Ouvrir le menu principal

Jean-Marie Serreau

acteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serreau.
Jean-Marie Serreau
Naissance
Poitiers, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 58 ans)
Paris, France
Profession Comédien
Metteur en scène

Jean-Marie Serreau, né le à Poitiers et mort le à Paris, est un comédien et metteur en scène français de théâtre qui fut élève de Charles Dullin.

Élements biographiquesModifier

Né à Poitiers en 1915, Jean-Marie Serreau est un architecte de formation[1]. Il a dirigé le Théâtre de Babylone, à Paris, dans les années 1950-1960, et a fondé le Théâtre de la Tempête à La Cartoucherie de Vincennes en 1970. Il a monté les pièces de dramaturges d'avant-garde, comme Beckett, Genet et Ionesco, ainsi que des œuvres de Kateb Yacine et Aimé Césaire[2]. Il a également mis en scène la pièce Le Pain dur de Paul Claudel, en 1969, à la Comédie-Française. Il est un des premiers metteurs en scène français à élargir, par des apports audio-visuels, le cadre de ses spectacles sur planche[1],[3],[4].

Il est l'époux de Geneviève Serreau, auteure et metteuse en scène, et le père de Dominique Serreau, Coline Serreau et Nicolas Serreau. Sa dernière femme est Danielle Van Bercheycke avec qui il a eu deux filles, Raphaele Serreau et Kaloussai Serreau. Il meurt à Paris en 1973, âgé de cinquante-huit ans, au terme d'une longue maladie[1].

Un documentaire réalisé par Alexandre Hilaire lui a été consacré en 2015. Intitulé Jean-Marie Serreau, découvreur de théâtres, le film s'attarde notamment sur ses collaborations avec Aimé Césaire et Kateb Yacine. Le documentaire compte les participations de Coline Serreau, Michael Lonsdale et Edgar Morin[2].

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Colette Godard, « Mort de Jean-Marie Serreau. Le brechtien du tiers-monde », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Bernard Genies, « Ne ratez pas : "Jean-Marie Serreau, découvreur de théâtre" », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  3. Colette Godard, « Au cloitre des Carmes, Jean-Marie Serreau », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. André Degaine, Histoire du Théâtre dessinée, Nizet, p. 381
  5. a et b Inventaire du Fonds Jean-Marie Serreau - Les tournées en Allemagne: George Dandin (1949).
  6. Notice du Sudoc.

Liens externesModifier