Marie-Éléonore de Clèves

Marie-Éléonore de Clèves, née le à Clèves et morte le à Königsberg, est la fille aînée du duc Guillaume de Clèves et de son épouse Marie d'Autriche. La transmission du duché de Clèves est sa grande préoccupation. Il échoit à une de ses filles et, par son entremise, à la maison de Hohenzollern.

Marie Eleonore de Clèves
Marie Eleonore von Jülich-Kleve-Berg (1550-1608), Herzogin von Preußen c.1600.jpg
Portrait de Marie-Éléonore de Clèves.
Titres de noblesse
Duchesse
Duchesse (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Marie Eleonore von Jülich-Kleve-BergVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Anne de Prusse
Éléonore de Prusse
Wilhelm Friedrich von Hohenzollern (d)
Marie de Prusse
Sophie de Prusse
Madeleine-Sibylle de Prusse
Albrecht Friedrich von Hohenzollern (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Armoiries Guillaume de Clèves.svg
blason

BiographieModifier

Elle épouse en 1573 le duc de Prusse Albert-Frédéric. Sept enfants naissent de leur union entre 1576 et 1586, mais les garçons meurent tous en bas âge.

En 1591-1592, Marie-Éléonore se rend avec deux de ses filles à Juliers pour enregistrer leurs revendications sur l'héritage de Clèves. En effet, son frère, le duc Jean-Guillaume, n'a pas d'enfants. Même après son deuxième mariage, en 1599, il reste sans héritiers. Marie-Éléonore s'emploie également à trouver pour ses filles des alliances intéressantes, qui se concrétisent de 1594 à 1607 avec la maison de Hohenzollern et la maison de Saxe-Wettin[1].

En 1609, à la mort de son frère, c'est bien la fille aînée de Marie-Éléonore, Anne, qui hérite du duché de Clèves. Elle est mariée depuis 1594 à l'électeur de Brandebourg Jean-Sigismond[1]. Le duché de Clèves est ainsi rattaché à la principauté de Brandebourg-Prusse qui devient en 1701 le royaume de Prusse. La politique d'alliances matrimoniales voulue par Marie-Éléonore et par les Hohenzollern joue un rôle déterminant dans la constitution d'un nouveau territoire, le futur état prussien, qui va se détacher du Saint-Empire romain germanique et modifier progressivement les équilibres européens[2],[3].

Son mari Albert-Frédéric meurt le , atteint d'une aliénation mentale, et sans héritier masculin lui non plus.

Mariage et descendanceModifier

Marie-Éléonore de Clèves épouse le duc Albert Frédéric de Prusse le . Ils ont sept enfants :

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (de) Rita Scheller, « Maria Eleonore, Herzogin in Preußen, geborene Prinzessin von Jülich-Kleve-Berg », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 16, Berlin 1990, Duncker & Humblot, p. 195–196 (original numérisé).
  2. Sellier et Sellier 1996, p. 114-115.
  3. Bled 2007.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier