Ouvrir le menu principal

Cartella Square blu.png
Portail Musées
Map symbol museum 02.png
Nuvola apps kedit.png    
PORTAIL des
musées
 ARBORESCENCE
des articles
 SUIVI des articles
sur les Musées
 Projet Musées
Bienvenue sur le portail des musées !

À ce jour, le portail des musées rassemble 7 258 articles.
Muses sarcophagus Louvre MR880.jpg

À l'origine, un musée est un temple consacré au culte des muses. Puis le mot a désigné un bâtiment destiné à recueillir, conserver, étudier et exposer des objets d'art, de culture ou de science. De nos jours, il existe des musées sur de nombreux thèmes : industrie, gastronomie, sport, guerre, vie quotidienne... et même des musées virtuels.

Quelle que soit la muse qui vous inspire, rejoignez-nous sur le Projet:Musées pour améliorer les 7 258 articles concernés par ce thème.


Cartella Square blu.png
Lumière sur ...
Map symbol museum 02.png
Nuvola apps kedit.png    
Mona Lisa

La Joconde, ou Portrait de Mona Lisa, est un tableau de Léonard de Vinci, réalisé entre 1503 et 1506 qui représente un buste, probablement celui de la florentine Mona Lisa del Giocondo. Cette peinture à l'huile sur panneau de bois de peuplier de 77 x 53 cm est exposée au musée du Louvre à Paris. La Joconde est l'un des rares tableaux attribués de façon certaine à Léonard de Vinci. La Joconde est devenue un tableau éminemment célèbre car, depuis sa réalisation, nombre d'artistes l'ont prise comme référence. Elle constitue en effet l'aboutissement des recherches du XVe siècle sur la représentation du portrait. À l'époque romantique, les artistes ont été fascinés par l'énigme de La Joconde et ont contribué à développer le mythe qui l'entoure, en faisant de ce tableau l’une des œuvres d'art les plus célèbres du monde, si ce n'est la plus célèbre. Au XXIe siècle, elle est devenue l'objet d'art le plus visité au monde, juste devant le diamant Hope.

Parmi les plus grands mystères de l'Histoire, l'identité de la Joconde est l'un des plus passionnants. De nombreux historiens s'accordent pour dire que le modèle est Mona Lisa, épouse d'un marchand florentin, Francesco Gherardini Del Giocondo, mais un historien italien, Roberto Zapperi, vient remettre en cause cette hypothèse comme en 1957, Carlo Pedretti, Chastel, Perrig, grands érudits de Léonard de Vinci. Roberto Zapperi s'appuie sur le compte-rendu d'une rencontre entre Léonard de Vinci et le cardinal Louis d'Aragon, rédigé par le secrétaire de ce dernier, Antonio de Beatis datée de 1517 et citant Vinci lui-même, indique qu’il s’agit d’une commande d’un portrait de mère pour son fils Hippolyte de la part de Julien de Médicis.

Lors d'une visite de l'ecclésiastique au Clos Lucé, en France, Leonardo de Vinci lui aurait montré de nombreux manuscrits, mais juste trois toiles. "L'une d'elle est celle qui est actuellement exposée au Louvre", affirme le chercheur. L'artiste aurait expliqué que cette œuvre avait été commandée par Julien de Médicis et représenterait donc l'une des nombreuses maîtresses de ce dernier, une jeune fille de la noblesse, Pacifica Brandani, avec laquelle il avait eu un fils illégitime, avant qu'elle ne décède peu après avoir enfanté. Julien de Médicis décédant à son tour, Léonard de Vinci conserva le tableau avec lui jusqu’à la fin de sa vie car il ne put le livrer à son commanditaire décédé.

Ce portrait aurait été donc peint pour cet enfant (Hippolyte de Médicis) qui n’aura jamais connu sa mère et dont l’histoire fait étrangement écho à celle du peintre. D’où la tenue de deuil qu’arbore Mona Lisa, puisqu’elle représente une défunte ; son regard qui regarde dernière nous, notre passé, l’enfance et son sourire d’une mère idéalisée et bienveillante. Derrière la Dame, on reconnait le Montefeltro, une vue aérienne très vaste sur l'ancien Duché d’Urbino, vue depuis les hauteurs de Valmarecchia, territoire aujourd'hui appartenant à la région des Marches, Émilie-Romagne et en partie de la Toscane. Des manuscrits de Léonard de Vinci (code Arundel, Bibliothèque royale, Londres), montrent quelques dessins préparatoires du paysage. La clé est appelée compression, une technique de représentation en perspective qui saisit et synthétise la beauté d’un paysage.

L'historien reconnaît que cette source est largement connue de tous les chercheurs, "mais presque toujours ignorée", en raison de la trop grand confiance accordée au livre de l'Italien Giorgio Vasari, qui avait identifiée le modèle dès 1550 comme étant Lisa del Giocondo. "Lisa n'est pas celle qui sourit au Louvre - et elle ne connaissait même pas Julien de Medicis", conclut le chercheur. La version officielle de Vasari était plus politiquement correcte par rapport à l’église et au pouvoir en place. Par ailleurs, comme à l’époque la moindre dépense était consignée dans des livres de comptes, il n’a jamais était trouvé dans ceux de Francesco del Giocondo, la moindre trace de cette commande.

« Ippolito » Hippolyte de Médicis né à Florence le 19 avril 1511, fils illégitime de Julien de Médicis et d’une Dame noble, Pacifica Brandini , que Julien de Médicis abusa lors d’une visite à Urbino dans la province de Pésaro après s’être enivré . Sa mère mourut en le mettant au monde, il fut déposé devant la porte d’un couvent afin d’être adopté où il fut baptisé Pasqualino. Elevé à Rome et reconnu en 1513 par son père, l’enfant a reçu une excellente éducation.


Lire l'article





Cartella Square blu.png
Le saviez-vous ?
Map symbol museum 02.png
Nuvola apps kedit.png    

Citation du mois

« Donnez-moi un musée et je le remplirai. » — Pablo Picasso

Le saviez-vous

Un article sur les musées au hasard