Eve Ensler

dramaturge et féministe américaine
Eve Ensler
Description de cette image, également commentée ci-après
Eve Ensler en 2011.
Naissance (66 ans)
Scarsdale (État de New York)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Dramaturge
Actrice

Eve Ensler, née le à Scarsdale, est une dramaturge et une féministe américaine. Elle est surtout connue pour sa pièce de théâtre Les Monologues du vagin, jouée dans le monde entier.

BiographieModifier

Eve Ensler est née en 1953 d'un père juif new-yorkais et d'une mère cherokee[1]. Son père est un important cadre d'une entreprise, alors que sa mère est mère au foyer. Pendant sa jeunesse, son père abuse d'elle[1], alors que sa mère, qui sait, se tait[2]. Elle fait deux fugues, mais est reprise et ramenée à la maison[2].

À 18 ans, cette jeune femme « juive laïque » est étudiante en littérature dans une petite université privée américaine, Middlebury College, dans l'État du Vermont[2].

En 1996, elle crée Les Monologues du vagin[1], texte qui est ensuite joué à Broadway, puis repris dans de nombreux pays.

Elle écrit, en 2005, The Good Body, une pièce sur le corps, fondée sur des témoignages féminins[2].

Ses Monologues du vagin, par les contraintes qu'elle impose — le texte doit être dit par une ou des femmes, jouant bénévolement, et les recettes doivent être versées à une association qui lutte contre les violences faites aux femmes — ont mené à la création de la fondation V-Day, association qui lutte contre les violences faites aux femmes. Différentes sections sont établies un peu partout dans le monde[2].

En 2019, Eve Ensler publie The Apology, une autofiction qui prend la forme d'une lettre d'aveux et d'excuses que lui aurait écrit son propre père par-delà la mort et où il reconnaîtrait et se repentirait pour les viols incestueux, les maltraitances et les humiliations qu'il a infligés à sa fille depuis ses cinq ans, et que l'autrice dédie « à toutes les femmes qui attendent encore des excuses[3] ». L'ouvrage paraît en français en janvier 2020, aux éditions Denoël, sous le titre Pardon et dans une traduction d'Héloïse Esquié[4].

DistinctionModifier

ŒuvresModifier

ThéâtreModifier

EssaisModifier

AutofictionModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Corine Lesnes, « Eve Ensler, le V victorieux du Vagin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. a b c d et e Judith Perrignon, « La voix de son sexe », Libération,‎ (lire en ligne).
  3. (en-GB) Arifa Akbar, « The Apology by Eve Ensler review – my father, who abused me », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 11 janvier 2020)
  4. Pardon, Eve Ensler (lire en ligne)
  5. « Docteurs honoris causa depuis 1951 », (consulté le 29 avril 2015).
  6. Brigitte Hernandez, « "Les monologues du vaguin », Le Point,‎ (lire en ligne).
  7. Marine de Tilly, « "Je suis une créature émotionnelle" d'Eve Ensler », Le Point,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier