Ouvrir le menu principal

Gustave Doré

peintre et illustrateur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gustave et Doré.
Ne doit pas être confondu avec Gustave Doret.
Gustave Doré
Doré by Nadar 1867 cropped.jpg
Gustave Doré par Nadar en 1867.
Naissance
Décès
(à 51 ans)
Paris, France
Nom de naissance
Paul Gustave Louis Christophe Doré
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Mouvement
Influencé par
Père
Pierre Louis Christophe Doré
Mère
Alexandrine Marie Anne Pluchart
Distinctions
Œuvres principales

Paul Gustave Louis Christophe Doré dit Gustave Doré, né le à Strasbourg et mort le à Paris dans son hôtel de la rue Saint-Dominique, peintre, sculpteur, illustrateur et caricaturiste français.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Gustave Doré est né le au 5 (aujourd'hui 16) rue de la Nuée-Bleue à Strasbourg[1]. Il est le fils de Pierre Louis Christophe Doré, ingénieur des Ponts et Chaussées, né à Coblentz le 23 thermidor de l’an X de la République, et d’Alexandrine Marie Anne Pluchart, née à Paris le . Ils eurent deux autres fils, Ernest, né à Épinal le 1er juin 1830, qui deviendra compositeur et employé de banque et Émile Paul, né deux ans après Gustave, futur général. La famille Doré vivait sur de bons revenus ce qui permettra à Gustave de s’adonner pleinement à son art. Gustave Doré noua un lien très fort avec sa mère pendant toute sa vie, celle-ci était remplie d’orgueil face au talent de son fils qu’elle qualifia souvent de génie. Ce soutien était moins partagé par son père qui le destinait à une carrière moins précaire et souhaitait l'inscrire à l'École Polytechnique[2]. En 1834, la famille Doré s'installe au 6 rue des Écrivains, près de la cathédrale gothique.

Jeunesse (1832-1847)Modifier

 
Première lettre illustrée par Gustave Doré (1837).
 
Vogue de Brou par Gustave Doré (1845).

Dès l'âge de cinq ans, Gustave Doré, doté d'un sens pointu de l'observation, montre un talent singulier pour le dessin. Dès l'obtention de sa première palette de peinture, la nuit venue, il peint en vert une poule qui terrifia toute la ville. Sa grande curiosité lui permet de multiplier les croquis éclectiques (scènes intimes ou urbaines, mythologiques ou de l'Antiquité). Gustave entre dans la classe de la pension Vergnette, place de la Cathédrale, comme interne[3] où il commence à illustrer ses cahiers d'écolier et des lettres qu'il écrit à ses parents et amis. Il réalise ses premières caricatures, prenant pour objet son entourage. Son imagination fertile se nourrit de lectures et d'inspirations précoces exceptionnelles pour son âge. Doré dessine M. Fox, une série de six dessins à la mine de plomb inspirés par l'œuvre de Grandville. Avec un ton humoristique et vivace, il enchaîne le dessin de scènes indépendantes en utilisant l'anthropomorphisme, il s'inspire notamment de Cham et de Rodolphe Töpffer, surtout de ses « histoires en estampes »[4]. Doré apprend également le violon, qu'il maîtrise très vite et dont il jouera toute sa vie. En 1840, à l'occasion du quadri-centenaire de l'invention de l'imprimerie et de l'inauguration d'une statue de Gutenberg à Strasbourg, il propose à ses camarades d'école de reproduire le cortège historique. Il organise le tout, décore les chars et conduit le char de la guilde des peintres-verriers. Cet épisode inaugural a marqué rétrospectivement l'artiste et ses biographes. En 1841, le père de Gustave Doré, Jean-Philippe Doré, polytechnicien, est nommé ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de l'Ain et la famille Doré s'installe à Bourg-en-Bresse. L'enfant aux dons précoces est un très bon élève du collège mais il se fait encore davantage remarquer par ses caricatures et ses dessins inspirés du monde bressan qui l'entoure. Il trouve une inspiration dans les décors gothiques et les maisons du Moyen Âge de Bourg.

À l'âge de 13 ans, en 1845, ses premières œuvres à être publiées sont trois dessins lithographiés à la plume par l'imprimerie Ceyzeriat de Bourg dont La Vogue de Brou. La même année il réalise Les Aventures de Mistenflûte et de Mirliflor un album de 16 pages.

Les débuts professionnels (1847-1850)Modifier

La famille de Gustave Doré descend à l'hôtel Louvois, rue de Richelieu à Paris, en septembre 1847 pour ce qui devait être un court séjour. Tandis que son père s'absente, Doré part rencontrer Charles Philipon, directeur de la maison d'édition Aubert&Cie et fondateur des journaux satiriques La Caricature (interdit par les lois sur la presse de 1835) et Le Charivari pour lui montrer ses nombreux travaux. Ces journaux ont dévoilé bon nombre d'illustrateurs dont Paul Gavarni et Honoré Daumier. Charles Philipon propose alors un contrat de trois ans à Gustave Doré, âgé de 15 ans, lui permettant la réalisation d'une page hebdomadaire de dessins dans le nouvel hebdomadaire Le Journal pour rire. Cet accord ne voit le jour qu'après six mois de délibérations avec le père de Gustave toujours fortement opposé à ce que son fils devienne artiste. Il donne finalement son approbation, notamment grâce à l'appui de madame Doré en faveur de son fils. La signature du contrat est conditionnée à la poursuite de ses études et à une juste rétribution. Le contrat à peine signé, Philipon publie Les Travaux d'Hercule, le premier ouvrage lithographié officiel de l'artiste, dans la collection des « Jabot » chez l'éditeur Aubert. Comme le précise Thierry Groensteen, Les Travaux d'Hercule s'inscrivent « dans la première collection de bandes dessinées de l'histoire de l'édition française ». Cet album montre un trait souple, à la plume et à l'encre lithographique sur la pierre, avec un maximum de trois cases par page et des légendes brèves qui font allusion au comique parodique des dessins. De cet enchaînement de cases surgissent mouvement, durée et dynamisme.

L'éditeur parisien demande à Gustave Doré de venir s'installer à Paris où à partir de 1847, il suit les cours du lycée Charlemagne. Il sera logé chez madame Hérouville, une amie de sa mère, rue Saint-Paul. Il partagera son temps entre les cours et les caricatures pour le Journal pour rire dès 1848[5]. Gustave Doré arrive en plein essor de la presse (grâce à la mécanisation), des caricatures et des romans-feuilletons. Le mois de février 1848 marque sa première publication dans le journal avec le tirage du Beau jour des Étrennes. Pour composer ses caricatures, il se nourrit de sa vie quotidienne au lycée et de l'actualité bouillonnante de l'époque.

Malgré son jeune âge, Gustave Doré fait preuve d'un caractère indépendant et se forge un réseau important dans les milieux qu'il fréquente. Le 4 mai 1849, son père meurt des suites d'une maladie foudroyante, il ne l'avait pas revu depuis que celui-ci lui avait donné son consentement pour travailler auprès de Philipon. La veuve Doré et ses trois fils s’installent à Paris dans l’hôtel particulier situé au 73, rue Saint-Dominique (au numéro 7, aujourd’hui) dont Alexandrine Doré vient d’hériter. Il profite du Salon libre pour y exposer deux de ses dessins à la plume : Le Nouveau Bélisaire et une scène d’ivrognes et L’union fait la force. Par ailleurs il peint sa première toile Pêcheur amarrant une barque pendant la tempête.

Voyages et premiers essais de peinture (1850-1860)Modifier

En 1851, il expose son premier tableau, Pins sauvages, au Salon. Son deuxième album, Trois artistes incompris et mécontents […], sort de presse vers 1851, suivi des Des-agréments d’un voyage d’agrément, et tout au long de la décennie il lithographie des suites comiques (Ces Chinois de Parisiens, les Folies gauloises depuis les Romains jusqu’à nos jours) et collabore au journal L’Illustration

La guerre de Crimée lui inspire son quatrième récit graphique, l’Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie. Il achève plusieurs albums lithographiques (La Ménagerie parisienne, Les Différents Publics de Paris)

Deux albums Trois artistes incompris et mécontents et Des-agréments d'un voyage d'agrément sont publiés chez Aubert. Libéré de l'inspiration de Rodolphe Töppfer et du respect des cadres, Gustave Doré réalise des vignettes librement disposées avec plusieurs dimensions. La pluralité de la composition des pages, ses innovations et ses variantes graphiques se déploient surtout dans Des-agréments d'un voyage d'agrément. Sa technique fait appel au crayon lithographique, au dessin direct sur la pierre.

À partir de 1851, tout en exposant ses toiles, il réalise quelques sculptures de sujets religieux et collabore à diverses revues dont le Journal pour tous. En 1854, l'éditeur Joseph Bry publie une édition des œuvres de Rabelais, illustrée d'une centaine de ses gravures. De 1861 à 1868, il illustre la Divine Comédie de Dante.

De plus en plus reconnu, Gustave Doré illustre, entre 1852 et 1883, plus de cent vingt volumes qui paraissent en France, mais aussi en Angleterre, en Allemagne et en Russie.

 
Dessin extrait de l'Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie (réédition de 1974 sous le titre Les Russes).

Lors de la campagne de Crimée, il réalise, en 1854, à la fois comme auteur et comme illustrateur, Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie, une charge contre ce pays avec qui la France et l'Angleterre étaient entrées en guerre. Considéré comme le dernier des albums de « bandes dessinées » de Gustave Doré, le seul ouvertement politique, il a été réalisé dans un contexte d'un large mouvement nationaliste avec le début de la guerre de Crimée et réanime le cliché occidental de la barbarie russe.

Constitué de plus de 500 vignettes, remettant en cause les codes de la mise en page et du dessin, ce violent pamphlet politique résume l'histoire sanglante de la Russie des origines jusqu'à l'époque contemporaine de Gustave Doré. Le caractère démesuré des scènes de guerres, de massacres, d'assassinats, de tortures provoque plus le sourire que des grimaces d'effroi. La jubilation est à l'honneur tant sur le plan verbal que graphique. Comme le souligne David Kunzle, « Doré met ses fantaisies graphiques au diapason de ses extravagances verbales, se livrant aux joies du calembour à un point tel que c'est souvent la perspective d'un jeu de mots qui justifie le choix d'un épisode. »

C'est un album qui préfigure la bande dessinée, où il joue sur le décalage entre le texte et l'illustration, et où il utilise d'étonnantes astuces graphiques[6].

Paul Lafon, écrivain et éditeur, dont il avait fait la connaissance chez Philipon, accepte à sa demande d'illustrer les œuvres de Rabelais. En 1854, l'ouvrage est publié chez Bry avec 99 vignettes et 14 planches hors texte gravées sur bois. Cette édition abordable, avec une faible qualité d'impression et un format modeste (un grand in-octavo) n'est pas à la hauteur des ambitions fortes de Gustave Doré. En 1854 et 1873 il illustre deux versions des Œuvres de Rabelais, et en 1855 : Les Cent Contes drolatiques d'Honoré de Balzac.

 
Caricature du Juif errant, parue dans le Journal pour rire du 22 mai 1852.

En 1852, il illustre avec une main de peintre, Le Juif errant, un poème mis en musique de Pierre Dupont, une œuvre de rupture dans son parcours artistique et dans l'histoire de la gravure sur bois. Délaissant la gravure sur cuivre ordinairement privilégiée, Gustave Doré choisit la technique du bois de teinte (gravure d'interprétation). Cette dernière permet une palette infinie de tons, très proche des effets picturaux. Le bois de teinte permet de dessiner directement au lavis et à la gouache sur des blocs de bois de bout (coupés en tranches perpendiculairement au tronc) dont la surface dure est travaillée au burin. Doré a formé sa propre école de graveurs. Chaque planche de l'œuvre, avec une courte légende issue du poème, est une œuvre de peinture. Le format important de l'ouvrage permet le passage aux films in-folio. L'image est indépendante du texte. Cette œuvre connaît un grand succès public.

Il illustre les Oeuvres complètes de Rabelais en 1854, avec lesquelles il connaît son premier grand succès. À l’occasion de la visite de la reine d’Angleterre à l’Exposition universelle de Paris, il fait la connaissance du journaliste londonien William Blanchard Jerrold, avec lequel il collaborera activement autour de 1870. Fort de son expérience graphique, Doré se lance dans la peinture d’histoire avec La Bataille de l’Alma, présentée au Salon de 1855 avec deux paysages. Sa toile Le Meurtre de Riccio est refusée par le jury.

À peine de retour de vacances familiales en Suisse, Doré prend la route de Biarritz en compagnie de Paul Dalloz et Théophile Gautier qui le soutient vivement dans ses critiques d’art. Il fait une incursion en Espagne, en vue d’illustrer le Voyage aux eaux des Pyrénées (1855) de son ami Hippolyte Taine. L’illustration des Contes drolatiques d’Honoré de Balzac (près de 600 dessins) confirme sa réputation d’illustrateur.

L'âge d'or de l'illustrateur (1861-1866)Modifier

Doré triomphe notamment en publiant l’Enfer de Dante en 1861, ouvrage luxueux chez Hachette. Doré expose en même temps au Salon trois grandes peintures d’après la Divine Comédie, des dessins, un paysage et des photographies d’après ses bois dessinés, avant leur gravure.

En 1862, il publie chez l’éditeur Hetzel les Contes de Perrault ainsi que L’Album de Gustave Doré, son dernier recueil de lithographies.

Un grand voyage en Espagne avec le baron Charles Davillier pour le compte du journal Le Tour du monde lui permet de se documenter en vue de son Don Quichotte (1863, voir le tome 2), entrepris en septembre 1862 à Baden-Baden en compagnie du graveur Héliodore Pisan.

Il est convié à la cour par Napoléon III en 1854, il profite alors de la vie mondaine parisienne qu’il affectionne. Au Salon, sa première œuvre religieuse, L’Ange de Tobie, est acquise par l’État pour la somme de 2 000 francs.

En 1866, sa monumentale sainte Bible en deux volumes (voir aussi le tome 2) ainsi que Paradise Lost de Milton (chez Cassell) consacrent sa réputation anglaise. En même temps, Doré mise de plus en plus sur la peinture. En avril, il s’installe dans un nouvel atelier, beaucoup plus vaste, 3, rue Bayard (VIIIe arrondissement).

Gustave Doré souhaite déployer son talent dans l'illustration des grandes œuvres de la littérature, souffrant du mépris observé envers la caricature et le dessin d'actualité. Il va lister la trentaine de chefs-d'œuvre dans le genre épique, comique ou tragique de sa bibliothèque idéale en souhaitant les illustrer dans le même format que Le Juif errant, L'enfer de Dante, les Contes de Perrault, Don Quichotte, Homère, Virgile, Aristote, Milton ou Shakespeare. Les éditeurs refusent de réaliser ces publications luxueuses d'un trop grand coût. Gustave Doré doit auto-publier l'œuvre de Dante en 1861. Le succès critique et populaire salue la congruité saisissante des gravures sur le texte. Un critique affirmera que : « L'auteur est écrasé par le dessinateur. Plus que Dante illustré par Doré, c'est Doré illustré par Dante. »

Dans les années 1860, il illustre la Bible, publiée en 1866[7] et L’Enfer de Dante[8]. Il effectue en 1861 et 1862 un voyage en Espagne avec le baron Jean Charles Davillier. Le récit en sera publié dans la revue Le Tour du monde, avec des gravures, véritables documents sur la vie quotidienne dans ce pays, ainsi que les corridas.

Il fréquente alors la société mondaine et élargit ses activités picturales il compose de grands tableaux comme Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l'Enfer (1861 - 311 × 428 cmmusée de Brou), L'Enigme (au Musée d'Orsay) ou Le Christ quittant le prétoire (1867-1872 - 600 × 900 cm- Musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg).

En 1861, il expose une toile monumentale Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l'Enfer. La plupart des critiques reprocheront, à partir de cette date, et de manière récurrente à sa peinture de n'être qu'une illustration agrandie. En effet la peinture de Gustave Doré a influencé l'illustration de ses ouvrages de littérature par le choix des formats, le sens de la composition, la mise à l'honneur du décor et par son art de la mise en scène. Gustave Doré multiplie les points de vue, en plongée, contre-plongée, plans panoramiques ou frontaux avec une recherche d'efficacité maximale de l'image. Gustave Doré est le premier illustrateur à avoir utilisé l'image comme un ressort essentiel du suspense. Selon Ray Harryhausen, célèbre concepteur d’effets spéciaux, « Gustave Doré aurait été un grand chef opérateur, […] il regarde les choses avec le point de vue de la caméra. » En effet, dans les gravures qu'il consacre à la ville de Londres, avec ses gares et sa foule permanente, le regard se positionne de manière à agripper et suivre le mouvement constant[9]. Après deux demandes effectuées par Saintine, le 13 août 1861, il est décoré en tant que Chevalier de la Légion d'honneur[10].

En 1863, il participe à la première édition de la Société nationale des beaux-arts[11][source insuffisante].

La Doré Gallery et la Commune de Paris (1867-1871)Modifier

À Londres en 1868, où sa Bible connaît un immense succès, s’ouvre la Doré Gallery, pour laquelle il produit de nombreux tableaux religieux qui iront jusqu’en Amérique.

En 1870, il s’engage dans la garde nationale pour défendre Paris de l’armée prussienne et réalise plusieurs toiles patriotiques jusqu’en 1871.

 
Couverture de l'ouvrage sur le Londres des années 1870.

Publication de London: A Pilgrimage en 1872. Il ébauche ses premières sculptures et expérimente l’aquarelle.

Multipliant en même temps dessins et illustrations en tous genres (fantastique, portraits-charges), sa notoriété s'étend à l'Europe, il rencontre un immense succès en Angleterre avec la Doré Gallery qu'il ouvre à Londres en 1869.

En 1875, l'illustration du poème de Samuel Taylor Coleridge : The Rime of the Ancient Mariner (La Complainte du vieux marin) publié à Londres par la Doré Gallery est un de ses plus grands chefs-d'œuvre[réf. nécessaire].

Son art de la composition atteint son apogée avec London, a Pilgrimage de Blanchard Jerrold, véritable reportage sur le Londres de la fin du XIXe siècle où toutes les classes sociales sont présentes, son inspiration est particulièrement éclatante dans la description des bas-fonds londoniens.

Pendant la commune de Paris, il se réfugie à Versailles[12].

Sculptures et fin de vie (1877-1883)Modifier

 
Gustave Doré sur son lit de mort par Nadar (1883).

Il meurt d'une crise cardiaque à 51 ans, le 23 janvier 1883, en laissant une œuvre imposante de plus de dix mille pièces, qui exercera par la suite une forte influence sur nombre d'illustrateurs. Son ami Ferdinand Foch organise les obsèques à Sainte-Clotilde, l'enterrement au Père-Lachaise[13] et un repas d'adieu au 73 rue Saint-Dominique.

Sa mère décède en 1879[14]. De manière paradoxale, Gustave Doré a abordé son œuvre d'illustrateur dans le costume d'un peintre tandis que sa peinture a été constamment jaugée selon son talent d'illustrateur[15]. Ce jugement a terriblement affecté Gustave Doré, désespérant d'être reconnu en tant que peintre. Pendant tout son parcours artistique, Gustave Doré avait un engagement égal dans la peinture et dans l'illustration sans y voir d'incompatibilité. Il faudra attendre ses dix dernières années pour qu'il n'aborde l'illustration que comme une activité lui permettant de financer « ses couleurs et ses pinceaux ».

 
Tombe de Gustave Doré (cimetière du Père Lachaise, division 22).

Parcours artistique et réception critiqueModifier

Évolution de son style picturalModifier

La remarque de Marie Jeanne Geyer résume parfaitement le parcours artistique de Gustave Doré : « C'est pourtant dans l'ombre de la peinture que Gustave Doré invente malgré lui une imagerie moderne dans laquelle apparaît, à travers un dessin novateur et expressif et des mises en scène condensant toute la tension dramatique d'une histoire, une nouvelle façon d'appréhender l'illustration. Toute la modernité de Doré consiste dans cet éloignement du texte illustré et dans l'invention d'un langage particulier qui paraît étrangement précéder le récit en laissant émerger une image définitive[16]. »

Gustave Doré et la gravureModifier

On reconnaît l'œuvre de Gustave Doré par ses gravures pourtant il a très peu gravé lui-même durant sa vie bien que très à l'aise avec cette technique. Il laissait le soin à d'habiles graveurs le soin de le faire. Ses propres créations d'estampes, de lithographie ou d'eau forte représente un pourcentage très faible par rapport à son œuvre d'illustrateur, son intérêt pour ces techniques correspond à la vogue dont ont bénéficié celles-ci successivement au moment où Doré les a pratiquées[17].

PublicationsModifier

Ouvrages écrits et illustrés par Gustave DoréModifier

Ouvrages illustrés par Gustave DoréModifier

 
Gustave Doré, Sinbad le marin, 1865.

Gustave Doré illustra plus d'une centaine d'ouvrages, en particulier :

Ainsi que des ouvrages sur la tauromachie :

Contrairement à ce qui est dit parfois, Gustave Doré - ami pourtant de Hetzel - n'illustra aucun des Voyages extraordinaires de Jules Verne[20].

Ouvrages et recueils posthumesModifier

JournauxModifier

Tableau des périodiques illustrés par Gustave Doré[21]
Période Nom du journal Lieu de publication
1848-1858 Le journal pour rire Paris
1851 La Revue comique Paris
1851-1883 Journal universel de la famille Paris
1855-1856 The Illustrated London News Londres
1855-1860 Musée français-anglais Paris
1855-1870 Journal pour tous Paris
1856-1857 Le Voleur illustré, cabinet de lecture universel Paris
1857-1883 Le Monde illustré Paris
1857-1876 La Semaine des enfants, magasin d'images et de lectures amusantes et instructives Paris
1860-1883 Le Tour du monde, nouveau journal des voyages Paris
1864-1872 Le Journal illustré Paris
1870-1875 Illustration européenne Bruxelles
1873-1874 La presse illustrée Paris

ŒuvresModifier

PeinturesModifier

 
Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l’Enfer.

On note la disparition d’une série de 12 tableaux de l'artiste.

DessinsModifier

  • Le Grand Derby, aquarelle sur trait de crayon et rehauts de gouache blanche, 98 × 73 cm, vers 1870.

SculpturesModifier

 
D'Artagnan.

Illustrations et gravuresModifier

Les contes de PerraultModifier

La Tauromachie de Gustave DoréModifier

Samuel ColeridgeModifier

AutresModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

CollectionModifier

En 1931, Henri Leblanc publie un catalogue raisonné qui recense 9 850 illustrations, 68 titres de musique, 5 affiches, 51 lithographies originales, 54 lavis, 526 dessins, 283 aquarelles, 133 peintures et 45 sculptures.

« Paris tel qu'il est », un ensemble de douze toiles colossales aujourd'hui perdues. Doré a failli les vendre à deux Américains vers 1853[24].

Collections publiquesModifier

  • Au Château-musée de Nemours

Collections particulièresModifier

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

Expositions des œuvres de Gustave Doré[30]
Dates Musée Nom de l'exposition Ville
2014 BnF et Musée d'Orsay Gustave Doré Paris
1993 Strasbourg|- 1983 Musée d'Art Moderne et Contemporain Gustave Doré : 1832 - 1883 Strasbourg
1982 Wilhelm Busch Museum Gustave Doré 1832-1883 Hanovre
1974 BnF - Site Cardinal de Richelieu Gustave Doré Paris
1963 Musée de Brou L'oeuvre de Doré Bourg-en-Bresse
1954 Rétrospective[31] Strasbourg
1932 Petit Palais Rétrospective du centenaire Paris

Expositions collectivesModifier

Expositions collectives avec des œuvres de Gustave Doré
Dates Musée Nom de l'exposition Ville
2014-2015 Musée d'Orsay 7 ans de réflexion. Dernières acquisitions du musée d'Orsay. 2008-2014 Paris
2014-2015 Musée d'Orsay Les archives du rêve. Dessins du musée d'Orsay - Carte blanche à Werner Spies Paris
2012 Divine Comédie de Dante illustrée par Doré et deux artistes italiens Parme
2011-2012 Grand Palais Des jouets et des hommes Paris
2011-2012 Musée des Beaux-Arts Des jouets et des hommes Helsinki
2011 Hôtel de Ville Paris au temps des impressionnistes Paris
2010 Galerie Tretiakov Voyager et dessiner. Dessins du musée du Louvre et du musée d'Orsay Moscou
2009 Musée du Louvre Imaginaire de l'Arioste, l'Arioste imaginé Paris
2009 Musée Félicien-Rops Mihaly Zichy & Gustave Doré Namur
2007 Grand Palais Il était une fois Walt Disney. Aux sources de l'art des studios Disney Paris
2006-2007 Musée des Beaux-Arts Il était une fois Walt Disney. Aux sources de l'art des studios Disney Montréal
2006-2007 Kunsthaus Zürich Dans les Alpes Zürich
1994 Musée du Louvre Largesse Paris
1992 Musée du Louvre Souvenirs de voyages : autographes et dessins français du XIXe siècle Paris
1991-1992 Fondation Thyssen-Bornemisza La Suisse sublime vue par les peintres voyageurs (1770-1914) Lugano
1991-1992 Musée d'Art et d'Histoire La Suisse sublime vue par les peintres voyageurs (1770-1914) Genève
1991 Grand Palais De Corot aux Impressionnistes, donations Moreau-Nélaton Paris
1990-1991 Musée d'Orsay De Manet à Matisse : sept ans d'enrichissements au musée d'Orsay Paris
1989-1990 Musée d'Orsay Livres d'enfants, livres d'images Paris
1984 Palais de Tokyo Nouvelles acquisitions du musée d'Orsay Paris
1983 Musée du Louvre L'aquarelle en France au XIXe siècle : LXXIXe exposition du Cabinet des dessins Paris
1980 Musée national d'Art moderne La grisaille Paris
1978-1979 Philadelphia Museum of Art L'Art en France sous le Second Empire Philadelphie
1978-1979 Detroit Institute of Arts L'Art en France sous le Second Empire Détroit
1978-1979 Grand Palais L'Art en France sous le Second Empire Paris
1973 Musée du Louvre Présentation des nouvelles acquisitions Paris
1972 Hessisches Landesmuseum Darmstadt Von Ingres bis Renoir : Meisterzeichnungen aus dem Louvre, Paris Darmstadt
1955 Musée du Louvre Choix de pièces des donations et acquisitions du cabinet des Dessins du Louvre 1946-1954 Paris
1949 Musée national Eugène Delacroix Delacroix et le Paysage romantique Paris
1937 Musée d'Art et d'Histoire de Genève Le paysage français avant les impressionnistes Genève
1936 Musée de l'Orangerie L'aquarelle de 1400 à 1900 Paris
1933 Musée de l'Orangerie Pastels, aquarelles et dessins de paysagistes français du XIXe siècle appartenant au cabinet des dessins du musée du Louvre Paris

HommagesModifier

CitationsModifier

« Ce garçon de vingt ans sera le plus grand peintre de l'époque, s'il ne l'est pas déjà. »

  • Émile Zola rendit hommage à Gustave Doré dans un article intitulé « Cervantès et Gustave Doré, à propos de Don Quichotte illustré » paru dans le Journal populaire de Lille du 20 décembre 1863[32] : « On appelle ça illustrer un ouvrage : moi, je prétends que c'est le refaire. Au lieu d'un chef-d’œuvre, l'esprit humain en compte deux. C'est une même pensée traduite en deux langues. »

« Jusqu'à son physique m'ennuie et m'est désagréable ; c'est un homme gras, frais, poupin, la face ronde, plate, une figure de lune, de lanterne magique; son teint d'enfant de chœur, sa mine sans âge, où le labeur effrayant de sa production n'a pas mis d'années, cet air d'enfant prodige - tout cela m'est d'un contact antipathique et finit par me mettre mal à l'aise. »

  • Jules-Antoine Castagnary dit de lui en 1877 : « Nous constaterons avec tristesse, que mauvais dessinateur et mauvais peintre, M.Gustave Doré vient d'ajouter à sa réputation celle de mauvais sculpteur. Quel bénéfice en tirera-t-il ? »

« Non, jamais tragédie ne m'a remué à ce point ! [...] Non, il n'y avait pas sur le pavé de Paris d'être plus malheureux que celui-ci : il était dégouté de tout; il ne fallait pas lui parler de sa gloire d'illustrateur; c'était précisément de cela qu'il souffrait le plus. On lui jetait toujours ses illustrations à la tête pour tuer le peintre. »

« Car à sa silhouette on doit rester fidèle !

La mienne me convient si c'est à cause d'elle

Qu'à la sottise je déplus !

Qui me dessinerait un bon harnois de guerre ?

Je n'ai pas confiance au goût de l'antiquaire,

Et Gustave Doré n'est plus ! »

PostéritéModifier

Gustave Doré est la source d'inspiration directe ou indirecte de plusieurs générations d'illustrateurs mais également de cinéaste (Les Aventures du baron de Münchhausen de Terry Gilliam en 1988 en passant par La Belle et la Bête de Jean Cocteau en 1946 ou encore L'Enfer d'Henry Otto en 1924).

Prix et distinctionsModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • René Delorme, Gustave Doré, peintre, sculpteur, dessinateur et graveur, Paris, Ludovic Baschet, 1879.
  • (en) Blanche Roosevelt, The Life and Reminiscences of Gustave Doré: Compiled from Material Supplied by Doré’s Relations and Friends, and from Personal Recollection: With Many Original Unpublished Sketches, and Selections from Doré’s Best Published Illustrations, Londres, S. Low, 1885.
  • Blanche Roosevelt, La Vie et les œuvres de Gustave Doré, d’après les souvenirs de sa famille, de ses amis et de l’auteur, traduit de l’anglais par M. du Seigneux, préface par Arsène Houssaye, Paris, Librairie illustrée, 1887.
  • (en) Blanchard Jerrold, Life of Gustave Doré, Londres, W. H. Allen, , 493 p. (lire en ligne) (réédition e-book 2013, avec nombreuses illustrations de Gustave Doré).
  • Henri Leblanc, Catalogue de l’œuvre complet de Gustave Doré, Paris, Ch. Bosse, 1931.
  • (de) Gabriele Forberg et Günter Metken (dir.), Gustave Doré: Das graphische Werk, Munich, Rogner & Bernhard, 1975.
  • (de) Herwig Guratzsch et Gerd Unverfehrt (dir.), Gustave Doré 1832-1883, Illustrator, Maler, Bildhauer, Dortmund, Harenberg Kommunikation, coll. « Die bibliophilen Taschenbücher », 1982, 2 vol.
  • Annie Renonciat, Gustave Doré, Paris, A.C.R., 1983.
  • Philippe Kaenel, Le plus illustre des illustrateurs… le cas Gustave Doré, 1832/1883, Actes de la recherche en sciences sociales, EHESS, no 66/67, (lire en ligne), p. 35-46, (sur persee.fr).
  • Philippe Kaenel, Le métier d'illustrateur, 1830-1880 : Rodolphe Töpffer, J.-J. Grandville, Gustave Doré, Genève, Droz, coll. « Titre courant » (no 31), , 2e éd., 638 p. (ISBN 2-600-00531-5, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • (en) Dan Malan, Gustave Doré: Adrift on Dreams of Splendor, Saint Louis, Malan Classical Enterprise, 1995.
  • Rémi Blachon, La Gravure sur bois au XIXe siècle, l'âge du bois debout, Paris, Les Éditions de l'Amateur, 2001 (ISBN 2-85917-332-3).
  • Philippe Kaenel, Le Métier d’illustrateur, 1830-1880, Rodolphe Töpffer, J. J. Grandville, Gustave Doré, Genève, Droz, 2004 (2e éd.) (compte-rendu de l'édition 1996 de cette thèse par Pierre Georgel, « L'artiste illustrateur », sur Persée.fr,
  • Philippe Kaenel, « Gustave Doré à l’œuvre : vision photographique, imitation et originalité », sur revue-textimage.com, . Colloque « L’image répétée. Imitation, copie, remploi, recyclage » des 2, 3 et 4 juin 2011, Université de Victoria, Colombie-Britannique, Canada.
  • Christophe Leclerc, Gustave Doré, le rêveur éveillé, Éditions L'Harmattan, , 314 p. (ISBN 9782296502628, lire en ligne).
  • Collectif, Gustave Doré, ogre et génie : D'après chroniques et historiens, 6 essais illustrés de 99 magnifiques reproductions, Musées de la ville de Strasbourg, (ouvrage publié à l'occasion de l'exposition « Doré & Friends » au Cabinet d'art graphique du MAMCS, du 21 février au 25 mai 2014)
  • Cyril Devès (dir.) Gustave Doré 1883-2013, Lyon, Centre de Recherche et d'Histoire Inter-médias de l'école Emile Cohl, 2013 (Actes du colloque international, École Emile Cohl, 22 et 23 mars 2013)

Catalogue d'expositionModifier

Notes et référencesModifier

  1. Henri Leblanc, « Catalogue de l’œuvre complet de Gustave Doré : illustrations, peintures, dessins, sculptures, eaux-fortes, lithographies : avec un portrait et 29 illustrations documentaires », sur Gallica, (consulté le 25 mars 2019), p. 4.
  2. Blanche Roosevelt, « La vie et les oeuvres de Gustave Doré, d'après les souvenirs de sa famille, de ses amis et de l'auteur », sur Gallica, (consulté le 25 mars 2019), p. 14.
  3. Blanche Roosevelt, « La vie et les oeuvres de Gustave Doré, d'après les souvenirs de sa famille, de ses amis et de l'auteur », sur Gallica, (consulté le 25 mars 2019), p. 22.
  4. « Exposition Orsay 2014, salle1/09 »
  5. « Exposition Orsay 2014, salle1/10 »
  6. Frédéric Potet, « Un précurseur ironique et inventif de la bande dessinée », Le Monde, 27 février 2014, page 12.
  7. « Exposition Orsay 2014, salle1/07 »
  8. « Exposition Orsay 2014, salle1/11 »
  9. « Gustave Doré au Musée d'Orsay », sur www.lintermede.com (consulté le 15 juin 2015).
  10. [PDF] Demande de Légion d'Honneur de Saintine, page 43/129, publié en 2005 par Martine Plouvier, sur le site des Archives nationales (consulté le 23 décembre 2017)
  11. Carolus Duran, Des amitiés modernes, Somogy Éditions, (ISBN 978-2-85056-639-4)
  12. La Commune de Paris, révolution sans images ?: Politique et représentations dans la France républicaine (1871-1914). de Bertrand Tillier, Éditions Champ Vallon, 2004
  13. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 290
  14. « Exposition Orsay 2014, salle1/05 »
  15. Olivier Deloignon, Guillaume Dégé et alii, Gustave Doré, Ogre et génie : d'après chroniques et historiens, 6 essais illustrés de 99 magnifiques reproductions, Strasbourg, Musées de Strasbourg, (ISBN 9782351251089), « Par le glaive, la lance et l’estoc »
  16. Marie Jeanne Geyer et Nadine Lehni, Gustave Doré : une nouvelle collection (5 novembre 1993-23 janvier 1994), Strasbourg, Musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg, , 101 p. (ISBN 2-901833-18-7, lire en ligne).
  17. « Exposition BnF - Gustave Doré, lithographe et graveur »
  18. Idylls of the King (en) est un cycle de 12 poèmes narratifs autour du Roi Arthur et des personnages du cycle arthurien. Doré a illustré les quatre premiers : Enid, Vivien, Elaine et Guinevere, parus en 1859.
  19. Antoine Capet, « London: A Pilgrimage, de Blanchard Jerrold et Gustave Doré », sur Cercles.com
  20. E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs (tome 4), Gründ, (ISBN 2-7000-3044-3), p. 684
  21. « BnF - Liste des périodiques de Gustave Doré », sur expositions.bnf.fr (consulté le 27 mars 2019)
  22. a b et c Maurice Rheims, La sculpture au XIXe siècle, Arts et Métiers graphiques, Paris, 1972.
  23. Monument à Alexandre Dumas père Photo du monument à Alexandre Dumas père
  24. Philippe Kaenel, Guy Cogeval (1955- ...), Marc Daniel Mayer (1956- ... ; directeur de musée) et Laetitia Itturalde, Doré l'imaginaire au pouvoir : [exposition, Paris, Musée d'Orsay, 18 février-11 mai 2014 ; Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 13 juin -14 septembre 2014], Musée d'Orsay, impr. 2014, cop. 2014 (ISBN 9782081316416 et 2081316412, OCLC 872124633, lire en ligne), p. 20
  25. « Collection | Bourg en Doc », sur bourgendoc.fr (consulté le 27 mars 2019)
  26. « Gustave Doré - Musées de Strasbourg », sur www.musees.strasbourg.eu (consulté le 27 mars 2019)
  27. « Gustave Doré - Collection sur Gallica », sur expositions.bnf.fr (consulté le 27 mars 2019)
  28. « L’œuvre de Gustave Doré à la BnF », sur expositions.bnf.fr (consulté le 27 mars 2019)
  29. « Musée d'Orsay: Liste de résultats dans le catalogue des collections », sur www.musee-orsay.fr (consulté le 27 mars 2019)
  30. « Les fiches d'expositions du Louvre Paris - DORE Gustave », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 2 avril 2019)
  31. Philippe Kaenel, Guy Cogeval (1955- ...), Marc Daniel Mayer (1956- ... ; directeur de musée) et Laetitia Itturalde, Doré l'imaginaire au pouvoir : [exposition, Paris, Musée d'Orsay, 18 février-11 mai 2014 ; Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 13 juin -14 septembre 2014], Musée d'Orsay, impr. 2014, cop. 2014 (ISBN 9782081316416 et 2081316412, OCLC 872124633, lire en ligne), p. 28
  32. Émile Zola, Chroniques politiques. Tome I - (1863-1870) Œuvres complètes, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque du Modèle:S-XIX », (ISBN 9782406065135, lire en ligne)
  33. a et b Philippe Kaenel, Guy Cogeval (1955- ...), Marc Daniel Mayer (1956- ... ; directeur de musée) et Laetitia Itturalde, Doré l'imaginaire au pouvoir : [exposition, Paris, Musée d'Orsay, 18 février-11 mai 2014 ; Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 13 juin -14 septembre 2014], Musée d'Orsay, impr. 2014, cop. 2014 (ISBN 9782081316416 et 2081316412, OCLC 872124633, lire en ligne), p. 15
  34. Henri Auteur du texte Leblanc, Catalogue de l'oeuvre complet de Gustave Doré : illustrations, peintures, dessins, sculptures, eaux-fortes, lithographies : avec un portrait et 29 illustrations documentaires / Henri Leblanc, (lire en ligne), p. 13
  35. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers... ouvrage rédigé et tenu à jour, avec le concours d'écrivains et de savants de tous les pays, L. Hachette, (lire en ligne)
  36. « BnF - Gustave Doré Ordre des Saints Maurice et Lazare », sur expositions.bnf.fr (consulté le 26 mars 2019)
  37. H.Champion, « Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France (page 71) », sur Gallica, (consulté le 25 mars 2019).
  38. La rédaction, « Festival d’Angoulême 2019 : le palmarès officiel », sur Tout en BD,
  39. « Expositions temporaires avant 2008 », sur Petit Palais (consulté le 28 mars 2019)
  40. « Les collections du département des arts graphiques - 1983 Gustave Doré : 1832 - 1883 », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 28 mars 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :