Place du Général-Catroux

place de Paris, France

17e arrt
Place du Général-Catroux
Image illustrative de l’article Place du Général-Catroux
La place du Général-Catroux vue du boulevard Malesherbes.
Situation
Arrondissement 17e
Quartier Plaine-de-Monceaux
Morphologie
Longueur 230 m
Largeur 95 m
Historique
Création 1862
Dénomination 1977
Ancien nom Place Malesherbes
Géocodification
Ville de Paris 4057
DGI 4024
Géolocalisation sur la carte : 17e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 17e arrondissement de Paris)
Place du Général-Catroux
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Place du Général-Catroux
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place du Général-Catroux est une voie du 17e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Cette place rectangulaire est traversée par le boulevard Malesherbes et l'avenue de Villiers ; elle reçoit les rues Henri-Rochefort, de Phalsbourg, de Thann, Georges-Berger, Legendre et Jacques-Bingen.

Ce site est desservi par la ligne    à la station de métro Malesherbes.

 
Le général Catroux en 1940.
 
Panneau Histoire de Paris
« Place du Général-Catroux »

Origine du nomModifier

Panneau square Maurice-Gardette Elle porte le nom du général Georges Catroux (1877-1969).

HistoriqueModifier

Jusque dans les années 1850-1860, la plaine Monceau reste un terrain agricole traversé par des chemins ruraux. Dans le cadre de l'urbanisation de cette zone par les frères Pereire, le boulevard Malesherbes, prévu à l'emplacement d'un chemin existant, et le boulevard de Neuilly (actuel avenue de Villiers) sont tracés et une place rectangulaire est prévue à leur croisement[1]. Ouverte en 1862 sur l'emplacement d'un parc, cette place est officiellement nommée en 1864 « place Malesherbes »[2]. Toutefois elle est longtemps surnommée « place des Trois Dumas », en raison des trois statues des Dumas, qui ornent le centre de cette place. Elle prend son nom actuel en 1977.

Le , la maire de Paris Anne Hidalgo et Jacques Martial ancien directeur de Mémorial ACTe et conseiller de Paris délégué chargé des Outre-mer, inaugurent le jardin Solitude, formé par les pelouses nord de la place, qui devrait également recevoir une statue de Solitude[3].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. « La Plaine Monceau », sur Atlas historique de Paris
  2. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Arrêté du 19 août 1864 », p. 352
  3. Denis Cosnard, « Une première statue de femme noire bientôt à Paris », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020)
  4. « Hôtel Gaillard, monument historique ».
  5. Alias Musée Khômbol, construction de Dominique Tillard.
  6. Vues actuelles et 1900 des statues, notamment de la statue détruite du général Dumas sur le site paris1900.lartnouveau.com.