Guerre de Succession de Juliers

conflit militaire (1609-1614)
Guerre de Succession de Juliers
Description de cette image, également commentée ci-après
Siège de Juliers (1610).
Informations générales
Date 1609-1614
Lieu Duchés unis de Juliers-Clèves-Berg
Issue Traité de Xanten (1614)
Belligérants
Wolfgang-Guillaume de Neubourg
soutenu par la France
Jean-Sigismond de Brandebourg

La guerre de Succession de Juliers ou guerre de Juliers-Clèves est un conflit qui commence en 1609 et se termine en 1614 par la signature du traité de Xanten.

Situation des trois duchés (Hzm = duché, en alld. Herzogtum)
Siège d’Erkelenz (10 mai 1610).

La guerre de Succession de Juliers-Clèves est un événement précurseur de la guerre de Trente Ans (1618-1648).

La succession de Jean-Guillaume de JuliersModifier

Quand Jean-Guillaume, duc de Juliers, de Clèves et de Berg meurt le , il n'a pas d'héritier légitime pour lui succéder.

En conséquence, sa succession est revendiquée par Philippe Louis de Neubourg, duc de Neubourg, époux de sa sœur Anne de Clèves, et par l'électeur Jean III Sigismond de Brandebourg, époux d'Anne de Prusse, fille de son autre sœur Marie-Éléonore de Clèves.

Le conflitModifier

Tractations diplomatiquesModifier

Le roi de France Henri IV et les Provinces-Unies sont inquiets de la possibilité que l'empereur Rodolphe II confisque les duchés de Juliers-Clèves-Berg, afin de les ajouter aux possessions des Habsbourg aux Pays-Bas.

Les troupes du Saint-Empire romain germanique occupent la forteresse de Juliers.[pas clair]

Puis, l'empereur Rodolphe retire sa revendication et soutient quelque temps celle de la maison de Wettin (duc de Saxe), qui est elle aussi retirée.

C'est lorsque le duc Wolfgang-Guillaume de Neubourg[pas clair] et l'électeur Jean-Sigismond font connaître leurs revendications que le conflit prend de l'ampleur.

Henri IV suggère que les territoires concernés soient divisés entre le duc de Neubourg et l'électeur, tandis que landgrave de Hesse-Cassel conseille que les deux monarques gouvernent Juliers-Clèves-Berg conjointement. Les deux prétendants acceptent cette proposition et promettent également de maintenir la tolérance religieuse inscrite dans le recès de Dortmund du .

Le siège de Juliers (1610)Modifier

La forteresse de Juliers, encore occupée par les forces de l'empereur Rodolphe, est alors assiégée par les troupes des Provinces-Unies, du Brandebourg et du Palatinat. Le siège commence le et se termine le par la reddition de la forteresse et le retrait des troupes impériales.

Le rejet du recès de DortmundModifier

Le recès de Dortmund est ensuite rejeté par les villes de Clèves, Marck, Juliers, Berg et Ravensberg puisque l'accord a été élaboré sans le consentement de ces cinq villes.

Surtout, les cinq villes préféraient être représentées par un prince plutôt que deux.

Le traité de Xanten (12 novembre 1614)Modifier

Finalement, le recès de Dortmund est remplacé par le traité de Xanten, qui met fin à la guerre de succession de Juliers et à toutes les hostilités entre Wolfgang Guillaume et Jean Sigismond.

Selon les termes du traité, le duché de Juliers, le duché de Berg et Ravenstein sont attribués à Wolfgang Guillaume, les duché de Clèves, comté de La Marck et comté de Ravensberg à Jean Sigismond.

ConséquencesModifier

Ces derniers sont les premiers territoires rhénans à entrer en possession de la maison de Hohenzollern, préfiguration de la future Rhénanie prussienne

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier