L'Oréal

multinationale de la cosmétique

L’Oréal
logo de L'Oréal
Logo de L'Oréal
illustration de L'Oréal
Siège local de L'Oréal aux Pays-Bas à Hoofddorp.

Création (Société française de teintures inoffensives pour cheveux)
Dates clés 1939 (nom actuel)
Fondateurs Eugène Schueller
Personnages clés François Dalle, Charles Zviak, Lindsay Owen-Jones, Jean-Paul Agon, Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt Meyers
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : OR
Slogan Créer la beauté qui fait avancer le monde[1]
Parce que je le vaux bien (L'Oréal Paris)
Siège social 14, rue Royale, 75008 Paris[2]
Drapeau de France France
Direction Jean-Paul Agon (PDG)
Directeurs Jean-Paul AgonVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Famille Bettencourt : 33,27 %
Investisseurs institutionnels internationaux : 29,60 %
Nestlé : 23,27 %
Investisseurs institutionnels français : 7,67 %
Actionnaires individuels : 4,73 %
Salariés : 1,46 %
(au 31 décembre 2019[3])
Activité Cosmétiques
Société mère Thetys (holding de la famille Bettencourt)[4]
Filiales Kiehl's, Lancôme, LaSCAD et L'Oreal (United States) (d)
Effectif 80 000 (2019)[5]
SIREN 632 012 100
Site web loreal.fr

Capitalisation 147,3 Milliards d'€ (31 décembre 2019)
Fonds propres 29,426 Milliards d'€ (31 décembre 2019)
Dette 2,399 Milliards d'€ (31 décembre 2019)
Chiffre d'affaires en augmentation 29,87 Mds € (2019)
+ 8,0 % (à données comparables)
Résultat net en augmentation 5,547 Milliards d' € (2019)
(18,6% du C.A.)

L’Oréal est un groupe industriel français de produits cosmétiques. La société, créée par Eugène Schueller le , est de nos jours devenue un groupe international, numéro un mondial de l'industrie cosmétique[6],[7],[8],[9].

Françoise Bettencourt et ses enfants détiennent près de 33,2 % du groupe et leur fortune est estimée en 2020 à plus de 75 milliards de dollars américains[10].

HistoriqueModifier

Début du XXe siècleModifier

L’origine de L'Oréal remonte au [11], lorsque Eugène Schueller, jeune chimiste français d'origine alsacienne, diplômé de l'Institut de chimie appliquée de Paris en 1904, dépose à l'Office national de la propriété industrielle une demande de brevet d'invention concernant un procédé de teinture pour cheveux et poils.

À sa sortie de l'Institut de chimie appliquée de Paris, Eugène Schueller devient assistant préparateur à la Sorbonne sous la direction du Pr Victor Auger. Il est le seul à se porter volontaire pour un problème capillaire soumis par un coiffeur. C'est à cette époque qu'il met au point une formule de teinture permettant de couvrir les cheveux blancs[12].

Grâce à son nouveau poste de chef préparateur à la Pharmacie centrale de France (dont le Pr Victor Auger est le conseiller), il gagne 164 Fr par mois, ce qui lui permet d'économiser rapidement 800 Fr et de donner sa démission en janvier 1908. Eugène Schueller installe son entreprise dans un deux-pièces, au 3, rue d'Alger dans le 1er arrondissement de Paris, faisant à la fois office de bureau et de salon de démonstration.

La nuit, il fabrique les produits conformément à son brevet, et les vend la journée sous la marque « Oréal » qu'il a déposée le [13], nom inspiré de l'« auréale », une coiffure en vogue de l'époque[14]. Mais le succès n'est pas au rendez-vous.

Fasciné par l'enthousiasme d’Eugène Schueller, André Spéry, comptable originaire d'Épernay et employé du fabricant de spiritueux Cusenier, lui apporte les 25 000 Fr d'un récent héritage afin de fonder le la Société française de teintures inoffensives pour cheveux (sous le statut d'une société en nom collectif). La société s'installe au 7 bis, rue du Louvre dans le 1er arrondissement de Paris et embauche un représentant et un démonstrateur, ancien coiffeur à la Cour impériale de Russie.

Le premier numéro de La Coiffure de Paris (publication dédiée aux coiffeurs) sort en octobre-novembre 1909, l'année même de la création de la société.

Entre-deux-guerresModifier

En 1923, Eugène Schueller lance son magazine professionnel diffusé dans les salons de coiffure, L’Oréal Bulletin. Deux ans plus tard, il lance L'Oréal Humoristique, publication à l'attention de la clientèle pour la faire patienter. Le magazine destiné aux femmes, Votre Beauté, est lancé en 1933[15]. En 1935, Eugène Schueller regroupe l'ensemble de ces publications dans la Société d'éditions modernes parisiennes (SEMP).

1928 marque la diversification de l'entreprise avec l'acquisition de la Société des Savons français. Créée en 1920, rue Martre à Clichy et plus connue sous le nom de sa marque Monsavon, elle symbolise l'entrée de la société dans les produits de grande consommation. Monsavon est revendue en 1961 à Procter & Gamble[16].

En 1929, Eugène Schueller crée la première teinture rapide, Imedia, dont la mode des cheveux courts favorise le succès. Quatre ans plus tard, il lance dans les salons de coiffure le shampooing Dopal. L'année suivante, le produit est renommé Dop et est distribué au grand public. Il révolutionne le lavage des cheveux, généralement effectué jusque-là avec du savon, ce qui les rendait ternes et rêches[17].

En 1935, il met au point Ambre Solaire, première crème solaire[18]. L'année suivante, au décès d'André Spéry, l'entreprise devient une SARL[19].

En 1938, Eugène Schueller met en place dans l'entreprise le « salaire proportionnel », qui suit l’évolution du chiffre d’affaires. Il met également ses moyens personnels à la formation d'un groupe d’extrême-droite, le comité secret d’action révolutionnaire (CSAR), qui sera connu sous le nom de La Cagoule. Le siège de L'Oréal abritera de nombreuses réunions de l'organisation[20],[21],[22].

 
Siège social de L'Oréal au 14 rue Royale à Paris (Classé).

Le , la nouvelle société, une SA, est constituée sous le nom de L'Oréal. Issue des apports de la société anonyme foncière Driant et de la Société française de teintures inoffensives pour cheveux, elle s'installe au 14, rue Royale, prestigieuse artère parisienne reliant la place de la Madeleine à la place de la Concorde dans le 8e arrondissement de Paris[23]. Eugène Schueller possède 62 500 des 70 000 actions de 100 Frs composant le capital 7 millions de Frs de la société.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, André Bettencourt dirigera la revue française collaborationniste, La Terre française. En 1942, Eugène Schueller l'envoie en Suisse afin d'« aryaniser » la société Nestlé dont il est devenu l'un des principaux actionnaires[24].

Seconde moitié du XXe siècleModifier

Après la guerre, André Bettencourt rejoint la direction du groupe. La filiale de L'Oréal en Espagne est créée par Henri Deloncle, le frère d'Eugène, elle emploiera le cagoulard Jean Filiol, condamné en tant que coresponsable du massacre d'Oradour-sur-Glane[25], lui permettant ainsi d'échapper à l'exécution de sa peine (il sera employé par la filière espagnole du groupe, comme de nombreux cagoulards le seront après-guerre dans des filiales étrangères[26]). Par ailleurs François Mitterrand est engagé comme directeur général du magazine (promotionnel des produits L'Oréal) Votre Beauté[27].

Oréol, la première permanente à froid, sort en 1945. Cette année-là, L'Oréal et Monsavon comptaient 25 chercheurs[réf. nécessaire].

La Société des Savons Français et L'Oréal fusionnent en 1950, donnant la Société Monsavon L'Oréal (SMO). L'objectif est d'équilibrer les pertes de Monsavon avec les bénéfices de L'Oréal, malgré le risque d'un déficit d'image auprès des professionnels de la coiffure.

 
Parade DOP du Radio-Circus (1951).

En 1951, Rodolphe Clauteaux (1948-2013) devient l'image du shampooing Dop sous le nom du « Petit Rodolphe », parfois accompagné de son petit frère Vincent, renommé « Bébé ». Ils sont les enfants de François Clauteaux, diplômé de l'École libre des sciences politiques (l'actuelle Sciences Po) et vieil ami d'André Bettencourt qui a fait appel à lui pour être le chef de la publicité de L'Oréal. Pour la communication de la marque, L'Oréal choisit ainsi de s'adresser d'abord aux enfants. Des opérations marketing sont montées, comme la Journée des enfants, ainsi que des concours de shampooing où il faut faire le maximum de mousse. Par ailleurs, des camions distribuent des produits Dop sur tout le territoire, que sillonne aussi des radio-crochets Radio-Circus, animés par Zappy Max, avec le cirque Alexis Grüss en première partie puis un concours de chanteurs amateurs, dont le vainqueur est désigné par le public qui crie « Dop, Dop, Dop ! », les perdants ayant droit à une chansonnette « Allez donc vous faire laver la tête avec Dop, c'est toujours un plaisir, Dop, Dop, Dop ! ».

La marque est dès lors associée par le public à l'hygiène avec une dimension ludique. Entre 10 et 20 000 personnes en moyenne assistent à ces manifestations publiques, parfois jusqu'à 50 000 [17].

En 1952 est aussi créé le Berlingot DOP, des doses uniques de shampooing, colorées et parfumées, vendues dans des bocaux en verre. Le Petit Rodolphe en fait la promotion à l'écran en chantant : « Moi, je veux un berlingot ! ». C'est un succès, autant auprès des enfants que des parents, et le produit reste en vente durant 25 ans[17].

La même année, la coloration directe Régé-Color est lancée.

En 1953, Eugène Schueller et Robert Guérin reçoivent conjointement l'Oscar de la publicité. La récompense leur est remise le par Maximilien Vox (président de l'Association de l'Oscar de la Publicité) au cours d'une cérémonie qui se déroule dans le restaurant parisien Maxim's[réf. nécessaire].

Cosmair devient l'agent exclusif de L'Oréal aux États-Unis en 1954[28]. Jacques Corrèze en prend la direction.

La même année, L'Oréal participe à la création de la société Stafco (Statistiques françaises de consommation), à l'origine du premier panel de consommateurs. La société deviendra Secodip en 1969 et L'Oréal en restera le principal actionnaire. La participation sera cédée en 1995 à Sofres.

En 1955, le groupe acquiert les Laboratoires Industriels de Vichy. L'année précédente, L'Oréal avait conclu des accords techniques avec la Société d’Hygiène Dermatologique de Vichy (qui sera renommée), spécialisée dans les crèmes et produits cosmétiques dans le secteur de la santé. Cette acquisition lui permet d'accéder à un nouveau circuit de distribution, le réseau des pharmaciens[23].

Au décès d’Eugène Schueller en 1957, François Dalle devient PDG du groupe. Le fondateur avait confié vers la fin de sa vie : « Je suis un homme de petites et moyennes entreprises, mais Dalle, c'est l'homme des grandes perspectives, c'est lui qui fera L'Oréal. ». Liliane Bettencourt est alors l'unique héritière.

Deux ans plus tard, le groupe s'implante au Brésil où il crée Faproco (FAbrica PROdutos COsméticos S.A.). En juillet 1960, Elnett est lancée auprès des coiffeurs, parfumeurs, grands magasins et droguistes sélectionnés (pas en grande distribution). Elle a remplacé Oréol Net, lancée 3 ans auparavant mais pas satisfaisante dans la formulation ni le conditionnement.

En 1960, le premier shampooing-huile DOP est créé, et en 1970 le shampooing aux œufs[17].

En 1961, le jour même de l'acquisition de Cadoricin, L'Oréal vend Monsavon à Procter & Gamble. Il conserve toutefois l'usine de Clichy qui deviendra le siège administratif du groupe.

Les parfums Jacques Fath sont acquis en 1963 (ils seront cédés en 1992). Le , L'Oréal est introduit en bourse. Cotée pour la première fois à 830 Frs, l'action atteint 1 160 Frs le de la même année.

En 1965, le groupe acquiert Garnier (à l'époque leader avec sa Moelle Garnier) et Lancôme (qui permet à L'Oréal d'aborder les métiers du luxe[29]).

La même année, le groupe fait l'acquisition de 50 % du capital de la maison de couture Courrèges, participation qu'il cédera en 1983 au groupe japonais Itokin. La licence de parfums, lancée en 1970, est cédée au groupe suisse Burrus en 1992.

Le premier parfum de la licence Guy Laroche, Fidji, est lancé en 1966[30].

La marque Kérastase est lancée en 1967 à partir de la Recherche Avancée L'Oréal, développée 3 ans plus tôt.

En 1970, L'Oréal réalise 1,6 milliard de Frs de chiffre d’affaires. Cette année-là, le groupe acquiert Biotherm et développe les parfums Ted Lapidus (la licence durera jusqu'en 1983).

Le groupe acquiert Gemey et la majorité du capital de Synthélabo en 1973.

Par peur d'une potentielle nationalisation ou d'un rachat par Elf (qui vient d'acquérir Sanofi), L'Oréal et Liliane Bettencourt sont à la recherche d'un partenaire étranger. Le est signé l'accord de participation croisée avec le groupe Nestlé à l'issue duquel l'héritière et le groupe suisse deviennent actionnaires, respectivement à 51 % et 49 %, d'une holding, Gesparal, qui détient 53,85 % du capital et 76,66 % des droits de vote de L'Oréal. En échange, Liliane Bettencourt reçoit 115 910 actions de Nestlé (environ 4,06 % du capital)[31].

En 1975, Jean Bousquet, créateur de la marque de prêt-à-porter Cacharel, confie à L'Oréal le projet d'un parfum. Anaïs Anaïs est lancé 3 ans plus tard.

 
Centre Eugène Schueller, le siège international de L'Oréal à Clichy (Hauts-de-Seine).

En 1976, le groupe fait édifier à l'emplacement de l'ancienne usine Monsavon (rue Martre à Clichy) un ensemble de bureaux et les laboratoires d'un centre de recherche. Le but est de regrouper les diverses directions techniques et commerciales dispersées dans Paris.

En 1980, le groupe réalise 10 milliards de francs de chiffre d’affaires.

En , L'Oréal acquiert Warner Cosmetics, filiale de Warner Communications, qui regroupe les licences Ralph Lauren, Gloria Vanderbilt et Paloma Picasso.

Initié avec le lancement en 1981 du Centre International de recherche dermatologique (CIRD) à Sophia Antipolis, L'Oréal et Nestlé créent la co-entreprise Galderma en 1986.

C'est en 1986 que L'Oréal devient no 1 mondial du secteur des cosmétiques avec un chiffre d’affaires de 2,6 milliards de $ (devant Avon à 1,7 Md$, Shiseido à 1,6 Md$ et Revlon à 1,1 Md$).

En 1987, le Club des Créateurs de beauté est créé en partenariat avec le groupe 3 Suisses International. L'activité, reprise en totalité en 2008, est arrêtée en 2014.

En 1988, le groupe acquiert les Laboratoires Goupil, la licence Giorgio Armani et la marque Helena Rubinstein (dès 1983 pour les activités en Amérique Latine et au Japon). La même année, Lindsay Owen-Jones devient PDG.

Les laboratoires La Roche-Posay sont acquis en 1989, la marque Mizani (destinée aux cheveux bouclés, frisés, crépus) est lancée en 1991 et Redken rejoint le groupe en 1993.

En 1992, Dop met au point un shampooing avec un pH doux puis lance en 1993 P'tit Dop, destiné aux enfants, et dont l'attrait réside dans le fait qu'il ne pique pas les yeux. En 1998 voient le jour les premières douches-crèmes et en 2002 le Dop au karité, pour les cheveux très secs ou frisés. En 2014, renouant avec sa communication des années 1950, la marque lançant des produits aux arômes évoquant l'enfance (guimauve, bonbon, cola, pomme d'amour, etc.)[17].

En 1994, la pacte d'actionnaires avec Nestlé renouvelé, L'Oréal prend le contrôle de Cosmair puis acquiert la maison Lanvin (couture et parfums). L'année suivante, la marque de maquillage Jade est rachetée.

Le , le groupe lance la première OPA de son histoire pour acquérir l'américaine Maybelline. La marque rejoint L'Oréal en et poursuit son développement international en étant adossée progressivement aux marques déjà détenues par le groupe : en 1998 à Gemey en France et en 2000 à Jade en Allemagne et en Autriche.

XXIe siècleModifier

Les acquisitions se succèdent : Soft Sheen Products en 1998, Matrix, Carson, Kiehl's, Miss Ylang (qui est adossée à Maybelline en Argentine) et Respons en 2000, BioMedic et Colorama (qui est adossée à Maybelline au Brésil) en 2001, Mininurse en 2003, Yue-Sai et Shu Uemura en 2004, SkinCeuticals et Delial en 2005, The Body Shop, Sanoflore et SkinEthic en 2006, PureOlogy en 2007.

En 2000, Carson et Soft Sheen Products fusionnent pour créer une nouvelle marque spécialisée dans les produits ethniques : SoftSheen-Carson.

En 2002, L'Oréal signe un accord de licence avec Viktor & Rolf pour des parfums et lance avec Nestlé les laboratoires de nutricosmétique Innéov (l'activité, trop peu rentable, est arrêté en 2014).

En 2004, la holding Gesparal fusionne avec L'Oréal, ainsi Liliane Bettencourt et Nestlé deviennent actionnaires directs du groupe, respectivement à 27,5 % et 26,4 % du capital.

En 2006, le groupe signe un accord de licence avec Diesel pour des parfums[32].

Depuis 2006, L'Oréal constitue, sous l'entité Salon Centric, un réseau de distributeurs américains de produits professionnels : Beauty Alliance (acquis à 30 % en 2006, en totalité en 2007), Maly's West (2007), Columbia Beauty Supply (2008), Idaho Barber & Beauty Supply (2009), Peel’s Salon Services (2010), CB Sullivan (2010), Marshall Salon Services (2010), Emiliani Enterprises (2012), Raylon Corporation[33] (2016), Four Star Salon Services[34] (2017).

En 2008, L'Oréal signe un accord de licence pour des parfums avec Maison Martin Margiela[35] et rachète au groupe PPR sa division Yves Saint Laurent Beauté[36], incluant la marque Roger & Gallet et les licences Yves Saint Laurent, Boucheron, Oscar de la Renta, Stella McCartney et Ermenegildo Zegna. En 2009, la licence Oscar de la Renta est reprise par la maison de couture. En 2011, la licence Boucheron est reprise par Interparfums[37] et la licence Ermenegildo Zegna est arrêtée par anticipation[38]. En 2013, la licence Stella McCartney n'est pas renouvelée[39].

Directeur général depuis , Jean-Paul Agon devient PDG du groupe en 2011.

En 2012, L'Oréal rachète Vogue Cosmeticos (qui est adossé à Maybelline en Colombie) et le groupe Cadum[40]. Les marques Cadum, Cleopatra et Donge sont intégrées à LaSCAD alors que celles de l’activité entretien de la maison (Croc’Odor, Iba, Zensect et Dr Optic) sont cédées en juillet 2012 à la société Eau écarlate.

En 2013, L'Oréal acquiert pour 635 millions d'Euros le spécialiste chinois des masques de beauté Magic Holdings[41].

Le , L'Oréal annonce une réorganisation de son actionnariat. En l'échange de sa participation dans Galderma[42], le groupe acquiert 8 % de son capital détenu par Nestlé. Après annulation des titres, Liliane Bettencourt et Nestlé détiennent respectivement 33,31 % et 23,29 % du capital de L'Oréal.

En 2014, le groupe acquiert Decléor, Carita[43], Carol’s Daughter, Coloright (recherche capillaire), l'américain NYX Cosmetics[44] et Niely Cosmeticos[45]. Il signe également un accord de licence avec l'équipementier allemand Puma[46]. L'Oréal recrute Lubomira Rochet pour prendre la tête de la branche digitale de l'entreprise[47].

En 2015, L'Oréal rachète Adidem (franchisé de The Body Shop en Australie depuis 1983) et signe un accord de licence pour des parfums avec Proenza Schouler.

En 2016, le groupe acquiert la maison de parfum Atelier Cologne[48] et la marque américaine de cosmétiques IT Cosmetics[49] spécialisée pour les personnes ayant des problèmes dermatologiques. Il rachète également la société de gestion Les Thermes de Saint-Gervais-les-Bains et la licence de marque Saint-Gervais Mont-Blanc[50].

Début 2017, L'Oréal acquiert les marques de soin pour la peau CeraVe, AcneFree et Ambi à Valeant pour 1,3 milliard de dollars[51]. Après des discussions exclusives[52], le groupe annonce fin juin la vente de The Body Shop à Natura Cosmeticos, une entreprise brésilienne, pour 1 milliard d'euros[53].

En , le groupe acquiert l'entreprise canadienne ModiFace, leader mondial de la réalité augmentée et de l'intelligence artificielle appliquées à la beauté[54], et annonce le renouvellement de son accord de licence avec l'entreprise italienne Giorgio Armani jusqu’en 2050[55]. En , L'Oréal annonce l'acquisition de l'entreprise coréenne de maquillage et lifestyle Nanda[56] et de la marque américaine de coloration professionnelle Pulp Riot[57]. Le groupe annonce également avoir remporté le contrat de licence mondiale pour les parfums et cosmétiques de la marque Valentino[58]. En , L'Oréal annonce le projet de rachat des thermes de La Roche-Posay[59] et l'acquisition de l'entreprise allemande Logocos Naturkosmetik spécialisée dans les produits de beauté végan et bio[60]. En , le groupe lance, par l'intermédiaire de sa filiale LaSCAD, la marque La Provençale bio[61],[62].

Le premier trimestre 2019 voit les ventes atteindre des chiffres au-delà des espérances avec un chiffre atteignant 7,55 milliards d'euros, soit une progression de 11 % sur un an[63].

En , le groupe annonce un projet d'acquisition de deux marques pour sa division luxe : Mugler et Azzaro (groupe Clarins)[64].

En , L'Oréal annonce la vente de Roger & Gallet au fonds d'investissement Impala[65].

En , le groupe annonce la signature d'un accord pour l'acquisition de la marque américaine de soin de la peau Thayers Natural Remedies qui rejoindra sa division des produits grand public[66].

Fin juin 2020, L'Oréal compte renommer certains mots de ses produits comme « blanchissant » des suites d'un mouvement antiraciste après la mort de George Floyd[67]. Cette décision pousse certains internautes à appeler au boycott des marques du groupe avec les hashtags « JarreteLoreal »[68] et « BoycottLoreal ». Un dirigeant de l'entreprise reconnaît une erreur pédagogique, et tente de relativiser son enjeu[69].

En octobre 2020, le conseil d'administration désigne Nicolas Hieronimus comme successeur de Jean-Paul Agon au poste de directeur général. A 56 ans, celui qui est actuellement directeur général adjoint du groupe doit prendre la gestion opérationnelle de L'Oréal en 2021[70].

ActivitésModifier

Activités actuellesModifier

Secteur des cosmétiquesModifier

 
Présence au niveau mondial du groupe L'Oréal.

Les marques de L'Oréal sont organisées par circuit de distribution selon 4 divisions : les produits professionnels, les produits grand public, L'Oréal Luxe et la cosmétique active.

Produits professionnelsModifier

Cette division, représentant l’activité originelle du groupe, propose des marques au service des professionnels de la coiffure :

  • L'Oréal Professionnel, marque de premier plan, qui inclut ARTec (acquise en 2002) et Inné (marque créée par L'Oréal en 1995 et d'abord développée en propre).
  • L’Oréal Technique (L’Oréal Classic Salon Products jusqu'en 2004).
  • Kérastase, créée par L’Oréal en 1964 (sous la signature Keralogie dans les pays germanophones de son lancement en 1965 jusqu'au début des années 2000).
  • Kéraskin Esthetics, créée par L'Oréal en 2007 est spécialisée dans les soins professionnels de la peau.
  • Shu Uemura Art of Hair, marque ultra luxe de la division.
  • Redken 5th Avenue NYC, fondée par Paula Kent et Jheri Redding en 1960, et acquise en 1993.
  • Matrix Essentials, fondée par Arnie Miller en 1980, est acquise en 2000.
  • Mizani, fondée en 1991 et acquise en 2001.
  • PureOlogy Research (en), fondée en 2001 et acquise en 2007.
  • SoftSheen-Carson Professional, déclinaison professionnelle de l'activité grand public.
  • Essie Professional, déclinaison professionnelle de l'activité grand public.
  • Alexandre de Paris, dont le groupe diffuse les produits.
  • Cheryl’s Cosmeceuticals, fondée en 1986 par Oscar et Cheryl Pereira, et acquise en 2013[71].
  • Carita, fondée en 1946 et acquise en 2014[72].
  • Decléor, fondée en 1974 et acquise en 2014[72].
  • Baxter of California, fondée en 1965 par Baxter Finley, et acquise en 2013.
  • Pulp Riot, fondée en 2016 par David Thurston et Alexis Thurston, et acquise en 2018[57].
  • Salon Centric, réseau de distributeurs américains de produits professionnels acquis successivement depuis 2006 :
    • Beauty Alliance (fondé en 1999, acquis à 30 % en 2006 puis en totalité en 2007) ;
    • Maly's West (acquis en 2007) ;
    • Columbia Beauty Supply (acquis en 2008) ;
    • Idaho Barber & Beauty Supply (acquis en 2009) ;
    • Peel’s Salon Services (acquis en 2010[73])
    • CB Sullivan (acquis en 2010[74])
    • Marshall Salon Services (acquis en 2010[75])
    • Emiliani Enterprises (acquis en 2012[76])
    • Raylon Corporation (acquis en 2016[33])
    • Four Stars Salon Services (fondé en 1989 par Jeffrey Cohen, et acquis en 2017[34])
Produits grand publicModifier

Cette division, regroupant les marques les plus connues du groupe, est celle des produits de haute technologie distribués en grande distribution :

  • L’Oréal Paris, marque premium, avec Elsève (Elvive, Elvital), Elnett, Studio Line, Perfection, Plénitude, Body Expertise, Dermo-Expertise, Solar Expertise, Kids, Progress Homme, Men Expert, Ombrelle (marque canadienne créée en 1990 et acquise en 1997).
  • Garnier, fondée en 1904 et acquise en 1965. Inclut les marques Ambre Solaire (créée par L'Oréal en 1936), Delial (marque de produits solaires créée en 1935 et acquise en 2005), Fructis, Ultra Doux, Skin Naturals, Grafic, Neutralia, Obao, Start, Mininurse (marque créée en 1992 et acquise fin 2003).
  • LaSCAD distribue les marques Bien-être, Cadum, Cleopatra, Daniel Hechter, Donge, Dop (avec Cadonett, P'tit Dop et Vivelle), Eau Jeune, Fluoryl, Franck Provost, Gloria Vanderbilt, H pour Homme, Jacques Dessange, Jean Louis David, La Provençale bio, Mennen, Mixa, Narta (marque lancée en 1969)[77], Printil, Slava Zaïtsev, Ushuaïa et Vittel.
    • Dirigé par Emmanuel Danan depuis avril 2014, LaSCAD, dont les comptes ne sont pas publiés, est le numéro 1 français de l'hygiène-beauté en GMS (16,1 % des volumes du rayon)[78],[79].
  • Parfumeurs Créateurs (anciennement Sélective Beauté International) avec les parfums Harley Davidson, Kookaï et Puma[46].
  • Maybelline, fondée en 1915 et acquise en 1996. Pour mieux se diffuser hors des États-Unis et du Japon, la marque est diffusée avec des acteurs locaux :
  • SoftSheen-Carson, issue de la fusion de Carson (créée en 1901 et acquise en 2000) et Soft Sheen Products (créée 1964 et acquise en 1998).
  • Essie, fondée en 1981 et acquise en 2010[81].
  • EM Michelle Phan, ligne de maquillage fondée en partenariat avec Michelle Phan en 2013.
  • Magic Holdings, fabricant chinois de soins du visage acquis en 2014 pour 635 millions d'euros[82].
  • Carol's Daughter, marque américaine créée par Lisa Price en 1993, et acquise en 2014[83].
  • NYX Cosmetics, marque américaine de maquillage fondée en 1999 et acquise en 2014[44].
  • Niely Cosméticos, marque brésilienne de coloration fondée par Daniel Fonseca de Jesus en 1981 et acquise en 2015[45] ;
  • Stylenanda, marque coréenne de maquillage fondée par Kim So-Hee à Séoul en 2004 et acquise en 2018[56] ;
  • LOGONA, SANTE, Heliotrop, FiTNE et Ihre Klassiker, marques de l'entreprise allemande Logocos Naturkosmetik spécialisée dans les produits de beauté végan et bio fondée par un naturopathe à Hanovre en 1978 et acquise en 2018[60].
  • Thayers Natural Remedies, marque américaine créée en 1847 par le médecin Henry Thayer et acquise en 2020[84].
L'Oréal LuxeModifier

Cette division, regroupant les marques les plus prestigieuses du groupe, propose des parfums, soins et articles de maquillage en distribution sélective :

  • Lancôme, fondée par Armand Petitjean en 1935 et acquise en 1965.
  • Guy Laroche, maison de couture fondée en 1957 et dont l'activité parfums et cosmétiques est créée en 1965 à l'initiative de L’Oréal.
  • Biotherm, fondée en 1950 et acquise en 1970.
  • Cacharel, maison de prêt-à-porter fondée à Nîmes par Jean Bousquet en 1962 et dont l'activité parfums et cosmétiques est créée par L'Oréal en 1975 (le premier parfum sort trois ans plus tard).
  • Ralph Lauren, fondée en 1967 et dont l'activité parfums et cosmétiques (créée en 1978) est acquise en 1984 (dans le cadre de la reprise de Warner Cosmetics).
  • Paloma Picasso, dont l'activité parfums et cosmétiques (créée en 1984) est acquise en 1984 (dans le cadre de la reprise de Warner Cosmetics).
  • Helena Rubinstein, fondée en 1902 et acquise en 1988 (dès 1984 pour les marchés Amérique latine et Japon).
  • Giorgio Armani, fondée en 1975 et dont l'activité parfums et cosmétiques (créée en 1982) est acquise en 1988 (elle était jusqu'alors distribuée par Helena Rubinstein).
  • Kiehl's, fondée par John Kiehl en 1851 et acquise en 2000.
  • Shu Uemura, dont les premières activités datent des années 1955-1960 et qui a fait l'objet d'une prise de participation minoritaire en 2000 puis majoritaire en 2003.
  • Viktor & Rolf, maison de couture fondée en 1992 par Viktor Horsting et Rolf Snoeren, et dont l'activité parfums et cosmétiques est créée par L'Oréal en 2002.
  • Yue-Sai, dont l'activité parfums et cosmétiques (créée en 1992) est acquise en 2004.
  • Diesel, fondée en 1978 par Renzo Rosso et dont l'activité parfums et cosmétiques est créée par L’Oréal en 2006 (de précédents parfums avaient été développés par Diesel dès 1995 mais principalement pour la grande distribution).
  • Maison Martin Margiela, maison de couture fondée en 1988 et dont l'activité parfums et cosmétiques est créée par L'Oréal en 2008.
  • Yves Saint Laurent, maison de couture fondée en 1962 et dont l'activité parfums et cosmétiques (créée en 1964) est acquise en 2008 (dans le cadre du rachat de YSL Beauté au groupe PPR)[36].
  • Clarisonic (des laboratoires Pacific Bioscience), leader du marché des appareils et technologies soniques appliqués aux soins de la peau fondée en 2000 et acquise en 2011[85].
  • Urban Decay, marque de maquillage créée en 1996 et acquise en 2012[86].
  • Nickel, marque de soins pour hommes créée en 1996 et acquise à Interparfums en 2013 (lettre d'intention signée mi-août comprenant également l'acquisition de 2 spas (un en France et un aux États-Unis), la signature du contrat devant se faire avant la fin de l'année)[87].
  • Proenza Schouler, marque de prêt-à-porter fondée en 2002 par Lazaro Hernandez et Jack McCollough et dont la licence de parfums est créée par L'Oréal en 2015[88].
  • Atelier Cologne, marque de parfumerie fondée en 2009 par Sylvie Ganter et Christophe Cervasel, et acquise en 2016[48].
  • IT Cosmetics, marque de soins, maquillage et accessoires fondée en 2008 par Jamie Kern Lima et Paulo Lima, et acquise aux fondatrices et à TSG Consumer Partners en 2016[49].
  • Valentino, maison de couture italienne fondée à Rome en 1960 par Valentino Garavani et Giancarlo Giammetti, et dont l'activité parfums et cosmétiques sera reprise au [58].

Seules les licences pour les parfums et cosmétiques sont la propriété de L'Oréal pour les marques Cacharel, Diesel, Giorgio Armani, Guy Laroche, Maison Martin Margiela, Paloma Picasso, Ralph Lauren, Proenza Schouler, Valentino, Viktor & Rolf et Yves Saint Laurent.

Cosmétique activeModifier

Cette division, regroupant des marques de soins dermocosmétiques sur conseils et prescriptions, propose des produits de haute technicité :

  • Vichy, fondée en 1931 par le docteur Haller et Georges Guérin à la suite de sa visite la même année des thermes de la ville de Vichy (le docteur Haller étant à cette époque directeur des centres thermaux de Vichy et Georges Guérin à la tête d'une unité de production mécanisée concentrée sur la parfumerie) et acquise en 1955.
    • Parmi les gammes de Vichy, on trouve les marques Dermablend, Dercos, Basic Homme, Capital Soleil
  • La Roche-Posay, fondée par le professeur René Levayer en 1975 et acquise en 1989.
    • Elle inclut notamment les activités PHAS et BioMedic.
    • En 2003, L'Oréal a acquis auprès de la famille Lesrel la source et les terrains de La Roche-Posay, son fournisseur habituel d’eau minérale pour les produits[89].
    • En 2018, L'Oréal annonce le projet de rachat des thermes[59].
  • SkinCeuticals, fondée en 1994 et acquise en 2005.
  • Sanoflore, fondée en 1986 et acquise en 2006.
  • Saint-Gervais Mont Blanc, licence acquise en 2016 auprès de la commune de Saint-Gervais-les-Bains[50].
    • Le groupe a également acquis en même temps la société gestionnaire Les Thermes de Saint-Gervais.
  • CeraVe, AcneFree et Ambi, marques américaines de soin pour la peau créées en 2005 et acquises en 2017 auprès du groupe pharmaceutique canadien Valeant[51]

Digital Services FactoryModifier

Le Digital Services Factory est un pôle destiné à la conception et au développement de nouveaux services numériques pour le marques du groupe.

  • ModiFace, société canadienne spécialisée dans la réalité augmentée et l'intelligence artificielle appliquées à la beauté fondée en 2007 par Parham Aarabi et acquise par L’Oréal en 2018[54]

IncubateursModifier

En 2013, L'Oréal installe à San Francisco son incubateur voué à la beauté : Tech Incubateur Technology[90] (également appelé Connected Beauty Incubator[91] (CBI) ou California Research Center[92] (CRC)).

Depuis plusieurs années, le groupe investit également dans des fonds de capital risque et des incubateurs de start-up :

  • RAISE Investissement ;
  • Founders Factory[93] en  ;
  • Partech International Ventures[94] en  ;
  • Station F[95] à Paris en  ;
  • Partech Africa[96] en .

En décembre 2018, L’Oréal lance son propre fonds de capital-investissement BOLD (pour « Business Opportunities for L’Oréal Development ») pour prendre des participations minoritaires dans des start-up du secteur de la beauté[97].

Travel RetailModifier

En 2013, L’Oréal créé une direction « Travel Retail » qui regroupe des marques de toutes les divisions, présentes dans les lieux de voyages comme les aéroports, les bateaux de croisières et des lieux dédiés en Asie[98].

Autres activitésModifier

Ces activités ne concernent pas le domaine de la beauté et des cosmétiques.

  • Sanofi, groupe issu notamment de la fusion de Synthélabo (société créée par L’Oréal en 1970) avec Sanofi puis avec Aventis (actionnaire à 9,48% fin 2018)
  • Areca, studio de design créé en 1966
  • Chimex, société de développement et production de substances chimiques et biotechnologiques créée en 1938
  • Episkin, société d'ingénierie cutanée acquise par L’Oréal en 1997
  • Skinethic, société d'ingénierie cutanée acquise par L’Oréal en 2006
  • Finval
  • Sparlys (plus de 5 millions d'euros de capital, aucun employé recensé, société par actions simplifiée à associé unique, déclarant 0 € de chiffre d'affaires en 2018)
  • L’Oréal USA Federal Credit Union
  • L & J Re

Anciennes activitésModifier

CosmétiquesModifier

Autres activitésModifier

  • Groupe Marie Claire (49 % du capital de 1993 à 2001)
  • Artcurial (maison de vente aux enchères)
  • Canal+ (1,9 % cédés en 1993) / Paravision / Cité-Films / Roissy Films
  • Consortium général de publicité (capital de 9600€ environ, société cloturée en 1996)
  • Société de développement artistique (arrêt d'activité en 2015)
  • SCI Socinay (société fermée en 2006 après 3 ans d'activité)
  • Lehoux & Jacque (radiée en 2019)
  • Regefi (sociétée cloturée en 2019)
  • Sofy (société cloturée en 2019)

Recherche et InnovationModifier

Le groupe a installé ses différents laboratoires en France, aux États-Unis, au Japon, au Brésil[105] et en Chine[106].

Recherche sur la peauModifier

En , L’Oréal a inauguré un nouveau centre de recherche dans la banlieue de Lyon, le centre Episkin. Il s'agit du premier centre mondial d'évaluation prédictive destiné à l'industrie cosmétique[107]. Le centre produit des tissus humains pour tester les cosmétiques de L’Oréal comme alternative aux tests sur animaux[108] et développe des outils de modélisation et plateformes d'imagerie[109].

Les tests sur peaux reconstituéesModifier

Les tests sur peaux reconstituées présentent de nombreux avantages par rapport aux tests sur animaux. Outre le fait d’épargner des animaux, différents types de peaux peuvent être produits (jeunes, vieilles, de différentes couleurs)[110], ce qui fait que les tests d’innocuité sont plus pertinents aux humains[111]. Les modèles de peaux reconstituées Episkin sont produits à partir des lambeaux de peau humaine récupérés lors des opérations chirurgicales[110],[111].

Recherche capillaireModifier

En , L’Oréal a inauguré à Saint-Ouen en banlieue parisienne[112], un nouveau centre de recherche capillaire accueillant près de 500 personnes[113]. Il regroupe le Centre d’évaluation Cheveux du Monde et des laboratoires de recherche et innovation.

NeuromarketingModifier

Selon le magazine Cash investigation, L'Oréal a utilisé le neuromarketing dans la conception de produits en 2006[114].

Produits connectésModifier

Le groupe présente en 2017 au Consumer Electronics Show, sous sa marque Kérastase, une brosse à cheveux connectée conçue avec la startup française Withings[115].

PublicitéModifier

Le groupe dépense une part importante (environ 30 %) de son chiffre d’affaires en publicité. En 2012, cela représentait près de 6,8 milliards d'€[116]. Il apparait régulièrement dans le haut du classement des plus gros budgets en publicité publié par les professionnels du secteur[117].

Le groupe n'a pas de slogan clairement identifié. Toutefois, des accroches accompagnent parfois sa communication institutionnelle : « La beauté est une aventure scientifique »[118], « L'Oréal, deux passions : la beauté et la recherche »[118], « No 1 mondial de la beauté », « Leader mondial de la beauté », ou plus récemment « La beauté est une valeur d'avenir »[119].

Le slogan « Parce que je le vaux bien » est attaché à l'image de la marque L'Oréal Paris depuis les années 1970 et couvre la totalité de ses produits. La publicité télévisée a compté plusieurs égéries célèbres.

Fin 2016, l'Oréal Belgique demande à Lufy d'être l'égérie nationale[120].

Chacune des autres marques du groupe a sa propre communication en fonction de l'image qu'elle veut refléter et les valeurs qu'elle désire transmettre[121].

Activité de lobbyingModifier

Auprès de l'Assemblée nationaleModifier

L’Oréal est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2013 quatre personnes sont accréditées auprès de l'Assemblée, mais indique également que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont inférieurs à 10 000 euros[122].

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

L’Oréal est inscrit depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Le groupe déclare en 2015 pour cette activité 3 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 50 000 et 100 000 euros[123]. L'Oréal est en outre représenté par un cabinet spécialisé pour un budget compris entre 10 000 et 25 000 euros[124].

Critiques, condamnations judiciaires et amendes administrativesModifier

Le fondateur de L’Oréal, Eugène Schueller aurait été, selon certains auteurs, l'un des financiers de La Cagoule, une organisation d'extrême-droite française des années 1930. Il devient ensuite un des dirigeants du Mouvement social révolutionnaire. En 1949, il embauche Jacques Corrèze pour développer les affaires de L'Oréal en Espagne. Ancien dirigeant de La Cagoule, Jacques Corrèze est condamné en 1948 à dix ans de réclusion pour intelligence avec l'ennemi, sort de prison en 1949 pour être embauché par L’Oréal. Il est réhabilité en 1966[125].

Le , Garnier, une filiale de L’Oréal est condamnée par la justice française pour « discrimination raciale à l'embauche »[126]. Le groupe L’Oréal s'est pourvu en cassation contre ce jugement. D'autre part, une controverse s'est élevée parce que le directeur-général de L'Oréal avait indiqué que : « un candidat qui a un prénom d’origine étrangère avait plus de chance d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche.»

Depuis , l'association britannique animaliste Naturewatch organise une campagne de boycott contre L’Oréal pour dénoncer ses expérimentations sur les animaux[127]. En réponse, le groupe a rappelé avoir cessé les tests des produits sur animaux depuis 1989, mais ne pas pouvoir garantir que les ingrédients fournis par d’autres entreprises n’ont pas été testés sur des animaux[128].

La polémique des années 2000 sur les stock-options a conduit L'Oréal à renoncer à ce type de rémunération à partir de l'année 2012[réf. souhaitée].

La commission fédérale du commerce aux États-Unis a épinglé L'Oréal en , au sujet de publicité mensongère, concernant ses gammes pour la peau « Lancôme Génifique » et « L'Oréal Paris Youth Code », qui affirmaient des propriétés antivieillissement « scientifiquement prouvées », ce que L'Oréal ne put prouver devant la commission. L'Oréal s'est donc vu notifier l'interdiction de revendiquer les propriétés antivieillissement de certains de ses produits haut de gamme de soin de la peau, sur le territoire américain, aux termes d'un accord signé avec les autorités américaines, ce qui évite au groupe des poursuites judiciaires pour publicité mensongère[129],[130].

Le jeudi , l'Autorité française de la concurrence inflige à L'Oréal (ainsi qu'à plusieurs autres grands groupes de produits d'hygiène et de beauté comme Gillette) une amende collective de 605,9 millions d'euros pour s'être entendu sur les prix avec ses concurrents entre 2003 et 2006[131].

Le , l'UFC Que choisir dénonce la présence de perturbateurs endocriniens interdits par l'Union européenne dans plusieurs produits de la marque, dont le « Gel coiffant fixation blindée Vivelle Dop » et la bille pour les yeux L’Oréal Men. Elle déconseille particulièrement l'utilisation de ces produits aux enfants, adolescents, et femmes enceintes[132],[133].

Le , la fédération allemande pour l'environnement et la protection de la nature (Bund) révèle en utilisant les données fournies par l'agence fédérale de l'environnement allemande comme par l'Agence européenne des produits chimiques que 654 entreprises opérant en Europe ne respectent pas, entre 2014 et 2019, le protocole européen d'enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques, censé protéger la santé et l'environnement des Européens. Ces entreprises, dont L'Oréal, emploient massivement des substances de synthèse interdites et potentiellement dangereuses[134],[135],[136].

En , L'Oréal annonce que pour résoudre un contentieux fiscal de trois de ses filiales, dont Lancôme, l'entreprise verse au fisc français 320 millions d'euros[137].

OrganisationModifier

DirectionModifier

Depuis sa création, le groupe a eu pour dirigeants :

Conseil d'administrationModifier

Au [139]

Au [140]

Données financièresModifier

Données Financières en millions d'euros[141],[142],[143],[144]
Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Ventes 15 790 17 063 17 542 17 473 19 496 20 343 21 638 22 124 22 532 25 257 25 837
Résultat net - part du groupe 2 061 2 656 1 948 1 792 2 240 2 438 2 868 2 958 4 910 3 297 3 647
Dette nette 3 329 2 373 3 700 1 958 41 -504 -1 948 -2 320 671 -618 -481
Effectifs 60 851 63 358 67 662 64 643 66 619 68 886 72 637 74 978 78 611 82 881 89 331
Dividende par action (en €) 1,18 1,38 1,44 1,50 1,80 2 2,30 2,50 2,70 3,10 3,30

Les chiffres depuis 2005 sont basés sur la norme IFRS. L'Oréal répond aux exigences du standard financier MSI 20000

Principaux actionnairesModifier

Au [145]:

Bettencourt Meyers (famille) 33,3%
Nestlé 23,3%
The Vanguard Group 1,22%
Norges Bank Investment Management 1,09%
L'Oreal (salariés) 0,84%
BNP Paribas Asset Management France 0,73%
Baillie Gifford & Co. 0,69%
DWS Investments 0,59%
BlackRock Investment Management 0,56%
Amundi Asset Management (Investment Management) 0,53%

Notes et référencesModifier

  1. Notre raison d'être, L'Oréal Finance, 9 novembre 2020
  2. Statuts de l'entreprise - à jour au 31 décembre 2015, L'Oréal Finance, 31/12/2015
  3. L'Oréal : Répartition du capital au 31/12/2019
  4. Thiébault Dromard, « Ce puissant fonds d'investissement qui relance la famille Bettencourt », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2020).
  5. Rapport annuel 2019
  6. Guillaume Errard, « La croissance organique de L'Oréal ralentit », Sociétés, sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 15 juin 2013) : « Le leader mondial des cosmétiques affiche une croissance […] »
  7. Yvan Letessier, « Inde : L'Oréal à la conquête des classes moyennes », Sociétés, sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 15 juin 2013) : « Le leader mondial des cosmétiques a créé une filiale […] »
  8. Jean-Michel Bélot, « L'Oréal reste confiant malgré le ralentissement de l'économie chinoise », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle, (consulté le 15 juin 2013) : « du numéro un mondial des cosmétiques […] »
  9. Thiébault Dromard, « Les pays émergents deviendront le premier marché de l’Oréal dès cette année », Entreprise, sur challenges.fr, Challenges, (consulté le 15 juin 2013) : « […] du leader mondial des cosmétiques. »
  10. « Francoise Bettencourt Meyers & family », sur Forbes (consulté le 30 juillet 2020).
  11. Prodimarques.
  12. Béatrice Collin et Daniel Rouach, Le modèle L'Oréal : les stratégies clés d'une multinationale française, Pearson Education France, (lire en ligne), p. 7
  13. L'Oréal (1908), INPI, 28/07/2011
  14. Le Figaro, « Il y a un siècle, Eugène inventa l'Auréale... », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 juin 2020)
  15. Le monde de la beauté de Mark Tungate (Ed. Dunod, 2012)
  16. L'Aventure L'Oréal de François Dalle, éditions Odile Jacob ( (ISBN 2-7381-1044-4))
  17. a b c d et e « 80 ans de douceur Dop », supplément de huit pages au no 3397 de Paris Match, semaine du 26 juin au 2 juillet 2014.
  18. Bernard Andrieu, La peau : enjeu de société, CNRS, , p. 91
  19. « L'Oréal : présentation, histoire et activités », sur www.infinance.fr (consulté le 12 janvier 2018)
  20. Philippe Bourdrel, Les Cagoulards dans la guerre, Albin Michel, 2009
  21. Ian Hamel, L'affaire Bettencourt : derniers secrets, Archipel, 2013, p. 23
  22. Compte-rendu de l’ouvrage de Michel Bar-Zohar « Une histoire sans fard. L'Oréal, des années sombres au boycott arabe » dans Libération, 04/11/2007 [1]
  23. a et b Marc Durin-Valois, « Il était une fois... L'Oréal », sur Le Figaro Magazine,
  24. L’autre affaire L’Oréal, Europe 1, 23 août 2010
  25. Delluc B. et G., 2005, Jean Filliol, du Périgord à la Cagoule, « de la Milice à Oradour », Pilote 24 éd.
  26. Jean-Marc Berlière, Policiers français sous l'occupation, Paris, Éditions Perrin, coll. « Tempus », , 468 p. (ISBN 978-2-262-02978-4), p.103.
  27. L'Oréal, l'arme de la mémoire par Eric Conan, L'Express, 16 février 1995
  28. « L'Oréal va pouvoir mettre les bouchées doubles outre-Atlantique - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 14 juin 2018)
  29. Béatrice Collin, op. cité, p. 4
  30. FashionNetwork.com, « L'Oréal : les dates clés d'un groupe centenaire », FashionNetwork.com,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2018)
  31. Béatrice Collin, op. cité, p. 121-123
  32. « REPERES L'Oréal : 2009, une année de transition ? », sur Les Échos, (consulté le 17 mai 2019)
  33. a et b L'Oréal : acquisition des actifs de Raylon Corporation, ABC Bourse, 4 janvier 2016
  34. a et b L'Oréal : SalonCentric acquiert des actifs de Four Star Salon Services, Le Figaro, 2 mai 2017
  35. L'Oréal : signe un accord avec la Maison Martin Margiela, Zone Bourse, 17 mars 2008
  36. a b et c L'Oréal rachète YSL Beauté pour 1,15 milliard d'euros, Investir, 23 janvier 2008
  37. a et b Les parfums Boucheron passent chez Interparfums, ABC Luxe, 22/12/2010
  38. a et b YSL Beauté et Ermenegildo Zegna anticipent la fin de leur contrat de licence parfums, L'Oréal Finance, 1er avril 2011
  39. a et b YSL Beauté (L'Oréal Luxe) et Stella McCartney décident de ne pas renouveler leur contrat de licence L'Oréal, 17 mai 2013
  40. Vente de Cadum par Milestone à L'Oréal, Milestone Capital, 27 avril 2012
  41. L'Oréal acquiert le Chinois Magic Holdings, Nicole Vulser, Le Monde, 8 avril 2013
  42. Galderma, pépite de l’esthétique raflée par Nestlé, L'Usine Nouvelle, 20 février 2014
  43. Rachetées par L'Oréal, Carita et Decléor repassent dans le giron français, La Tribune, 20 février 2014
  44. a et b L'Oréal rachète la société de maquillage NYX Cosmetics, Les Echos, 18 juin 2014
  45. a et b L'Oréal s’offre le brésilien Niely Cosmeticos, Les Échos, 8 septembre 2014
  46. a et b Puma et L’Oréal signent un accord de licence pour la cosmétique, Premium Beauty News, 30 septembre 2014
  47. « Lubomira Rochet - Comité Exécutif - L’Oréal Groupe », sur www.loreal.fr (consulté le 27 mars 2020)
  48. a et b L'Oréal investit dans la parfumerie de niche en reprenant Atelier Cologne, Investir, 30 juin 2016
  49. a et b L'Oréal accélère aux États-Unis en misant 1,2 milliard de dollars sur IT Cosmetics, Les Échos, 25/07/2016
  50. a et b L'Oréal s'est porté acquéreur de la société de gestion des thermes de Saint-Gervais-les-Bains, Les Échos, 20 juillet 2016
  51. a et b L'Oréal achète trois marques à Valeant, Le Figaro, 10 janvier 2017
  52. L'Oréal négocie la vente de The Body Shop au brésilien Natura, Boursier.com, 9 juin 2017
  53. Natura a signé l'acte d'acquisition de The Body Shop auprès de L'Oréal, Boursier.com, 27 juin 2017
  54. a et b L'Oréal acquiert ModiFace, le leader mondial de l'essayage virtuel, L'Usine Digitale, 16 mars 2018
  55. Cosmétiques : L'Oréal renouvelle sa licence Armani jusqu'en 2050, Le Figaro, 22 mars 2018
  56. a et b L'Oréal achète sa première marque coréenne, Les Échos, 2 mai 2018
  57. a et b L'Oréal acquiert la marque de coloration capillaire américaine Pulp Riot, Investir, 25 mai 2018
  58. a et b L'Oréal ajoute Valentino à son portefeuille de parfums, Les Echos, 28 mai 2018
  59. a et b L’Oréal rachète les thermes de La Roche-Posay, La Nouvelle République, 2 août 2018
  60. a et b L'Oréal fait du pied aux consommateurs vegan, Les Echos, 1er août 2018
  61. L'Oréal poste des images de sa nouvelle marque bio sur Instagram, LSA, 4 septembre 2018
  62. Cosmétiques : L'Oréal se lance dans le bio, La Parisienne, 11 septembre 2018
  63. « L'Oréal : les ventes dépassent les attentes au premier semestre et s’élèvent à 7,55 milliards d'euros », sur FIGARO, (consulté le 16 avril 2019)
  64. « Mugler et Azzaro arrivent chez L'Oréal | Journal du Luxe.fr Actualité du luxe » (consulté le 8 juillet 2019)
  65. « L’Oréal va vendre Roger & Gallet à l’entrepreneur Jacques Veyrat », sur Capital,
  66. « L'Oréal signe un accord pour acquérir la marque américaine Thayers Natural Remedies », sur Les Echos,
  67. « L’Oréal va supprimer certains mots, comme « blanchissant », de ses produits », sur www.20minutes.fr (consulté le 29 juin 2020)
  68. « #JarreteLoreal… Des internautes appellent au boycott de L’Oréal », sur www.20minutes.fr (consulté le 3 juillet 2020)
  69. Isabelle Mourgere, « L'Oréal : ne dites plus crème "blanchissante" mais qui "donne de l'éclat" », sur TV5MONDE, (consulté le 4 juillet 2020)
  70. L'Oréal désigne son nouveau patron, Les Echos, 14 octobre 2020
  71. L’Oréal India acquiert Cheryl’s Cosmeceuticals, leader dans les produits professionnels de soins, Zone Bourse, 20 septembre 2013
  72. a et b L'Oréal acquiert Décléor et Carita, Capital, 30 avril 2014
  73. L'Oréal : acquisition de Peel's Salon Services, Boursier, 13 décembre 2010
  74. L'Oréal acquiert l'américain C.B Sullivan, La Tribune, 2 juin 2010
  75. L'Oréal USA acquiert Maly's Midwest et Marshall Salon Services et complète ainsi sa couverture des salons de coiffure américains, L'Oréal Finance, 5 janvier 2010
  76. L'Oréal USA signe un accord en vue d'acquérir Emiliani Enterprises et complète ainsi sa couverture des salons de coiffure américains, L'Oréal Finance, 24/10/2012
  77. « Narta Retouches 2 en 1 », sur lsa-conso.fr (consulté le 21 novembre 2018).
  78. Delphine Viguier, directrice générale de Lascad : l'innovation cosmétique au féminin, L'Usine Nouvelle, 14 janvier 2010
  79. LaSCAD sur www.societe.com
  80. L'Oréal acquiert la marque de maquillage Vogue en Colombie, L'Oréal Finance, 31/10/2012
  81. L'Oréal, Les Echos, 22 avril 2010
  82. L'Oréal fait sa plus grosse acquisition depuis Yves Saint Laurent Beauté, Challenges, 13 janvier 2014
  83. L’Oréal USA s’empare de Carol’s Daughter et crée une division beauté multiculturelle, Premium Beauty News, 22 octobre 2014
  84. Le Figaro avec AFP, « Cosmétiques : L'Oréal acquiert l'américain Thayers Natural Remedies », sur Le Figaro.fr, (consulté le 9 novembre 2020)
  85. L’Oréal USA signe un accord en vue d’acquérir Pacific Bioscience Laboratories, créateur de Clarisonic et leader du marché des technologies soniques appliquées aux soins de la peau, L'Oréal Finance, 10/11/2011
  86. L'Oréal s'offre l'américain Urban Decay Boursier.com, 26/11/2012
  87. Interparfums cède Nickel, ses soins pour hommes à L'Oréal, Les Échos, 10 septembre 2013
  88. L'Oréal remporte la licence des parfums Proenza Schouler, Les Echos, 3 juin 2015
  89. L'Oréal va acheter la source de La Roche-Posay, Les Échos, 2 octobre 2003
  90. Les quatre innovations de L’Oréal made in San Francisco pour booster la cosmétique connectée, L'Usine Nouvelle, 9 juin 2016
  91. "Le défi de notre incubateur, c'est d'insuffler l'esprit start-up à l'énorme organisation L'Oréal", selon Guive Balooch, L'Usine Digitale, 2 juin 2014
  92. L’Oréal, start-up à San Francisco, L'Usine Nouvelle, 3 décembre 2015
  93. L'Oréal investit dans les start-up de la beauté connectée, Le Figaro, 12 mai 2016
  94. L'Oreal investit dans un fonds de Partech Ventures, Zone Bourse, 27 décembre 2016
  95. L'Oréal crée un programme d'accélération de start-up à Station F, L'Usine Digitale, 20 octobre 2017
  96. L'Oreal investit dans le fonds Partech Africa, Zone Bourse, 21 septembre 2018
  97. Le Figaro fr avec AFP, « L'Oréal monte son propre fonds d'investissement dans des start-up », sur Le Figaro.fr, (consulté le 9 novembre 2020)
  98. « L'Oréal affiche ses ambitions dans le "travel retail" », sur Challenges (consulté le 9 novembre 2020)
  99. « L'Oréal cède sa participation dans Galderma et récupère 8 % du capital auprès de Nestlé », sur lsa-conso.fr (consulté le 10 novembre 2020)
  100. a et b Historique, groupe Bogart
  101. Jacques Fath, Tout en Parfum
  102. L'Oréal cède les parfums Jacques Fath au groupe Saga, Les Echos, 21 janvier 1992
  103. Beauté Créateurs, filiale de vente par correspondance du groupe L'Oréal, annonce son intention d'arrêter son activité, L'Oréal Finance, 19 novembre 2013
  104. L'Oréal et Nestlé vont mettre fin à leur joint-venture Innéov, Boursier, 28 novembre 2014
  105. L'Oréal intensifie sa présence au Brésil, Le Point, 20/12/2011
  106. L'Oréal accélère sa recherche appliquée dans les pays émergents, La Tribune, 08/12/2010
  107. A Lyon, L'Oreal développe un « hub » mondial pour l'évaluation prédictive, Les Échos, 11 avril 2011
  108. « L'Oréal à Gerland : Parce que je le teste bien », sur lyoncapitale.fr, Lyon Capitale, (consulté le 24 octobre 2013)
  109. « A Lyon, L'Oreal développe un «hub» mondial pour l'évaluation prédictive », sur Les Echos, (consulté le 12 décembre 2013)
  110. a et b « Episkin, filiale lyonnaise de l’Oréal, crée de la peau artificielle », sur Info hightech, (consulté le 12 décembre 2013)
  111. a et b « Human skin to replace animal tests », (consulté le 12 décembre 2013)
  112. Visitez le nouveau centre de recherche capillaire de L’Oréal, Industrie & Technologies, 30 mars 2012
  113. L'Oréal installe son centre de recherche capillaire à Saint-Ouen, Les Échos, 29 mars 2012
  114. [vidéo] « Neuromarketing : votre cerveau les intéresse », émission du 25 mai 2012 sur la chaîne officielle de l'émission.
  115. Lytess, le "cosmétotextile" qui rend svelte, La Tribune, 23 avril 2014
  116. Résultats annuels 2012, L'Oréal Finance, 11 février 2013
  117. L'Oréal, l'industriel français le plus dépensier en publicité, L'Usine Nouvelle, 07/12/2011
  118. a et b L'Oréal : la beauté de la stratégie de Béatrice Collin et Jean-François Delplancke (Ed. Dunod, 2015
  119. Finance News, newsletter no 4, L'Oréal Finance
  120. Aurélie Parisi, « Lufy, la Youtubeuse belge repérée par L’Oréal », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2017)
  121. L'Oréal, parce que la diversité le vaut bien, Prodimarques, avril 2007
  122. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 27 octobre 2016)
  123. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 19 octobre 2016)
  124. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 27 octobre 2016)
  125. Le parcours d'un cagoulard, L'Humanité - 28 juin 1991.
  126. Garnier, condamné pour discrimination raciale, Libération, 06/07/2007
  127. L'Oréal Boycott, Nature Watch
  128. (en) « Body Shop row over animal testing », sur bbc.co.uk, BBC News, (consulté le 24 octobre 2013) : « L'Oreal said it had not done so since 1989, although it could not guarantee that all ingredients bought from other firms had not been tested on animals. »
  129. L'Oréal interdit de pub anti-vieillissement aux États-Unis, 1er juillet 2014, Europe 1
  130. L’Oréal Settles FTC Charges Alleging Deceptive Advertising for Anti-Aging Cosmetics, 30 juin 2014 Federal Trade Commission
  131. Presque un milliard d'euros d'amendes pour les géants de la cosmétique, Challenges, 18/12/2014
  132. « L’UFC-Que Choisir met en garde contre 1 000 produits cosmétiques, dont 23 « hors la loi » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 juin 2017).
  133. « Ingrédients indésirables dans les cosmétiques – Trois familles à bannir des rayons », UFC Que Choisir,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2017).
  134. Stéphane Mandard, « Au moins 654 entreprises ne respectent pas la réglementation sur les substances chimiques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)
  135. (en-US) Jack HUNTER, « Named: major brands ‘breaking EU chemical safety law’ », sur EEB - The European Environmental Bureau (consulté le 21 mai 2019)
  136. (en) Elke Örtl, REACH Compliance : Data availability in REACH registrations Part 2 : Evaluation of data waiving and adaptations for chemicals ≥ 1000 tpa, Umweltbundesamt, (lire en ligne)
  137. Le Monde avec AFP, « L’Oréal va verser 320 millions d’euros au fisc français », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2019)
  138. « Comment gouverne... l'exigeant "animateur" de L'Oréal », Challenges,
  139. « Conseil d’administration », L'Oréal Finance, 17 avril 2012.
  140. « Conseil d’administration », L'Oréal Finance, 20 avril 2017.
  141. Fiche L'Oréal, OpesC
  142. Rapport annuel 2010, tome 1, L'Oréal Finance
  143. L'Oréal : données financières, Capital
  144. « L'Oréal Résultats annuels 2013 », sur www.loreal-finance.com, (consulté le 2 février 2015)
  145. Zone Bourse, « L'ORÉAL : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 22 janvier 2020)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Ouvrages
Presse

Article connexeModifier

Liens externesModifier