Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur les redirections « ESCP » redirige ici. Pour les autres significations, voir ESCP (homonymie).
ESCP Europe
École supérieure de commerce de Paris
ESCP Logo 2018.png
Logo de l'École supérieure de commerce de Paris
Histoire et statut
Fondation
1er décembre 1819
Type
Établissement d'enseignement supérieur consulaire
Fondateur
Président
Directeur
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
5 600
Enseignants
950
Enseignants-chercheurs
150
Budget
108 millions d'euros
Divers
Devise
Designing tomorrow
Membre de
Site web

ESCP Europe, anciennement École supérieure de commerce de Paris (surnommée aussi Sup de Co Paris) puis ESCP-EAP, est une grande école de commerce française fondée en 1819, ce qui la fait considérer comme la doyenne mondiale des écoles de commerce[1]. Elle est un Établissement d'enseignement supérieur consulaire (EESC)[2] dont l’actionnaire principal est la Chambre de commerce et d'industrie de région Paris - Île-de-France.

L'école forme au management et à l'entrepreneuriat, en formation initiale (Master in Management, Mastères Spécialisés et MsC, Bachelor, MBA in International Management), en formation continue (Executive Mastères Spécialisés, Executive MBA), ainsi que des Doctorats (en partenariat avec l'école Doctorale de la Sorbonne[3]).

L'école possède 6 campus en Europe : à Paris, Londres, Madrid, Turin, Varsovie et Berlin (où elle bénéficie du statut d’Université).

ESCP Europe est membre de la Conférence des grandes écoles françaises et bénéficie de la triple accréditation AACSB, Equis et AMBA.

Sommaire

HistoireModifier

Fondation et développementModifier

Fondée sous le nom d'École spéciale de commerce et d'industrie en 1819, l’établissement est une création faite à l’initiative de capitaux privés portés par un groupe d'économistes et d'hommes d'affaires, comprenant entre autres Vital Roux, Jacques Laffitte et Jean-Antoine Chaptal[4],[5].

L’idée de Vital Roux était de créer une école où la pédagogie serait construite sur la base d’opérations de commerce simulées, selon une progression dans la complexité des affaires enseignées[6]. De fait, le programme pédagogique de l'École supérieure de commerce de Paris comprenait à ses débuts un enseignement général en écriture, en langues étrangères, arithmétique et géographie, ainsi que des enseignements de spécialités propres à cette école : tenue des livres, comptabilité, règles et usages du commerce. En outre, des exercices et travaux pratiques étaient proposés aux élèves. Il s’agissait, selon la pédagogie imaginée par Vital Roux, de les mettre dans des situations concrètes. Ainsi après avoir pris connaissance des techniques de base du commerce, les élèves étaient mis en situation de gérer une maison de commerce ayant plusieurs magasins et des produits multiples. Ils devaient ensuite faire de même au niveau international. Ces exercices préfiguraient la pédagogie basée sur l'étude de cas.

L'école réussit à attirer des étudiants internationaux[7]. À titre d'exemple, la promotion de 1824 comprend 118 élèves dont 36 étrangers, 7 Espagnols, 2 Havanais, 5 Brésiliens, 5 Hollandais, 4 Allemands, 2 Grecs, 2 Portugais, 2 Américains, 2 Chiliens, 1 Savoyard, 1 Italien, 1 Suédois, 1 Russe et 1 Haïtien[8].

L'institution s'attachait à diffuser, dans la France de l'époque, les principes de l'économie politique et de la liberté commerciale. Elle est la première des grandes écoles de commerce "nées de la révolution industrielle et de la volonté de la bourgeoisie marchande et banquière d'instaurer une formation aux affaires"[9]. On retrouve aussi dans les textes fondateurs de l'École supérieure de commerce de Paris une ambition patriotique. Elle se devait, tout comme les autres écoles de commerce créées par la suite en France, d’être un instrument de développement économique du pays contre ses adversaires, d’abord l’Angleterre puis l’Allemagne.

Adolphe Blanqui, de l'Institut, devient le directeur de l'établissement de 1830 à 1854. Disciple de Jean-Baptiste Say, il accéléra, sur ses fonds propres, le développement de l'école, qui dut déménager deux fois en deux ans pour faire face à l'augmentation du nombre d'élèves. Sous sa direction, ESCP Europe se développe. Après le décès de Blanqui, c'est Gervais de Caen, son adjoint qui lui succède à la tête de l'établissement jusqu'à sa mort brutale en 1868. Jeanne Blanqui en hérite, mais elle n'a alors que 17 ans. Elle n'a d'autre choix que de la céder à la Chambre de commerce. Entretemps, les élèves de l'école se sont vus retirer le droit de sortir en uniforme par le ministère à la suite de la participation de certains d'entre eux à des échauffourées lors d'une sortie à Vincennes[4].

Jusqu’en 1871, l’enseignement était organisé en "comptoirs"[10] (années), ce qui correspond à un apprentissage gradué vers une plus grande complexité. Ensuite sont apparues les spécialisations dans de nombreuses écoles et à ESCP Europe vont apparaître la section de Navigation Maritime en 1907, la section hôtelière en 1916 et la section coloniale[11]

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une école paneuropéenneModifier

École Européenne des Affaires (EAP)Modifier

En 1973, la CCIP lance l’École européenne des affaires (EAP - European School of Management Studies) et inaugure le concept d'école multi-campus. Elle était établie à l'origine dans trois grandes villes : (Paris, Oxford et Düsseldorf) et a été la première grande école a délivrer deux diplômes européens : le diplôme français de « Grande école » et, ayant aussi statut d'université en Allemagne, le Diplom Kaufmann/frau.

ESCP EuropeModifier

En 1999, l’ESCP et l’EAP fusionnent pour donner naissance à ESCP-EAP European School of Management, à l’initiative de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP), à laquelle elles appartiennent toutes les deux. L'établissement est renommé ESCP Europe le 9 avril 2009. Il s'agissait alors, selon les promoteurs de cette fusion, de permettre l'alliance de la qualité académique et des moyens de ESCP Europe au modèle pédagogique européen, original, de l'EAP. En outre, le regroupement des deux écoles devait permettre la constitution d'un établissement d’enseignement disposant d'une taille critique sur le marché international des formations supérieures au management.

Le 1er janvier 2018, ESCP Europe change de statut et devient un Établissement d'enseignement supérieur consulaire[2] à but non lucratif et devient autonome par rapport à la Chambre de Commerce et d’Industrie Régionale de Paris Ile de France.[12]

DirecteursModifier

École supérieure de Commerce de Paris
Date d'arrivée Date de départ Directeur
1819 1826 A. Brodart
1826 1830 Monier des Taillades
1830 1854 Adolphe Blanqui
1854 1867 Gervais de Caen
1867 1869 Aimé Girard
1869 1870 Guillaume Denière
1870 1879 Paul Schwaeblé
1879 1898 Grelley
1898 1905 Victor Cantagrel
1905 1910 Émile Paris
1910 1938 Paul Wiriath
1938 1946 François Belin
1946 1947 Marius Desbordes
1947 1967 Pierre Villemer
1967 1972 Jean Vigier
1972 1974 Jean Schapira
1974 1979 Jean-Christian Serna
1979 1989 Jacques Perrin
1989 1999 Véronique Chantérac-Lamielle


EAP (École Européenne des Affaires)
Date d'arrivée Date de départ Directeur
1973 1974 Michel Furois
1974 1991 Bruno Leblanc
1991 1993 Sybren Tijmstra
1993 1999 Michel Raimbault
ESCP-EAP
Date d'arrivée Date de départ Directeur
1999 2006 Jean-Louis Scaringella
2006 2009 Pascal Morand
ESCP Europe
Date d'arrivée Date de départ Directeur
2009 2012 Pascal Morand
2012 2014 Édouard Husson
2014 - Frank Bournois







CampusModifier

 
Campus République (11e - Paris)

L'École spéciale de commerce et d'industrie de Paris s’est d’abord établie dans les locaux de la banque Laffite, rue de Grenelle Saint Honoré avant de s’installer à l’hôtel de Sully, puis sous son nom « École Supérieure de Commerce, rue Neuve Saint Gilles à deux pas du Boulevard Beaumarchais, et enfin dans des locaux de la rue Amelot[13].

Le 3 octobre 1898, l'école s'installa dans ses nouveaux locaux du 79, avenue de la République, à Paris, l'adresse qu'elle occupe toujours aujourd'hui. Ce site abrite donc des bâtiments fin XIXe siècle, ainsi qu'un immeuble plus récent, dessiné dans les années 1970, par l'architecte d'origine suisse Léonard Morandi.

 
Campus Montparnasse (15e - Paris)
 
Campus de Berlin

En 2003, la Chambre de Commerce et d'Industrie de région Paris Ile-de-France a racheté les locaux du Centre chirurgical Paris Est, situés au 81 avenue de la République. ESCP Europe y installe l'association des Alumni, son programme Doctoral et sa pépinière d’entreprises.

Organisation et administrationModifier

Pour l'année 2018, le budget s'élevait à 100 millions d'euros[14]. Divisé par le nombre d'élèves, environ 5000, environ 20 000  est consacré par élève. Le financement est assuré par les frais de scolarité facturés aux étudiants des différents programmes, la formation continue, les contrats de recherche et, depuis peu, les dons que les anciens élèves peuvent faire. Des subventions de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, du sénat de Berlin, de la Confindustria italienne et d'autres acteurs institutionnels européens viennent compléter le budget.

EnseignementModifier

L'Ecole propose différentes formations en gestion :

ClassementModifier

En 2018, le Master in Finance classé deuxième meilleur dans le monde par le Financial Times[15]. Celui-ci est classé 10e mondial par le Financial Times en 2017[16].

Personnalités liéesModifier

Politiques et hauts fonctionnaireModifier

Dirigeants d'entrepriseModifier

Personnalités des médias, de l'édition et de la cultureModifier

Créateurs d'entrepriseModifier

Enseignants et chercheursModifier

Dirigeants associatifsModifier

SportifsModifier


Notes et référencesModifier

  1. Histoire de l'école sur le site de l'établissement. École de commerce
  2. a et b « Descripteur : ETABLISSEMENT D'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONSULAIRE | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 3 avril 2019)
  3. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Marc-Olivier Lagadic, « Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Management (ED 559) », sur www.pantheonsorbonne.fr (consulté le 21 mai 2018)
  4. a et b Adrien de Tricornot, « L’ESCP Europe, l’entreprise faite école », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244)
  5. (en) « A school is “a building that has four walls…with tomorrow inside”: Toward the reinvention of the business school », sur ScienceDirect,
  6. Exposé de Jean-Pierre Nioche, Professeur, in « Pratique et théorie dans l’enseignement de la gestion ». Intervention à l’école de Paris du management, le 20 mai 1997
  7. « Andreas Kaplan: European Management and European Business Schools: Insights from the History of Business Schools, European Management Journal, 2014 »
  8. A. Renouard, Histoire de l'École supérieure de commerce de Paris, Raymond Castell éditions, 1999.
  9. Patrice De Fournas, « Quelle identite pour les grandes ecoles de commerce fraņcaises ? », Gestion et management. Ecole Polytechnique X,,‎
  10. Marianne Blanchard, Les Ecoles supérieures de commerce : Sociohistoire d'une entreprise éducative en France, Classique Garnier,
  11. A. Renouard, Histoire de l'École supérieure de commerce de Paris, Raymond Castell éditions,
  12. « L’établissement d’enseignement supérieur consulaire ESCP Europe installe sa nouvelle gouvernance | CCI Paris Île-de-France », sur www.cci-paris-idf.fr (consulté le 15 avril 2019)
  13. Le génie civil N°661,
  14. « Communiqué de presse 2018 »
  15. (en) « Masters in Finance Pre-experience 2018 », sur rankings.ft.com
  16. Financial Times, Classement 2017 des programmes Executive MBA.