Ouvrir le menu principal

Musée des Beaux-Arts de Caen

musée de Caen, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des Beaux-Arts de Caen
Caen museedesbeauxarts entree.jpg
Entrée du musée en 2008
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
67 468 (2015)[1]
Site web
Collections
Collections
Bâtiment
Article dédié
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Le Château
14000 Caen
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Caen
voir sur la carte de Caen
Red pog.svg

Le musée des Beaux-Arts de Caen est un musée situé à Caen. Fondé au début du XIXe siècle, il est détruit en 1944 et reconstruit en 1971.

SituationModifier

Depuis 1971, le musée des Beaux-Arts est situé dans l’enceinte du château ducal, dans le centre-ville ancien de Caen. De sa fondation en 1809 jusqu'à sa destruction en 1944, le musée était installé dans l'ancien séminaire des Eudistes de Caen, situé place de la République.

HistoireModifier

Ouverture du musée en 1809Modifier

Afin d’exposer les toiles confisquées aux émigrés ou acquises lors des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, Jean-Antoine Chaptal, ministre de l’Intérieur, choisit, le 14 fructidor an IX, 15 villes où implanter des grands dépôts de tableaux. Choisie pour son renom universitaire et sa qualité de capitale culturelle de la Normandie, la ville de Caen se montre peu enthousiaste car l’article 4 de l’arrêté Chaptal précise que « les tableaux ne seront envoyés qu’après qu’il aura été disposé aux frais de la commune une galerie convenable pour les recevoir »[2].

Les tableaux retirés des églises et des communautés religieuses pendant la Révolution ayant déjà été regroupés à partir de 1795 dans l’ancienne église Sainte-Catherine-des-Arts (rebaptisée en 1802 église Notre-Dame-de-la-Gloriette)[3], le maire Jean-Baptiste d'Aigremont de Saint-Manvieu pense installer le musée dans cette ancienne église érigée à la fin du XVIIe siècle par les Jésuites[4]. Mais le 5 brumaire an X, décision est finalement prise d’utiliser l’aile gauche de l’ancien séminaire des Eudistes, déjà en partie occupé depuis 1792 par l’administration municipale[4]. Le préfet du Calvados demande le 27 octobre 1802 que l'on confère le titre de « commissaire près le musée de Caen » à François-Pierre Fleuriau, professeur de dessin à l’école centrale du Calvados, très bien noté par le jury central[5]. Afin d’enrichir le fonds déjà constitué à la Gloriette, le nouveau conservateur choisit en 1804 quarante-six toiles de différents artistes (Véronèse, Poussin…)[6], faisant ainsi du lot de Caen le plus important après celui de Lyon. Le conservateur complète par ailleurs les collections du nouveau musée. Il tente même, sans succès, de faire transférer la tapisserie de Bayeux à Caen[7].

Les travaux d’aménagement du musée avancent très lentement. En 1806, le préfet, Charles Ambroise de Caffarelli du Falga, refuse d’autoriser les crédits votés par la municipalité pour la reprise des travaux qui avaient été interrompus. Les sommes sont débloquées dans le budget de 1809 et le projet peut être mené à son terme[8]. En novembre 1809, on transfère les tableaux qui avaient été entreposés dans l’ancienne église des Jésuites et le musée est officiellement ouvert au public le 2 décembre 1809[9]. Le conservateur dirige également l’école municipale de dessin fondée en 1804[10].

Développement du musée et premières monographiesModifier

À partir de 1811, le nouveau conservateur, Henri Elouis, enrichit les collections, notamment grâce à un nouveau lot de 35 peintures attribuées par le ministre de l’Intérieur[11]. En 1815, les Prussiens campent dans le rez-de-chaussée de l’ancien séminaire des Eudistes pour réclamer la rétrocession des toiles confisquées en Allemagne[12]. Elouis dissimule alors les toiles les plus importantes ; selon la légende, il cache en particulier l’Abraham et Melchisédech de Rubens sous la table utilisée pour le dîner des officiers prussiens[13]. Après la restitution de cinq toiles sans importance majeure[14], les Prussiens quittent la ville. La Belgique réclame ensuite le retour des toiles de grands maîtres bruxellois, mais le conservateur et le maire de Caen, Augustin Le Forestier, comte de Vendeuvre, parviennent à enrayer cette nouvelle crise[15]. Henri Elouis enrichit les collections grâce à des envois de l'État ou des acquisitions[16].

La deuxième moitié du XIXe siècle est plus calme ; la période est davantage à l’étude des collections. En 1837, Georges Mancel rédige le premier catalogue du musée[17] et dans les années 1850 les premières monographies consacrées aux collections sont éditées. Alfred Guillard, le successeur d’Elouis de 1841 à 1880, mène une politique d’acquisition assez timide[18], mais une série de legs permet au musée d’exposer une centaine de toiles supplémentaires. En 1853, la ville accepte un legs de Pierre-Aimé Lair constitué de 141 tableaux, dont une grande partie provenait de la galerie de Jean Regnault de Segrais[19]. Celui de la baronne de Montaran en 1858, comprenant trois toiles de François Boucher, une vingtaine de Théodore Gudin et une de Pierre Mignard[20], est le plus remarquable et l'ensemble de ces pièces sont rassemblées dans un salon aménagé à cette intention[21]. En 1856, le musée s'agrandit en occupant l'aile reliant le musée à la bibliothèque de Caen[22].

La plus importante donation de l’histoire du musée est celle de la collection Mancel, en 1872. Elle est léguée par le libraire caennais Bernard Mancel, qui avait acheté en 1845 une grande partie de la collection du cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier, à Rome[23]. Elle est composée d’un lot de plus de 50 000 œuvres : estampes de Dürer, Rembrandt ou Callot, ainsi qu’une trentaine de toiles dont le Rogier van der Weyden (La Vierge à l'Enfant). Un an plus tard, la famille du colonel Langlois lègue les 256 toiles représentant des batailles et panoramas militaires. En 1888, ces toiles sont transférées dans le Pavillon des sociétés savantes aménagé aux frais de la nièce du colonel Langlois pour former le musée Langlois.

Affaiblissement du prestige du musée à partir des années 1880Modifier

 
Plan du musée en 1893.

À partir de 1880, les nouveaux conservateurs, Xénophon Hellouin, puis Gustave Ménégoz, mènent une politique timorée qui conduit à l’affaiblissement du prestige du musée. Sous l’influence des édiles caennais, les conservateurs font surtout l’acquisition d’œuvres régionalistes d’intérêt exclusivement local. Ces dernières sont exposées au rez-de-chaussée de l’ancien séminaire des Eudistes aménagé en musée d’art et d’histoire normande. Moins fréquentes, les donations sont souvent constituées d’œuvres mineures davantage léguées dans un but ostentatoire que par amour de l’art. Malgré le don par le docteur Jacquette, maire de Fervaques, de tableaux de Courbet, Boudin et Lépine, la peinture moderne, notamment impressionniste, reste ainsi pratiquement absente du musée.

Alors que d’autres villes construisent de grands musées pour abriter leurs collections, le Musée des Beaux-Arts de Caen reste à l’étroit dans une aile de l’hôtel de ville. Les bâtiments sont dans un état précaire et le 3 novembre 1905 une partie des collections sont la proie des flammes. Plusieurs œuvres de l’école hollandaise et flamande sont perdues, ainsi que La Bataille d’Hastings de François Debon[24]. Cette dernière œuvre bénéficiait alors d’une certaine popularité tant du fait de sa composition romantique, que du sujet représentant la victoire des Normands sur les Anglais dans un contexte de forte tension internationale. L’incendie fait scandale et la presse locale et nationale réclament une réorganisation du musée. Le conseil municipal décide alors « en principe la construction d’un musée isolé et installé dans les conditions de sécurité et d’éclairage que l’on est en droit d’exiger pour un musée aussi riche que le nôtre ». Les édiles envisagent d’organiser une loterie afin d’ériger un nouveau musée sur le terre-plein de la place de la Préfecture (actuelle place Gambetta)[25]. Mais l’idée est rapidement abandonnée et le musée reste dans un état précaire.

La destruction en 1944 et la reconstruction en 1970Modifier

 
Le site du musée après 1944.

En 1934, Louis-Édouard Garrido est nommé conservateur. À partir de 1936, il entreprend une restauration du musée et améliore l’éclairage des œuvres. Mais les travaux sont interrompus par la Seconde Guerre mondiale. 360 peintures, la collection Mancel, la commode de Bernard van Riesen Burgh ainsi que d’autres objets d’arts sont transférés au prieuré Saint-Gabriel, à l’abbaye de Mondaye et au château de Baillou. Le , l’ancien séminaire est en grande partie détruit et le dernier bombardement aérien des Alliés, le 7 juillet, détruit ce qui était encore resté debout[26]. 540 tableaux (grands formats, collections du XIXe siècle et un grand nombre d’anonymes du XVIIe siècle), les 400 dessins du cabinet des dessins, les meubles, les objets d'art, les sculptures, ainsi que les archives, les inventaires et les cadres disparaissent[27]. Une grande partie du musée Langlois est également bombardée et la moitié des œuvres exposées détruites.

On envisage de déplacer le musée dans l'abbaye aux Hommes, dans l'église Saint-Nicolas, dans un bâtiment neuf sur la place de la Mare ou dans l’hôtel d'Escoville[28]. Les œuvres épargnées sont finalement entreposées à la hâte dans les ruines peu salubres de l’hôtel d'Escoville et du musée Langlois. Une seule salle de l'hôtel d'Escoville est ouverte au public et seule trois expositions temporaires sont organisées dans les années 1950[28]. En 1963, on commence à réfléchir à la reconstruction du musée[28]. Les collections sont inventoriées par Françoise Debaisieux ; outre les œuvres de la collection Mancel, on dénombre alors 567 peintures et miniatures, des céramiques et des porcelaines. L'avant-projet proposé par Jean Merlet dans l'enceinte du château est adopté le [29]. Le nouveau musée est ouvert au public le mais son inauguration n'a lieu que le à la suite du décès du sénateur-maire Jean-Marie Louvel le [29]. Parallèlement la nouvelle conservatrice, Françoise Debaisieux, entame une nouvelle politique d’acquisition se concentrant sur les écoles françaises, italiennes et flamandes du XVIIe siècle. Cette politique est soutenue par les dépôts du musée du Louvre.

En 1982, le Musée des Beaux-Arts de Caen est promu « musée classé »[30], reconnaissant ainsi l’importance des collections et la vitalité de la politique visant à enrichir ces dernières. En 1988, Alain Tapié succède à Françoise Debaisieux. Il organise de grandes expositions et fait ajouter en 1994 une nouvelle aile construite par Philippe Dubois. Le nouveau conservateur étoffe les collections en faisant l’acquisition d’œuvres contemporaines. À la suite de cette extension, le musée obtient en 1995, au titre de son architecture et de son programme, le Grand Prix national des Musées décerné par le ministère de la Culture. Depuis 2007, le musée est au centre du parc des Sculptures, aménagé dans le château, à l’initiative de Patrick Ramade, conservateur en chef, directeur du musée depuis 2004[31].

Afin de démocratiser l’accès à la culture, les expositions permanentes sont ouvertes gratuitement à partir du [32]. Cette décision est abrogée en 2010[33] en même temps que celles du musée de Normandie, situé juste en face. Depuis, le billet donne l'accès complet : si les collections permanentes ne sont plus gratuites, le prix d'accès aux expositions inclut l'accès aux collections permanentes. Un billet jumelé a par ailleurs été créé conjointement avec le musée de Normandie, permettant la visite complète des deux établissements (collections permanentes et expositions temporaires). Enfin, un abonnement a également été institué, permettant pour 15  (une personne) ou 20  (deux personnes), un accès complet aux collections permanentes des deux musées, mais également à toutes les expositions temporaires pendant une année, sans restriction[34].

Le musée accorde enfin la gratuité complète des entrées le premier dimanche de chaque mois et tous les jours aux moins de 26 ans ainsi qu'à d'autres publics ciblés, bénéficiaires de minima sociaux ou personnes en situation de handicap.

Le musée a également diversifié sa politique culturelle en organisant notamment des ateliers en direction du jeune public et des adultes. Depuis 1997, le musée accueille également en résidence l’ensemble de musique baroque les Cyclopes qui se produit pour une série annuelle de concerts en lien avec la programmation de l’établissement culturel. De même, une partie des séminaires de l’université populaire de Caen a lieu au musée.

À la suite du départ à la retraite de Patrick Ramade en 2014, la direction du musée est confiée à Emmanuelle Delapierre, conservateur du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes[35].

FréquentationModifier

Année 2003 Année 2004 Année 2005 Année 2006 Année 2007 Année 2008 Année 2009 Année 2010 Année 2011 Année 2012 Année 2013 Année 2014 Année 2015 Année 2016
51 614 39 344 56 376 71 342 64 138 62 791 62 209 151 577 87 941 64 930 166 516 58 920[36] 67 468[36] 125 385[36]
 

Source :

CollectionsModifier

Le Musée propose 6 000 m² d’espace dédiés aux collections présentées au public avec de nombreuses œuvres de la Renaissance italienne et flamande mais aussi française, ainsi que de l’art contemporain. Il dispose d’une salle de 400 m2 pour la présentation des estampes de la collection Mancel. Le musée est équipé d’une salle de conférence de 230 places, utilisée notamment par l’université populaire de Caen. Enfin, la bibliothèque de la conservation du musée, composée de plus 20 000 volumes ayant trait à l'histoire de l'art, est ouverte au public.

XIVe au XVIe sièclesModifier

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Barnaba da Modena Crucifixion avec la Vierge et saint Jean Entre 1361 et 1383 Bois à pans coupés 0,675 x 0,640
Cosme Tura Saint Jacques Panneau 75,1 x 40,9
Le Pérugin Saint Jérôme dans le désert Vers 1499-1502 Panneau 89,3 x 72,5
Le Pérugin Le Mariage de la Vierge (ou Sposalizio) Entre 1500 et 1504 Panneau 236 x 186
Cima da Conegliano La Vierge à l’Enfant entre saint Georges et saint Jacques Vers 1510-1511 Triptyque sur panneau, transposé sur toile 137 x 61 (panneau central) et 121 x 44,5 (panneaux latéraux)
Andrea del Sarto Saint Sébastien tenant deux flèches et la palme du martyre Bois (peuplier) 0,839 x 0,680
Taddeo Zuccaro La Décollation de saint Jean-Baptiste 1555-1560 Toile 66 x 51
Rogier van der Weyden La Vierge à l’Enfant Panneau 51,5 x 33,5
Pieter Brueghel le Jeune Le Paiement de la dîme (ou Le Dénombrement de Bethléem) Panneau 110 x 160
Maître de Hoogstraten La Vierge et l’Enfant avec sainte Catherine, Sainte Madeleine et Sainte Barbe 1510 Bois(chêne) 78,8 x 71
Frans Floris Portrait de dame âgée (ou La femme du fauconnier) Panneau 107,7 x 83,4
Paris Bordone Le Mariage de la Vierge Vers 1540 Toile 73 x 99
id. L’Annonciation 1545-1550 Toile 102 x 196
Giovanni Antonio Sogliani La Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste Panneau 120 x 100
Lambert Sustris Le Baptême du Christ Vers 1543 Toile 129,4 x 236,1
Andrea Schiavone Le Christ dans la maison de Jaïrus Vers 1549-1550 Toile 107,3 x 174,6 cm
Tintoret La Descente de croix 1556-1558 Toile 135,6 x 102
id. La Cène 1564-1566 Toile 90 x 121
Paul Véronèse La Tentation de saint Antoine 1552 Toile 198,2 x 149,5
id. Judith et Holopherne Après 1581 Toile 231,5 x 273,5
Benedetto Caliari Le Départ des Israëlites ou Les Israëlites sortant d'Égypte Toile 95 x 121

XVIIe siècleModifier

École italienneModifier

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Francesco Albani La Vierge les mains croisées sur la poitrine
Giovanni Battista Gaulli, dit Il Baciccio Le Baptême du Christ Vers 1690
Giovanni Battista Beinaschi Tête de vieillard
Attribué à Francesco Cairo Tête de saint Jean-Baptiste
Entourage d'Annibale Carrache Groupe d’artiste vers 1600
Valerio Castello La Chute de Simon le Magicien vers 1656-1657
Giovanni Benedetto Castiglione Io
Bernardo Cavallino L’Immaculée Conception vers 1640
Giuseppe Cesari dit le Cavalier d'Arpin La Victoire de Tullus Hostilius sur les forces de Veies et de Fidena 1596-1597
Giuseppe Cesari dit le Cavalier d'Arpin Saint Sébastien
Giacomo Cotta La Fuite en Égypte ou Le repos de la Sainte Famille 1673
L'Empoli Sainte Claire prenant le voile vers 1620
Pietro Faccini La Madeleine au tombeau du Christ
Domenico Fetti La Parabole de l’Enfant prodigue et La Perle de grand prix
Luca Giordano L'Enlèvement d’Hélène entre 1680 et 1683
Le Guerchin Coriolan supplié par sa mère 1643
Bartolomeo Manfredi Soldats jouant aux cartes
Attribué à Pietro Negri Mercure et Argus
Pietro Giovanni Novelli, dit Il Monrealese Duel musical d’Apollon et de Marsyas
Giuseppe Nuvolone Samson et Dalila et Moïse faisant jaillir l'eau du rocher
Andrea Pozzo L'Ange gardien vers 1685-1694
Salvator Rosa Glaucus et Scylla 84,5 x 72
Andrea Sacchi Didon abandonnée ou Didon sur le bûcher vers 1630-1635
Bernardo Strozzi Sainte Rosalie

École françaiseModifier

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Lubin Baugin Saint Jérôme
Jacques Blanchard Sainte Famille
Jean-Baptiste Blin de Fontenay 4 peintures dont Fleurs dans un vase sur entablement sculpté et Femme à la guirlande de fleurs
Sébastien Bourdon Le Christ et le centurion 1655-1660
Sébastien Bourdon Campement de Bohémiens Ap. 1637
Philippe de Champaigne L’Annonciation 1633
Philippe de Champaigne Le Vœu de Louis XIII 1638
Philippe de Champaigne La Samaritaine 1648
Philippe de Champaigne Le Voile de Véronique
Noël Coypel[37] Le combat d’Hercule et d’Achéloüs Vers 1700
Attribué à Jean Daret Le Sauveur du monde
Laurent de La Hyre L’Apparition de la Vierge avec l’Enfant dans le ciel vers 1630
Laurent de La Hyre Thésée retrouvant les armes de son père 1634
Charles Le Brun La Charité vers 1642-1648
Pierre Mignard Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan
Nicolas Poussin Vénus pleurant Adonis vers 1625
Simon Vouet La Vierge et l’Enfant à l’ange 1636
Simon Vouet Jeune homme à la figue entre 1620 et 1630
Claude Vignon Portrait de jeune homme vers 1615-1618

Écoles flamande et hollandaiseModifier

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Willem van Aelst Bouquet de fleurs 1651
Jacques D'arthois Paysage
Jan Asselijn Paysage au moulin à eau
Osias Beert Nature morte aux Raisins, Grenades et abricots 1600-1610
Nicolaes Berchem et Jan van der Bent Paysage italien avec figures et animaux
Adriaen Brouwer Buveurs
Willem Drost L’Écaillère
Antoine van Dyck Communion de Saint Bonaventure 1628-1632
Bertholet Flémal Adoration des bergers vers 1665
Frans II Francken Les esclaves des fureurs de l'Amour ou L'Amour vainqueur Ap. 1627
Abraham Govaerts Paysage à la chasse de Méléagre et Atalante
Jan van Goyen Paysage à la cabane
Cornelis Cornelisz van Haarlem Vénus et Adonis
Jan Davidsz de Heem Vanité 1628
Jan van den Hoecke Jésus couronné d'épines
Jacob Jordaens Tête d’étude Abraham Grapheus
Gérard de Lairesse La Conversion de Saint Augustin vers 1663
Gérard de Lairesse L'empereur Auguste soutenant les Arts
Johan Moreelse Marie-Madeleine pénitente
Peter Paul Rubens Abraham et Melchissédech entre 1615 et 1618
Peter Paul Rubens Saint Sébastien et Saint Georges
Salomon van Ruysdael Paysage maritime
Gerard Seghers et François Ykens La Vierge et l’enfant Jésus dans une guirlande de fleurs
Frans Snyders Intérieur d’office vers 1635
Harmen van Steenwyck La Cruche cassée
Nicolaes van Verendael Vanité vers 1680
Adriaen Pietersz van de Venne Jésus et la femme adultère
Paul de Vos Cheval dévoré par des loups et Chasse aux ours
Jacob van Walscapelle Nature morte de fleurs et d’insectes
Attribué à Artus Wolffort Saint Jérôme vers 1630
Thomas Wyck Laboratoire d’alchimiste

XVIIIe siècleModifier

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension (en cm) Image
Anonyme d’après Jean Jouvenet Saint Pierre guérissant les malades vers 1700 Toile 133 x 98
Hyacinthe Rigaud Portrait de Marie Cadenne 1684 Toile 139 x 102
Hyacinthe Rigaud Portrait présumé du comte de Coigny Toile 136 x 113
Jean-Baptiste Oudry Laie et ses marcassins attaqués par des dogues 1748 Toile 258 x 400
Robert Tournières Portrait de l’orfèvre Nicolas Delaunay et de sa famille Vers 1705 Toile 56 x 70,2
Jean Restout Portrait d’un prémontré Vers 1725-1735 Toile 81 x 65,5
Pierre Subleyras Portrait de la comtesse Mahony Vers 1740-1745 Toile 100 x 74,5
Giovanni Paolo Pannini La Remise de l'ordre du Saint-Esprit au prince Vaini par le duc de Saint-Aignan, en l'église Saint-Louis-des-Français, le 15 septembre 1737 Vers 1758 Toile 72 x 98
Pierre Lesseline Portrait présumé de Françoise-Charlotte-Louise Vauquelin de Vrigny 1749 Toile 73 x 60
François Boucher Pastorale (ou Jeune berger dans un paysage) Toile 89 x 121,5
Hubert Portrait de dame âgée 1779 Toile 231,5 x 273,5
Simon Julien Tithon et l'Aurore 1789 Toile 277 x 198 cm
Giandomenico Tiepolo Ecce Homo Vers 1760-1770
Giuseppe Maria Crespi Le marché 1735-1740 Toile 124 x 178 cm

XIXe siècleModifier

Auteur de l'œuvre Nom de l'œuvre Date Type Dimension Image
Théodore Géricault Course de chevaux montés Vers 1821 Toile 30 x 42
Eugène Delacroix Quentin Durward et le Balafré Vers 1828 -1829 Toile 40,5 x 32,4
Eugène Isabey Matelots sortant du port de Saint-Valery Toile 40,5 x 61
Théodore Chassériau Groupe d’Arabes (ou Joseph vendu par ses frères) Toile 82 x 66
Gustave Courbet La Mer 1871-1872 Toile 38 x 45
id. La Dame aux bijoux 1867 Toile 81 x 64
Théodore Rousseau Paysage Toile 82,6 x 124,8
Jean-Baptiste Camille Corot Les Chevriers de Castel Gandolfo 1866 Toile 59 x 78
Eugène Boudin La Plage de Deauville 1863 Toile 50,5 x 74,5
id. Voiliers 1869 Toile
id. Pâturage à Fervaques 1874 Toile 55 x 38
Gustave Doré Paysage d’Écosse 1881 Toile 92 x 165
Claude Monet Etretat, la Manneporte, reflets sur l'eau Toile
id. Etang aux nymphéas Toile

XXe siècleModifier

Parc des sculpturesModifier


Œuvres détruites en 1944Modifier

Quelques-uns des tableaux détruits en 1944 :

  • Charles Le Brun (1619-1690), Le Baptême du Christ (commandé par Pierre-Daniel Huet, évêque d'Avranches, pour l'église Saint-Jean de Caen).
  • Jacques-Antoine Beaufort (v. 1721-1784), La Mort de Calanus, ou Calanus montant au bûcher en présence d’Alexandre (Salon de 1779).
  • François Gérard (1770-1837), Achille jurant de venger la mort de Patrocle, v. 1830-1837[41].
  • Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouÿ (1842-1923), Polyptyque sur l'œuvre de Victor Hugo : Les Travailleurs de la mer (Salon des Artistes Français de 1884) ; Les Orientales (Salon des Artistes Français de 1885) ; Les Contemplations d'aujourd'hui (Salon des Artistes Français de 1885) ; Les Contemplations d'autrefois[42].
  • Albert-Jules Édouard (1845-1919), Dante et Virgile sur le lac glacé (Salon de 1879) ; Briséis et ses compagnes pleurant sur le corps de Patrocle (Salon des Artistes Français de 1885)[43].
  • René-Ernest Huet (1886-1914), Ulysse retrouve dans le verger son vieux père Laërte (Salon des Artistes Français de 1913).

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bilan de fréquentation 2015 des sites et lieux de visite (Calvados Tourisme)
  2. Citations extraites de l’ouvrage de Rémy Desquesnes, Caen 1900-2000 : un siècle de vie, Fécamp, Éditions des Falaises, 2001.
  3. Georges Mancel, Catalogue des tableaux composant le musée de Caen : précédé d'une notice historique, Caen, édition Hardel, 1851, 1re édition, p. 11 [lire en ligne].
  4. a et b Fernand Engerand, « Histoire du musée de Caen » dans Bulletin de la Société des beaux-arts de Caen, Caen, Imprimerie Charles Valin, 1897, 10e volume, 1er cahier, p. 80 [lire en ligne].
  5. Charles-Hippolyte Pouthas, « L'École centrale du Calvados – Organisation et fonctionnement depuis l'ouverture de l'École jusqu'à la fin de l'an X (1796-1802) », dans les Mémoires de l'Académie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Caen, Henri Delesques, 1912, p. 291 [lire en ligne].
  6. Fernand Engerand, op. cit., p. 85
  7. Fernand Engerand, op. cit., p. 86
  8. Fernand Engerand, op. cit., p. 87.
  9. Fernand Engerand, op. cit., p. 88.
  10. Dossier de presse de l’Esam.
  11. Fernand Engerand, op. cit., p. 90
  12. Fernand Engerand, op. cit., p. 96
  13. Voir l’ouvrage publié en 1882 par le fils d’Elouis, le Musée de peinture de Caen.
  14. Georges Mancel, op. cit., pp. 20–21.
  15. Fernand Engerand, op. cit., p. 109
  16. Fernand Engerand, op. cit., p. 113-114
  17. Georges Mancel, op. cit..
  18. Fernand Engerand, op. cit., p. 121-122
  19. Fernand Engerand, op. cit., p. 129
  20. Georges Mancel, Alfred Guillard et Xénophon Hellouin, Catalogue des tableaux composant le musée de Caen : précédé d'une notice historique, Caen, Charles Valin, 1891, 7e édition, p. 121–132 [lire en ligne].
  21. Gustave Ménégoz, « Deux tableaux du musée de Caen par Mme Vigée-Lebrun et François Boucher » dans Bulletin des musées de France, Paris, 1908, p. 11–12 [lire en ligne].
  22. Fernand Engerand, op. cit., p. 132
  23. Fernand Engerand, op. cit., p. 135
  24. « L’incendie du musée » dans Le bonhomme normand, 41e année, no 45
  25. Henri Prentout, « L'incendie du musée de Caen » dans Musées et monuments de France, Paris, 1906, 1re année, pp. 42–43 [lire en ligne].
  26. Caen et la Seconde Guerre mondiale.
  27. Connaissance des arts, hors série no 514, p. 7.
  28. a b et c Patrice Gourbin, « La politique municipale du patrimoine à Caen pendant la reconstruction (1940-1970) », Annales de Normandie, nos 58-1-2,‎ , p. 147-167
  29. a et b Pierre Gouhier, Caen, Caennais, qu'en reste-t-il?, Éditions Horvath, .
  30. Décret du  ; Journal officiel de la République française, 15 décembre 1982, p. 61175.
  31. Lucie Agache, « La sculpture se réinstalle à Caen » dans Connaissance des arts, 4 juin 2007 [lire en ligne].
  32. Centre national des arts plastiques.
  33. Nouvelle offre de tarifs et d'abonnement dans les musées du château de Caen, informations presse .
  34. Musée de Normandie-Informations pratiques.
  35. Tendance Ouest n°255 du 04 décembre 2014, p.4
  36. a b et c Bilan de fréquentation 2016 des sites et lieux de visite (Calvados Tourisme)
  37. Œuvre acquise en 2014 : La Tribune de l'Art, « Coypel et Tournières, deux acquisitions de peintures françaises par Caen », 16 juillet 2014
  38. Fiche sur le Grand guerrier, site du musée des Beaux-Arts de Caen [lire en ligne] [PDF]
  39. « Caen : une statue de Rodin dans le parc du château » dans La Manche libre, Saint-Lô, 7 mai 2015
  40. Raphaël Fresnais, « Rodin revient au château par la grande porte » dans Ouest-France, édition de Caen, 8 mai 2015 [lire en ligne]
  41. Christophe Marcheteau de Quinçay, « Les fantômes du musée (II), Achille jurant de venger la mort de Patrocle, du baron François Gérard (1770-1837) », Cahiers du musée des Beaux-Arts de Caen, n° 2, 2012, p. 22-35.
  42. Christophe Marcheteau de Quinçay, « Les fantômes du musée, le Polyptyque sur l'œuvre de Victor Hugo de Jean Lecomte du Nouÿ (1842-1923) », Cahiers du musée des Beaux-Arts de Caen, n° 1, 2010, p. 40-45.
  43. Pierre Sérié, La Peinture d'histoire en France, 1860-1900. La lyre ou le poignard, Paris, Arthena, 2014, p. 355 et 414.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :