La Chapelle-sous-Brancion

commune française du département de Saône-et-Loire

La Chapelle-sous-Brancion
La Chapelle-sous-Brancion
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Intercommunalité Communauté de communes Mâconnais - Tournugeois
Maire
Mandat
Pierre-Michel Delpeuch
2020-2026
Code postal 71700
Code commune 71094
Démographie
Gentilé Chepallans[1]
Population
municipale
139 hab. (2020 en augmentation de 7,75 % par rapport à 2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 07″ nord, 4° 47′ 34″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 415 m
Superficie 9,94 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tournus
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Tournus
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-sous-Brancion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-sous-Brancion
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
La Chapelle-sous-Brancion
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
La Chapelle-sous-Brancion

La Chapelle-sous-Brancion est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

La Chapelle-sous-Brancion est une commune du Tournugeois.

Communes limitrophesModifier

  Étrigny Mancey  
Chapaize N Royer
O    La Chapelle-sous-Brancion    E
S
Martailly-lès-Brancion

UrbanismeModifier

TypologieModifier

La Chapelle-sous-Brancion est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tournus, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (77,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (38,3 %), forêts (24 %), zones agricoles hétérogènes (21,1 %), terres arables (16,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Une pierre levée se trouve sur La Chapelle-sous-Brancion, et des traces de forteresses gauloises à Brancion[9].

 
Le château de Nobles.

Un château est visible au hameau de Nobles.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Élections présidentiellesModifier

Le village de la Chapelle-sous-Brancion place en tête à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle française de 2017, Emmanuel Macron (LaREM) et François Fillon (LR) avec 24,18 % des suffrages. Mais lors du second tour, il s'agit de Emmanuel Macron (LaREM) avec 84,15 %[10].

Élections législativesModifier

Le village de la Chapelle-sous-Brancion faisant partie de la Quatrième circonscription de Saône-et-Loire, place lors du 1er tour des élections législatives françaises de 2017, Cécile Untermaier (PS) avec 33,77 % ainsi que lors du second tour avec 66,20 % des suffrages[11].

Lors du 1er tour des Élections législatives françaises de 2022, Cécile Untermaier (PS), députée sortante, arrive en tête avec 55,07 % des suffrages comme lors du second tour, avec cette fois-ci, 82,81 % des suffrages[12].

Élections régionalesModifier

Le village de la Chapelle-sous-Brancion place la liste "Écologistes et Solidaires " menée par Stéphanie Modde (EELV), en tête, dès le 1er tour des élections régionales de 2021 en Bourgogne-Franche-Comté, avec 34,88 % des suffrages. Lors du second tour, les habitants décideront de placer la liste de "Notre Région Par Cœur" menée par Marie-Guite Dufay, présidente sortante (PS) en tête, avec cette fois-ci, près de 64,00 % des suffrages. Loin devant les autres listes menées par Gilles Platret (LR) en seconde position avec 22,00 %, Julien Odoul (RN), troisième avec 8,00 % et en dernière position celle de Denis Thuriot (LaREM) avec 6,00 %. Il est important de souligner une abstention record lors de ces élections qui n'ont pas épargné Le village de la Chapelle-sous-Brancion avec lors du premier tour 62,81 % d'abstention et au second, 55,37 %[13].

Élections départementalesModifier

Le village de la Chapelle-sous-Brancion faisant partie du Canton de Tournus place le binôme de Delphine DUGUÉ (DVG) et Mickaël MANIEZ (DVG), en tête, dès le 1er tour des élections départementales de 2021 en Saône-et-Loire avec 51,22 % des suffrages. Lors du second tour, les habitants décideront de placer de nouveau le binôme de Delphine DUGUÉ (DVG) et Mickaël MANIEZ (DVG), en tête, avec cette fois-ci, près de 50,94 % des suffrages. Devant l'autre binôme menée par Jean-Claude BECOUSSE (DVD) et Colette BELTJENS (DVD) qui obtient 49,06 %. Cependant, une fois les résultats centralisés, il s'agit du binôme de Jean-Claude BECOUSSE (DVD) et Colette BELTJENS (DVD) qui l'emporte. Il est important de souligner une abstention record lors de ces élections qui n'ont pas épargné le village de la Chapelle-sous-Brancion avec lors du premier tour 62,81% d'abstention et au second, 55,37 %[14].

Liste des maires de la Chapelle-sous-BrancionModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avril 2012 Frédéric Muyard[15]    
avril 2012 en cours Pierre-Michel Delpeuch    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2020, la commune comptait 139 habitants[Note 3], en augmentation de 7,75 % par rapport à 2014 (Saône-et-Loire : −0,85 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
615429582640686616646632652
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
621575571568570562514412397
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340344327254270250241226209
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
181175121153149139127123129
2018 2020 - - - - - - -
137139-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

VignobleModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
La pierre levée du champ de la Fa.
  • Le château de Nobles, inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 9 décembre 1946.
  • L'église Notre-Dame de l'Assomption, édifice (inscrit MH en 1948) datant de la seconde moitié du XIIe siècle. La nef a été en partie reconstruite en 1893 (plans de l'architecte Blanc de Tournus, la base des murs romans a visiblement été conservée)[20]. Le cul-de-four de l'abside est orné d'une peinture murale exécutée sur le thème du couronnement de la Vierge (décor qui a été révélé à la suite d'une intervention effectuée en 2002)[21].
  • La pierre levée du champ de la Fa, menhir christianisé.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

RéférencesModifier

  1. Lex Jacquelot, Le Langage populaire de Mâcon et des environs, Slatkine Reprints, Genève, 1978, p. 54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Tournus », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Saint-Hippolyte - Les bords de Guye » sur saint-hippolyte-71.org.
  10. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le )
  11. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le )
  12. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2022 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2022 (consulté le )
  13. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2021 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales-2021 (consulté le )
  14. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2021 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2021 (consulté le )
  15. Démissionnaire [1].
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  20. Ce qui justifia l'organisation d'une cérémonie de bénédiction de la « nouvelle église » de La Chapelle-sous-Brancion, après restauration (le 12 novembre 1893, par le chanoine Narjollet, curé-archiprêtre de Saint-Philibert de Tournus). Source : « Bénédiction de l'église de La Chapelle-sous-Brancion », article paru dans la revue La Semaine religieuse d'Autun, Chalon et Mâcon datée du 16 novembre 1893.
  21. « Iconographie du couronnement de la Vierge », article de Martine Petrini-Poli paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 187 de septembre 2016, pages 18 à 22.