Histoire de la sociologie

déroulement d’événements en sociologie

L'histoire de la sociologie, en tant que discipline scientifique, commence à la fin du XIXe siècle, même si l'on peut retrouver des raisonnements sociologiques dès l'Antiquité. La sociologie se développe principalement en Europe de l'Ouest alors que la révolution industrielle fait émerger les premières enquêtes et réflexions sur les conditions de vie des ouvriers. Mais ce n'est qu'à partir des années 1890 que la sociologie s'institutionnalise avec les premières revues et chaires universitaires. Jusqu'en 1914, la sociologie européenne produit la majeure partie du corpus de la discipline. L'entre-deux-guerres est plus favorable à la sociologie américaine. Après 1945, la sociologie, institutionnalisée et internationalisée, se développe considérablement en de multiples courants et sous-disciplines, pour donner la mosaïque que l'on connaît aujourd'hui.

Jusqu’au XVIIIe siècle : émergence du socialModifier

Antiquité et Moyen ÂgeModifier

Découverte / idée Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Droit naturel et droit des hommes Sophistes[Note 1]
Premier « modèle » d'organisme social Platon La République
Finalité et le fonctionnement de l’État et des régimes politiques Aristote Politique
Pouvoir et droits Cicéron De legibus, De Republica
Distinction spirituel-temporel ; théologie historique 354-430 Saint Augustin La Cité de Dieu
Schéma hiérarchique de la société 1266-1273 Thomas d'Aquin Somme théologique (Summa theologica)
Histoire de l'humanité 1377 Ibn Khaldoun Muqaddima

Dès l'Antiquité, le raisonnement sociologique se retrouve chez certains auteurs, comme Confucius ou Cicéron[1]. Les Sophistes inaugurent dans le domaine social l'essentiel de la méthode scientifique, c'est-à-dire l'observation, la comparaison et la critique[Bo 1]. Encore aujourd'hui, des ouvrages comme le Ménon de Platon ou Éthique à Nicomaque d'Aristote constituent des sources dans lesquelles puise la sociologie[Gi 1].

 
Statue d'Ibn Khaldoun à la cathédrale Saint-Vincent-de-Paul, avenue Habib-Bourguiba, Tunis

Les origines de l'enquête statistique remontent au XIe siècle, lorsque Guillaume le Conquérant ordonne en 1086 l'organisation d'un recensement sur son territoire, publié sous le nom de Domesday Book[2],[3]. Au XIIIe siècle, Ma Duanlin, un historien chinois, souligne l'existence de dynamiques sociales sous-jacentes à l'évolution historique dans son encyclopédie, Wenxian Tongkao[4].

En rupture avec ses prédécesseurs, Ibn Khaldoun marque au XIVe siècle un tournant en sociologie[5]. Sa façon d'analyser les changements sociaux et politiques qu'il a observés dans le Maghreb et l'Espagne de son époque a conduit à le considérer comme un précurseur de la sociologie et démographie moderne malgré qui fut inconnu des principaux fondateurs de ces disciplines[6],[7],[8],[9]. Son ouvrage majeur, la Muqaddima, où il expose sa vision de la façon dont naissent et meurent les empires, est peut-être le premier à avoir un raisonnement scientifique et sociologique sur la cohésion sociale et le conflit social[10],[11],[12],[13],[6]. Il conçoit une théorie dynamique de l'histoire et développe les concepts de changements et conflits sociaux. Il élabore également une dichotomie entre vie nomade et vie sédentaire. La Muqaddimah peut être considérée comme un ouvrage de sociologie générale, où y sont développés des thèmes aussi variés que la vie urbaine, la politique, l'économie et la connaissance. Son travail se base sur un concept central, celui de 'asabiyyah, traduit en français par « cohésion sociale », « solidarité de groupe » ou « tribalisme ». Cette cohésion sociale survient spontanément dans des communautés et peut-être intensifiée par la religion. Il analyse la manière dont ce qui fait la cohésion politique, économique, psychologique, sociologique du groupe est aussi à l'origine de sa ruine, et sera alors remplacé par un autre groupe lié de manière plus étroite.

Renaissance et siècle des LumièresModifier

Découverte / idée Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Utopie 1516 Thomas Moore Utopia
Mœurs politiques, l'art et la manière de gouverner 1532 Nicolas Machiavel Le Prince
Souveraineté, monarchie tempérée 1566 Jean Bodin Les Six Livres de la République
1580 Montaigne Essais
État de nature 1651 Thomas Hobbes Léviathan
Libéralisme 1690 John Locke Traités du gouvernement civil
Constructivisme 1725 Giambattista Vico La Science nouvelle
Actions rationnelles 1739-1740 David Hume Traité de la nature humaine
Méthode des remarques, première typologie des sociétés 1748 Montesquieu De l'esprit des lois et Défense de l'Esprit des lois
Distinction des concepts de nature et culture. Critique de la société comme productrice de nécessités artificielles 1762 Jean-Jacques Rousseau Du contrat social
Phases du développement social : sauvagerie, barbarie, civilisation 1767 Adam Ferguson Essai sur la société civile
Autorégulation ; ordre social 1776 Adam Smith Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations
Nation ; déterminisme géographique 1784-1791 Johann Gottfried von Herder Idées pour une philosophie de l’histoire de l’humanité
Conservatisme 1790 Edmund Burke Réflexions sur la Révolution de France

Mais c'est bien à partir du XVIe siècle que se constitue le terreau fertile d'un mode d'interrogation de la société, qui donnera par la suite lieu à la sociologie. Les bouleversements scientifiques qui s'opèrent grâce aux découvertes de Kepler, Galilée et Copernic, entre autres, conduisent, aux côtés du mouvement humaniste qui place l'Homme au centre des débats, à renverser l'ordre établi et à enclencher une « révolution qui modifia les fondements et les cadres mêmes de notre pensée et dont la science moderne est à la fois la racine et le fruit[14] ». La remise en cause de l'ordre divin va donc, au XVIIIe siècle, ouvrir le champ à de nombreuses théories tâchant de comprendre les fondements des sociétés[Gi 2].

C'est le cas de tous les théoriciens du contrat social, que ce soit John Locke, Jean-Jacques Rousseau ou Thomas Hobbes. Ils pensent alors l'origine de la société et de l'État comme un contrat originaire entre les hommes, par lequel ceux-ci acceptent une limitation de leur liberté en échange de lois garantissant la perpétuation du corps social. Les premières tentatives d'étudier la société — et sa diversité — comme un objet d'analyse à part entière, se retrouvent chez Montesquieu dans De l'esprit des lois et chez Giambattista Vico dans La Science nouvelle[Sw 1],[DBP 1]. Ces auteurs posent les bases théoriques et problématiques de la science de la société humaine, et de la relation entre l'action individuelle, les structures sociales et le contexte historique[Sw 2]. Peu à peu se développe une démarche qui vise à expliquer les phénomènes sociaux en se détachant d'une vision fataliste, qui décrète l'accomplissement inéluctable d'une destinée[DBP 2]. Le siècle des Lumières voit l'émergence de théories qui cherchent à expliquer et comprendre les actions individuelles et leurs conséquences, comme dans le Traité de la nature humaine de David Hume ou les Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith[D 1].

C'est en 1780 que le terme sociologie naît[15],[16], sous la plume de l'essayiste français Emmanuel-Joseph Sieyès. Dérivé du latin socius (compagnon, associé), accompagné du suffixe -ology (l'étude de), provenant du grec λόγος, lógos (savoir, connaissance)[17],[18]. En 1838, Auguste Comte donnera au terme le sens qu'on lui attribue aujourd'hui[18].

De 1790 à 1890 : constructions multiples de la disciplineModifier

Découverte / idée Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Physiologie sociale 1813 Henri de Saint-Simon La Physiologie sociale
Société industrielle 1823-1824 Henri de Saint-Simon Catéchisme des industriels
Philosophie pratique : réflexions sur l'État, le gouvernement, le droit 1821 Georg Wilhelm Friedrich Hegel Principes de la philosophie du droit
Positivisme ; dynamique sociale 1830-1842 Auguste Comte Cours de philosophie positive
Démocratie 1835-1840 Alexis de Tocqueville De la démocratie en Amérique
Théorie générale des sciences humaines et de leurs méthodes 1843 John Stuart Mill Système de logique déductive et inductive
Aliénation du travail ; unités sociales 1844 Karl Marx Manuscrits de 1844
Utilitarisme 1859 John Stuart Mill De la liberté
Classe sociale ; superstructure ; conscience sociale 1867 Karl Marx Le Capital
Règle sociale ; méthodes quantitatives 1869 Adolphe Quetelet Sur la physique du globe en Belgique
Anthropologie sociale 1871 Edward Tylor Primitive Culture
Évolutionnisme et darwinisme social 1876-1896 Herbert Spencer Principes de sociologie
Diffusion culturelle 1882-1891 Friedrich Ratzel Anthropogeographia
Groupe social 1885 Ludwig Gumplowicz Grundriss Soziologie
Communauté et de société 1887 Ferdinand Tönnies Communauté et société
Psychologie 1890 William James Les Principes de psychologie

Si le terme sociologie existe déjà depuis le XVIIIe siècle, ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que la discipline voit le jour. Entre-temps, elle voit dans les révolutions politiques et industrielles du XIXe siècle les catalyseurs de son émergence[CG 1],[RS 1], à travers les questions d'ordre social et de capitalisme. La majeure partie du XIXe siècle voit en effet l'essor, parfois simultané, de théories sociologiques qui vont participer à la construction progressive de la discipline[Gi 3]. La Révolution française suscite de nombreux débats, notamment en Angleterre où Edmund Burke signe un pamphlet, Réflexions sur la Révolution de France, contre les événements de 1789, condamnant la révolution parce qu'elle ramène la société à l'état de nature et parce qu'elle repose, en France, sur des principes idéaux abstraits[CG 2]. De l'autre côté, une nouvelle forme de communauté scientifique, les Idéologues, libéraux et pro-Révolution française, se met en place, contre le déisme, et promeut une science des idées qui remplacerait à la fois la métaphysique et la psychologie[CG 3], et dont le sujet premier est l'Homme. La révolution industrielle et la diffusion du capitalisme est à l'origine des écrits de Karl Marx. La question sous-jacente des conditions de vie des ouvriers est à l'origine des premières enquêtes sociales et sociologiques, comme le Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie de Louis René Villermé. Les troubles politiques en Europe durant ce siècle sont à l'origine des recherches de Tocqueville, précurseur de la discipline[Gi 3], sur La Démocratie en Amérique.

Henri de Saint-SimonModifier

« Pour accélérer les progrès de la science, le plus grand, le plus noble des moyens est de mettre l’univers en expérience ; or, ce n’est pas le grand monde, ce n’est que le petit monde, c’est-à-dire l’homme, que nous pouvons mettre en expérience. Une des expériences les plus importantes à faire sur l’homme consiste à l’établir dans de nouvelles relations sociales. Or, toute nouvelle action résultant d’une pareille expérience ne peut être classée comme bonne ou mauvaise que d’après les observations faites sur ses résultats. »

— « Lettres au Bureau des Longitudes » , in Œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, Anthropos, Paris, 1966, tome 1, p. 81-83.

Claude-Henri de Rouvroy de Saint-Simon, au même titre que les Idéologues, plaide pour l'émergence d'une science de l'Homme qui utilise la même méthode scientifique que celle des sciences naturelles[CG 4],[RS 2]. Il appelle cette nouvelle discipline la « physiologie sociale »[DBP 1]. Il est également à l'origine du concept de société industrielle[Sw 3]. Il pense alors à une société dans laquelle les scientifiques et les industriels supplantent les anciennes classes oisives (comme la noblesse). Dans le Catéchisme des industriels (1824), il forge le terme d'industrialisme pour désigner une doctrine dans laquelle est posée la supériorité économique et politique du mode industriel de production[19]. Sa théorie sur l'industrialisation de la société aura une influence importante, à la fois dans la théorie conservatrice et dans le marxisme, car elle pose les jalons théoriques de la stratification sociale et de la division du travail[Sw 3],[RS 2].

Auguste Comte et le positivismeModifier

 
Auguste Comte (1798-1857)

Auguste Comte était, durant sa jeunesse, secrétaire et disciple de Saint-Simon. Ses travaux se situent dans la lignée de celui-ci[RS 2],[Sw 4], notamment en ce qui concerne l'héritage des Idéologues et de l'usage d'une méthode scientifique dans les sciences sociales. Il est à l'origine du positivisme, qu'il formalisera dans ses Cours de philosophie positive donnée entre 1830 et 1842. Contraction de « politique positive[CG 5] », le positivisme a pour principe que seuls les faits et leurs relations peuvent être l'objet d'une connaissance certaine[20]. Le positivisme est une posture scientifique et l'aboutissement d'une théorie centrale chez Auguste Comte, la loi des trois états, un concept selon lequel chaque branche des connaissances humaines passe, historiquement, par trois démarches théoriques successifs : théologique, métaphysique puis positif[Gi 4],[21],[D 2].

Pour Auguste Comte, la philosophie doit avoir pour objet principal l'étude des sociétés comme un ensemble cohérent, et non, comme le faisait les Lumières, l'étude, à l'échelle individuelle, de l'Homme[21]. La physiologie sociale de Saint-Simon devient ainsi chez Auguste Comte la « physique sociale », puis la « sociologie »[RS 2]. La sociologie de Comte est donc l'application aux phénomènes sociaux de la posture positiviste[DBP 1], c'est-à-dire d'une observation empirique des faits.

« Je crois devoir hasarder dès à présent ce terme nouveau exactement équivalent à mon expression, déjà introduite, de physique sociale, afin de pouvoir désigner par un nom unique cette partie complémentaire de la philosophie naturelle qui se rapporte à l'étude positive de l'ensemble des lois fondamentales propres aux phénomènes sociaux. »

— Cours de philosophie positive, 1839, p. 252

Karl Marx et la révolution industrielleModifier

Karl Marx et Auguste Comte sont semblables en de nombreux points. À l'heure de la sécularisation des sociétés européennes, et notamment des savoirs, ils cherchent tous deux à établir une nouvelle idéologie scientifique (pour Comte, le positivisme et pour Marx, le matérialisme historique) et insistent sur le principe d'une évolution historique favorable à terme pour l'humanité (pour Comte, la loi des trois états et pour Marx, l'émancipation des travailleurs aboutissant à une société sans classes)[D 3]. Karl Marx aura une influence certaine sur les sociologues, notamment parce qu'il introduit une grille de lecture pertinente du réel ainsi qu'un ensemble de concepts qui ont largement été repris depuis[Gi 5],[22].

Témoins des luttes ouvrières pendant la Révolution industrielle, Marx estime que ce n'est pas la religion (conception idéaliste) qui permet à l'État de tirer son pouvoir, mais le capital (conception matérialiste). Marx voit dans le capitalisme la subversion la plus forte du processus naturel de production[RS 3]. Dans un vocabulaire plus marxiste, les classes dominantes exploitent les classes prolétaires parce qu'ils détiennent les moyens de production. Dans Le Capital, au côté de Friedrich Engels, ils développent des théories, sur les classes sociales, l'État, l'idéologie, la religion, l'aliénation, qui ont depuis faits date en sociologie[22].

L'émergence des enquêtes socialesModifier

Depuis le XVIIe siècle, se développe une branche de la statistique appliquée au sciences politiques et à la démographie. Cette statistique, au service du gouvernement, constitue un outil indispensable de l'État, lui permettant de rassembler des informations sur sa population. C'est notamment dans le domaine de la justice et des crimes que se multiplient les rapports statistiques[CG 6]. À partir des années 1830, la révolution industrielle et la question sociale favorise l'émergence, dans plusieurs pays européens, de rapports statistiques sur le monde ouvrier[CG 7],[Gi 6].

Inspirés par ces travaux, et par l'idée, notamment avancée par Nicolas de Condorcet, que les faits relatifs à l'Homme sont passibles d'une approche quantifiée, certains chercheurs vont participer à l'élaboration d'une « mathématique sociale ». Parmi eux, Adolphe Quetelet, qui faisait de la sociologie une « physique sociale », et qui est l'un des premiers à appliquer la statistique à l'étude des Hommes. Il affirmait à ce propos dans son Essai de physique sociale en 1835 : « L'Homme naît, se développe et meurt d'après certaines lois qui n'ont jamais été étudiées dans leur ensemble ni dans le mode de leurs réactions mutuelles »[DBP 3]. Dans cet ouvrage, il présente sa conception de « l'homme moyen » comme valeur centrale autour de laquelle les mesures d'une caractéristique humaine sont groupées suivant une courbe normale.

En France, Frédéric Le Play participe à la création des premières grandes enquêtes sociologiques et développe les méthodes de collecte de données[DBP 3]. Il publie notamment en 1855 sous le titre Les ouvriers européens les 36 monographies de familles ouvrières qu’il a réalisées en Europe[Gi 6]. Son œuvre reste cependant largement guidée par un dessein idéologique et non par des hypothèses de recherches[Gi 6].

Herbert Spencer et l'évolutionnismeModifier

 
Herbert Spencer (1820-1903)

Herbert Spencer était l'un des sociologues et philosophes les plus populaires et influents du XIXe siècle[CG 8]. Il écrit d'abord en réaction de Comte et Marx[D 4], puis s'inspire des écrits de Charles Darwin pour reformuler les sciences sociales en des termes de darwinisme social. Le spencérisme postule que la lutte pour la vie entre les hommes est l'état naturel des relations sociales, et que c'est aussi la source fondamentale du progrès et de l'amélioration de l'être humain. Son action politique préconise de supprimer les institutions et comportements qui font obstacle à l'expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui aboutissent à l’élimination des moins aptes et à la survie des plus aptes (survival of the fittest). Spencer était opposé au socialisme et plaidait pour le laissez-faire, ce qui lui vaudra d'être très écouté par les partis conservateurs, notamment en Angleterre et aux États-Unis[23].

En 1874, il publie le premier livre ayant « sociologie » dans son titre, The Study of Sociology. En 1900, Franklin Henry Giddings écrivait à propos de ce livre qu'il « avait suscité le premier, en Angleterre, aux États-Unis, en France, en Italie et en Russie un intérêt certain pour la sociologie »[24],[25],[Note 2]. Aux États-Unis, Charles Horton Cooley affirme en 1920 que The Study of Sociology « a probablement contribué, plus que tout autre ouvrage, à l'intérêt que l'on porte aujourd'hui à la sociologie »[25],[Note 3].

Malgré le fait que ses ouvrages soient aujourd'hui peu débattus, son influence sur la sociologie contemporaine est certaine[26].

Institutionnalisation de la sociologieModifier

Découverte / idée Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Solidarité mécanique et solidarité organique 1893 Émile Durkheim De la division du travail social
Image de soi 1894 Charles Cooley The Theory of Transportation
Fait social ; morphologie sociale 1895 Émile Durkheim Les Règles de la méthode sociologique
Analyse et classification de foules 1895 Gustave Le Bon Psychologie des foules
Anomie ; usage des statistiques 1897 Émile Durkheim Le Suicide
Sociologie économique 1900 Georg Simmel Philosophie de l'argent
Le comportement des foules 1901 Gabriel Tarde Opinion et foule
Valeurs, religions et capitalisme 1904 Max Weber L'Éthique protestante et l'Esprit du capitalisme
Théorie de la motivation 1908 William McDougall Une introduction à la psychologie sociale
Interaction sociale, sociologie formelle (en) 1908 Georg Simmel Sociologie
Groupes primaire et secondaire 1909 Charles Cooley Organisation sociale

Ce n'est réellement qu'à la fin du XIXe siècle que la sociologie se met en place[B 1]. Dans les années 1880, la sociologie reflète encore des doctrines hétéroclites sensiblement éloignés de ce par quoi nous entendons aujourd'hui sous ce terme[CG 9]. Selon Jean-Michel Berthelot, trois séries d'éléments vont permettre à la sociologie de se construire comme discipline[B 2] :

  • La mise en place définitive des formes modernes de production économique et d'organisation étatique à partir des années 1870 ;
  • Une modification en profondeur du champ scientifique via l'essor des laboratoires de recherche et le triomphe du positivisme ;
  • L'organisation d'un corps de sociologues non plus construits sur une base idéologique et militante, mais scientifique.

Mais la sociologie se construit également à un moment où se développe une autre discipline, qui suscite encore plus d'enthousiasme : la psychologie, notamment sa branche sociale. La sociologie doit donc se départir à la fois de la vision dominante à cette époque dans les sciences sociales, celle de l'évolutionnisme d'Herbert Spencer, et de la psychologie triomphante, portée en France par Gabriel Tarde et Gustave Le Bon[DBP 4], et outre-Rhin par Wilhelm Wundt[CG 10].

Dans ce contexte vont émerger en France et en Allemagne deux types d'approches de la sociologie, favorisée par une tradition et un contexte culturel différents[B 3],[CG 11]. Par ailleurs, les États-Unis se dotent les premiers d'un département de sociologie, à l'université de Chicago, dirigé par Albion Small[27],[B 4]. Si l'institutionnalisation de la sociologie y est plus rapide que partout ailleurs, le développement théorique et méthodologique de la discipline se fait plus lent[B 4], et l'école sociologique américaine n'apparaît qu'à la fin des années 1910, avec l'école de Chicago[27].

L'école française de sociologieModifier

En 1903, Henri Hauser affirmait que « les sciences sociales sont terriblement à la mode. C'est la tarte à la crème de toutes les réunions mondaines, de tous les discours, de tous les journaux, et nul n'a d'esprit s'il n'est sociologue[CG 12]. » En effet, en quelques années seulement, la sociologie a su se faire une place dans le champ intellectuel français, avec des figures comme Émile Durkheim, René Worms ou Gabriel Tarde. Pour Charles-Henry Cuin et François Gresle, l'institutionnalisation de la sociologie en France tient de plusieurs facteurs : d'un côté, la refonte de l'enseignement supérieur dans les années 1880 ouvre la voie aux sciences sociales ; de l'autre, les initiatives d'acteurs privés[CG 13]. Dans les années 1880 et jusqu'au début des années 1890, il n'existe encore aucun organe de diffusion strictement destinée aux théories sociologiques[B 5].

C'est René Worms, normalien réputé, tenant de la théorie organiciste, qui constituera les premières institutions de la sociologie : il crée en 1893 la Revue internationale de sociologie, en 1894, l'Institut international de sociologie et la collection d'ouvrages « Bibliothèque sociologique internationale » chez l'éditeur Giard & Brière, et en 1895, la Société de sociologie de Paris[CG 14]. Malgré cela, René Worms ne contribuera que très peu à l'ancrage de la sociologie : en s'assurant le concours d'universitaires confirmés — provenant donc d'horizons variés —, il ne tient pas compte des récentes avancées dans le domaine, et ses sociétés s'en retrouvent peu pertinentes, d'autant plus que se constituent au même moment dans les universités des équipes nationales de recherche aux perspectives théoriques plus abouties que les siennes[CG 15]. En France, c'est Émile Durkheim, notamment via la revue L'Année sociologique, qui devient la figure de proue de la discipline.

Émile DurkheimModifier

 
Émile Durkheim (1858-1917)

Incontestablement, Émile Durkheim s'est imposé comme le chef de file de la sociologie en France[CG 16],[B 6],[Sw 5],[Gi 7], si bien que l'école de Durkheim[28] domine jusqu'à la Première guerre mondiale la sociologie française[Note 4],[B 7]. Il propose en effet une théorie englobante de la sociologie : un objet, les faits sociaux, et une méthode, qu'il expose dans Les Règles de la méthode sociologique[Sw 5],[CG 17],[Gi 7]. Tenant d'une conception holiste de l'étude des phénomènes sociaux, il considère que le social existe indépendamment de la conscience que nous en avons[Gi 8]. Le fait social est donc un fait extérieur à la volonté des individus, et irréductible à une étude individuelle[Gi 9].

Après des études de philosophie à l'école normale supérieure, il obtient une bourse d'agrégé et suit les cours de Wilhelm Wundt à l'université de Leipzig. De retour en France, il enseigne à l'université de Bordeaux la pédagogie et la science sociale, et y introduit pour la première fois dans une université française la sociologie[CG 18],[Sw 6]. Dès son premier ouvrage, De la division du travail social (1893), Durkheim propose une méthode d'approche systématique des faits sociaux[CG 19]. Après Les Règles de la méthode sociologique (1895), Durkheim donne dans Le Suicide (1897) une démonstration éclatante de l'intérêt et de la portée du rationalisme expérimental en sociologie[B 8]. En 1896, il fonde avec Célestin Bouglé la revue L'Année sociologique, autour de laquelle va se constituer l'école durkheimienne[CG 16] et qui devient l'organe principal de publication des productions en sciences sociales à cette époque[B 9]. Les deux fondateurs, via cette revue, se posent alors pour objectifs d'asseoir la discipline sur des bases scientifiques et d'y réunir les tenants de la sociologie française[CG 20]. Autour de la revue de Durkheim et Bouglé se greffent progressivement d'autres universitaires : Marcel Mauss, François Simiand, Maurice Halbwachs, Georges et Hubert Bourgin ou encore Paul Fauconnet[CG 20]. Ensemble, ils participeront à la construction de la discipline en France.

L'école allemande de sociologieModifier

La sociologie allemande connaît une destinée différente et indépendante de l'école française. Inspirés par une tradition philosophique riche[Note 5], une grande partie des sociologues allemands s'oppose aux sociologues français par leur approche compréhensive de la sociologie, rejetant le déterminisme à la française[B 10],[DBP 5]. Pour eux, l'explication, c'est-à-dire l'objectivation des phénomènes sociaux par la recherche de leurs causes, n'est pas aussi décisive que la compréhension de ces phénomènes, du point de vue de l'acteur[CG 21]. Cette distinction est fondamentale en sociologie puisqu'elle est à l'origine de l'opposition entre holisme méthodologique, théorisée par Émile Durkheim, et individualisme méthodologique, portée par Max Weber.

À l'inverse de la sociologie française, la sociologie allemande est moins marquée par une personnalité dominante[B 10], même si Max Weber est aujourd'hui considéré comme son principal fondateur. D'autres figures comme Ferdinand Tönnies et Georg Simmel étaient également reconnues à leur époque[B 10]. La sociologie se structure plus tardivement en Allemagne qu'en France, notamment parce qu'elle reste longtemps associé à la science politique[DBP 6] : le terme sociologie n'apparaît qu'à partir des années 1880[B 11] et il faut attendre le début du siècle pour que s'institutionnalise la discipline[CG 22].

Malgré cela, la sociologie est loin d'être inexistante dans l'Allemagne de Bismarck. En 1877, la revue Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie und Soziologie (de) publie déjà des articles d'Herbert Spencer, d'Auguste Comte ou de John Stuart Mill[B 11]. En 1887, Ferdinand Tönnies publie Communauté et Société, considéré comme le premier ouvrage de sociologie en Allemagne[B 10],[29]. Il y décrit le passage des sociétés occidentales des communautés (Gemeinschaft) aux sociétés (Gesellschaft)[Sw 7],[29]. Mais ce n'est réellement qu'au début du XXe siècle que la sociologie prend forme en tant que discipline en Allemagne. En 1904, la revue Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, créée par Edgar Jaffé, Werner Sombart et Max Weber, est la première revue de sciences sociales et politiques d'Allemagne[CG 22],[29]. En 1909, Weber, Tönnies et Simmel créent la Société allemande de sociologie[CG 22],[B 10].

Max WeberModifier

« Nous appelons sociologie une science qui se propose de comprendre par interprétation l’activité sociale et par là d’expliquer causalement son déroulement et ses effets. Nous entendons par “activité”, un comportement humain quand et pour autant que l’agent ou les agents lui communiquent un sens subjectif. Et, par activité “sociale”, l’activité qui, d’après son sens visé par l’agent ou les agents, se rapporte au comportement d’autrui par rapport auquel s’oriente son déroulement. »

— Économie et société, 1922, Plon, Paris

À l'instar de Durkheim en France, Max Weber a réussi à construire un programme scientifique de constitution de la sociologie, en établissant des fondements épistémologiques et pratiques à la discipline[B 12],[CG 23],[Gi 10],[30]. Dans Économie et société, il s'attache à définir les « concepts fondamentaux de la sociologie »[B 12]. Il définit, tout comme Durkheim, un objet et une méthode propres à la sociologie : d'une part l'activité sociale, et de l'autre, la méthode compréhensive, indispensable pour saisir le sens que les individus donnent à leurs actions[CG 24],[Gi 10]. Son œuvre donne naissance à l'individualisme méthodologique[B 13], qui vise à expliquer les phénomènes collectifs à partir des propriétés et des actions des individus et de leurs interactions mutuelles. Au fondement de cette méthode, la rationalité des actions constitue un concept central qu'il s'efforce de développer dans ses ouvrages[B 14],[Gi 11]. Cette approche est mise en pratique dans L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, ouvrage dans lequel il soutient que la Réforme protestante est à l’origine de l’éthique du travail du capitalisme[B 15]. La contribution de Max Weber à la sociologie est considérable : on lui doit notamment les concepts de neutralité axiologique et d'idéal-type en épistémologie des sciences sociales. Parmi ses nombreux sujets d'étude, on peut citer la bureaucratie, l'État (notamment le monopole de la violence), la sécularisation et la rationalisation des sociétés occidentales, les classes sociales, les religions et la musique[31].

La sociologie américaineModifier

 
Albion Small (1854-1926)

Si l'école de Chicago, constituée après la Première Guerre mondiale, est la première école sociologique théorique aux États-Unis, il n'en demeure pas moins que la sociologie est déjà ancrée dans les universités américaines bien avant la Grande guerre. La naissance de la sociologie américaine est intimement liée au projet politique de « réforme sociale », alors que l'urbanisation et l'industrialisation croissante du pays est à l'origine de nombreux débats[CG 25],[Gi 12]. Le but pour les sociologues est donc d'accroître le bien-être des citoyens en leur expliquant les réalités sociales du pays[CG 25].

À l'inverse de la France et de l'Allemagne, la sociologie américaine s'institutionnalise très rapidement : en 1875, William Graham Sumner donne à Yale le premier cours intitulé « Sociologie »[32],[33]. En 1892, la sociologie est déjà enseignée à l'université du Kansas pour la troisième année consécutive et dans 17 autres facultés, et un département de sociologie est créé à l'université de Chicago par Albion Small. En 1895, celui-ci même crée la revue American Journal of Sociology. Aux États-Unis, la discipline se développe principalement à l'université et notamment via des manuels (en anglais textbooks) : les plus lus sont An Introduction to the Science of Society d'Albion Small et George Edgar Vincent (en), et Principles of Sociology de Franklin Henry Giddings[B 16],[33]. Les grands sociologues de l'époque sont principalement des professeurs : Small et Giddings à Columbia, Sumner à Yale, Charles Cooley à Ann Arbor, Charles A. Ellwood (en) à l'université du Missouri, Edward C. Hayes (en) à celle de l'Illinois[CG 26].

En dépit de cela, la sociologie américaine ne produit pas à ses débuts de fondements théoriques à la discipline[Note 6]. Comme l'explique Albion Small en 1916, « la sociologie [américaine] était davantage un intense désir qu’un corpus substantiel de connaissances, un point de vue déterminé ou une rigoureuse méthode de recherche. Ni en 1893, ni en 1901, la sociologie ne pouvait prétendre être un corps de doctrine, un point de vue, ou une méthode de recherche »[B 17].

Dans les autres pays européensModifier

En Belgique, Adolphe Quételet apparaît comme une figure fondatrice. Cependant, après lui, la sociologie belge n'a eu que peu de successeurs. Parmi eux, Guillaume De Greef, syndicaliste et sociologue théoricien du mouvement ouvrier[CG 27]. Très tôt, la sociologie belge se tourne vers des problématiques industrielles qui aboutissent à la création d'un Institut de sociologie à l'Université nouvelle de Bruxelles en 1901, à la demande de professionnels de l'industrie[CG 27]. Les recherches qui y sont menées ont principalement trait à la condition ouvrière et s'appuient sur des enquêtes ethnographiques.

En Russie, la naissance de la sociologie est intimement liée au contexte politique du pays[CG 28]. L'intelligentsia, divisée en différents groupes, cherchent des modèles alternatifs à un Empire conservateur et peu enclins aux réformes. La science sociale, encouragée par les intellectuels du pays, est pourtant entachée d'une politisation qui contrevient à la neutralité supposée de la science. La sociologie russe se développe donc en dehors de la Russie et de son contexte politique, avec des auteurs, exilés, comme Maksim Kovalevsky ou Pitirim Sorokin[CG 28].

En Italie, outre la pensée de Giambattista Vico et de Cesare Beccaria au XVIIIe siècle, c'est dans la criminologie de l'école positiviste que l'on peut trouver les prémisses d'une science sociale italienne. Son chef de file, Cesare Lombroso, publie en 1876 L'Homme criminel (L'Uomo delinquente), dans lequel il défend la thèse selon laquelle la « délinquance » serait nettement plus fréquente chez certaines personnes porteuses de caractéristiques physiques, ce qui démontrerait le caractère inné de certains comportements. Les criminologues ont depuis rejeté ces thèses biologistes et teintées de darwinisme social. Toutefois, appliquant la méthode scientifique à l'étude du criminel, Cesare Lombroso est souvent considéré comme le fondateur de la criminologie scientifique[34]. Mais la sociologie italienne, à proprement parler, naît conjointement de l'intérêt pour les élites. Des auteurs comme Vilfredo Pareto, Gaetano Mosca ou Robert Michels développent une théorie sociologique des élites, dont les concepts, comme le principe de Pareto ou la loi d'airain de l'oligarchie, sont toujours discutés.

Après Herbert Spencer, la sociologie académique britannique ne connaît pas l'essor que celle d'autres pays européens. En revanche, elle s'institue dans des démarches politiques, notamment lorsqu'il s'agit de résoudre les problèmes de pauvreté urbaine, qui touchent un pays fortement industrialisé[35]. De ce fait, la sociologie est convoquée pour la mise en place de politiques sociales dès la fin du XIXe siècle. Par exemple, la « ligne de pauvreté » de Benjamin Rowntree permet de justifier la nécessité de mettre en place des aides de l'État[35]. Des auteurs comme Charles Booth, Patrick Geddes ou Victor Branford (en) ont élaboré des théories sur la planification urbaine ou les cités-jardins en s'inspirant notamment des enquêtes que Frédéric Le Play avait dirigé quelques décennies plus tôt[CG 29]. Dans le tournant du XXe siècle, une sociologie libérale voit le jour au Royaume-Uni, notamment chez Leonard Trelawny Hobhouse, premier professeur britannique de sociologie d'Angleterre en 1907, qui pose les base d'un nouveau libéralisme, plus social, et dont les bases forgeront le cadre théorique de l'État-providence britannique[35].

Guerres et entre-deux-guerres : des consolidations à la maturationModifier

Découverte / idée Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Théorie des élites 1916 Vilfredo Pareto Traité de sociologie générale
Méthode d'analyse de documents personnels ; histoire de vie 1918-1920 Florian Znaniecki et William Thomas Le Paysan polonais
Opposition culture et civilisations 1918-1922 Oswald Spengler Le Déclin de l'Occident
Idéal-type 1919 Max Weber Le Savant et le politique
Manuel de référence ; "la Bible de la sociologie" 1921 Ernest Burgess et Robert E. Park Introduction to the Science of Sociology
Activité sociale ; modèle bureaucratique 1921 Max Weber Économie et société
Fonctionnalisme 1922 Bronisław Malinowski Les Argonautes du Pacifique occidental
Mémoire collective 1925 Maurice Halbwachs Les Cadres sociaux de la mémoire
École de Chicago ; sociologie urbaine ; écologie humaine ; plan radioconcentrique 1925 Ernest Burgess et Robert E. Park The City
Sociologie de la connaissance ; idéologie 1929 Karl Mannheim Idéologie et utopie
Interactionnisme symbolique ; autrui généralisé 1934 George Herbert Mead Esprit, individualité et société
Relativisme culturel 1934 Ruth Benedict Échantillons de civilisations
Civilisation des mœurs, curialisation 1935 Norbert Élias Sur le processus de civilisation
Théorie de l'action 1937 Talcott Parsons The Structure of Social Action
Théorie des cycles sociaux (en) 1937-1941 Pitirim Sorokin Social and Cultural Dynamics
Processus de civilisation ; naissance des États ; habitus 1939 Norbert Elias Sur le processus de civilisation
Théorie critique 1944 Max Horkheimer et Theodor Adorno Dialectique de la Raison

Une sociologie française meurtrie par la Première Guerre mondialeModifier

La sociologie française a bien du mal à se renouveler après la mort de Durkheim (1917) et de plusieurs de ses disciples, et après plus de vingt ans de domination intellectuelle de l'école de Durkheim sur la sociologie française[36]. Le début des années 1920 sont des années relativement prospères, avec la création d'un chaire de sociologie à l'université de Strasbourg pour Maurice Halbwachs, la création de l'Institut français de sociologie dirigé par Marcel Mauss ou encore l'introduction de la sociologie dans les programmes des écoles normales[CG2 1]. Durant cette période, la sociologie française est notamment marqué par les figures tels que Maurice Halbwachs et Célestin Bouglé[CG2 2].

Cela étant, l'absence de leader et la conjoncture économique d'après-guerre ne permettent pas à la sociologie française de réellement se développer[CG2 3]. Ainsi, la publication de l'Année sociologique cesse de 1925 à 1934. Le décès de Durkheim marque également un coup d'arrêt dans l'institutionnalisation progressive de la sociologie en France, notamment dans les universités. Du milieu des années 1920 à la Libération, aucune chaire universitaire ou institut de recherche sociologiques ne sont créés[37]. De même, la plupart des chaires de sociologie étaient en réalité occupés par des philosophes[37].

Des deux autres écoles sociologiques qui occupaient le paysage français – celle de Le Play et celle de Worms – seule la première a continué d'exister[CG2 4]. Les décès de Tarde et d'Espinas ont eu raison de la sociologie portée par René Worms qui s'essoufle après la Grande guerre. La sociologie leplaysienne, quant à elle, survit grâce aux travaux de Paul Bureau, Joseph Wilbois et Paul Descamps[CG2 5].

En AllemagneModifier

À l'inverse de la France, l'entre-deux-guerres marque une période de prospérité sociologique en Allemagne, malgré l'éparpillement idéologique et théorique manifeste des sociologues allemands[CG2 6]. De nombreuses chaires universitaires y sont créées – près de 40 entre 1919 et 1933[B 18]. Cette période est ainsi marqué par un foisonnement des courants disciplinaires : Max Scheler met en place une sociologie de la culture, reprise par la suite par Norbert Élias. C'est durant cette période que naît également la sociologie de la connaissance, dont la figure principale est Karl Mannheim. L'entre-deux-guerres est en outre marquée par des réflexions importantes en sociologie politique (Robert Michels) et en sociologie de la stratification sociales et des classes[CG2 7]. Enfin, c'est durant cette période que se forme le groupe d'intellectuels de l'école de Francfort, dont les travaux, bien que plutôt philosophiques, ont eu un écho très important en sociologie.

À partir de 1933, le nazisme met un terme au développement de la sociologie allemande[CG2 7].

Aux États-UnisModifier

Aux États-Unis, l'après-Première Guerre mondiale est synonyme de développement et d'expansion des savoirs sociologiques. La nécessité de faire prospérer le pays passe par une demande accrue de sociologues dont le but sera de conseiller les politiques en matière social. Cette demande est en partie satisfaite par l'afflux majeur de nombreux chercheurs, dont des sociologues, qui fuient une Europe détruite par les guerres et teintées de totalitarisme, à l'instar de Pitirim Sorokin, sociologue russe en exil qui rejoint les États-Unis en 1923 et crée six ans plus tard le département de sociologie de l'université Harvard[L 1]. Ainsi, la période est marquée dans le pays par un débat prégnant entre les tenants d'une sociologie appliquée à la politique et les partisans d'une neutralité sociologique[Gi 13]. Conjointement à l'importance de la psychologie sociale dans le pays, la demande politico-sociale favorisent le développement d'une sociologie empirique, basée sur le recueil, le traitement et l'analyse de données à des fins sociologiques[Gi 12],[B 19].

L'École de Chicago (première génération)Modifier

Porté par les travaux de Robert Park, d'Everett Hughes ou encore d'Ernest Burgess, les travaux de l'école de Chicago des années 1920 et 1930 ont été les premiers à s'intéresser à la sociologie urbaine et à l'environnement urbain en combinant théorie, ethnographie et étude sur le terrain.

Après la Seconde Guerre mondiale : triomphe américain et reconstruction de la sociologie européenneModifier

Découverte / idée Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Théorie de moyennes portées 1949 Robert K. Merton Social theory and social structure
Modèle AGIL 1951 Talcott Parsons The Social System
ZIS 1958 Ralph Dahrendorf Hors de d'utopie
Imagination sociologique 1959 Charles Wright Mills L'Imagination sociologique
La vie comme théâtre 1959 Erving Goffman La Mise en scène de la vie quotidienne
La théorie de l'échange 1961 George Homans Social Behavior
Institutions totales 1961 Erving Goffman Asylums
Constructivisme social 1966 Peter Berger et Niklas Luhmann La Construction sociale de la réalité
Ethnométhodologie 1967 Harold Garfinkel Studies in Ethnomethodology

La Seconde Guerre mondiale aura eu raison de la sociologie européenne : que ce soit en France, en Allemagne, en Italie ou en Angleterre, la discipline sociologique est en berne[CG2 8]. En France, rien n'a changé depuis l'entre-deux-guerres[38]. En Allemagne et en Italie, de nombreux sociologues sont partis s'installés aux États-Unis pour fuir les régimes dictatoriaux. Terre propice à la recherche académique, les États-Unis deviennent après 1945 le terrain de prédilection des sociologues. Grand vainqueur de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis dominent en sociologie tout autant que dans les autres domaines.

Le triomphe américainModifier

 
Talcott Parsons, figure du structuro-fonctionnalisme, est considéré comme un sociologue majeur de la seconde moitié du XXe siècle.

L'après-guerre est pour les États-Unis un moment de développement important de la discipline sociologique, que ce soit institutionnellement ou intellectuellement[39]. Alors que la fondation Rockefeller était jusqu'alors l'une des seules institutions privées à financer la recherche sociologique, de nombreux acteurs privés (Henry Ford par exemple) et publics (ministère des Armées, de l'Agriculture, etc.) se posent en mécènes de la sociologie[CG2 9]. De nombreux instituts universitaires se créent également durant cette période (Institut de recherche sociale de l'université du Michigan, Bureau de recherche sociale appliquée à Columbia, entre autres) et la Société américaine de sociologie, qui devient en 1963 l'Association américaine de sociologie, voit le nombre de ses adhérents multipliés par dix entre 1945 et 1970[CG2 10].

Sur le plan théorique, la production sociologique américaine domine le reste du monde et parvient à établir des paradigmes qui restent encore aujourd'hui des théories majeures de la sociologie. Ainsi, c'est durant cette période qu'émergent l'interactionnisme symbolique, le fonctionnalisme et l'ethnométhodologie ; d'autres paradigmes, déjà bien ancrées, comme la sociologie empirique et quantitative de Paul Lazarsfeld et Samuel Stouffer, continuent d'étendre leur sphère d'influence[CG2 10],[L 2].

La période est marquée par trois écoles sociologiques qui permettent d'asseoir le prestige de la sociologie américaine : l'école de Columbia, avec Paul Lazarsfeld comme figure de proue, l'école d'Harvard, dont les principaux représentants sont Talcott Parsons et Robert K. Merton, et enfin l'école de Chicago d'Herbert Blumer, Erving Goffman ou Howard Becker.

Alors que le paradigme fonctionnaliste incarné par Talcott Parsons triomphe depuis la fin des années 1940, la sociologie parsonienne est en déclin à partir des années 1960. L'un des premiers à critiquer l'impérialisme fonctionnaliste est Charles Wright Mills dans L'Imagination sociologique[L 3]. Une des alternatives au fonctionnalisme les plus crédibles est l'interactionnisme, qui connaît un regain d'intérêt dès le début des années 1960 grâce aux travaux notamment d'Everett Hughes, Howard Becker ou encore Erving Goffman[L 4]. Inspiré par les travaux d'Alfred Schütz et ceux des interactionnistes, Harold Garfinkel développe dès le milieu des années 1950 une variante radicale de l'interactionnisme symbolique, l'ethnométhodologie, dont le point de départ est le fait que « la réalité sociale est une construction permanente qui n'a rien d'extérieur aux individus »[L 4],[40]. Elle inspirera notamment la sociologie constructiviste de Peter Berger et Thomas Luckmann, dont le livre La Construction sociale de la réalité figure parmi les 10 livres les plus importants de la sociologie du XXe siècle[41],[Note 7].

Reconstruction de la sociologie européenneModifier

En France, la reconstruction favorise le développement des sciences économiques et démographiques et laisse de côté la discipline sociologique[CG2 11]. Ainsi sont créés dès l'après-guerre l'Ined et l'Insee qui fournissent à l'État les outils nécessaires de la restructuration du pays. Pour Charles-Henry Cuin et François Gresle, il faut attendre 1958 et le retour du gaullisme au pouvoir pour assister à un renouveau de la sociologie française[CG2 12]. En l'espace de quelques années, Raymond Aron crée un cursus universitaire de sociologie à la Sorbonne, trois des plus importantes revues de sociologie en France publient leur premier numéro (la Revue française de sociologie, Sociologie du travail et les Archives européennes de la sociologie) et plusieurs laboratoires de recherches se forment autour de sociologues qui redessinent le paysage de la sociologie française, à l'instar du Centre de sociologie européenne de Raymond Aron ou du Laboratoire de sociologie industrielle d'Alain Touraine[CG2 13].

Ailleurs en Europe, la sociologie subit également les conséquences de la Seconde Guerre mondiale. Au Royaume-Uni, la recherche a du mal à se départir de la démarche appliquée et perd en théorisation, avant l'arrivée d'une nouvelle vague de sociologues dans les années 1960 (John Rex, John Goldthorpe...). En Allemagne, c'est la théorie critique de l'École de Francfort qui domine les débats. En Italie, la tradition sociologique a presque complètement disparu après 1945, et il faut attendre les années 1960 et 1970 pour assister à un renouveau de la discipline[CG2 14].

De 1970 à nos jours, internationalisation et explosion des paradigmesModifier

Année(s) Auteur(s) Publication(s)
Système mondial 1974 Immanuel Wallerstein Le système mondial moderne
Les sociétés d'insectes débuts sociobiologie 1975 Edward Osborne Wilson Sociobiologie
Memu de l'idée 1976 Richard Dawkins Le Gène égoïste
Capital culturel, capital économique 1979 Pierre Bourdieu La Distinction
Rationalité de la communication 1981 Jürgen Habermas Théorie de l'agir communicationnel
Changement figuré 1982 Niklas Luhmann La différenciation de société
Théorie de la structuration 1984 Anthony Giddens The Constitution of Society
La société du risque 1986 Ulrich Beck La société du risque. Dans la route à une autre modernité
Autopoeisis du système 1990 Niklas Luhmann L'Autopoiesis de système social
L'idée de champ 1992 Pierre Bourdieu Les règles d'art. Genèse et la structure de champ littéraire
L'idée de collision de civilisation 1996 Samuel Huntington Choc de civilisations
Société de réseaux 1996 Manuel Castells La montée de la société du réseau

À partir des années 1970, le foisonnement des courants et disciplines, couplés à l'internationalisation croissante de la discipline, ne permet plus de raisonner en termes d'« écoles nationales »[CG2 15].

Internationalisation de la sociologieModifier

Alors que la sociologie a su prospérer, depuis près d'un siècle, un peu partout dans le monde, elle est tout de même favorisée par une forme de gouvernement qui accepte le libre examen de la société sur elle-même. En ce sens, la sociologie est très liée, dans les sujets qu'elle aborde, au rapport qu'entretient la société avec le pouvoir. En Inde, au Canada, en Australie ou encore au Japon, la sociologie connaît dès la fin Seconde Guerre mondiale un essor important[CG2 14],[42]. La sociologie indienne connaît un développement marqué dès les années 1950 qui en fait une science institutionnalisée et reconnnue[43] dont les recherches traditionnelles sur les castes, l'organisation de la société indienne, la famille, l'urbanisation et la religion sont aujourd'hui rejointes par des approches plus diverses comme les études féministes ou la sociologie de la culture[44],[45].

Dans les pays communistes, alors que la recherche sociologique est ralentie par le régime bolchévique qui assimile la sociologie à une « science bourgeoise », les années 1960 et 1970 sont marquées par une « renaissance de la sociologie »[46],[47], s'inscrivant en droite ligne avec la politique de dégel de Nikita Khrouchtchev. Par ailleurs, la chute du régime soviétique accélère largement le développement de la sociologie dans les pays ex-communistes.

En Amérique du Sud, les années 1950 et 1960 sont marquées par l'émergence d'une sociologie du développement et de la modernité[CG2 14].

Les années 1970 et 1980 marquent justement une période de décolonisation massive qui laisse place à l'émergence de nouvelles traditions nationales sociologiques dans les pays d'Afrique[48] dont le sujet de prédilection est le colonialisme et le post-colonialisme[L 5].

Renforcements institutionnelsModifier

Au cours des trente dernières années du XXe siècle, la sociologie est déjà une science à part entière et pleinement reconnue, dont personne ne doute de l'indépendance. Aux États-Unis, le nombre de sociologues augmente très rapidement, tout comme le montant des financements du gouvernement américain pour soutenir la sociologie. Entre 1970 et 1973, le volume des subventions a même triplé pour atteindre 120 millions de dollars par an. Deux ans plus tard, l'American Sociological Association compte quinze mille membres[49].

1968 marque un tournant pour la sociologie française. Au moment des émeutes et de la crise sociale, la sociologie française éclate en interne en raison des divergences sur la définition du terme de crise sociale. Malgré la désunion interne, le nombre de chercheurs et de centres de recherches augmente très rapidement. Le soutien aux chercheurs français a également été favorisé par la mise en place de contrats de recherche en lien avec les entreprises. Dans les années 70, la sociologie française était également très populaire parmi le grand public.

Multiplication des paradigmesModifier

La fin d'une période de prospérité qui a duré près de 30 ans est aussi celle de l'éclatement des paradigmes et théories sociologiques. Dans les années 1980, plusieurs sociologues s'intéressent à la mondialisation, la communication et la notion de modernité. Jürgen Habermas développe dans sa théorie de l'agir communicationnel une réaction au discours de la modernité, éclairée à la fois par la théorie critique et le pragmatisme américain. Un autre sociologue allemand, Ulrich Beck, présente dans The Risk Society (1992) un compte rendu de la manière dont l'État-nation moderne s'est organisé. Zygmunt Bauman a beaucoup écrit sur les notions de modernité et de postmodernité, notamment en ce qui concerne l'Holocauste et le consumérisme en tant que phénomènes historiques[50].

En Grande-Bretagne, Anthony Giddens entreprend de réconcilier la dichotomie théorique classique entre structure et agent grâce à la théorie de la structuration.

Dans les années 1980, Pierre Bourdieu développe un théorie des goûts basée sur le capital culturel[51].

Les théoriciens des systèmes tels que Niklas Luhmann sont restés des forces dominantes en sociologie jusqu'à la fin du siècle. En 1994, Robert K. Merton a remporté la Médaille nationale des sciences pour ses contributions à la sociologie des sciences[52]. La tradition positiviste reste également populaire, en particulier aux États-Unis[53]. Les deux revues américaines les plus citées de la discipline, l’American Journal of Sociology et l’American Sociological Review, publient principalement des recherches dans la tradition positiviste, la seconde présentant néanmoins une plus grande diversité.

Développement méthodologiques et techniquesModifier

La fin du XXe siècle a également vu des améliorations méthodologiques majeures. Le développement d'études longitudinales qui suivent la même population au cours de plusieurs années voire plusieurs dizaines d'années permet aux chercheurs d'étudier des phénomènes à long terme et a augmenté leur capacité à déduire la causalité. L'augmentation de la taille des bases de données produits par les nouvelles méthodes d'enquête a été suivie par l'invention de nouvelles techniques statistiques pour analyser ces données. L'analyse de ce type est généralement effectuée avec des progiciels statistiques tels que SAS, Stata ou SPSS.

Grâce à ces nouveaux outils, des sociologies se développent, à l'instar de la sociologie informatique et de l'analyse des réseaux sociaux. L'influence de l'analyse des réseaux sociaux est omniprésente dans de nombreux sous-domaines sociologiques tels que la sociologie économique (voir les travaux de J. Clyde Mitchell, Harrison White ou Mark Granovetter, par exemple), le comportement organisationnel, la sociologie historique, la sociologie politique ou la sociologie de l'éducation.


Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie en ligneModifier

Liens externesModifier

  • (en) Site « Social Science History : Time line » (www.mdx.ac.uk)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. dont Gorgias, Hippias d'Élis, Protagoras, Prodicos, Thrasymaque
  2. En version originale : "first awakened in England, America, France, Italy and Russia a wide and general interest for sociology"
  3. En version originale : "probably did more to arouse interest in the subject than any other publication before or since"
  4. Hubert Bougin affirmait à ce propos : « Du temps même où l'école sociologique ne comptait encore qu'un homme, son créateur, elle était déjà une école. » (Charles-Henry Cuin et François Gresle, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002, p.62)
  5. À la base de cette approche se trouve la distinction entre sciences de la nature et sciences de l'esprit, distinction qui plonge ses racines notamment chez Kant (opposition entre nature et action pratique) et Hegel (critique de la raison analytique au profit de la raison dialectique).
  6. On peut cependant citer des auteurs qui ont influencé plus tard les sociologues américains. George Herbert Mead et Charles Cooley notamment ont joué un rôle dans la naissance de l'interactionnisme symbolique. De même, Lester Frank Ward a participer à restaurer l'importance de la scientificité dans la sociologie américaine.
  7. Bien que La Construction sociale de la réalité soit publié un an avant Studies in Ethnomethodology, l'ethnométhodologie de Garfinkel se développe dès le milieu des années 1950. Berger et Luckmann était d'ailleurs des élèves de Garfinkel.

RéférencesModifier

  • Histoire de la sociologie (1950)
  • A Short History of Sociological Thought (1984)
  1. Swingewood 1984, p. 10-11.
  2. Swingewood 1984, p. 27-28.
  3. a et b Swingewood 1984, p. 36.
  4. Swingewood 1984, p. 40.
  5. a et b Swingewood 1984, p. 97.
  6. Swingewood 1984, p. 98.
  7. Swingewood 1984, p. 102.
  • Histoire des idées sociologiques. Tome 2 : De Parsons aux contemporains (1997)
  1. Lallement 1993b, p. 13.
  2. Lallement 1993b, p. 21.
  3. Lallement 1993b, p. 27.
  4. a et b Lallement 1993b, p. 29.
  5. Lallement 1993b, p. 55.
  • Histoire de la théorie sociologique (1997)
  • Histoire de la sociologie : Tome 1. Avant 1918 (2002)
  • Histoire de la sociologie : Tome 2. Depuis 1918 (2002)
  • Histoire de la sociologie (2004)
  1. Giraud 2004, p. 12.
  2. Giraud 2004, p. 20.
  3. a et b Giraud 2004, p. 31.
  4. Giraud 2004, p. 29.
  5. Giraud 2004, p. 33.
  6. a b et c Giraud 2004, p. 40.
  7. a et b Giraud 2004, p. 42.
  8. Giraud 2004, p. 43.
  9. Giraud 2004, p. 44.
  10. a et b Giraud 2004, p. 47.
  11. Giraud 2004, p. 57-58.
  12. a et b Giraud 2004, p. 65.
  13. Giraud 2004, p. 67.
  • Construction de la sociologie (2005)
  1. Berthelot 2005, p. 1.
  2. Berthelot 2005, p. 29-30.
  3. Berthelot 2005, p. 31-32.
  4. a et b Berthelot 2005, p. 65-66.
  5. Berthelot 2005, p. 32.
  6. Berthelot 2005, p. 33.
  7. Berthelot 2005, p. 38.
  8. Berthelot 2005, p. 36.
  9. Berthelot 2005, p. 39.
  10. a b c d et e Berthelot 2005, p. 41.
  11. a et b Berthelot 2005, p. 40.
  12. a et b Berthelot 2005, p. 42.
  13. Berthelot 2005, p. 43.
  14. Berthelot 2005, p. 47.
  15. Berthelot 2005, p. 45-46.
  16. Berthelot 2005, p. 65.
  17. Berthelot 2005, p. 66.
  18. Berthelot 2005, p. 53.
  19. Berthelot 2005, p. 59.
  • Introduction à la sociologie (2006)
  • Modern Sociological Theory (2017)
  • Autres références :
  1. John J. Macionis et Plummer, Ken, Sociology. A Global Introduction, Harlow, Pearson Education, , 3rd éd. (ISBN 0-13-128746-X), p. 12
  2. A. H. Halsey (2004), A history of sociology in Britain: science, literature, and society, p.34
  3. Geoffrey Duncan Mitchell (1970), A new dictionary of sociology, p.201
  4. (en-US) « History of Sociology », sur cnx.org (consulté le 30 octobre 2018)
  5. Lilia Ben Salem, « Ibn Khaldoun et l’analyse du pouvoir : le concept de jâh », SociologieS,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) Warren E. Gates, « The Spread of Ibn Khaldûn's Ideas on Climate and Culture », Journal of the History of Ideas, vol. 28, no 3,‎ , p. 415-422 (DOI 10.2307/2708627, lire en ligne, consulté le 27 janvier 2018) :

    « ...considéré par certains occidentaux comme le vrai père de l'historiographie et de la sociologie. »

  7. (en) Jean David C. Boulakia, « Ibn Khaldûn: A Fourteenth-Century Economist », Journal of Political Economy, vol. 79, no 5,‎ , p. 1105-1118 (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2018) :

    « Ibn Khaldoun a été proclamé le précurseur d'un grand nombre de penseurs européens, principalement des sociologues, des historiens et des philosophes. »

  8. (en) M. Dhaouadi, « Ibn Khaldun: The founding father of eastern sociology », International Sociology, vol. 5,‎ , p. 319-335, article no 3 :

    « Le père fondateur de la sociologie orientale. »

  9. (en) L. Haddad, « A Fourteenth-Century Theory of Economic Growth and Development », Kyklos, vol. 30, no 2,‎ , p. 195-213 (ISSN 1467-6435, DOI 10.1111/j.1467-6435.1977.tb02006.x, lire en ligne, consulté le 27 janvier 2018) :

    « Ce grand projet pour trouver une nouvelle science de la société fait de lui le précurseur de nombreux constructeurs de systèmes des XVIIIe siècle et XIXe siècle tels que Vico, Comte et Marx. "Comme l'un des premiers fondateurs des sciences sociales". »

  10. (en) Dr et S. W. Akhtar, « The Islamic Concept of Knowledge », Al-Tawhid: A Quarterly Journal of Islamic Thought & Culture, vol. 12,‎ , p. 3
  11. (en) Amber Haque, « Psychology from Islamic Perspective: Contributions of Early Muslim Scholars and Challenges to Contemporary Muslim Psychologists », Journal of Religion and Health, vol. 43, no 4,‎ , p. 357–377 [375] (DOI 10.1007/s10943-004-4302-z)
  12. (en) Muhammed Abdullah Enan, Ibn Khaldun: His Life and Works, The Other Press, (ISBN 983-9541-53-6), v
  13. (en) S. H. Alatas, « The Autonomous, the Universal and the Future of Sociology », Current Sociology, vol. 54,‎ , p. 7–23 [15] (DOI 10.1177/0011392106058831)
  14. Alexandre Koyré, Du monde clos à l'univers fini, Paris, Presses universitaires françaises,
  15. Jacques Guilhaumou, « Les manuscrits linguistiques du jeune Sieyes (1773-1776) », Archives et documents de la Société d'histoire et d'épistémologie des sciences du langage, vol. 8, no 1,‎ , p. 53–86 (ISSN 0247-8897, DOI 10.3406/hel.1993.3389, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018)
  16. Déborah Cohen, « Sieyès, métaphysicien de l'Etat », La vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018) à propos de Pierre-Yves Quiviger, Le principe d’immanence. Métaphysique et droit administratif chez Sieyès, Honoré Champion
  17. (en) "Sociology" dans Dictionary of the Social Sciences, Craig Calhoun (ed), Oxford University Press, 2002, (ISBN 0-19-512371-9), (ISBN 978-0-19-512371-5)
  18. a et b (en) "Comte, Auguste" A Dictionary of Sociology (3rd Ed), John Scott & Gordon Marshall (eds), Oxford University Press, 2005, (ISBN 0-19-860986-8), (ISBN 978-0-19-860986-5)
  19. Olivier Pétré-Grenouilleau, Saint-Simon, l'utopie ou la raison en actes, Payot, 2001
  20. « POSITIVISME : Définition de POSITIVISME », sur www.cnrtl.fr (consulté le 6 novembre 2018)
  21. a et b Jacques Garello, « Auguste Comte, père de la sociologie », Contrepoints,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2018)
  22. a et b Jean-Pierre Durand, La sociologie de Marx, Paris, La Découverte, , 128 p. (ISBN 978-2-348-03614-9 et 2348036142, OCLC 1041745491, lire en ligne), p. 115
  23. Commager, Henry Steele, The American mind : an interpretation of American thought and character since 1880s, , 476 p. (ISBN 978-0-300-00046-7, lire en ligne)
  24. « Back Matter », Duke University Press, vol. 9, no 6,‎ , [unnumbered] (ISSN 1558-1470, JSTOR 2177017)
  25. a et b Robert L. Carneiro, « Herbert Spencer's "The Study of Sociology" and the Rise of Social Science in America », American Philosophical Society, vol. 118, no 6,‎ , p. 540–54 (ISSN 0003-049X, JSTOR 986404)
  26. Randall Collins, Theoretical Sociology, Harcourt Brace Jovanovich, , 565 p. (ISBN 978-0-15-591474-2), p. 29
  27. a et b Alain Coulon, L'École de Chicago, Paris, Presses universitaires de France, , 128 p. (ISBN 978-2-13-059441-3 et 2130594417, OCLC 795451668, lire en ligne)
  28. Encyclopædia Universalis, « DURKHEIM (ÉCOLE DE) », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 27 novembre 2018)
  29. a b et c « Les grands courants sociologiques : La sociologie allemande au début du XXe siècle | Sociologie », Sociologie,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  30. Colliot-Thélène 2014, p. 107
  31. Colliot-Thélène 2014, p. 117
  32. « Welcome | Sociology », sur sociology.yale.edu (consulté le 5 décembre 2018)
  33. a et b « Sociology | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 5 décembre 2018)
  34. Martine Kaluszynski, « Quand est née la criminologie ? ou la criminologie avant les Archives... », Criminocorpus. Revue d'Histoire de la justice, des crimes et des peines,‎ (ISSN 2108-6907, lire en ligne, consulté le 1er février 2019)
  35. a b et c Jacques Rodriguez, « Savoir et pouvoir : la fécondité de la sociologie anglaise », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019)
  36. Philippe Besnard, « Présentation », Revue française de sociologie, vol. 26, no 2,‎ , p. 199–201 (lire en ligne, consulté le 20 février 2020)
  37. a et b Johan Heilbron, « Les métamorphoses du durkheimisme, 1920-1940 », Revue française de sociologie, vol. 26, no 2,‎ , p. 203–237 (DOI 10.2307/3321573, lire en ligne, consulté le 20 février 2020)
  38. Jean-Michel Chapoulie, « La seconde fondation de la sociologie française, les Etats-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 32, no 3,‎ , p. 321–364 (ISSN 0035-2969, DOI 10.2307/3322321, lire en ligne, consulté le 21 février 2020)
  39. Robert Bannister, « Sociology », The Modern Social Sciences, vol. 7,‎ , p. 329–353 (DOI 10.1017/CHOL9780521594424.019, lire en ligne, consulté le 3 mars 2020)
  40. (en) Michael Lynch, « - The origins of ethnomethodology », dans Philosophy of Anthropology and Sociology, North-Holland, coll. « Handbook of the Philosophy of Science », (lire en ligne), p. 485–515
  41. (en) « Books of the XX Century », sur www.isa-sociology.org (consulté le 10 mars 2020)
  42. (en) Nikolai Genov, National traditions in sociology, Sage Publications, (ISBN 978-0-8039-8197-3, OCLC 22540851, lire en ligne)
  43. (en) Sujata Patel, « Sociology in India: Trajectories and challenges », Contributions to Indian Sociology,‎ (DOI 10.1177/006996671104500305, lire en ligne, consulté le 12 mars 2020)
  44. (en) Rajinder Kumar Dudrah, Bollywood : Sociology Goes To the Movies, SAGE Publications, , 210 p. (ISBN 978-0-7619-3461-5, lire en ligne)
  45. (en) A.R. Vasavi, « Pluralising the sociology of India », Contributions to Indian Sociology, vol. 45, no 3,‎ , p. 399–426 (ISSN 0069-9667, DOI 10.1177/006996671104500304, lire en ligne, consulté le 12 mars 2020)
  46. Martine Mespoulet, « La « renaissance » de la sociologie en URSS (1958-1972). », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol. 16, no 1,‎ , p. 57 (ISSN 1622-468X et 1963-1022, DOI 10.3917/rhsh.016.0057, lire en ligne, consulté le 12 mars 2020)
  47. Martine Mespoulet, « La « renaissance » de la sociologie en URSS (1958-1972) », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol. 1, no 16,‎ , p. 57–86 (lire en ligne)
  48. (en) Akinsola A. Akiwowo, « Trend Report: Sociology in Africa Today », Current Sociology,‎ (DOI 10.1177/001139218002800202, lire en ligne, consulté le 12 mars 2020)
  49. (en) Lawrence J. Rhoades, A History of the American Sociological Association, 1905-1980, American Sociological Association, 1722 N Street, N, (lire en ligne), p. 65
  50. Bauman, Zygmunt. Postmodernity and its discontents. New York: New York University Press. 1997. (ISBN 0-7456-1791-3)
  51. Bourdieu The Guardian obituary, Douglas Johnson 28 January 2002
  52. « Columbia News ::: Renowned Columbia Sociologist and National Medal of Science Winner Robert K. Merton Dies at 92 », www.columbia.edu
  53. Positivism in sociological research: USA and UK (1966–1990). By: Gartrell, C. David, Gartrell, John W., British Journal of Sociology, 00071315, Dec2002, Vol. 53, Issue 4

 Chronologie de la sociologie (décennies) : Avant 1800 · 1800 · 10 · 20 · 30 · 40 · 50 · 60 · 70 · 80 · 90 · 1900 · 10 · 20 · 30 · 40 · 50 · 60 · 70 · 80 · 90 · 2000 · 10