Jean-Baptiste Oudry

peintre et graveur français
Jean-Baptiste Oudry
Portrait de Jean-Baptiste Oudry, par Jean-Baptiste Perronneau, 1753, musée du Louvre, Paris
Naissance
Décès
Période d'activité
Nom de naissance
Jean-Baptiste Oudry
Activité
Formation
Maître
Élève
Etienne Guy II Charton
Conjoint
Enfant

Jean-Baptiste Oudry, né à Paris le et mort à Beauvais le , est un peintre et graveur français. Il est surtout célèbre pour ses peintures de chiens de chasse, ses natures mortes animalières et ses animaux exotiques.

Biographie modifier

 
Jean-Baptiste Oudry, estampe faite par sa femme Marie-Marguerite Froissé d'après Nicolas de Largillierre
 
Clara le rhinocéros (1749), Staatliches Museum Schwerin (Schwerin).

Fils de Jacques Oudry, maître peintre et marchand de tableaux sur le pont Notre-Dame, et de sa femme Nicole Papillon, qui appartenait à la famille du graveur Jean-Michel Papillon, Jean-Baptiste Oudry étudia tout d'abord à l'école de l'Académie de Saint-Luc, dont son père était directeur, en plus d'être membre de l'Académie royale de peinture et de sculpture. Il fut placé ensuite chez Nicolas de Largillierre, dont il devint bientôt le commensal et l'ami.

En 1708, à l'âge de vingt-deux ans, il fut reçu en même temps que ses deux frères comme membre de l'Académie de Saint-Luc. Il fit pour morceau de réception un Saint Jérôme en buste, tenant d'une main un livre et ayant l'autre appuyée sur une tête de mort.

Durant les premières années de sa carrière, dans les années 1710, Oudry s'adonna d'abord au genre du portrait. L'influence de son maître, Nicolas de Largillière, se distingue dans le traitement de certaines figures, ainsi que dans les fonds de paysages. Oudry reprend également certaines poses élaborées au XVIIe siècle par Antoine Van Dyck. L'artiste exécute ses portraits aussi bien sous la forme de peintures que de dessins. Il travaille généralement d'après nature pour le visage, qu'il place ensuite sur un buste dont il invente librement la pose[1]. Parmi ses portraits, il est possible de citer ceux de ses fils, celui de M. d'Argenson, lieutenant de police, ou encore le Portrait du tsar Pierre Ier.

Dans ses portraits, il introduit rapidement des figures animales, notamment des chiens de chasse et du gibier, comme dans le Portrait d'Octave-Alexandre de Nédonchel en chasseur (vers 1713) conservé au Musée des Arts décoratifs de Paris. Placé devant un fond de verdure, le modèle est armé de son fusil et accompagné d'un chien blanc moucheté[2]. Ces représentations sont courantes au début du XVIIIe siècle, la pratique de la chasse étant très appréciée. D'autres peintres avant Oudry se sont adonnés à ce type de portraits, comme Alexandre-François Desportes et son Autoportrait en chasseur (1699) conservé au Musée du Louvre[3]. Il a pu influencer Oudry au début de sa carrière.

Il fit aussi des buffets, dont deux furent exposés aux Salons de 1737 et de 1743. Pour gagner sa vie, il composa des tableaux d'histoire en reprenant des sujets religieux, entre autres une Nativité et un Saint Gilles pour l'église Saint-Leu de Paris, et une Adoration des mages pour le chapitre de Saint-Martin-des-Champs.

En 1709, il épousa Marie-Marguerite Froissé, fille d'un miroitier, à laquelle il donnait des leçons de peinture. Leur fils Jacques-Charles Oudry fut aussi peintre[4], leur fille Marie épousa le peintre Antoine Boizot. Oudry fut nommé professeur adjoint à la maîtrise en 1714 et professeur en 1717. Il fut agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1717 et titulaire en tant que peintre d'Histoire en 1719 avec L'Abondance avec ses attributs.

Recommandé à l'intendant des Finances, Louis Fagon (1680-1744), fils de Guy-Crescent Fagon, il réalisa la décoration en arabesques mêlées de fleurs et d'oiseaux du salon de sa propriété de Voré et de sa maison de plaisance de Fontenay-aux-Roses. Fagon le charge de rétablir la manufacture de Beauvais, tombée en décadence. Il en est nommé directeur artistique et financier associé à Nicolas Besnier, qui ne se serait, paraît-il, occupé que de la comptabilité. Ils ont reçu en 1734 les lettres patentes leur donnant la concession du privilège de la manufacture pendant vingt ans[5]. Oudry s'adjoignit Boucher et Natoire pour exécuter la copie des tableaux.

Peintre ordinaire de la vénerie royale[6], Oudry suit les chasses royales et fait de fréquentes études dans la forêt de Compiègne. Il réalise des cartons pour la série de tapisserie Les Chasses royales, exécutées à partir de 1733 à la Manufacture des Gobelins, dont il devient directeur en 1736[7].

Il devint professeur adjoint à l'Académie royale en 1739 et professeur en 1743.

Grâce à son ami le miniaturiste Jean-Baptiste Massé, il fait connaissance du premier écuyer du roi, le marquis Henri Camille de Beringhen dont il peint le portrait. Outre de nombreux ouvrages qui lui furent commandés pour le roi, il obtint un atelier dans la cour des princes aux Tuileries et un logement au Louvre. Il y avait formé un cabinet renommé. « Il n'y admettait, dit son biographe l'abbé Gougenot, que ses propres tableaux. » Aussi fut-il accusé d'avoir vendu des copies, afin de conserver les originaux.

 
Salon du Château de Condé décoré par Oudry à la demande de Jean-François Leriget de La Faye.

Quoique très travailleur, il était d'un caractère jovial. Il improvisait chez Fagon des pièces de théâtre dans les bosquets et jouait volontiers le rôle de Pierrot en s'accompagnant de la guitare. Le successeur de Fagon supprima quelques-uns des privilèges d'Oudry, ne lui laissant que la direction de la manufacture de Beauvais. Cette mesure le chagrina.

Il mourut d'une attaque d'apoplexie le et fut enterré dans l'église Saint-Étienne de Beauvais. On y trouve l'épitaphe suivante : « Ici repose Me Jean-Baptiste Oudry, peintre ordinaire du roy, professeur en son académie royale de peinture et sculpture, pensionnaire du roy, directeur général de la manufacture royale des tapisseries de Beauvais, marguillier et bienfaiteur de cette paroisse, décédé le premier [sic], âgé de 69 ans. Priez pour son âme ».

Œuvre modifier

Lorsqu'on s'étonnait de la grande quantité de ses productions, il répondait : « Je ne vais pas plus vite qu'un autre, mais je travaille davantage, et souvent, ma palette chargée, j'ai attendu qu'il fît jour. » Pour gagner du temps, Oudry se servait d'une chambre obscure pour les esquisses qu'il allait faire à Saint-Germain-en-Laye, à Chantilly, au bois de Boulogne et dans les jardins d'Arcueil, mais il fut obligé d'y renoncer, s'étant aperçu que la perspective n'était pas juste et que les effets de lumière et d'ombre n'étaient pas ceux de la nature.

Oudry a peint le portrait, l'histoire, les chasses, le paysage, les animaux, les fruits, les fleurs ; il a imité les bas-reliefs ; il a fait du pastel, de la décoration ; il aussi gravé à l'eau-forte. On lui doit deux conférences qui furent lues à l'Académie, « Sur la manière d'étudier la couleur en comparant les objets les uns avec les autres » et « Sur les soins que l'on doit apporter en peignant ».

La collection de tableaux du Staatliches Museum à Schwerin (Allemagne) comporte une dizaine de tableaux d'Oudry, dont le portrait grandeur nature de "Clara", rhinocéros d'Inde femelle (reproduit supra) qui fit le tour des cours d'Europe en 1749, et lui fut commandé par son propriétaire le duc de Mecklembourg.

  • Le Léopard en colère, huile sur toile, 118 × 153 cm[6]
  • La Grue morte, 1745, huile sur toile, 16 × 13 cm[25]

Galerie modifier

Chiens de chasse modifier

Les Quatre Saisons modifier

Dessins modifier

Oudry a laissé un grand nombre de dessins; ses dessins ont d'abord été la plupart du temps des cartons de tapisserie pour la Manufacture de Beauvais mais leur élégance inspirera durant deux siècles des milliers d'images : illustrations de livres, décor d'assiettes, broderies etc. ; les plus connus sont les 275 dessins qui servirent à l'édition dite des Fermiers généraux des Fables de La Fontaine, gravées par Charles-Nicolas Cochin et de nombreux autres artistes[26]. Il est également l'auteur d'un Almanach de rébus paru en 1716.

  • Paris, Beaux-Arts de Paris :
    • Cavalier vu de trois-quarts, plume et encre brune, lavis d'encre carbone avec rehauts de blanc à la gouache sur papier bleu. H. 0,213 ; L. 0,159 m[27]. Ce cavalier dans un paysage est vraisemblablement une étude de figure réalisée en vue des Chasses royales[28].
    • Portrait de Marc-René de Voyer d'Argenson, plume, encre noire, lavis d'encre de Chine, rehauts de blanc sur papier brun, trait d'encadrement au pinceau et encre noire, H. 0,224 ; L. 0,157 m[29]. Cette feuille provient sans doute du Livre de raison, albums de croquis qui contenaient une centaine de portraits dont un certain nombre de feuilles ont été vendues séparément. Dans son costume de magistrat, l'homme d'état réputé redoutable est représenté dans son costume de magistrat, conortablement assis, le doigt pointé sur des documents posés sur une table[30].
  • Orléans, musée des Beaux-Arts:
    • Tête de Loup, vers 1750, pierre noire et rehauts de craie blanche (frottés) sur papier vergé gris, 18,7 x 25,5 cm[31].

Notes et références modifier

  1. Hal N. Opperman, Jean-Baptiste Oudry, Garland, coll. « Outstanding dissertations in the fine arts », (ISBN 978-0-8240-2718-6), p.13-21
  2. Yvonne Brunhammer, Cent chefs-d'oeuvre du Musée des arts décoratifs : Exposition organisée à l'occasion du centenaire de l'Union centrale des arts décoratifs, 16 octobre 1964-15 janvier 1965., Musée des Arts décoratifs imp.Tournon et Cie, , p.55
  3. Alexandre-François Desportes et France, Portrait de l'artiste en chasseur., (lire en ligne)
  4. La similitude des prénoms a inspiré des faussaires qui parfois ont modifié les initiales J.C. en J.B.
  5. Gerspach, La manufacture nationale de Beauvais, p. 517, Revue des Arts décoratifs, 1880 (lire en ligne)
  6. a et b Sylvie Blin, « Deux châteaux pour Oudry », Connaissances des arts, no 610,‎ , p. 30
  7. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Paris/Milan, Musée du Louvre Editions, , 356 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 170
  8. a et b Yannick Lintz, Le Musée des Beaux-Arts, Agen, Paris, Réunion des Musées nationaux, , 128 p. (ISBN 2-7118-4018-2), p. 70
  9. Magazine Beaux-Arts
  10. « Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), « Octave-Alexandre de Nédonchel en chasseur », Paris, daté 1713 », sur madparis.fr (consulté le )
  11. Loup, Wallace online
  12. Chevreuil, Wallace online
  13. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le )
  14. Christie’s, « Encart », Connaissances des arts, no 496,‎ , p. 32
  15. Troupeau, Nantes, Joconde
  16. https://www.clevelandart.org/art/1969.53
  17. Grande Galerie - Le Journal du Louvre, n°65, p. 59.
  18. Renard, Wallace online
  19. Faucon, Wallace online
  20. Faisan, Wallace online
  21. Epagneul, Wallace online
  22. Administrator, « Jean-Baptiste OUDRY | Œuvres commentées (musée de la Vénerie) », sur musees.ville-senlis.fr (consulté le )
  23. [1]
  24. Faisan, Louvre
  25. Calendrier, « Fontainebleau », Connaissances des arts, no 611,‎ , p. 165
  26. « Fables choisies, mises en vers » / Jean de La Fontaine. Paris : Desaint & Saillant, et Durand, 1755-1759. 4 vol. in-folio.
  27. « Cavalier vu de trois-quarts, Jean-Baptiste Oudry », sur Cat'zArts
  28. Sous la direction d’Emmanuelle Brugerolles, De Poussin à Fragonard : hommage à Mathias Polakovits, Carnets d’études 26, Beaux-arts de Paris éditions, 2013, p. 104-106, Cat. 22.
  29. « Portrait de Marc-René de Voyer d'Argenson, Jean-Baptiste Oudry, sur Cat'zArts »
  30. Sous la direction d’Emmanuelle Brugerolles, Portraits dans les collections de l’École des Beaux-Arts, Carnets d’études 36, Beaux-Arts de Paris les éditions, 2016, p 97-99, Cat. 32
  31. Dominique Brême et Mehdi Korchane, Dessins français du musée des Beaux-Arts d’Orléans. Le Trait et l’Ombre, Orléans, musée des Beaux-Arts, (ISBN 9 788836 651320), n°43

Annexes modifier

Bibliographie modifier

  • Fortuné Rolle, « Jean-Baptiste Oudry peintre. Observations, avis et lettres de cet artiste sur l'établissement d'une école de dessin à Lyon (1751-1755) », Archives de l'art français, 2e série, t. 2,‎ , p. 51-72 (lire en ligne).
  • Jean Locquin, Catalogue de l'œuvre de Jean-Baptiste Oudry, peintre du roi, (1688-1755), Jean Schemit, Paris, 1912.
  • Hal Opperman, Jean-Baptiste Oudry, Garland, New York, 1977. Vol. 1 : Catalogue raisonné des peintures. Vol. 2 : Catalogue raisonné des dessins et des estampes.
  • Hal Opperman, Catalogue de l'exposition Jean-Baptiste Oudry, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, Commissaires de l'exposition : Hal Opperman et Pierre Rosenberg, 1982-1983 (ISBN 2711802078).
  • Hal Opperman, Catalogue de l'exposition J.-B. Oudry, 1686-1755, Fort Worth, Kimbell Art Museum, 1983 (ISBN 0912804114 et 0912804122).
  • (en) Mary Morton, éd. Oudry’s Painted Menagerie: Portraits of Exotic Animals in Eighteenth-Century France, Getty Publications, 2007, [lire en ligne].

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :