van Parys/Marcel Achard)
  • Vous (Guy Béart)
  • Voyage de noces (Jean Valtay/J. Rochette)
  • Y'en a des bateaux (Guy Magenta/Jacques Larue)
  • Z'yeux bleus (Emil Stern/Eddy Marnay)

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Y a tant d'amour Patachou », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 2 janvier 2018)
  2. a et b « Patachou », whoswho.fr.
  3. a et b « La chanteuse et actrice française Patachou est morte », sur francetvinfo.fr, 30 avril 2015, mis à jour le 1er mai 2015 (consulté le 1er mai 2015).
  4. « Patachou. La chanteuse et comédienne est décédée », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 30 avril 2015).
  5. AFP, « Proches et admirateurs de Patachou lui rendent un dernier hommage », sur orange.fr, Orange, (consulté le 8 mai 2015).
  6. Christian Meyze, « Les obsèques de Patachou jeudi 7 mai à Levallois- Perret (92) », sur francetvinfo.fr, (consulté le 7 mai 2015).
  7. Une guitare, cent illusions sur Encyclopedisque.fr.
  8. Journal officiel, 1er janvier 2009.
  9. Paris-Match, 1er mai 2015.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (it) Gianni Lucini, Luci, lucciole e canzoni sotto il cielo di Parigi - Storie di chanteuses nella Francia del primo Novecento, Novara, Segni e Parole, 2014, 160 p. (ISBN 978-88-908494-4-2)

Article connexeModifier

Liens externesModifier