Piânkhy

pharaon égyptien

Piânkhy
Image illustrative de l’article Piânkhy
Statuette de la déesse Bastet, inscrite, au dos, du nom du roi nubien Piânkhy.
Décès v. 716 avant notre ère
Période Basse époque
Dynastie XXVe dynastie
Fonction Pharaon d'Égypte et roi de Napata
Prédécesseur Kachta
Dates de fonction v. -747 à -716 / v. -752 à -721
Successeur Chabaka
Famille
Père Kachta
Mère Pabatjma
Conjoint Tabira
Enfant(s) Chabataka
Deuxième conjoint Abar
Enfants avec le 2e conjoint Taharqa
Troisième conjoint Peksater
Enfants avec le 3e conjoint Chepenoupet II
Quatrième conjoint Kensa
Fratrie Amenardis Ire
Abar
Peksater
Chabaka
Sépulture
Type Pyramide nubienne
Emplacement KU 17, nécropole d' El-Kourrou

Piânkhy, ou Piye, selon les lectures de son nom, est roi de Napata et pharaon (de la XXVe dynastie -Troisième Période intermédiaire-, dite koushite), de -752 à -721, ou -747 à -716, selon Peter Clayton[1]. Il est le fils de Kachta.

Il meurt en -716, après avoir pratiquement terminé la réunification de l'Égypte. Il est inhumé dans la nécropole d'El-Kourrou, dans une sépulture construite selon le modèle égyptien, sur laquelle se trouve une pyramide (référencée KU 17).

RègneModifier

Vers -740, il part, avec son armée, de sa capitale, Napata, et place rapidement sous son contrôle la région de Thèbes. Il nomme sa sœur Amenardis Ire comme divine adoratrice d'Amon, afin de mieux contrôler le clergé. Il est couronné à Thèbes et devient « l'Horus qui a unifié les Deux-Terres ». Le culte d'Amon se propage dans des villes jusqu'alors militaires, telles que Kawa (actuel Soudan aussi) et Napata. En l'an XX de son règne, il refoule dans le delta du Nil la coalition menée par Tefnakht, roi de Saïs (XXIVe dynastie), qui tentait de réunifier le pays à son profit, et qui comprenait Ioupout II de Léontopolis (XXIIIe dynastie), Osorkon IV de Tanis (XXIIe dynastie) et Nimlot III d'Hermopolis. Piânkhy va tenir le siège, puis conquérir le grand centre religieux de Memphis, ce qui fera passer les « roitelets » du delta sous son obéissance / sa suzeraineté.

Le règne de Piânkhy se caractérise par une politique pragmatique, laissant les princes du delta diriger leurs villes plus ou moins librement. Son programme religieux sera très important. Une fois le nord complètement sous son contrôle (d'après la Bible hébraïque, dans son Deuxième livre des rois, le dernier roi d'Israël Osée aurait d'ailleurs envoyé des messagers à So -Saïs-, à Piânkhy lui-même ou à un seul roi(telet) de Saïs supra[2], le pharaon de la XXIIè dynastie concomitante Osorkon, voire celui de la XXIVè dynastie tout aussi contemporaine, le roi de Saïs Tefnakht ou Bakenranef, au mécontentement du roi d'Assyrie Salmanazar V), il rentre définitivement à Napata, pour y vivre ses dix dernières années de règne. Cette absence va favoriser de nouvelles agitations dans le delta. Piânkhy développe sa capitale, et agrandit le temple de la « Montagne Pure », consacré jadis à Amon, qui devient une réplique de celui de Karnak.

GénéalogieModifier

Il épouse sa cousine Tabira, la fille d’Alara, puis sa sœur Abar, sa demi-sœur Peksater, Kensa (ou Khewa), Néferoukakaschta, Aqaluqa, et a plusieurs enfants, dont au moins :

TitulatureModifier

SépultureModifier

 
La pyramide de Piânkhy, à El-Kourrou.

Notes et référencesModifier

  1. Peter A. Clayton, Chronicle of the Pharaohs : the Reign-by-Reign Record of the Rulers and Dynasties of Ancient Egypt, Thames & Hudson, p. 190, 2006, (ISBN 0-500-28628-0)
  2. 2R 17,4
  3. a b c d e f et g Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions]
  4. Robert G. Morkot, The Black Pharaohs : Egypt's Nubian Rulers, The Rubicon Press, 2000, (ISBN 0-948695-24-2)
  5. Kenneth A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt, 1100-650 B.C. (Book & Supplement), Aris & Phillips, 1986, (ISBN 978-0856682988)

BibliographieModifier

  • Christian Jacq, Le pharaon noir, éditions Pocket
    Roman sur l'histoire de Piânkhy
  • Rudolf Fischer : Die schwarzen Pharaonen, Bergisch Gladbach, Lübbe, 1980.
  • Hans Goedicke : Pi(ankh)y in Egypt : a study of the Pi(ankh)y Stela, Md.: Halgo, Baltimore, 1998.
  • Robert George Morkot : The black Pharaohs, Egypt's Nubian rulers, Rubicon Press, Londres, 1999 et 2000.
  • Anthony John Spalinger : The military background of the campaign of Piye (Piankhy), Studien zur Altägyptischen Kultur 7, Hamburg, 1979

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :