Lycée Lakanal

lycée à Sceaux (Hauts-de-Seine)

Le lycée Lakanal[1] est un établissement d’enseignement secondaire et supérieur de Sceaux (Hauts-de-Seine) accueillant un collège, un lycée et des classes préparatoires aux grandes écoles[2].

Lycée Lakanal

Description de cette image, également commentée ci-après
Le bâtiment de l’administration.
Histoire et statut
Fondation 1885
Type Équipement scolaire (d)
Administration
Proviseur Corinne Raguideau
Localisation
Ville Sceaux
Pays Drapeau de la France France
Site web https://www.citescolairelakanal.fr/
Coordonnées 48° 46′ 36″ nord, 2° 18′ 19″ est
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine
(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Lycée Lakanal
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Lycée Lakanal

Créé en 1885, au début de la Troisième République, il avait pour mission initiale de former des jeunes scolairement doués, mais physiquement fragiles[3], en leur offrant un établissement d’excellence dans un cadre bucolique (un « lycée à la campagne »).

Il bénéficie de fait encore d’un vaste parc dont certains arbres sont d’essence rare et centenaires. Le lycée accueille une section pôle espoirs rugby.

Historique

modifier

Construit en 1882 par l'architecte Anatole de Baudot, le lycée est inauguré en 1885 et inscrit aux monuments historiques depuis 2001[4]. Il doit son nom au conventionnel Joseph Lakanal, qui proposa à la Convention nationale la fondation de plus de 20 000 écoles et de l'INALCO en 1794.

 
Le lycée en 1900 (carte postale).

Son architecture est inspirée du lycée Michelet (Vanves)[réf. nécessaire].

Le parloir de l’établissement est décoré d’une fresque monumentale (environ 4,5 × 15 mètres) du peintre Octave Denis Victor Guillonnet, Les Félibres assistant à la première partie de rugby dans le parc du lycée, peinte en 1899 et classée.

C'était un lycée de garçons qui comportait également des classes primaires et préparatoires (vétérinaire, entre autres). Il était à l'origine fréquenté par des élèves parisiens, qui embarquaient depuis la gare de Denfert-Rochereau. Sa création à la campagne répond aux idées hygiénistes de l'époque, influencées par l'idéal bucolique anglais.

L'historien Marc Le Cœur note ainsi que « les contemporains [le] considèrent à juste titre comme le plus moderne, le plus arboré, le plus anglais aussi des lycées français ». Destiné à accueillir environ 700 élèves, majoritairement pensionnaires, il n'en compte finalement que 400 à la fin du XIXe siècle. S'il parvient à finalement scolariser 672 élèves, on ne compte que 292 internes, alors que le régime de l'internat séduit au fil du temps de moins en moins les familles[5].

Les classes primaires bénéficiaient, comme au secondaire, de professeurs de sport, dessin, musique avec instrument.

En 1947, le ministère de l’Éducation nationale installe une annexe du lycée Lakanal dans le château de Savigny-sur-Orge, qui deviendra par la suite le lycée Jean-Baptiste-Corot[6].

La mixité a été établie après 1968, comme ce fut le cas pour le lycée Marie-Curie de Sceaux, à l'origine destiné aux jeunes filles.

En 1983, le lycée Lakanal est le premier, avec le lycée Henri-IV, à accueillir une classe préparatoire lettres et sciences sociales, dite « B/L ».

Il est possible, sur la continuité de ces apprentissages au collège, de pratiquer — en plus de l'anglais — le russe, l'allemand, l'italien, l'espagnol, le grec et le latin.

En 2017, le lycée se classe 21e sur 52 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 661e sur 2 277 au niveau national[7] avec un taux de réussite au bac de 97%.

Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui ont obtenu le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la « valeur ajoutée », calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet[8].

Sections

modifier

Trois niveaux d’enseignement cohabitent au sein du lycée Lakanal : le collège, le second cycle et les classes préparatoires aux grandes écoles (littéraires, scientifiques, économiques et commerciales), pour un total de 2500 élèves.

Une annexe du lycée, située au sein de la clinique médicale et pédagogique Dupré, scolarise des adolescents souffrant de troubles psychiatriques[9],[10].

Classement des CPGE

modifier

Le lycée abrite des CPGE littéraires (khâgnes A/L, B/L, et LSH), économiques et commerciales (ECS), et scientifiques (MPSI, PCSI, MP, PC, PSI, BCPST).

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECS[11] 20 / 46 élèves 44 % 35 % 12e
sur 95
  3
Khâgne A/L[12] 2 / 45 élèves 4 % 5 % 12e
sur 41
=
Khâgne B/L[13] 17 / 45 élèves 38 % 25 % 3e
sur 22
  2
Khâgne LSH[14] 11 / 66 élèves 17 % 11 % 5e
sur 73
  5
MP / MP*[15] 0 / 42 élèves 0 % 3 % 114eex-æquo
sur 114
  67
PC / PC*[16] 34 / 98 élèves 35 % 28 % 9e
sur 110
  2
PSI / PSI* [17] 20 / 40 élèves 50 % 44 % 9e
sur 120
  1
BCPST[18] 31 / 92 élèves 34 % 37 % 34e
sur 53
  11
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En filières ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP. Pour les khâgnes, ce sont l'ENSAE, l'ENC, les 3 ENS, et 5 écoles
de commerce (HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon et EDHEC). En filières scientifiques, ce sont un panier
de 11 à 17 écoles d'ingénieurs qui ont été retenus selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

Personnalités liées au lycée

modifier

Proviseurs

modifier
  • 06/1885-10/1892 : Alphonse Fringnet (1844-1911)[19]
  • 1896-1902 : Charles Staub (1844-1918)[20]
  • 1902-03/1904 : Hippolyte Bazin de Bezons (1855-1904), mort en poste[21]
  • 04/1907-09/1909 : Georges Ferté (1864-)[22],[23]
  • 1909-1918 : Louis Daux (1863- )[24],[23]
  • 1918- : Alexandre Maluski[23]
  • 1922- : Eugène de Ribier (1867-1943)[25]
  • 1927-1928 : Bruel[24]
  • 1929-1930 : Clermont[24]
  • 1930-07/1933 : Paul Bouchy[24]
  • 07/1933-07/1936 : Émile Jolibois (1885- )[26]
  • 1937-1947 : Jean Guillon (1886-1972)[27]
  • 10/1948-1956 : Léonce Bacuvier (1900-1963)[28]
  • 1957-1962 : Delfosse[24]
  • 1963-08/1966 : Jacques Crappier[24]
  • 09/1966-11/1966 : Jean Malrieu[24]
  • 12/1966- : Georges Guillemin, par intérim[24]
  • 1967-1972 : Georges Caillaud (1907-1990)[24]
  • 1973-1982 : Pierre Lajeunie (1920-2005)[29]
  • 1985-1990 : François Morel[24]
  • 1990-11/1994 : Michel Daubet[24]
  • 11/1994-1995 : Dominique Leroux, par intérim[24]
  • 1995-2003 : Marc Sackur[24]
  • 2003-2011 : Jean-Lucien Champigny
  • 2011-2016 : Martine Breyton
  • 2016-2019 : Patrick Fournié
  • Depuis 2019 : Corinne Raguideau

Professeurs

modifier

Par ordre alphabétique

Élèves

modifier
 
Classe de khâgne en 1904-1905 : premier rang, deuxième à gauche, Jacques Rivière. quatrième rang, premier à droite, Alain-Fournier.

Par ordre chronologique

Association des anciens élèves

modifier

L'Association des amis et anciens élèves du lycée Lakanal (AAAELLK)[32] propose un annuaire des anciens ainsi qu'un annuaire d'hébergements pour les étudiants de classes préparatoires, et publie régulièrement une lettre d'information.

Le lycée dans les médias

modifier

Dans la chanson

modifier
  • Le nom du lycée Lakanal est cité dans les paroles de la chanson Bourg-la-Reine[33], datant de 1970, du répertoire de l'ancien élève Paul-Alain Leclerc, dit Julien Clerc, et évoquant la jeunesse de ce chanteur (texte de Maurice Vallet et musique de Julien Clerc) :

« On s'est connu un lundi
Après-midi au parc de Sceaux
Dans l'allée tout au bord du Grand Canal
À deux pas de Lakanal »

— Julien Clerc, « Bourg-la-Reine », Des jours entiers à t'aimer, 1970.

Dans la littérature

modifier

Dans l'audio-visuel

modifier
  • Le lycée Lakanal a inspiré la création du collège Kadic dans la série d’animation Code Lyoko[34] diffusée originellement entre 2003 et 2007.
  • La cité scolaire apparaît à plusieurs reprises dans le film Oui, mais….
  • En 2009, les classes préparatoires du lycée ont fait l’objet d’un documentaire pour le magazine télévisé Envoyé spécial (France 2)[35].

Notes et références

modifier
  1. Souvent surnommé « LLK » par ses élèves.
  2. « Cité scolaire Lakanal », sur www.citescolairelakanal.fr (consulté le )
  3. Le Parisien étudiant
  4. Notice no PA92000009, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Marc Le Cœur, « Les lycées dans la ville: l’exemple parisien (1802-1914) », Histoire de l'éducation, 90 | 2001, p. 131-167.
  6. Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, « Journées européennes du patrimoine 2016. Entrez dans l’histoire du lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge | Portes de l'Essonne Environnement » (consulté le )
  7. « Classement départemental et national des lycées français », L'Express.
  8. « Méthodologie du classement national des lycées français », L'Express.
  9. « Clinique Dupré », Fondation santé des étudiants de France (FSEF).
  10. Ioana Atger, « Les fantaisies partagées », Adolescence, vol. 32, no 3,‎ , p. 555-576 (DOI 10.3917/ado.089.0555, lire en ligne, consulté le )
  11. Classement 2015 des prépas ECS
  12. Classement 2015 des prépas A/L
  13. Classement 2015 des prépas B/L
  14. Classement 2015 des prépas LSH
  15. Classement 2015 des prépas MP
  16. Classement 2015 des prépas PC
  17. Classement 2015 des prépas PSI
  18. Classement 2015 des prépas BCPST
  19. Archives nationales, base de données Léonore des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur - dossier LH//1038/7
  20. Archives nationales, base de données Léonore des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur - dossier LH//2547/66
  21. Archives nationales, base de données Léonore des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur - dossier LH//151/60
  22. Archives nationales, base de données Léonore des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur - dossier 19800035/541/61942
  23. a b et c Yannick Clavé, Les Proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914): Servir l'État, former la jeunesse, p.209-210.
  24. a b c d e f g h i j k l et m « Liste des proviseurs », sur Association des amis et des anciens élèves du lycée Lakanal (AAAELLK).
  25. - BNF Data
  26. Archives nationales, base de données Léonore des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur - dossier 19800035/972/12768
  27. Le Maitron -dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social
  28. Le Maitron -dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social
  29. Le Maitron -dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social
  30. Fiche Édouard Lebas - Assemblée nationale (voir Biographie)
  31. « Les Hauts-de-Seine c'est toute mon enfance » : Dieudonné, demain soir à la salle des fêtes - Sandra Tortora, Le Parisien, 7 décembre 2000
  32. Association des amis et anciens élèves du lycée Lakanal (AAAELLK)
  33. Julien Clerc, « Bourg-la-Reine », sur YouTube (consulté le )
  34. Le lycée Lakanal : Source d'inspiration réelle du collège Kadic - CodeLyoko.fr
  35. « Le bagne des classes prépas », sur Le Figaro, (consulté le )

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Collectif, Centenaire du lycée Lakanal, 1982.

Liens externes

modifier