Ouvrir le menu principal

Philippe Mangeot

enseignant et militant associatif français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mangeot.
Philippe Mangeot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Nationalité
Formation
Activités

Philippe Mangeot, né le , est un enseignant et militant associatif français.

Sommaire

BiographieModifier

Philippe Mangeot naît en 1965[1]. Il est le fils de Jean-Pierre Mangeot[2], qui fut PDG de Glaxo-Wellcome France[3] (le laboratoire qui produisit le premier médicament homologué contre le sida, l'AZT) et de Monique Mangeot, maître de conférence en biochimie.

Il étudie à l'École normale supérieure, et passe l'agrégation de lettres modernes. En 1989, il obtient une bourse pour faire sa thèse en Angleterre. Celle-ci devait porter sur les carnets d'écrivains romantiques, notamment ceux de Samuel Taylor Coleridge. Il doit se résoudre à abandonner ce sujet et décide de faire sa thèse sur Jules Verne[4], mais ne l'achève pas[5].

À son retour en France, il rejoint l'association de lutte contre le sida Act Up-Paris, à propos de laquelle il déclare « ça a été ma thèse, fondamentalement »[6]. Séropositif depuis 1986, il y exerce des responsabilités diverses et notamment éditoriales. En 1997, l'année d'arrivée des trithérapies contre le VIH, il devient président d'Act Up-Paris, jusqu'en 1999. Il quitte l'association en 2003[7].

En mai 1997, il participe à la rédaction du manifeste Nous sommes la gauche, écrit à l'issue d'une réunion d'Act Up-Paris et signé par de nombreuses associations et personnalités publiques[7]. Publié dans Libération après la dissolution de l'Assemblée nationale par Jacques Chirac, ce texte collectif affirme « La gauche officielle ne gagnera pas les élections sans nous »[8].

En 1997, il participe à la fondation de la revue Vacarme[1],[9], dont il est rédacteur en chef entre 1999 et 2004[9]. Il quitte son comité de rédaction en 2019[7],[10]. Il a également régulièrement collaboré aux Cahiers du cinéma, ainsi qu'aux émissions quotidiennes de France Culture La Suite dans les idées et La Grande table.

En décembre 2007, il participe à la création de l'association Cette France-là, qui vise à documenter la politique hostile aux étrangers mise en œuvre sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy et ses conséquences concrètes[11]. Il contribue aux deux volumes publiés en 2009[12] et 2010[13].

Il est professeur de littérature en classes préparatoires littéraires[9]. Après avoir été professeur au collège, il enseigne au Lycée Gustave Monod d’Enghien, où il œuvre pour la création des premières hypokhâgnes et khâgnes en collaboration entre lycée et université (notamment avec Paris-XIII)[14]. Depuis 2014, il exerce au Lycée Lakanal de Sceaux[15].

Ses interventions, publiées majoritairement dans Vacarme, portent notamment sur les politiques des minorités[9], les politiques de santé, mais aussi sur Michel Foucault, la littérature et le cinéma.

Il a collaboré aux scénarios du film de Mario Fanfani, Les Nuits d'été (prix Queer Lion à la Mostra de Venise 2014[16]), et de celui de Robin Campillo, 120 Battements par minute (Grand Prix du Jury du Festival de Cannes 2017[17], César du meilleur film et du meilleur scénario original 2018[18]).

En 2018, le Centre Pompidou l'invite dans le cadre de son programme annuel de paroles contemporaines. Il y crée l'Observatoire des passions, un cycle mensuel de débats visant à repenser un « traité des passions » à l'aune de l'avènement d'Internet[19].

PublicationsModifier

Au sujet d'Act Up

  • Le Sida. Combien de divisions ? Ouvrage collectif d'Act Up-Paris, Ed. Dagorno, 1994
  • Impureté de la politique (entretien de Philippe Mangeot avec Bernard Aspe et Muriel Combes), Alice, n°1, 1998 [lire en ligne].
  • Foucault sans le savoir, in Didier Eribon (éd.), L’infréquentable Michel Foucault, EPEL, 2001.
  • Le sida n'a pas eu lieu, Cahiers de la Villa Gillet, n°16 : « L'événement », 2002.

RéférencesModifier

  1. a et b Frédérique Roussel, « Philippe Mangeot, sentir, savoir et pouvoir », sur liberation.fr, (consulté le 31 août 2019).
  2. Olivier Vincent, « Act up, dix ans, et maintenant? », lexpress.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « Glaxo Wellcome France Jean-Pierre Mangeot », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « Philippe Mangeot (1/5) : Grandir », sur France Culture (consulté le 10 avril 2019)
  5. « Philippe Mangeot, intellectuel collectif », sur lemonde.fr, (consulté le 10 avril 2019)
  6. « Philippe Mangeot (2/5) : Lutter », sur France Culture (consulté le 11 avril 2019)
  7. a b et c « Philippe Mangeot (3/5) : Survivre », sur France Culture (consulté le 12 avril 2019)
  8. « Manifeste. Nous sommes la gauche. », sur Libération.fr, (consulté le 12 avril 2019)
  9. a b c et d « Biographie de Philippe Mangeot », franceculture.fr,‎ (lire en ligne)
  10. « Le comité de rédaction - Vacarme », sur vacarme.org (consulté le 12 avril 2019)
  11. « Cette France-là / À propos », sur www.cettefrancela.net (consulté le 12 avril 2019)
  12. « Cette France-là / volume 1 », sur www.cettefrancela.net (consulté le 12 avril 2019)
  13. « Cette France-là / Volume 2 », sur www.cettefrancela.net (consulté le 12 avril 2019)
  14. « Préparer l'entrée en khagne », sur www.lyc-monod-enghien.ac-versailles.fr, (consulté le 11 avril 2019)
  15. « Lycée Lakanal Khâgne B/L 2016-17 / Littérature française », sur www.lyc-lakanal-sceaux.ac-versailles.fr, (consulté le 11 avril 2019)
  16. (it) « Palmares », sur Queer Lion, (consulté le 11 avril 2019)
  17. « Palmarès - Festival de Cannes 2017 », sur Festival de Cannes (consulté le 11 avril 2019)
  18. « Palmarès des César - Académie des Arts et Techniques du Cinéma », sur www.academie-cinema.org (consulté le 11 avril 2019)
  19. « Philippe Mangeot - L'Observatoire des passions », sur centrepompidou.fr

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier