Georges Ulmer

chanteur, compositeur
Georges Ulmer
Description de cette image, également commentée ci-après
Georges Ulmer en 1953 (Studio Harcourt)
Informations générales
Nom de naissance Jørgen Frederik Ulmer
Naissance
Copenhague (Danemark)
Décès (à 70 ans)
Marseille (France)
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Activités annexes Acteur
Genre musical Chanson française
Années actives Années 1940années 1970

Georges Ulmer de son vrai nom Jørgen Frederik Ulmer, né le à Copenhague (Danemark) et mort le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un auteur-compositeur-interprète et acteur danois dont la carrière s’est déroulée en France.

Il est le père de la chanteuse Laura Ulmer.

Biographie modifier

Son père Georg Ulmer, un sculpteur renommé au Danemark, meurt en 1920 alors que Georges n'a qu'un an. Sa mère, Laura Hingström, s'installe avec son fils en Espagne quelques années plus tard[1] où Georges Ulmer commence à travailler en jouant, écrivant et composant pour le cinéma tout en étant garçon de café.

Il fuit le franquisme et c’est en France qu’il trouve très tôt la consécration avec son immortel cliché touristique parisien, Pigalle, dont il coécrit en 1944 les paroles avec Géo Koger et compose la musique avec Guy Luypaerts[2],[3],[4]. À sa sortie en 1946, la chanson fait scandale et est interdite de diffusion à la radio[5]. Outre sa propre interprétation[6], la chanson sera notamment reprise par Colette Renard, Marie-José, Jean Sablon, Les Compagnons de la chanson, Charles Dumont, Éric Bouvelle, Jacques Ferchit, Maurice Larcange, Franck Pourcel, Paul Anka, Tino Rossi, Michel Pruvot, André Verchuren et le groupe Pigalle.

Georges Ulmer partagera longtemps sa carrière entre l'Amérique et l'Europe avant de s'installer définitivement sur la Côte d'Azur où il deviendra le directeur artistique du Casino municipal de Cannes[réf. nécessaire].

Il meurt d'un cancer à l'Hôpital Saint-Joseph de Marseille à l'âge de 70 ans. Il est enterré au cimetière Assistens à Copenhague.

Vie privée modifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale il rencontre à Nice, Betty Gola (1926-2015), chanteuse au Bagatelle avec laquelle il aura deux enfants Erik et Laura, future épouse de l'acteur Jean-Claude Dauphin.

Dans les années 1950, Ulmer était propriétaire d´une Bugatti Type 57|Bugatti 57 SC Atalante carossée par Gangloff (chassis 57532).

 
Bugatti Type 57

Hommage modifier

En 2005, le terre-plein central du boulevard de Clichy prend le nom de Promenade Georges-Ulmer.

Filmographie modifier

Georges Ulmer fit également l'objet de deux Scopitones avec ses chansons Ping Pong Li et L'Homme du bar.

Bibliographie modifier

  • René Bourdier, Au Marais, 20 spectateurs pour Ulmer : Moreau et Bardot feraient-elles mieux ?, Les Lettres françaises no 1116, -, p. 19

Voir aussi modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. Télé 7 Jours no 85, semaine du 4 au 10 novembre 1961, page 19 : Georges Ulmer rêve d'une étoile : celle du Michelin
  2. Le petit format de la partition (portant la dédicace « À mon ami O'dett... ») indique cependant seulement Georges Ulmer comme compositeur.
    De même, le coffret double-CD Paris 1919-1950 (Frémeaux & associés, 2001, ref FA 5018) indique seulement Georges Ulmer pour la musique.
  3. En revanche, la SACEM crédite par deux fois Georges Ulmer et Guy Luypaerts comme compositeurs (et crédite même, dans un doublon, un troisième compositeur : Joseph Auguste Eugène Boyer ?…) tandis que Géo Koger est seul à être crédité comme parolier…. Voir Pigalle sur la page 5 des « Œuvres en ligne : Qui a créé quoi ? » de la SACEM
  4. De son côté, la BnF, dans son catalogue général, crédite Georges Ulmer pour la musique et Georges Ulmer/Géo Koger pour les paroles. Voir Pigalle à la BnF
  5. Vraisemblablement à cause de ce couplet :

    « Clochards, camelots, tenanciers de bistrots, trafiquants de coco, Pigalle !
    Petit's femm's qui vous sourient en vous disant : « Tu viens, chéri »
    Et Prosper qui dans un coin discrètement surveille son gagne-pain… »

  6. En 1946, avec orchestre sous la direction de Marius Coste. Disque Columbia LF 207.