Jeanne Cherhal

chanteuse française
Jeanne Cherhal
Jeanne Cherhal en concert en 2022
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Instrument
Labels
Genres artistiques
Influencée par
Site web
Distinction

Jeanne Cherhal est une chanteuse et pianiste française, née le à Nantes.

Biographie modifier

Enfance et formation modifier

Née en 1978 à Nantes[1], fille d'un plombier et d'une femme au foyer, Jeanne Cherhal grandit avec ses deux sœurs, Émilie et Lise (également chanteuse), à Erbray, près de Châteaubriant.

Elle fait ses études secondaires dans cette ville, au lycée Saint-Joseph. Elle commence le piano en autodidacte à l'âge de treize ans[2] et écrit des chansons.

Après l'obtention de son baccalauréat, elle étudie à l'université de Nantes en philosophie[1]. Elle obtient une maîtrise sur "le poème en prose chez Max Jacob".

Parallèlement, elle commence sa carrière de chanteuse en faisant la première partie de Georges Moustaki en novembre 1999, sur la scène du TNT à Nantes[3].

Elle participe à plusieurs groupes de rock nantais[2].

Vie privée modifier

Elle a un fils, Tommy né en 2014[4] avec le guitariste Sébastien Hoog.

Parcours modifier

Jeanne Cherhal modifier

À vingt-trois ans, en 2001, elle sort un CD six titres auto-produit chez Madame Suzie Productions, suivi d'un album en public, intitulé Jeanne Cherhal, sorti le 16 avril 2002 sous le label indépendant Tôt ou tard[1]. Elle fait une longue tournée en piano-voix avant et après la sortie de ce disque.

Elle chante ensuite durant un mois en double affiche avec Vincent Delerm dans une salle de spectacle parisienne, L'Européen, en 2002[1],[5]. Elle effectue par ailleurs une série de concerts en compagnie de Matthieu Bouchet, qui donne lieu à l'édition d'un livre-disque live (tiré uniquement à 1 500 exemplaires et épuisé), intitulé [En même temps...]

Douze fois par an modifier

Son deuxième album, Douze fois par an, sort début 2004[1]. Produit par Vincent Ségal, il devient disque d'or et se vend à 250 000 exemplaires. Elle obtient alors plusieurs récompenses, dont une Victoire de la musique[6] (qu'elle dédie à Jacques Higelin), ainsi que la reconnaissance d'un large public. Elle tourne pendant deux ans en compagnie du guitariste Éric Löhrer, puis du batteur Patrice Renson.

Avec J. P. Nataf, chanteur des Innocents, en 2005/2006, elle crée le groupe Red Legs où, portant des longues chaussettes rouges (qui donnent leur nom au duo), ils effectuent des reprises de classiques de la chanson (de Jacques Brel aux Rita Mitsouko) et de la pop internationale (de Kate Bush aux Pretenders), avec Jeanne Cherhal à la basse et JP Nataf à la guitare.

Fin 2005, durant trois mois, Jeanne Cherhal fait des débuts de comédienne dans une reprise de la célèbre pièce de théâtre Les Monologues du vagin.

L'Eau modifier

Le 23 octobre 2006, paraît son troisième album, L'Eau, réalisé par Albin de la Simone[1],[7]. Également disque d'or, il se vend à 80 000 exemplaires environ. Plus abouti musicalement, il aborde des thèmes à la fois plus personnels et plus engagés (comme Le Tissu)[1]. Le single extrait de cet album est Voilà, musicalement inspiré de Woodward Avenue de Yusef Lateef.

Cet album lui permet encore une fois de faire une longue tournée en France mais aussi à l'étranger puisqu'elle se produit en Belgique, en Suisse, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Irlande, au Liban, au Canada, et en Afrique Centrale. Elle est accompagnée d'Éric Löhrer aux guitares, d'Emiliano Turi à la batterie et d'Annick Agoutborde à la basse. Cette tournée passe notamment par l'Olympia le 24 avril 2007, avec en première partie An Pierlé. Elle s'achève par un concert le 21 décembre 2007 à La Maroquinerie.

En février 2008, elle met en ligne sur sa page MySpace un titre inédit, inspiré d'un « fameux » SMS, intitulé Si tu reviens, j'annule tout ; il crée un buzz médiatique[8].

Charade modifier

Charade sort le . Cet album, perçu comme plus rock et plus expérimental, est largement salué par la critique[9],[10],[11], mais ne rencontre pas un aussi large public que les albums précédents (il s'en écoule environ 30 000 exemplaires). Jeanne Cherhal y joue elle-même de tous les instruments : claviers, guitare, basse, batterie... L'album a un fil directeur avec quatre charades et aborde le sujet des hommes, parfois durement. On y retrouve, sous forme de bonus, le morceau Astoria ainsi que Brandt Rhapsodie, duo avec Benjamin Biolay.

Elle part alors en tournée avec La Secte humaine, groupe nantais composé essentiellement d'anciens membres des Little Rabbits et un temps backing band de Philippe Katerine. La tournée Statio Brazil démarre au Brésil en novembre 2009. Elle donne plusieurs concerts au Bataclan. Comme pour la tournée de L'Eau, la dernière date a lieu le à la Maroquinerie pour un concert ponctué par deux moments forts : un duo avec JP Nataf sur Vesoul et un autre avec sa sœur Liz Cherhal sur 5 ou 6 années.

Les Françoises, groupe éphémère formé pour le Printemps de Bourges 2010, est composé de Jeanne Cherhal, Camille, Emily Loizeau, Olivia Ruiz, Rosemary du groupe Moriarty et La Grande Sophie. Les Françoises donnent un concert unique au Palais d'Auron, présenté comme la création événementielle de cette 34e édition du festival[12].

Au printemps 2011, elle joue durant trois semaines au théâtre des Bouffes du Nord dans The Second Woman, un opéra contemporain de Frédéric Verrières inspiré du film Opening Night de John Cassavetes.

Le 21 mars 2012, elle rejoue l'espace d'un soir, le premier album de Véronique Sanson, baptisé Amoureuse, sorti 40 ans (et un jour) plus tôt[13]. Elle est accompagnée par Sébastien Hoog, Laurent Saligault et Éric Pifeteau. Elle rejoue ce concert, aux Francofolies de la Rochelle le 13 juillet 2012[14].

En avril 2012, elle est la marraine des 35e Rencontres d'Astaffort et, à cette occasion, elle donne un concert piano-voix dans le petit village d'Astaffort dans le Lot-et-Garonne.

ARBA (tournée) modifier

En novembre 2017, la Philharmonie de Paris donne une carte blanche à Jeanne Cherhal pour célébrer à sa manière les 20 ans de la mort de Barbara. À cette occasion, elle invite le musicien Bachar Mar-Khalife pour créer avec lui le spectacle ARBA, à deux pianos, essentiellement instrumental. Une tournée a lieu tout le mois de novembre et s'achève par trois concerts à la Cité de la Musique les 24 et (deux représentations ont lieu le 25). Le premier de ces trois concerts donne lieu à une captation réalisée par Gaëtan Chataigner pour Culture Box[15].

L'An 40 modifier

Le sort son sixième album[16] L'An 40 chez Barclay, qu'elle a entièrement écrit, composé et arrangé. Le disque est réalisé par Sébastien Hoog et enregistré en grande partie à Los Angeles[17] par Ryan Freeland. Il fait la part belle au piano, et on y retrouve les musiciens Jim Keltner et Matt Chamberlain, ainsi qu'une chorale gospel. Dans cet album, Jeanne parle de féminité, d'amour, de césarienne (César), ou encore des obsèques de Jacques Higelin dont elle est proche (Un adieu). Elle joue à l'occasion de cette tournée aux Folies Bergère, salle qu'elle dit adorer depuis qu'elle y a vu Fiona Apple au début des années 2000.

Elle publie en 2020 son premier livre : À cinq ans, je suis devenue terre-à-terre, un recueil de ses mots préférés, paru chez Points.

Tournée "Cinéma" modifier

En 2021, à l'invitation de Thierry Frémaux, elle lance le concert Cinéma, composé de reprises de bandes originales de films, chantées en piano-voix[18]. Cette tournée, internationale, s'est cloturée les 13 et 14 février 2023 au cinéma MK2 Bibliothèque. Mais Jeanne y a promis de la reprendre.

Prises de position et engagements modifier

Depuis l'été 2010, Jeanne Cherhal s'engage auprès des travailleurs étrangers en situation irrégulière et a été l'une des artistes à l'affiche du concert Rock Sans Papiers à Bercy (18 septembre 2010), allant aussi chanter devant le Ministère de l'immigration en compagnie de Jane Birkin et Agnès Jaoui. Elle est également connue pour son action au sein de l'association Courrier de Bovet[19].

Jeanne Cherhal, avec Elise Caron, participe au combat de Sara Najafi pour organiser un concert de chanteuses en 2013 à Téhéran. Il est interdit en Iran que des femmes chantent sur scène, devant un public mixte. Le frère de Sara Najafi, Ayat Najafi réalise un documentaire, No Land's Song montrant toutes les difficultés de la démarche qui semblaient impossibles à surmonter. À la suite du Révolution verte en 2009 des artistes portent la contestation sur le plan cuturel[20],[21].

En 2018, Jeanne Cherhal fait partie des 250 personnalités qui appellent à participer aux marches contre les violences sexistes et sexuelles. « Les violences sexistes et sexuelles empêchent plus de la moitié de l’humanité, les femmes et les filles, d’exercer leurs droits fondamentaux. Elles bouleversent leur vie entière »[22].

Discographie modifier

Albums studio modifier

Albums en public modifier

Il existe deux albums en public :

  • le premier, le plus connu, correspond aux premiers pas de Jeanne Cherhal sur scène ;
  • le second, moins connu — il n'a été tiré qu'à 1 500 exemplaires — est l'enregistrement d'un spectacle déjanté, créé initialement pour seulement quelques représentations mais finalement joué 48 fois par Jeanne Cherhal et Matthieu Bouchet.

Extended Play modifier

  • album Douze fois par an
    • Le petit voisin
    • Super 8
    • Un couple normal
    • Je voudrais dormir

Singles modifier

  • B.O. du film Ma vie en l'air
    • Ma vie en l'air
  • L'Eau
    • Voilà
  • Charade
    • En toute amitié
    • Cinq ou six années
  • Histoire de J.
    • L’échappé
  • L'An 40
    • L'An 40

DVD modifier

Participations (enregistrements) modifier

Parolière modifier

Inédits et reprises modifier

Filmographie modifier

Comme actrice :

Autres :

Littérature modifier

  • 2020 : A cinq ans, je suis devenue terre-à-terre, éditions Points, collection Le Goût des Mots, présenté à la Maison de la poésie[23].
  • 2022 : Couleurs primitives, éditions Gründ, illustré par Petites Luxures, recueil de poèmes érotiques qu'elle a présenté à la Maison de la poésie[24].

Théâtre modifier

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. a b c d e f et g Anne-Claire Dugas, « Cherhal, Jeanne [Nantes 1978] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 875
  2. a et b « Biographie et actualités de Jeanne Cherhal France Inter », sur France Inter (consulté le )
  3. RFI Musique, « Jeanne Cherhal - Biographie, discographie et fiche artiste », sur rfi.fr, (consulté le )
  4. Mafalda Betty, « Jeanne Cherhal maman d'un préado », sur Purepeople, (consulté le )
  5. Ludovic Perrin, « Jeanne Cherhal, le parti intime », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. « Jeanne Cherhal - Biographie, discographie et fiche artiste », sur musique.rfi.fr, (consulté le )
  7. S. Si., « Jeanne Cherhal », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Daniel Schneidermann, « La dissolution en chanson », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. « Charade. Jeanne Cherhal », Télérama,‎ (lire en ligne)
  10. « Charade, le continent rêvé de Jeanne Cherhal », L'Express,‎ (lire en ligne)
  11. Olivier Nuc, « Jeanne Cherhal et les cow-boys », Le Figaro,‎ =2010 (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  12. Les Françoises secouent Bourges, Le Figaro, 19 avril 2010.
  13. « Jeanne Cherhal fête les 40 ans d'“Amoureuse”, premier album de Véronique Sanson », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Francofolies: Jeanne Cherhal «Amoureuse» des chansons de Véronique Sanson », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  15. « Jeanne Cherhal et Bachar Mar-Khalifé rendent hommage à Barbara à la Philharmonie », (consulté le )
  16. « L'An 40 Jeanne Cherhal de Jeanne Cherhal (Chanson) : la critique Télérama », sur telerama.fr, (consulté le )
  17. « Jeanne Cherhal pour la chanson "L'an 40" », sur France Inter, (consulté le )
  18. « Musiques de films : Jeanne Cherhal fait son cinéma », sur Les Echos, (consulté le )
  19. « Dans les medias », sur Le Courrier de Bovet (consulté le )
  20. « "No land's song" : cachez ce chant que je ne saurais entendre », sur Radio France, France Inter, Capture d'écrans, (consulté le )
  21. Noémie Luciani, « "No land's song" : cachez ce chant que je ne saurais entendre Avec « No Land’s Song », les chanteuses iraniennes veulent faire entendre leur voix », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  22. « Plus de 200 personnalités appellent à manifester contre les violences faites aux femmes le 24 novembre », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )
  23. « JEANNE CHERHAL – À CINQ ANS, JE SUIS DEVENUE TERRE À TERRE » (consulté le )
  24. « JEANNE CHERHAL & PETITES LUXURES – COULEURS PRIMITIVES » (consulté le )
  25. « Portrait. Timbre affranchi », Libération,‎ , p. 28 (lire en ligne)
  26. « Le Parolier de l’année RFM-Paris Match : le palmarès », RFM,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres – hiver 2022 », sur culture.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes modifier