Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lupino.
Ida Lupino
Description de cette image, également commentée ci-après
Ida Lupino dans les années 1940.
Naissance
Londres, (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Drapeau des États-Unis Américaine[1]
Décès (à 77 ans)
Los Angeles (États-Unis)
Profession Actrice, réalisatrice
Films notables Une femme dangereuse
La Grande Évasion (film, 1941)
La Femme aux cigarettes
La Cinquième Victime

Ida Lupino est une actrice, scénariste, réalisatrice et productrice américano-britannique, née le ou en 1914[2], [3] à Londres, dans le quartier de Camberwell (Royaume-Uni) et morte le à Burbanks (États-Unis).

Sommaire

BiographieModifier

Fille des acteurs Stanley Lupino (1893-1942) et Connie Emerald (1892–1959)[4], Ida Lupino fait ses débuts d'actrice au cinéma dans de petites productions britanniques avant de partir pour Hollywood où on la remarque en 1935 dans Peter Ibbetson d'Henry Hathaway. Elle ne rencontre véritablement le succès qu'à partir de 1941, avec Une femme dangereuse et La Grande Evasion de Raoul Walsh. Tout au long de sa carrière, elle interprète des rôles de composition, incarnant souvent des femmes fatales ou malheureuses. Raoul Walsh, Nicholas Ray, Fritz Lang, Robert Aldrich lui offrirent ses plus beaux rôles.

Au milieu des années 1940, Lupino est attirée par la réalisation. Elle a raconté comment elle avait eu l'impression de s'ennuyer sur les plateaux de tournage alors que « quelqu'un d'autre semblait faire tout le travail intéressant ». Avec son mari, le producteur et scénariste Collier Young[5], elle monte une société de production indépendante, The Filmmakers, et devient productrice, réalisatrice et scénariste de films à petit budget, abordant souvent des questions de société.

En 1949, sa première réalisation lui échoit de façon inattendue, quand Elmer Clifton, qui dirigeait, pour The Filmmakers, Avant de t'aimer (Not Wanted), film dont elle avait écrit le scénario, subit une crise cardiaque mineure et doit abandonner le tournage[6]. Lupino reprend le film et le termine. Dans les années qui suivent, elle réalise ses propres projets, et devient à Hollywood l'une des rares réalisatrices de l'époque, avec des films remarqués comme Never Fear et The Bigamist[7].

Dans The Village Voice, la journaliste Carrie Rickey a écrit qu'Ida Lupino a été un modèle pour les réalisatrices : « Non seulement Lupino prend en main la production, la réalisation et le scénario, mais chacun de ses films aborde frontalement la sexualité, l'indépendance, la dépendance » [8].

Après quatre films « de femme » sur des questions de société, dont Outrage, en 1950, sur le viol, Lupino réalise son premier film d'action, Le Voyage de la peur (The Hitch-Hiker) en 1953, faisant d'elle la première femme à diriger un film noir.

Pour l'écrivain Richard Koszarski, « ses films affichent les obsessions et la cohérence d'un véritable auteur... Lupino montre des mâles dangereux et irrationnels, semblables en cela aux femmes telles qu'elles sont représentées dans la plupart des films noirs d'Hollywood dirigés par des hommes » [9].

 
Ida Lupino dans les années 1930.

En 1952, Lupino est devenue la « quatrième star » de Four Star Productions en rejoignant dans la société de production Dick Powell, David Niven et Charles Boyer, après le retrait de Joel McCrea et de Rosalind Russell.

En 1954, elle écrit un autre scénario de film noir, réalisé cette fois-ci par Don Siegel, Ici brigade criminelle (Private Hell 36). Lupino a souvent plaisanté en disant que si elle avait été, en tant qu'actrice, la « Bette Davis du pauvre », elle était devenue comme réalisatrice le « Don Siegel du pauvre ».

Après ses longs métrages pour le cinéma, elle réalise de nombreux épisodes de série télévisée notamment pour Alfred Hitchcock présente (A Crime for Mothers par exemple), Ma sorcière bien-aimée, La Quatrième Dimension, Le Fugitif, Les Incorruptibles.

Ida Lupino meurt d'un infarctus alors qu'elle est soignée pour un cancer du côlon[10] le à Burbank[11], [12], [13]. Ses cendres ont été dispersées[14] au Forest Lawn Memorial Park en Californie, entre la tombe de sa mère et celle d'Errol Flynn[15].

Vie privéeModifier

Ida Lupino a été mariée trois fois[16] :

  • avec l'acteur Louis Hayward de novembre 1938 à mai 1945 ;
  • avec le producteur Collier Young d'août 1948 à septembre 1951 ;
  • avec l'acteur Howard Duff d'octobre 1951 à 1983.

Elle a eu avec ce dernier une fille, Bridget, née le 23 avril 1952.

FilmographieModifier

comme actriceModifier

 
Ida Lupino vers 1950.

TélévisionModifier

TéléfilmsModifier

Séries téléviséesModifier

Comme réalisatriceModifier

HommagesModifier

  • Carla Bley lui a dédié une composition, Ida Lupino.
  • Paul Bley, Turns, 1964
  • Paul Bley, Closer, 1965
  • Guillaume de Chassy, Faraway So Close, 2008

Notes et référencesModifier

  1. Par mariage
  2. « Ida LUPINO », sur www.encinematheque.fr (consulté le 18 mars 2019)
  3. (en) « TSPDT - Ida Lupino », sur www.theyshootpictures.com (consulté le 18 mars 2019)
  4. (en) « Ida Lupino | Biography, Movies, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 18 mars 2019)
  5. « Ida Lupino - Cinémathèque française », sur cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr (consulté le 18 mars 2019)
  6. (en) « Pioneering female director was ahead of her time », sur www.dailytelegraph.com.au, (consulté le 18 mars 2019)
  7. (en) « Images - Ida Lupino - Queen of the B's », sur www.imagesjournal.com (consulté le 18 mars 2019)
  8. Carrie Rickey, Lupino Noir, Village Voice, October 29-November 4, 1980
  9. Richard Koszarski, Hollywood Directors, Oxford University Press, 1976
  10. (en) « IDA LUPINO », sur www.cinememorial.com (consulté le 18 mars 2019)
  11. (en-US) Peter B. Flint, « Ida Lupino, Film Actress and Director, Is Dead at 77 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 mars 2019)
  12. (en) « OBITUARY : Ida Lupino », sur The Independent, (consulté le 18 mars 2019)
  13. (en) Myrna Oliver, Times Staff Writer, « From the Archives: Ida Lupino; Actress, TV and Film Director », sur latimes.com (consulté le 18 mars 2019)
  14. (en) « Ida Lupino »
  15. (en) « Ida Lupino Gravesite »
  16. (en-US) « Ida Lupino », sur Biography (consulté le 18 mars 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :