Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baselli.
Joss Baselli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Mâcon
Nom dans la langue maternelle
Joseph Octave BasileVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Giuseppe Baselli
Pseudonyme
Joss BaselliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Joss Baselli quartet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument

Joss Baselli, de son vrai nom Giuseppe Basile, est un accordéoniste français né le à Somain (Nord) et mort le à Mâcon (Saône-et-Loire).

Qualifié de « virtuose élégant de l’accordéon », il est connu pour avoir accompagné de nombreux chanteurs et notamment Barbara.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Giuseppe Basile[1] est né le 19 septembre 1926 à Somain. Il épouse Josette Viseur, la fille de l’accordéoniste Gus Viseur. Il est le père du batteur Pascal Baselli[2].

Carrière professionnelleModifier

Joss Baselli est l'accordéoniste de Barbara. Il accompagne également Jean-Roger Caussimon, Patachou, Serge Lama, Mireille Mathieu, Yves Montand, Régine, Léo Ferré, Henri Tachan, Michel Legrand, Franck Pourcel, Bourvil, Serge Reggiani, Colette Renard, Tino Rossi, Renaud.

C'est lui qui a écrit la musique de "Non, c'est rien" ("Free again") chanson qui fut interprétée par Barbra Streisand (en français et en anglais) et par Mireille Mathieu (en français).

Dans les années 1950, Joss Baselli, qualifié de « virtuose élégant de l’accordéon » est l'une des grandes vedettes des disques Philips[3]

Il mène en parallèle une carrière d'accordéoniste de jazz et enregistre des disques dans lesquels il mélange jazz et répertoire classique secondés par des musiciens de jazz, tels que Michel Gaudry (contrebasse), Armand Cavallaro ou Yves Legrand (batterie), Pierre Culaz (guitare) et des arrangements de Mickey Nicolas pour le 33 tours "Pop Quartet"(Barclay).

Dans les années 1970, il donne ses lettres de noblesse à l'accordéon électronique ainsi que l'Electronium de Hohner, d'abord avec sons analogiques, puis numériques.

Joss Baselli meurt le 5 septembre 1982 à Mâcon des suites d'une crise cardiaque[4].

DiscographieModifier

Joss Baselli a enregistré une centaine de disques[5].

DistinctionModifier

Joss Baselli reçoit le grand prix de l'Académie Charles-Cros en 1957.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier