Ouvrir le menu principal

Marie-Éléonore de Clèves

Marie Eleonore de Clèves
Marie Eleonore von Jülich-Kleve-Berg (1550-1608), Herzogin von Preußen c.1600.jpg
Portrait de Marie-Éléonore de Clèves.
Titres de noblesse
Duchesse
Duchesse (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Marie Eleonore von Jülich-Kleve-BergVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Anne de Clèves
Jean-Guillaume de Clèves
Sibylle de Juliers-Clèves-Berg (en)
Madeleine de Clèves
Charles Frédéric de Juliers-Clèves-Berg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Anne de Prusse
Éléonore de Prusse
Wilhelm Friedrich von Hohenzollern (d)
Marie de Prusse
Sophie de Prusse
Madeleine-Sibylle de Prusse
Albrecht Friedrich von Hohenzollern (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle

Marie-Éléonore de Clèves, née le à Clèves et morte le à Königsberg, est la fille aînée du duc Guillaume de Clèves et de son épouse Marie d'Autriche. La transmission du duché de Clèves est sa grande préoccupation. Il échoit à une de ses filles et, par son entremise, à la maison de Hohenzollern.

BiographieModifier

Elle épouse en 1573 le duc de Prusse Albert-Frédéric. Sept enfants naissent de leur union entre 1576 et 1586, mais les garçons meurent tous en bas âge.

En 1591-1592, Marie-Éléonore se rend avec deux de ses filles à Juliers pour enregistrer leurs revendications sur l'héritage de Clèves. En effet, son frère, le duc Jean-Guillaume, n'a pas d'enfants. Même après son deuxième mariage, en 1599, il reste sans héritiers. Marie-Éléonore s'emploie également à trouver pour ses filles des alliances intéressantes, qui se concrétisent de 1594 à 1607 avec la maison de Hohenzollern et la maison de Saxe-Wettin[1].

En 1609, à la mort de son frère, c'est bien la fille aînée de Marie-Éléonore, Anne, qui hérite du duché de Clèves. Elle est mariée depuis 1594 à l'électeur de Brandebourg Jean-Sigismond[1]. Le duché de Clèves est ainsi rattaché à la principauté de Brandebourg-Prusse qui devient en 1701 le royaume de Prusse. La politique d'alliances matrimoniales voulue par Marie-Éléonore et par les Hohenzollern joue un rôle déterminant dans la constitution d'un nouveau territoire, le futur état prussien, qui va se détacher du Saint-Empire romain germanique et modifier progressivement les équilibres européens[2],[3].

Son mari Albert-Frédéric meurt le 27 juin 1618, atteint d'une aliénation mentale, et sans héritier masculin lui non plus.

Mariage et descendanceModifier

Marie-Éléonore de Clèves épouse le duc Albert Frédéric de Prusse le 14 octobre 1573. Ils ont sept enfants :

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (de) Rita Scheller, « Maria Eleonore, Herzogin in Preußen, geborene Prinzessin von Jülich-Kleve-Berg », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 16, Berlin 1990, Duncker & Humblot, p. 195–196 (original numérisé).
  2. Sellier et Sellier 1996, p. 114-115.
  3. Bled 2007.

Voir aussiModifier