Guillaume de Juliers-Berg

aristocrate allemand du XVe siècle

Guillaume de Juliers-Berg
Illustration.
Portrait dans Zeitschrift des Bergischen Geschichtsvereins, vol. 1 (1863), d'après une gravure d'Heinrich Aldegrever.
Titre
Duc de Juliers et de Berg, et comte de Ravensberg
Prédécesseur Gérard de Juliers-Berg
Successeur Marie de Juliers
Biographie
Nom de naissance Maison de Juliers
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Düsseldorf
Sépulture Abbaye d'Altenberg
Père Gérard de Juliers-Berg
Mère Sophie de Saxe-Lauenbourg
Conjoint Élisabeth de Nassau-Sarrebruck
Sibylle de Brandebourg
Enfants Marie de Juliers
Religion Catholicisme

Guillaume de Juliers-Berg (Wilhelm von Jülich-Berg en allemand) (né le , mort le à Düsseldorf[1]) fut duc de Berg sous le nom de Guillaume III et duc de Juliers et comte de Ravensberg sous le nom de Guillaume IV de 1475 à 1511.

BiographieModifier

Guillaume était le fils aîné du duc Gérard de Juliers-Berg, auquel il succéda à sa mort, survenue en 1475, et de sa femme, Sophie de Saxe-Lauenbourg (1428-1473)[1]. Guillaume n'était pas sans expérience de gouvernement, ayant assumé de nombreuses tâches depuis le décès de sa mère, son père souffrant d'une maladie incurable depuis 1460[1]. L'héritage paternel ne fut pas partagé car le frère cadet de Guillaume, Adolphe (1457-1473), était décédé en 1473 suite à une épidémie qui a également emporté leur mère[1].

Guillaume épousa en 1472 la fille du comte de Sarrebruck, Jean II, qui lui amena un riche héritage. Elle mourut en couches en 1479. En 1481, il se remaria avec la fille de l'Électeur de Brandebourg Albert III Achille, avec qui il eut sa seule enfin légitime, Marie de Juliers.

En 1477, Guillaume prit part à la guerre de succession de Bourgogne aux côtés de l'Empereur Maximilien I de Habsbourg[2]. En 1499, il renonce à ses droits sur le duché de Gueldre, ce qui lui permet de se voir confirmer sa souveraineté sur la seigneurie de Heinsberg, achetée à son beau-père après le décès de sa première épouse[2]. En 1502, il parvient à libérer le duché de Berg des droits des princes-archevêques de Cologne. Il a par ailleurs assumé différentes fonctions pour le compte de l'Empereur Maximilien I : commandant des troupes impériales en Italie et en Hongrie et gouverneur des Pays-Bas[2].

Sans enfant de sexe masculin, ni du premier mariage, ni du second, la question de sa succession se posa. C'est pour cela que fut conclue, en 1496, l'Union de Clèves et, par là, l'union des duchés de Juliers-Berg et de Clèves-La Marck. Les duchés unis de Juliers-Clèves-Berg étaient ainsi sur les rails. La seule fille de Guillaume, Marie, alors âgée de cinq ans, fut promise en mariage au fils du duc Jean II de Clèves, Jean, âgé de six ans. Leur mariage eut lieu en 1510.

Guillaume mourut en 1511 et la Maison de Juliers disparut avec lui. Il est le dernier souverain de Berg à être enterré dans la « Cathédrale » d'Altenberg. Jean III prit sa succession et hérita également, en 1521, du duché de Clèves et du Comté de la Marck.

Mariages et descendanceModifier

Guillaume de Juliers-Berg épousa le 19 octobre 1472 la comtesse Élisabeth de Nassau-Sarrebruck (-), fille de Jean II de Nassau-Sarrebruck et de Jeanne de Looz-Heinsberg[2].

Le 8 juillet 1481, il se remaria avec Sibylle de Brandebourg, fille d'Albert III Achille de Brandebourg et d'Anne de Saxe, dont il eut sa fille et unique enfant légitime[2] :

Il eut également trois enfants illégitimes: Elisabeth, Johann de Gülge et Anna[2].

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (de) Deutsche Biographie, « Wilhelm III. - Deutsche Biographie », sur www.deutsche-biographie.de (consulté le 11 octobre 2020)
  2. a b c d e et f « Wilhelm IV Herzog von Jülich-Berg †1511 », sur www.hagen-bobzin.de (consulté le 11 octobre 2020)