Ouvrir le menu principal

Charles de Tourtoulon

historien français
Charles de Tourtoulon
Carles de Tortolon dins Jourdanne.png
Fonction
Majoral du Félibrige
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Charles-Jean-Marie de Tourtoulon (en occitan Carles de Tortolon) (Montpellier 1836- Aix-en-Provence 1913) fut un avocat, un occitan et un philologue occitaniste.

Il fut le chef de file de « l’Idée latine », un mouvement politique éclectique qui tentait de fédérer dans une même unité les identités occitane, catalane, française, italienne, castillane, roumaine, etc. Il est un des auteurs de la seule carte linguistique de l'Occitanie.

Sommaire

FamilleModifier

Il était issu d'une famille noble, originaire de Tourtoulou à Reilhac dans le Haute Auvergne, qui avait dû quitter la région au XVe siècle pour échapper à une condamnation. Il possédait une magnifique demeure à Lunel, dans le Languedoc. Il était marié à Blanche d'Audé Tardieu de la Barthe, dont il eut un fils, Pierre de Tourtoulon (1867-1932), docteur en droit et professeur à la faculté de droit de l'Université de Lausanne.

BiographieModifier

Il s'est intéressé à l'histoire de la Catalogne médiévale et de la langue d'oc.

En 1866 il est membre correspondant de l'académie royale d'Histoire de Madrid et de l'académie royale des Bonnes-lettres de Barcelone[1].

En 1869 il fonda avec Anatòli Boucherie, Francés Camboliu, Pau Gleisa, et Aquiles Montèl la Société pour l'Etude des Langues Romanes, qui compta un membre très actif, Louis-Alphonse Roque-Ferrier (1844-1907), ainsi que la Revue du Monde latin qui commença à paraître en 1883.

Il fut élu Majoral du Félibrige (Cigalo Roumano, o de Valergo) en 1876.

 
Charles de Tourtoulon

Il fut aussi en 1879 le fondateur et le premier président de la Société des félibres de Paris, et cofondateur en 1883 de la Revue des deux Mondes.

Cette société publia dès 1870 une revue érudite et littéraire, la Revue des langues romanes. Ce fut le pendant montpelliérain de Frédéric Mistral en Provence, mais elle publia plus volontiers des articles à caractère encyclopédique et érudit que de la poésie. Le 21 mai 1876, il établit avec Octave Bringuier la première carte définissant les limites linguistiques et ethniques de l'Occitanie.

En 1877 il fut invité par les Félibres à l'assemblée générale de la Maintenance de Montpellier où il proposa de réunifier l'Occitanie sous le félibrige et l'occitan sur la base du dialecte languedocien, mais il rencontra une forte opposition des Provençaux. Plus tard il devrait soutenir le Félibre latin.

Il publia nombre d’ouvrages, en particulier en 1862 une biographie historique de Jacques Ier le Conquérant, roi d'Aragon sous le titre de " Etudes sur la maison de Barcelone - Jacme Ier, le conquérant, roi d'Aragon, comte de Barcelone, d'après les chroniques et documents inédits " qui fut rapidement traduite en castillan et lui valut d'être décoré de la croix de grand officier de l’Ordre d'Isabelle-la-Catholique.

Quelques années plus tard, il devint directeur de la Société héraldique et généalogique de France.

Peu avant de mourir, il publia ses mémoires sous le titre: Notes et souvenirs de quelqu'un qui ne fut rien.

ŒuvresModifier

SourcesModifier

  • Wikipédia catalan
  • Paul Mariéton, L'Idée latine. Charles de Tourtoulon, 1883, imprimerie A. Waltener, 24 p.
  • J.-C. Chevallier, "Le baron de Tourtoulon et la constitution d'une géographie linguistique" (polémique avec Gaston Paris), in De François Raynouard à Auguste Brun. La contribution des Méridionaux aux premières études de linguistique romane, Aix-en-Provence, Brignoles, Université de Montpellier 3 Paul-Valéry, Montpellier[2]

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier