Ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Mantes-la-Jolie à Cherbourg
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Mantes-la-Jolie, Évreux, Bernay, Lisieux, Mézidon-Canon, Caen, Bayeux, Carentan, Valognes, Cherbourg-Octeville
Historique
Mise en service 1855 – 1858
Électrification 1996
Concessionnaires CF Paris à Cherbourg (1852 – 1855)
Ouest (1855 – 1908)
État (Non concédée) (1909 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 366 000
Longueur 313 km
Vitesse maximale
commerciale
200
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale 10 
Nombre de voies double voie
Signalisation BAL
(avec pré-annonce sur les zones autorisées à 200 km/h)
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TGV, Intercités, TER, fret
Schéma de la ligne

La ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg est l'une des grandes artères radiales du réseau ferré français. Longue de 313 km, elle se débranche à Mantes-la-Jolie, à 57 km à l'ouest de Paris, de la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre.

Ouverte de 1855 à 1858 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, elle traverse le nord-ouest de l'Île-de-France ainsi qu'une grande partie de la Normandie (de l'est de l'Eure jusqu'au Cotentin). Elle dessert notamment les agglomérations de Mantes-la-Jolie, Évreux, Bernay, Lisieux, Mézidon-Canon, Caen, Bayeux, Carentan, Valognes et Cherbourg-en-Cotentin. C'est une ligne électrifiée à double voie faisant partie du réseau ferré national et gérée par SNCF Réseau.

Elle constitue la ligne 366 000 du réseau ferré national.

HistoireModifier

ChronologieModifier

De la Compagnie de l'Ouest au réseau de l'ÉtatModifier

La ligne Paris - Caen a été concédée en 1846[6]. Mais la crise financière de 1847 puis les événements de 1848 empêchent la réunion des capitaux nécessaires par la compagnie concessionnaire[7].

La concession de la ligne « de Paris à Cherbourg » est attribuée à Messieurs de l'Espée, Benoist d'Asy, E. Simons, N. Duchâtel, Ed. Blound, de Kersaint et John Easthope par une loi le [8]. Les concessionnaires constituent la Compagnie de Paris à Caen et à Cherbourg[9],[10], filiale de la Compagnie de Rouen. Les travaux débutent l'année suivante entre Mantes et Caen.

Les et est signé une convention entre le ministre des Travaux publics et les Compagnies des chemins de fer de Paris à Saint-Germain, de Paris à Rouen, de Rouen au Havre, de l'Ouest, de Paris à Caen et à Cherbourg. Cette convention organise la fusion de ces compagnies au sein de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest[11]. Cette convention est approuvée par décret impérial le [12].

Le choix du tracé de la ligne entre Caen et Cherbourg, section longue de 131 km, s'avère plus épineux. On hésite entre trois options : par Bayeux, par Saint-Lô ou par un tracé intermédiaire[13]. C'est finalement Bayeux qui est choisi. L'arrivée de la ligne à Caen pose également problème. Faute d'accord, les premiers trains en provenance de Paris, à partir du , arrivent dans une gare provisoire bâtie à Mondeville. Lors de la fusion des compagnies de chemins de fer le 1855, la concession de Cherbourg est réunie à celles de Rouen, du Havre, de Dieppe, de Saint-Germain et de la Bretagne au sein de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest[14],[15].

Le tronçon de Caen à Cherbourg est réalisé en moins de deux ans, malgré l'important volume de terrassements (1,3 million de m3) et les nombreux ouvrages d'arts à construire. Les travaux démarrent en octobre 1856, et en , quatre mille ouvriers accompagnés de deux cents chevaux sont à l'œuvre. Ils exploitent un important matériel, comptant mille wagons, 80 tombereaux, ainsi que trois locomotives pour le remorquage des wagons de ballast[16]. La ligne est ouverte le 1858, et inaugurée le 4 août suivant par le couple impérial, lors des fêtes organisées par la ville de Cherbourg. Au total, la ligne de Mantes à Cherbourg compte 31 gares et 114 passages à niveau. Elle aura nécessité 20 millions de m3 de terrassements, seulement 4 388 m cumulés de tunnels mais 70 ponts sur les rivières, 310 sur les routes et chemins vicinaux, 400 aqueducs, et aura coûté 106 millions de francs, plus 10 millions encore nécessaires à la pose de la seconde voie de Lisieux à Cherbourg. Au-delà du seul trafic régional, la ligne est en correspondance avec le nouveau service de bateaux à vapeur reliant Caen et Londres[17].

Finalement, la ligne entre Mantes-la-Jolie et Cherbourg a été ouverte en quatre étapes :

En 1897, la Compagnie s'engage à doubler les voies de la ligne entre Caen et Cherbourg, alors en voie unique[19]. Les travaux arrivent à leur terme en 1900[20].

SNCFModifier

La ligne a longtemps connu les trains-paquebots entre Paris et Cherbourg (trains Transatlantiques). Bien avant la transformation de la gare de Cherbourg-Maritime en Cité de la mer, ces circulations sont limitées à la gare centrale de Cherbourg, avec navette d'autocars vers les paquebots.

À partir de 1963, la « diésélification » de la ligne entraîne le retrait progressif de la traction vapeur sur cet axe. Les Pacific 231 sont peu à peu remplacées par des A1AA1A 68000, des BB 67300 et des BB 67400[21]. Des RGP circulent également sur cette ligne.

Durant la décennie suivante, les lignes Paris – Caen – Cherbourg et Paris – Trouville - Deauville seront les premières, en France, à bénéficier du Turbotrain. Dans un premier temps, ce sont les Éléments à turbines à gaz (ETG) qui vont assurer ces deux dessertes, avec une mise en service à compter de 1970. Puis, à partir de 1975, ces rames ETG seront remplacées par des Rames à turbines à gaz (RTG), plus puissantes et capacitaires[22].

C’est également à cette période que les premiers trains dotés de voitures Corail circulent sur cet axe. Ces voitures, d'une grande modernité pour l'époque, vont progressivement remplacer les nombreuses séries de voitures héritées des anciennes compagnies (voitures ex-État, voitures OCEM, voitures allégées État dites « Saucisson »), ainsi que celles acquises après la guerre (voitures DEV AO et DEV Inox, voitures USI et voitures UIC).

À partir de 1989, des travaux d’électrification à 25 000 V sont engagés, accompagnés de la suppression de certains passages à niveaux et de relèvements de vitesse à 200 km/h sur trois portions. Ces opérations ont pris fin en 1996 (le 27 mars de Bueil à Cherbourg et le 21 mai de Mantes-la-Jolie à Bueil).

Cette modernisation de la ligne acte l’arrêt définitif de la traction Diesel et des Turbotrains à compter du . Ainsi, depuis le de la même année, tous les trains Paris – Caen – Cherbourg et Paris – Trouville - Deauville sont assurés en traction électrique par des BB 16000 et des BB 26000, accouplées à des rames Corail 200 bénéficiant de la rénovation « Corail+ » (à compter de 1995), puis de la rénovation « Nouvelle décoration » (à compter de 1998)[23].

Il était prévu, au début des années 2000, d’intégrer la ligne Paris – Caen – Cherbourg dans le programme Téoz, mais les aménagements intérieurs de ces rames rénovées ne répondaient pas aux besoins capacitaires de cette ligne[24].

Finalement, l’ensemble de ces rames Corail 200 seront rénovées à partir de 2007[25].

C’est à cette même période que débute le retrait progressif des BB 16000. Suite à la mise en service de la première phase de la LGV Est-Européenne, le 10 juin 2007, une grande partie du parc de BB 15000 se trouve libéré. En conséquence, le transfert de la majorité du parc vers l’ouest et le nord est engagé dès 2006. Aptes à 160 Km/h et relativement plus modernes, ces locomotives, produites entre 1971 et 1978, vont progressivement se substituer aux BB 16000 et BB 16100, dont le retrait s’est achevé en 2010.

Une nouvelle phase de renouvellement du matériel roulant s’est engagée depuis 2020, avec l’arrivée des automotrices à deux niveaux Omneo Premium[26].

CaractéristiquesModifier

Tracé et profilModifier

 
Gros plan vers l’entrée ouest de la gare de Mantes-la-Jolie ; les voies pour Cherbourg se détachent vers la gauche de celles pour le Havre, à droite.

Le tracé de la ligne est sinueux et le profil assez difficile entre Mantes-la-Jolie et Mézidon avec de nombreuses courbes et de longues rampes qui toutefois ne dépassent pas 10 . Le tracé est meilleur dans la plaine de Caen et les marais du Cotentin avant de devenir à nouveau plus difficile entre Valognes et Cherbourg (seule partie du trajet située dans le Massif armoricain).

La ligne quitte la vallée de la Seine à Mantes-la-Jolie (32 m d'altitude) par une rampe de 9  pour accéder au tunnel de Bréval (134 m) puis elle redescend dans la vallée de l’Eure un peu après la gare de Bueil (63 m). Elle rejoint ensuite Saint-Aubin-du-Vieil-Évreux (129 m) pour redescendre dans la vallée de l'Iton près de La Bonneville-sur-Iton (92 m). Elle quitte cette vallée en passant par Romilly-la-Puthenaye (164 m) afin de rejoindre celle de la Charentonne à Serquigny (78 m), puis elle va atteindre son point culminant à Saint-Mards-de-Fresne (193 m) et redescendre vers la Touques à Lisieux (54 m). La dernière rampe importante est celle qui permet d'accéder au tunnel de La Motte (114 m) avant de rejoindre la Vie au Mesnil-Mauger (23 m). Au-delà, le tracé et le profil sont excellents jusqu'à la vallée de l'Orne à Caen (5 m). La ligne rejoint ensuite la vallée de la Seulles près d'Audrieu (67 m) avant de redescendre vers Lison et les marais du Cotentin. Vers Montebourg, la ligne monte une petite rampe afin de rejoindre l'ancienne gare de Couville (97 m) et redescend vers Cherbourg (5 m).

ÉquipementModifier

Électrification et signalisationModifier

 
Caténaire 2 × 25 kV de la ligne Mantes – Cherbourg.

La ligne est dotée d'une double voie et entièrement électrifiée depuis le comme tout le réseau Saint-Lazare en 25 kV-50 Hz monophasé[27] avec 4 sous-stations et équipée du block automatique lumineux[28] et du contrôle de vitesse par balises (KVB)[29].

Vitesses limitesModifier

Les vitesses limites de la ligne en 2012 pour les trains V 200 et les TGV, en sens impair, sont indiquées dans le tableau ci-dessous ; toutefois, les trains de certaines catégories, comme les trains de marchandises, sont soumis à des vitesses limites plus faibles[30].

De À Limite
Mantes-la-Jolie Pancarte km 86,1 160
Pancarte km 86,1 Tunnel de Nétreville côté Évreux (km 105,5) 150
Tunnel de Nétreville côté Évreux (km 105,5) Pancarte km 110,0 130
Pancarte km 110,0 Pancarte km 163,0 160
Pancarte km 163,0 Pancarte km 188,9 200
Pancarte km 188,9 Pancarte km 192,9 140
Pancarte km 192,9 Pancarte km 204,7 150
Pancarte km 204,7 Caen 200
Caen Pancarte km 246,7 140
Pancarte km 246,7 Carentan 160
Carentan Valognes 200
Valognes Pancarte km 360,0 160
Pancarte km 360,0 Cherbourg 150

Sections à 200 km/hModifier

Il existe actuellement trois sections aptes à la circulation à 200 km/h pour les trains « Corail » et les TGV :

  • du PK 163,000 au PK 189,450 entre Bernay et Lisieux ;
  • du PK 204,700 au PK 236,000 entre Lisieux et Caen ;
  • du PK 313,100 au PK 340,617 entre Carentan et Valognes.

Les BB 26000 aptes à V 200 sont utilisées prioritairement sur les trains Paris - Cherbourg sans arrêt entre Paris et Caen ou avec un arrêt intermédiaire à Lisieux, même si en pratique ce n'est pas toujours le cas.

Principaux ouvrages d'artModifier

 
Tranchée est du tunnel de Bréval. L'entrée du tunnel se trouve après le pont visible au second plan.

La ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg possède peu d'ouvrages d'art :

  • Viaducs sur des fleuves et des rivières
    • Viaduc de Merey (Eure) (46 mètres) ;
    • Viaduc de l'Iton (Iton) (26 mètres) ;
    • Viaduc de Grosley (Risle) (61 mètres) ;
    • Viaduc de l'Orbiquet (Orbiquet) (53 mètres) ;
    • Viaduc de la Touques (Touques) ;
    • Viaduc de l'Orne (Orne) (45 mètres) ;
    • Pont de Flaye (Seulles) ;
    • Pont sur l'Aure (Aure) ;
    • Viaduc de la Vire (Vire) (40 mètres) ;
    • Viaduc de la Douve (Douve) (37 mètres) ;
  • Viaduc
    • Viaduc de Gilles (45 mètres) ;
 
Entrée ouest du tunnel de Bréval.
  • Tunnels
    • Tunnel de Bréval (805 mètres) ;
    • Tunnel de Martainville (284 mètres) ;
    • Tunnel de Nétreville (1790 mètres) ;
    • Tunnel de la Justice (364 mètres) ;
    • Tunnel de Navarre (191 mètres) ;
    • Tunnel de Conches (254 mètres) ;
    • Tunnel de Bernay (339 mètres) ;
    • Tunnel de La Motte (2072 mètres) ;
    • Tunnel de la Houblonnière (458 mètres).

DesserteModifier

GaresModifier

  • Mantes-la-Jolie
  • Ménerville (fermée)
  • Bréval
  • Gilles – Guainville (fermée)
  • Bueil
  • Boisset (fermée)
  • Le Val-David (fermée)
  • Saint-Aubin-du-Vieil-Évreux (fermée)
  • Évreux-Normandie
  • Arnières-sur-Iton (fermée)
  • La Bonneville-sur-Iton
  • Conches
  • Romilly-la-Puthenaye
  • Beaumont-le-Roger
  • Serquigny
  • Bernay
  • Saint-Mards-de-Fresne (fermée)
  • Lisieux
  • Mesnil-Mauger (fermée)
  • Mézidon-Canon
  • Moult – Argences
  • Frénouville – Cagny
  • Caen
  • Carpiquet (fermée)
  • Bretteville – Norrey
  • Audrieu
  • Bayeux
  • Crouay (fermée)
  • Le Molay-Littry
  • Lison
  • Neuilly-la-Forêt (fermée)
  • Carentan
  • Chef-du-Pont - Sainte-Mère (fermée)
  • Fresville (fermée)
  • Montebourg (fermée)
  • Valognes
  • Sottevast (fermée)
  • Couville (fermée)
  • Martinvast (fermée)
  • Cherbourg
  • Cherbourg-Maritime (fermée)

TraficModifier

Réseau NOMADModifier

NOMAD est la nouvelle offre de mobilité en Normandie. Créée au 1er janvier 2020, cette nouvelle identité regroupe à la fois les transports régionaux non urbains et scolaires (trains, cars, transports à la demande et covoiturage). À terme, et dans un contexte d'ouverture à la concurrence, l'appellation "NOMAD Train" a vocation à se substituer à la marque TER, propriété de SNCF Voyageurs (anciennement SNCF-Mobilités).

Liaisons Krono+ (grandes lignes)Modifier

Ces liaisons correspondent aux anciennes lignes Intercités (Trains d’Equilibre du Territoire), qui relevaient jusqu'ici de la responsabilité de l’État et dont le transfert à la région Normandie a été opéré au 1er janvier 2020.

Pour le périmètre qui nous intéresse ici, sont concernées les lignes Paris<>Caen<>Cherbourg et Paris<>Trouville-Deauville.

Depuis 1996, ces deux liaisons sont exclusivement assurées par des rames Corail composées de dix voitures (dont deux de 1re classe). Cela dit, avec l’accroissement de l’offre au service annuel 2020, ces rames ont toutes été réduites à neuf voitures. Rappelons également que, jusqu’au milieu des années 2000, ces compositions Corail fluctuaient entre neuf et douze voitures, avec parfois trois ou quatre voitures de 1re classe.

Aptes à 200 km/h, ces rames Corail ont été rénovées à partir de 2007, arborant désormais une livrée extérieure propre à l’ancienne région Basse-Normandie (BN) et des aménagements intérieurs revus à la marge. Auparavant, ces rames avaient reçues la rénovation dite « Nouvelle-décoration » (après la rénovation anecdotique dite « Corail Plus »), dont certaines voitures composent encore quelques rames aujourd’hui.

Précisons également que, depuis moins d’une dizaine d’années, les rames Corail réversibles Haute-Normandie (RCR HN), aptes à 160 km/h, sont également employées sur cet axe.

La traction des rames Corail Basse-Normandie est assurée par des BB 15000 (en remplacement des BB 16000) et par des BB 26000. Ces dernières étant aptes à 200 km/h, elles sont prioritairement affectées aux missions Paris-Cherbourg, pour la plupart directes entre Paris et Caen. S’agissant des RCR, celles-ci sont accouplées à des BB 15000 équipées de la réversibilité (en remplacement des BB 16100).

Depuis février 2020, de nouvelles automotrices Bombardier à deux niveaux entrent peu à peu en service sur ces lignes et ont vocation, à terme, à se substituer aux rames Corail. Commandées à 40 exemplaires, ces rames Omneo Premium (Z 56600) permettent, elles-aussi, d'atteindre une vitesse commerciale de 200 km/h sur les portions de voies le permettant. Bien qu'utilisant la plateforme des Regio2n, ces automotrices de 10 caisses (dont 6 voitures) disposent d'un haut niveau de confort. L’ensemble des rames devrait être en service pour le service annuel 2022.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres liaisons NOMAD (Krono, Citi et Proxi)Modifier

Ces liaisons correspondent, à grands traits, au périmètre historique du réseau TER Normandie.

Sont ici concernées les lignes Paris – Évreux – Serquigny (anciennement Intercités), Caen – Cherbourg, Caen – Lisieux, Caen – Rouen (jusqu’à Serquigny), Caen – Coutances – Granville – Rennes (jusqu’à Lison) et Caen – Le Mans – Tours (jusqu’à Mézidon).

Côté matériel roulant, ces lignes régionales sont, pour la plupart, parcourues par des autorails à grande capacité (X 76500 BN à trois caisses, Z 27500 BN à quatre caisses, Z 27500 HN à trois caisses et B 82500 HN à quatre caisses), ainsi que par des Régiolis à quatre caisses (B 85900). La ligne Paris – Évreux – Serquigny est, quant à elle, assurée par des VO 2N et, parfois, par des Z 26500.

Liaisons TGVModifier

Des TGV spéciaux parcourent périodiquement la ligne. En février, ce sont les TGV neige qui emmènent et ramènent directement les normands vers les stations de ski de la vallée de la Tarentaise (Cherbourg<>Bourg-St-Maurice). Aussi, certains TGV « pèlerins » sont-ils affrétés entre la Normandie et Lourdes durant la période estivale. Longtemps effectuées par des rames TGV Atlantique, ces deux types de dessertes sont aujourd’hui exclusivement assurées par des rames TGV Duplex, TGV Néo-Duplex, TGV Dasye ou TGV Euroduplex 3UF.

Deux liaisons TGV régulières n’ont, quant à elles, été qu’éphémères[31]. Tel est le cas de la desserte Cherbourg<>Lille créée en 1997 et supprimée en 1999. Elle contournait Paris par le sud (Versailles, Massy, Marne-la-Vallée et Roissy). Il en va de même de la liaison Cherbourg<>Dijon, créée en 2009 et supprimée en 2010[32],[33]. Celle-ci contournaient Paris par la grande ceinture nord avec la desserte de l’aéroport de Roissy-CDG.

Fret ferroviaireModifier

Peu de convois de marchandises empruntent cette ligne, si ce n’est les trains de l’infra, ainsi que les convois de déchets nucléaires reliant le terminal d'Armanville (près de Valognes) au reste de la France ou à nos voisins européens.

Cela étant, l’armateur Brittany Ferries a annoncé, au début de l’année 2020, la création d’une nouvelle liaison de ferroutage entre le port de Cherbourg et Bayonne, permettant ainsi aux poids lourds de rallier l’Espagne depuis le sud de l’Angleterre ou l’Irlande[34]. Prévue pour 2022[35], cette nouvelle autoroute ferroviaire empruntera les voies entre Cherbourg et Mézidon-Canon, pour descendre ensuite vers Tours et Bordeaux.

Fin juillet 2020, le Premier ministre, Jean Castex, confirme la création d'une autoroute ferroviaire entre Cherbourg-en-Cotentin et Bayonne[36].

Projet de ligne nouvelle Paris - NormandieModifier

La ligne nouvelle Paris - Normandie est un projet de ligne entre Paris-Saint-Lazare et la Normandie, conçue pour une vitesse maximale de 200 à 250 km/h. Elle concerne donc tant l'axe Paris-Caen-Cherbourg/Trouville - Deauville que l'axe Paris-Rouen-Le Havre.

Les objectifs de ce projet consistent à :

  • améliorer la qualité et la régularité du service, en séparant les flux franciliens et normands entre Nanterre et Mantes ;
  • dégager de la capacité sur le réseau existant pour la desserte de proximité, en particulier en Île-de-France (prolongement de la ligne E du RER) et à Rouen ;
  • renforcer la compétitivité du rail en creusant l'écart des temps de parcours avec la route ;
  • libérer de nouveaux sillons pour le trafic de marchandises.

Le projet se compose de trois sections prioritaires que sont Paris-Mantes, Mantes-Évreux et Rouen-Yvetot, avec la construction d'une nouvelle gare à Rouen, ainsi que d'une section non prioritaire, surnommée « Y de l'Eure », reliant Évreux, Bernay et Rouen[37]. Des travaux en arrière-gare de Paris-Saint-Lazare (saut-de-mouton) sont également prévus afin de décroiser les flux Banlieue-Normandie.

Pour l'heure, les études préalables sont toujours en cours et l'enquête publique ne devrait débuter qu'en 2023[38].

Notes et référencesModifier

  1. Robert Lerouvillois, Cherbourg port de la liberté dans la bataille de Normandie : La mémoire confisquée, Cherbourg-Octeville, éd. Isoète, , 543 p. (ISBN 978-2-9139-2090-3)
  2. « Le nouveau plan de transport 2020 de la région », sur normandie.fr, (consulté le 19 février 2020)
  3. « Nouvelle offre de mobilité 2020 », sur ter.sncf.com (consulté le 19 février 2020)
  4. « 17 FÉV 2020 L’Omneo Premium est en service entre la Normandie et Paris », sur ville-rail-transports.com, (consulté le 19 février 2020)
  5. « Bombardier fournira 19 OMNEO Premium pour les lignes intercités de la Région Hauts-de-France », sur bombardier.com, (consulté le 19 février 2020)
  6. Loi du 21 juin 1846 ; Recueil des lois, décrets, conventions et cahiers des charges concernant le réseau concédé à la compagnie des chemins de fer de l'Ouest, p. 29 [lire en ligne].
  7. Alfred Picard, Les chemins de fer français : étude historique sur la constitution et le régime du réseau, Paris, J. Rothschild, 1884, t. 2, p. 41 [lire en ligne].
  8. « no 4251 - Loi relative au chemin de fer de Paris à Cherbourg : 8 juillet 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 10, no 558,‎ , p. 149 - 194 (lire en ligne).
  9. Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, Paris, no 37, 14 septembre 1901p. 454 [lire en ligne].
  10. A. Demeur, Les chemins de fer français en 1860. Statuts des compagnies – Notices historiques – Situations financières avec une introduction., Librairie centrale des chemins de fer de N. Chaix et Cie, Paris, 1860, p. 130 [lire en ligne].
  11. « Convention relative à la fusion des chemins de fer normands et bretons », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 5, no 292,‎ , p. 818 - 828 (lire en ligne).
  12. « no 2877 - Décret impérial qui approuve la convention passée les 2 février et 6 avril 1855 entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et les Compagnies du chemin de fer de Paris à Saint-Germain, de Paris à Rouen, etc : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 6, no 313,‎ , p. 57 - 58 (lire en ligne).
  13. Victor Bois, Les chemins de fer français, Paris, Hachette, 1853, p. 22 [lire en ligne].
  14. Henri Nicolle, De Paris à Cherbourg en chemin de fer, Guide-itinéraire contenant l'historique complet des travaux de la digue et du port de Cherbourg. Caen : Alfred Bouchard, 1860.
  15. Compagnie de chemins de fer de l'Ouest, Lois, décrets, conventions, cahiers des charges, statuts, Paris, Imprimerie administrative Paul Dupont, 1866, pp. 12–17 [lire en ligne].
  16. François et Maguy Palau, Le rail en France, tome II, p. 39.
  17. François et Maguy Palau, Le rail en France, tome II, p. 40.
  18. Les Chemins de fer de l'Ouest. I La Normandie. - Éd. Rimage : Paris, 1980 (En ce temps là.....la vapeur!..).
  19. Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, Paris, 19 juin 1897, p. 323 [lire en ligne].
  20. Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, Paris, 31 mars 1900, p. 202 [lire en ligne].
  21. « Il était une fois dans La Vie du Rail – 61)Paris - Cherbourg. Vers la relève des Pacific par les nouvelles locomotives diesels-électriques », sur Lettre du cheminot, (consulté le 1er août 2020).
  22. « L'aventure du turbotrain (1) : naissance et apogée - transportrail - Le webmagazine ferroviaire », sur transportrail.canalblog.com, (consulté le 1er août 2020).
  23. « Trains d'Europe : Voitures Corail Plus & "Nouvelle décoration" SNCF », sur www.trains-europe.fr (consulté le 1er août 2020)
  24. « Trains d'Europe : Voitures Corail Téoz SNCF », sur www.trains-europe.fr (consulté le 1er août 2020).
  25. « Trains d'Europe : Voitures Corail Intercités Basse-Normandie », sur trains-europe.fr (consulté le 1er août 2020).
  26. « La Normandie commande des Regio 2N », sur Rail Passion, (consulté le 24 avril 2020).
  27. [PDF] RFF - Carte des lignes électrifiées.
  28. [PDF] RFF - Carte des modes d’espacement des trains.
  29. [PDF] RFF - Carte des lignes équipées de contrôle de vitesses.
  30. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 3301 Mantes-la-Jolie - Caen et raccordements et RT 3303 Caen - Cherbourg.
  31. « TGVY », sur pmeunier23.free.fr (consulté le 1er août 2020)
  32. Direction Départementale de l'Équipement de la Manche - Actualités - Informations de la DDE 50, document consulté le= ; ce document est une archive.
  33. « TGV Cherbourg-Dijon : c'est fini », sur tendanceouest.com, (consulté le 22 février 2020) : « …la ligne TGV Cherbourg-Dijon devrait fermée avant la fin 2010. En cause: le manque de fréquentation. » ; ce document est une archive.
  34. « Ferroutage Bayonne-Cherbourg : "une excellente nouvelle" mais qui concerne "mois de 10% du trafic de camions sur l'A63" », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 1er août 2020)
  35. « Commerce. Autoroute ferroviaire entre Cherbourg et Bayonne : Jean Castex confirme », sur lamanchelibre.fr (consulté le 1er août 2020)
  36. « Fret ferroviaire. Jean Castex annonce la création d’autoroutes ferroviaires, dont Cherbourg-Bayonne », sur ouest-france.fr, (consulté le 2 août 2020).
  37. « Carte LNPN », sur lnpn.fr, (consulté le 1er août 2020).
  38. « Projet de loi d’orientation des mobilités : Exposé des motifs », sur ecologique-solidaire.gouv.fr, (consulté le 1er août 2020).

BibliographieModifier

  • François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome II, 1858 - 1863, 2001, 223 p. (ISBN 9782950942128)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier