La Rochette (Charente)

commune française du département de la Charente
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochette.

La Rochette
La Rochette (Charente)
L'église de la Rochette.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Val de Tardoire
Intercommunalité Communauté de communes Bandiat-Tardoire
Maire
Mandat
Vincent Ringeade
2014-2020
Code postal 16110
Code commune 16282
Démographie
Gentilé Rocheteaux
Population
municipale
533 hab. (2017 en diminution de 2,56 % par rapport à 2012)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 07″ nord, 0° 18′ 53″ est
Altitude Min. 66 m
Max. 115 m
Superficie 10,99 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
La Rochette
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
La Rochette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Rochette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Rochette

La Rochette (La Rocheta en marchois, dialecte occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Rocheteaux[1].

GéographieModifier

Localisation et accèsModifier

La Rochette est une commune située à 9 km au nord-ouest de la Rochefoucauld et 21 km au nord-est d'Angoulême. Elle est traversée par la Tardoire et bordée au sud par la forêt de la Braconne.

Le bourg de La Rochette est aussi à 6 km au sud de Saint-Angeau et 13 km au sud-est de Mansle[2].

À l'écart des grands axes, la commune est principalement traversée par la D 6, route de La Rochefoucauld à Mansle, qui passe sur la rive droite de la Tardoire. Le bourg est desservi par la D 40, l'itinéraire parallèle sur la rive gauche entre Agris et Coulgens. La D 11, de Chasseneuil à Jauldes et Rouillac, traverse le sud de la commune dans la forêt. La D 45, ancienne voie romaine de Saintes à Lyon, borde la commune au nord[3].

Hameaux et lieux-ditsModifier

L'habitat est surtout regroupé autour du bourg et le long de la D 40, et les hameaux sont nombreux : les Pitres, les Gots, le Roc, Villebreton, Villemalet, le Coq, etc. On trouve trois hameaux sur la rive droite de la Tardoire : les Basses Écures, Fourlière et Lagerie[3].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de La Rochette
Coulgens Val-de-Bonnieure
Jauldes   Les Pins
Agris

GéologieModifier

Le nom de La Rochette signifie petite roche. La commune est sur un plateau calcaire datant du Jurassique supérieur (Oxfordien terminal, Kimméridgien), qui fait partie du plateau de la Boixe et de la Braconne, de nature karstique. Le sol de la vallée est composé d'alluvions sous forme de sables appelés localement grèze[4].

La commune est située sur le karst de La Rochefoucauld, terrain calcaire creusé de galeries et dans lequel s'engouffrent les ruisseaux[5],[6],[7].

Le relief est celui d'un bas plateau d'une altitude moyenne de 90 m descendant en pente douce vers la large vallée de la Tardoire qui traverse la commune du sud-est au nord-ouest. Le point culminant de la commune est à une altitude de 115 m, situé au nord sur la D.45 en limite avec Sainte-Colombe. Au sud-ouest aussi, dans la forêt de la Braconne, les altitudes dépassent les 100 m. Le point le plus bas est à 66 m, situé à l'ouest en limite avec Coulgens (lit de la Tardoire). Le bourg est à environ 80 m d'altitude[3].

HydrographieModifier

 
La Tardoire en été.

La Tardoire, sous-affluent de la Charente, traverse la commune, mais à cause du sol karstique, elle est à sec une partie de l'année.

ClimatModifier

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

ToponymieModifier

Les formes anciennes sont Rocheta, Rotcheta au XIIIe siècle[8].

Le nom de La Rochette signifie « petite roche », et veut dire dans le contexte régional « le petit château », en faisant allusion à La Rochefoucauld (La Roche), tout proche[9],[10].

Limite dialectaleModifier

La commune est dans le domaine marchois, dialecte occitan, et marque la limite avec la langue d'oïl (au sud-ouest, à Jauldes). Au sud-est (Agris), le dialecte occitan est limousin[11]. Elle se nomme La Rocheta en occitan[12].

HistoireModifier

Quelques vestiges de l'antiquité sont à signaler dans la commune. Au lieu-dit Trou Amiaud, en 1974, des objets de l'âge du bronze et du début de l'âge de fer (un vase) ont été trouvés, suivis par des monnaies romaines des IIIe et IVe siècles. Près de Villemalet un sarcophage, tête à l'ouest, avec bulle en terre cuite a été trouvé, avec trois autres sépultures ; il pourrait s'agir d'une nécropole romaine[13].

Au Moyen Âge, principalement aux XIIe et XIIIe siècles, La Rochette se trouvait sur une variante nord-sud de la via Turonensis, itinéraire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait par Nanteuil-en-Vallée, Lichères, Saint-Angeau, Angoulême, Mouthiers, Blanzac et Aubeterre[14].

Les premiers registres de l'état civil remontent à 1610.

La Rochette était le siège d'un fief appartenant à une famille Rousseau ou Rousselet de La Rochette. Ce fief est passé successivement entre les mains des Tison d'Argence, des de Paris (seigneur du Courret) en 1726, Souc de La Planche (seigneur de la Garélie, dit de La Garelli) en 1756, Guitard de Ribérolle, puis Cousans jusqu'en 1946. Le premier château datant des XIVe et XVe siècles étant assez délabré, les Tison (branche Frotier-Tison) en édifièrent un nouveau vers 1580[15].

Vers 1660, lorsque l'infante d'Espagne Marie-Thérèse se rendit en France pour épouser Louis XIV, elle fut reçue au château de La Rochefoucauld, tandis que sa suite était hébergée au château de La Rochette[16].

AdministrationModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1867 1894 Jean Bonnaud    
1894 1904 Eugène Bonnaud    
1904 1928 Eutrope lairet    
1928 1944 Gabriel Blanchier    
1944 1947 Louis Fontroubade    
1947 1981 Robert Gagnaire PCF Instituteur
1981 1983 Hernandez François SE  
1983 1989 Rainaud Renée SE Institutrice
1989 2008 Francis Chagnaud    
2008 2014 Laurent Banicic SE Clerc de notaire
2014 En cours Vincent Ringeade SE  

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2017, la commune comptait 533 habitants[Note 1], en diminution de 2,56 % par rapport à 2012 (Charente : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856 1861
767748742864801805851765760
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
793654636631638595609575529
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
549501480440500391393398401
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017 -
422436445442514556535533-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à La Rochette en 2007 en pourcentage[21].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
7,0 
75 à 89 ans
9,7 
15,3 
60 à 74 ans
14,5 
18,1 
45 à 59 ans
20,4 
23,0 
30 à 44 ans
24,9 
15,3 
15 à 29 ans
11,2 
21,3 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[22].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

ÉconomieModifier

TourismeModifier

Équipements, services et vie localeModifier

EnseignementModifier

L'école est un RPI entre Agris et La Rochette. Agris accueille l'école primaire et La Rochette seulement l'école élémentaire, avec deux classes. Le secteur du collège est La Rochefoucauld[24].

Vie localeModifier

L'association du Foyer Rural de La Rochette a été fondée en 1948 par Robert Gagnaire, instituteur qui deviendra maire de La Rochette[25]. Elle organise la fête annuelle du village, le 2e week-end de septembre (vide-grenier le samedi) et le dimanche le grand concours du lancer de charentaises, avec un marché de pays et un traditionnel repas entrecôte. Le président actuel du comité des fêtes est Mickaël Rassat[26].

L'association a fait la renommée de la commune par ses bals toutes les trois semaines, dans le château et cela sur deux étages dans les années 1960-1980.

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

L'église paroissiale Saint-Sébastien est romane. Construite en 1180, elle a remplacé un premier édifice charpenté du XIe siècle. Son architecture est simple : nef unique, faux carré du transept et abside semi-circulaire. Sa façade comporte un portail central à trois voussures nues et deux arcades latérales abritant chacune un petit tympan sculpté[27]. Le toit, récemment restauré, est couvert de lauzes, dallettes calcaires caractéristiques des environs. Elle est classée monument historique depuis 1932[28].

Son autel en bois sculpté et doré datant du XVIIIe siècle et représentant des scènes du Nouveau Testament a été restauré. Il est classé monument historique au titre objet depuis 1980[29].

  L'église de La Rochette

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civilModifier

 
Le château.

Le château de la Rochette, propriété de la commune, a été construit à la fin du XVIe siècle remanié en 1617 puis au XVIIIe siècle. Les toitures ont été arasées et l'ensemble est très modifié. Restent la cuisine voûtée et la porte de d'entrée de la chapelle disparue. Les murs ont été inscrits monument historique le [30].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 15 mars 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  4. charente.free.fr, « La Rochette », (consulté le 11 octobre 2009)
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. Carte du BRGM sous Géoportail
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le 13 novembre 2011)
  8. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 93,123,281
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 571.
  11. Charles de Tourtoulon et Olivier Bringuier, Limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oil, Paris, Imprimerie nationale (réimprimé en 2007 par Massert-Meuzac, IEO), , 63 p. [[ Carte de la limite oc-oil en France, partie ouest, visualisation en ligne]]
  12. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 15 mars 2015)
  13. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 159
  14. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne)
  15. Jean-Paul Gaillard, Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, Paris, librairie Bruno Sepulchre, (réimpr. 2005), 893 p., p. 593-594
  16. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 285
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  21. « Evolution et structure de la population à La Rochette en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  22. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  23. « Gîte Madiot », (consulté le 16 juillet 2012)
  24. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 16 juillet 2012)
  25. Site de la communauté de communes Bandiat-Tardoire, « Les 60 ans du Foyer rural », (consulté le 2 octobre 2015)
  26. Sylviane Carin, « Le lancer de Charentaises », Charente libre,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  27. Panneau d'information à l'entrée
  28. « Église de La Rochette », notice no PA00104472, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Autel de l'église paroissiale », notice no PM16000238, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. « Château de La Rochette », notice no PA00104586, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier