Eysines

commune française du département de la Gironde

Eysines
Eysines
Mairie d'Eysines.
Blason de Eysines
Blason
Eysines
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Les Portes du Médoc
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Christine Bost
2014-2020
Code postal 33320
Code commune 33162
Démographie
Gentilé Eysinais
Population
municipale
23 462 hab. (2017 en augmentation de 11,39 % par rapport à 2012)
Densité 1 954 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 07″ nord, 0° 39′ 00″ ouest
Altitude Min. 3 m
Max. 45 m
Superficie 12,01 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Eysines
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Eysines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eysines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eysines
Liens
Site web www.eysines.fr

Eysines est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle fait partie de l'agglomération nord-ouest de Bordeaux, de Bordeaux Métropole, du Parc intercommunal des Jalles et du Parc naturel régional du Médoc.

Fière de ses espaces naturels, de son histoire maraîchère, de ses évènements culturels-sportifs-associatifs et de sa mixité sociale, la commune en a fait sa signature polysémique : « Eysines, Jardin de Cultures ».

Eysines est une commune « Sport Pour Tous » 4 étoiles depuis 2013.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans son unité urbaine, à 7 kilomètres au nord-nord-ouest de Bordeaux. D'une superficie de 1 201 hectares (12,01 km2), elle s'élève au plus haut à 44 mètres au Grand-Louis, et au plus bas jusqu'à 4,80 mètres au Moulin à eau de Plassan. La ville, qui bénéficie des infrastructures de Bordeaux Métropole (transports en commun, rocade, services publics), s'étale en plusieurs « quartiers » : Le Bourg, La Forêt, Migron, Le Vigean entre autres.

Posée aux abords sud de la Jalle, rivière originaire de Saint-Jean-d'Illac, elle bénéficie d'un sol fertile installé par les alluvions de l'ancien delta de la Garonne de l'époque quaternaire. Sableux et marécageux par endroits, il est drainé par de nombreux canaux. Plusieurs sources continuent de sourdre sur 50 ha, dont Bordeaux Métropole prélève jusqu'à 1 million de m3 par an pour son alimentation hydrique. Des nappes phréatiques de l'Oligocène offrent leurs eaux à Eysines, au travers les plateaux de Cantinolle et de Carès[1].

Le territoire se caractérise par une vaste étendue maraîchère de 162 ha au nord, le long de la Jalle de Blanquefort, et de 72 ha de parcs et jardins disséminés au milieu d'une nature encore préservée.

 
Eysines au sein de la Bordeaux Métropole.

Communes limitrophesModifier

Quartiers géographiquesModifier

La commune d'Eysines a la particularité d'avoir plusieurs quartiers et secteurs géographiques, avec des identités et des passés différents :

Le BourgModifier

 
La Place de la Victoire dans le Bourg d'Eysines

Quartier historique et centre politique de la ville, avec la mairie, l'église St-Martin et le centre culturel Le Plateau (cinéma-théâtre-médiathèque). Le quartier s'est développé autour de l'avenue de la Libération, avec ses typiques maisons de maraîchers et de vignerons, qui permet aujourd'hui encore de garder un esprit de village, malgré le faible nombre de commerce de proximité souvent reproché. Le quartier s'étend du secteur de Gasteboy et de la gare de l'ancienne ligne ferroviaire Bordeaux-Lacanau au nord, au Château Lescombes et son pigeonnier au sud, du secteur du Vignan et du cimetière à l'ouest, au secteur de la Biblanque et du collège Albert Camus à l'est. Il dispose de deux groupes scolaires, de deux gymnases de type COSEC, de l'Ecole de musique, du Centre d'art contemporain, du Musée du maraîchage, des parcs Lescombes et Bois Salut, et du Square Parmentier avec les ruines d'un ancien lavoir. Les grandes manifestations ou fêtes annuelles ont lieu sur la Grande Place du Bourg. Il est desservi par la station Eysines Centre de la Ligne D du Tramway de Bordeaux.

Le VigeanModifier

Quartier historique, commerçant et résidentiel situé au nord-est de la ville. Sur la partie nord, vers Cap de Haut, on retrouve le vieux Vigean avec ses ruelles, ses maisons anciennes et ses petits châteaux. Véritable "deuxième centre-ville", le quartier se concentre autour de l'avenue du Médoc, voie métropolitaine de grand passage, longée de nombreux commerces sur une longueur de 800 mètres environ. Le quartier s'étend au sud à partir de la fin des années 1960 avec la construction d'ensembles pavillonnaires et d'immeubles, comme Le Grand Caillou ou Les Hauts de l'Hippodrome. Il dispose d'un groupe scolaire, du lycée professionnel Charles Peguy, du CFA du Vigean et du Parc du Vigean. Le quartier est connu pour sa salle de spectacles située sur l'Esplanade du Vigean. Il est desservi par les stations Simone Veil et Picot de la Ligne D du Tramway de Bordeaux.

Migron-Bois GramondModifier

Quartier résidentiel à l'est de la ville en limite de Bordeaux, entièrement dessiné avec des lotissements pavillonnaires sur des anciennes prairies à partir du début des années 1960. Il dispose de son propre groupe scolaire, d'équipements sportifs spécifiques (stade de rugby, dojo, salle de danse et de gymnastique). En son centre, la célèbre Place Florale qui accueille le marché municipal tous les dimanches matin depuis 1977. Il est desservi au nord par la station Hippodrome de la Ligne D du Tramway de Bordeaux. Associé au quartier de Migron, le secteur du Bois Gramond est à cheval de chaque côté de la rocade et relié par une passerelle piétonne. On y trouve le Parc Gramond aménagé sur les ruines de l'ancien château viticole du Bois Gramond et le second (et nouveau) cimetière communal.

Le DerbyModifier

 
Eysines, entrée du parc Lamothe-Lescure dans le quartier du Derby

Quartier résidentiel au centre de la ville, entièrement dessiné avec des lotissements pavillonnaires sur des anciennes prairies à partir du début des années 1970. Niveau urbanisme, le quartier est le "petit frère" de Migron avec qui il se ressemble beaucoup, malgré leur séparation par la Rocade de Bordeaux depuis 1978. Une petite zone d'activités s'est développée vers le Bréteil, à la limite avec le secteur de Bois Gramond. Il dispose de son propre groupe scolaire, de deux centres scolaires spécialisés, du Square du Derby et du Parc Lamothe-Lescure. Il est desservi par les stations Simone Veil et Picot de la Ligne D du Tramway de Bordeaux.

La ForêtModifier

Quartier au sud de la ville, résidentiel dans sa partie intra-rocade, où il dispose de son groupe scolaire, de commerces et du Square de La Forêt avec son terrain de baseball. Dans sa partie extra-rocade, dans l'axe de l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac, il regroupe le Parc du Limancet et les grands parcs d'activités de la commune (Mermoz, Saint-Exupéry, Saint-Pé). La Ligne A frôle le quartier à proximité de la station Le Haillan Rostand, un arrêt qui profite à Eysines puisque la commune n'a officiellement pas de station sur son territoire pour cette ligne de transport.

Le Grand LouisModifier

Quartier historique et urbain situé au sud-ouest de la ville avec des commerces autour de l'axe de communication reliant Bordeaux et Saint-Médard en Jalles. Le groupe scolaire du quartier est celui de La Forêt. Il constitue une limite avec les communes de Mérignac et Bordeaux (quartier Caudéran).

MontalieuModifier

Quartier résidentiel à l'ouest de la ville, limitrophe avec la commune du Haillan et il accueille une partie des terrains du Centre International de football du FC Girondins de Bordeaux. Longtemps faiblement urbanisé de par son isolement du reste de la commune, il est désormais lié au Bourg pour les équipements municipaux (groupe scolaire, commerces) et proche du Pinsan pour les équipements sportifs. Le quartier accueille deux centres scolaires spécialisés pour les jeunes en situation de handicap moteur. Le quartier a fortement évolué à partir des années 2000, notamment depuis la percée de la "déviation d'Eysines" et de la construction de l'échangeur 8 de la rocade (RD1215, actuelle Route de Lacanau). Il accueille désormais de nouveaux logements et des ensembles immobiliers sur des anciennes prairies.

Carès-CantinolleModifier

Quartier au nord-ouest de la ville, il possède deux secteurs liés. En hauteur, le plateau de Carès avec ses anciennes terres agricoles, viticoles et ses espaces naturels abritant des sources. En contrebas, le carrefour de Cantinolle avec sa zone commerciale, en bordure de la vallée maraîchère du Parc intercommunal des Jalles. L'ensemble est en cours de réhabilitation (ZAC) pour créer notamment un éco-quartier moderne avec des espaces piétons, un gymnase, des commerces et 750 logements en sept îlots[2]. Le groupe scolaire du quartier est celui du Bourg. La Ligne D du Tramway de Bordeaux traverse le quartier avec deux stations : Les Sources (sur le plateau de Carès) et Cantinolle (terminus), ce qui permet une transformation de ce secteur de la commune, à l'abandon pendant de nombreuses années.

Le PinsanModifier

Plaine végétale et boisée située au centre de la ville, il s'agit d'un grand parc arboré notamment avec des pins maritimes, renfermant le complexe sportif municipal avec ses nombreux terrains de sport (football, tennis, basket, fitness, skate-park, boulodrome), une salle omnisports, la piscine intercommunale Eysines-Le Haillan et son bassin d'été, le Bois de la Lesque et son parcours sportif, ou simplement pour se balader. On y trouve aussi le Théâtre de verdure pour des évènements culturels en plein-air, et des salles polyvalentes pour des réceptions ou des activités périscolaires. Au nord, le château du Clos Lescombes accueillera prochainement la Bibliothèque départementale[3]. Le Domaine du Pinsan a été aménagé sur d'anciennes gravières et décharges sauvages comblées par les terres du chantier de la rocade dans les années 1970[4]. A l'exception d'une allée périphérique, le domaine est entièrement piéton, plusieurs parkings sont répartis sur les rues limitrophes. Il est accessible toute l'année sans interruption.

La zone maraîchère de la Vallée des JallesModifier

Plaine agricole au nord de la ville, s'étendant le long de la Jalle du Sable, où sont installées des exploitations maraîchères[5] et les jardins familiaux. C'est véritablement le potager de la commune et de la métropole. Le secteur est desservi par quelques petites rues, mais surtout par de nombreux chemins ruraux à l'état naturel. Le patrimoine ancien de la commune est mis en valeur avec l'écomusée de La Cabane du Maraîcher, le Moulin Noir, et le Moulin Blanc qui offre un point de vue remarquable sur la vallée maraîchère et le Bourg d'Eysines.

Grands quartiers politiquesModifier

Administrativement, la mairie divise la commune en seulement 4 grands quartiers politiques pour les services[6], comme les Conseils de quartiers, le service social L'Eycho, le ramassage des déchets verts, ou les bureaux de votes. La fusion avec les secteurs évoqués précédemment se fait ainsi :

  • Le Bourg, regroupe les secteurs géographiques : Le Bourg, Montalieu, Carès-Cantinolle, le Pinsan et la partie ouest de la Zone maraîchère.
  • Le Vigean, regroupe les secteurs géographiques : Le Vigean, Le Derby, Le Bois Gramond extra-rocade et la partie est de la Zone maraîchère.
  • Migron, regroupe les secteurs géographiques : Migron et Le Bois Gramond intra-rocade.
  • La Forêt, regroupe les secteurs géographiques : La Forêt et Le Grand Louis.

Voies de communication et transportsModifier

RocadeModifier

Eysines est traversée de sud-ouest en nord-est par la rocade de Bordeaux.

  • accès no 7 Eysines - Le Vigean ;
  • accès no 8 Eysines - Centre ;
  • accès no 9 Eysines - La Forêt.

Transports en communModifier

Réseau TBMModifier
 
La ligne A du tram frôle la commune d'Eysines au Sud avant de franchir la rocade.
 
Première rame d'essai de la ligne D à la station terminus d'Eysines Cantinolle le 23 octobre 2019

Les lignes   2 3 5 Nord 29 35 41 72 78 79 83 de Transports Bordeaux Métropole (TBM) desservent la commune.
Nota : Une grande réorganisation d'une douzaine de lignes de bus est prévue à l'ouverture de la Ligne D du Tramway de Bordeaux aux alentours du 29 février 2019, d'après la décision de Bordeaux Métropole du 29 novembre 2019[7].

La ligne     du tramway de Bordeaux frôle l'extrémité sud de la commune d'Eysines entre les stations Les Pins à Mérignac et Le Haillan Rostand.

La ligne     du tramway de Bordeaux qui s'étend sur le quadrant nord-ouest de l'agglomération bordelaise traverse entièrement la commune d'Eysines d'Est en Ouest. Elle permet de rejoindre le centre de Bordeaux, et par conséquent les trois autres lignes de tramway, en 30 minutes environ. Les travaux ont duré environ deux ans et demi, occasionnant de nombreuses difficultés de déplacement. Les essais de circulation des rames ont débuté le 23 octobre 2019, et l'ouverture totale est prévue le 29 février 2020[8].
La ligne arrive à Eysines depuis les communes du Bouscat et de Bruges par la route du Médoc (station Champ de Courses - Treulon). Puis elle emprunte l'avenue de l'Hippodrome jusqu'à l'entrée de l'Hippodrome de Bordeaux-Le Bouscat en bordure du quartier de Migron (station Hippodrome, terminus partiel avec un parc-relais de 250 places). La ligne tourne sur la rue Jean Jaurès pour franchir la rocade de Bordeaux en parallèle de la passerelle piétonne Jean Jaurès de type bow-string, puis continue tout droit sur la rue du Tronc-du-Pinson pour desservir les quartiers du Derby, du Grand Caillou, du Vigean et La Maison de services au public Simone Veil (station Simone Veil). Le tramway rejoint ensuite la nouvelle Place Picot (station Picot) aux croisements des principaux axes communaux, proche du collège Albert Camus et des zones pavillonnaires. En poursuivant son tracé en voie unique sur l'avenue de Picot, la ligne passe dans le bourg historique d'Eysines, à 200 mètres de la mairie, de l'église Saint-Martin, des écoles, du centre culturel Le Plateau et du commissariat de police (station Eysines Centre). Le tramway emprunte ensuite la rue Gabriel Moussa, bifurque par la rue du Dées, puis rejoint l'avenue du Taillan-Médoc (ancienne Lébade) pour desservir le cimetière et le futur écoquartier, à proximité des espaces naturels protégés du Plateau de Carès (station Les Sources).
La ligne arrive ensuite à la station terminus de Cantinolle, zone d'aménagement concerté (ZAC) en cours de développement, en bordure de la vallée maraîchère du Parc intercommunal des Jalles. Le secteur de Cantinolle est un carrefour de grandes voies métropolitaines reliant les communes du Taillan-Médoc, du Haillan, de Saint-Médard-en-Jalles ou plus largement du Sud-Médoc et des plages océanes médocaines. Le quartier est un grand pôle d'échanges, avec le tramway, le bus, la piste cyclable Bordeaux-Lacanau, l'accès direct à l'échangeur 8 de la rocade de Bordeaux et un parc-relais à 5 niveaux, deuxième plus grand parc-relais des Transports de Bordeaux Métropole en termes de capacité (650 places)[9].

Projet : La Ligne BHNS de Bordeaux à Saint-Aubin-de-Médoc est une future ligne de transport (bus rapide sur voie dédiée) qui permettra de relier la Gare St-Jean de Bordeaux et Saint-Aubin de Médoc en passant par les communes d'Eysines, Le Haillan et Saint-Médard-en-Jalles[10]. La ligne traversera la partie sud d'Eysines pour desservir les quartiers du Grand Louis et de La Forêt, en empruntant l'avenue de Saint-Médard en ligne droite d'est en ouest. Au moins 4 stations sont prévues sur la commune, à l'emplacement des arrêts de bus traditionnel actuel : Le Grand Louis, La Forêt, Antoune, Guynemer. Initialement prévue pour 2020, l'ouverture de la ligne est retardée à 2023, à cause de l'opposition de riverains et des décisions de justice défavorables[11].

Réseau Trans GirondeModifier

La ligne 701 relie Bordeaux à Le Porge en traversant la commune sur l'avenue de Saint-Médard (arrêt Coubertin)

La ligne 702 relie Bordeaux à Lacanau en traversant la commune sur l'avenue de Saint-Médard (arrêt Coubertin)

La ligne 703 relie Bordeaux à Lesparre-Médoc en traversant la commune sur l'avenue de l'Hippodrome et l'avenue du Médoc (arrêts Le Sulky, Le Vigean, Route de Pauillac, Bourg)

La ligne 710 relie Bordeaux à Carcans en traversant la commune sur l'avenue de Saint-Médard (arrêt Coubertin)

ToponymieModifier

Le nom de la commune vient du gascon Aisinas (1259)[12] qui désigne les communaux, propriété d’un seigneur, mais où les villageois disposent d’un droit d’usage comme le pacage ou la récolte du bois de chauffage[1]. Le radical aïs- se retrouve dans le mot français aise[12].

En occitan-gascon, le nom de la commune est Aisinas [ɛj’zinəs].

Ses habitants sont appelés les Eysinais[13].

HistoireModifier

La découverte ancienne (en 1877)[14] d'une hallebarde de l'Âge du bronze dans un tumulus protohistorique au lieu-dit Gleyse, témoigne des relations commerciales entretenues avec le Médoc et peut-être l'Irlande[15].

Le tracé d'une Lébade reliant Bordeaux à Soulac est attesté jusqu'au passage de la Jalle à Jalepont. Cette route de terre se caractérise par le même mode de construction que la Voie romaine littorale landaise, mais les éléments de datation archéologique manquent.

L'église romane ou gothique Saint-Martin et son cimetière étaient implantés à l'angle actuel de la rue de la Pompe et de la route du Médoc, à l'emplacement de la place actuelle du 4 septembre. Seul vestige, l'ancien presbytère. Les statues de l'église ont été déménagées dans la nouvelle église, construite dans la seconde moitié du XIXe siècle[16]. Plusieurs culs-de-lampe gothiques ont été fixés au porche. La croix du cimetière, dite Croix du Sable, datée de 1542, a été également récupérée et se trouve dans le nouveau cimetière depuis 1883, à la suite de l'arrêté municipal de Léon Raphi en 1862 interdisant les processions. Elle porte l'inscription : Seigneur qui par ici passez, priez Dieu pour les trépassés[17].

Au début du XVIIe siècle, plusieurs maisons nobles passent aux mains des bourgeois bordelais qui accroient leur puissance et achètent également des bourdieux où ils surveillent l'exploitation de leurs jardins et de leurs vergers. Deux routes sont aménagées par l'intendant Tourny vers 1750[18].

Le maraîchage, les Jalles et les sourcesModifier

La Jalle de Blanquefort marque d'emblée l'histoire d'Eysines, car, en plus d'irriguer les sols, son débit offre une énergie exploitable. Les premiers moulins à eau apparaissent dès le XIIe siècle avec le moulin de Jallepont, de Landemoulin, du Moulinat et de Plassan. Ils fournissent Bordeaux en farine. Eysines a ainsi longtemps prospéré grâce à sa vocation agricole et surtout maraîchère, la commune était alors appelée « le potager de Bordeaux » dont il subsiste une vingtaine d'exploitations spécialisées notamment dans la citrouille et la pomme de terre. Sur le blason de la ville, figure la Jalle, source de fertilité pour la commune, et les « trois croissants » qui symbolisent Bordeaux, la ville tutélaire. Les digues sont régulièrement renforcées pour prévenir les inondations[19] le long de la Jalle.

L'aqueduc du Thil (ou l'aqueduc du Taillan-Médoc) traverse la commune dans sa partie nord. Mis en service le , c'est un ouvrage souterrain de maçonnerie, à écoulement par gravité, qui s'étend sur 12 kilomètres. L'eau qu'il capte dans de nombreuses sources (Thil, Bussac, Bussaguet, Cantinolle…) est acheminée à plus de 44 000 m3/jour vers un réservoir de 13 000 m3 à l'usine Paulin de Bordeaux, assurant près d'un quart des besoins d'alimentation en eau de Bordeaux Métropole. Traversant plusieurs communes (Saint-Médard en Jalles, Le Haillan, Eysines, Bruges, Le Bouscat et Bordeaux), cet aqueduc n'est visible qu'à la limite d'Eysines et du Taillan-Médoc, au niveau du franchissement des jalles, sous la forme d'un canal de 76 mètres de long.

L'ancien tramway de BordeauxModifier

La Compagnie du Tramway Bordeaux-Bouscat-Le Vigean et Extensions (BBV) fondée en 1892, met en service le une ligne de tramway à voie métrique entre Bordeaux (barrière du Bouscat) et Le Vigean[20]. La compagnie procède à diverses extensions ou ouvertures de lignes, notamment :

Eysines d'aujourd'huiModifier

L'image de village prévaut à Eysines jusqu'aux années 1970. Depuis, le nombre d'habitants a beaucoup augmenté et la physionomie de la commune a évolué. Des logements se sont construits et les terres en friche ont disparu. Eysines s'est équipée en locaux sociaux, culturels, sportifs et de loisirs ; des entreprises se sont implantées. Cependant, de ses origines villageoises, Eysines a conservé le respect de la nature, la volonté d'harmoniser urbanisation et environnement. Incitée à aller de l'avant par la structure de sa population (40 % des Eysinais ont moins de 25 ans[réf. nécessaire]) Eysines est une ville active[22].

Accidents aériensModifier

La commune est située dans la zone d'approche de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. Les forêts de la commune ont été le site de deux accidents aériens, les deux par temps de brouillard :

  • Le 7 février 1953, un Douglas DC-4 reliant Abidjan à Paris avec une escale à Bordeaux s’écrase lors de son approche de l'aéroport. L'accident fait 6 morts et 12 blessés[23] ;
  • Le 21 décembre 1987, un Embraer 120 assurant le vol 1919 Air France entre Bruxelles et Bordeaux s'écrase lors de son approche. Les 13 passagers et membres d'équipage sont tués.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Étienne Ponson    
1792 1792 Dupuch    
1793   Fabien Dessolies   ancien curé d'Eysines
1798 1815 Pierre Jeantet    
1815   Guillaume Gentillot    
1816 1817 Bernard Abeilley   chirurgien
1817   Jean Durand    
1821 1828 Claude Bodin de Saint-Laurent    
1828 1850 Pierre Jeantet    
1850 1859 Jean Lalumière    
1859 1869 Louis Petit    
1869 1870 Édouard Saint-Jean    
1870 1871 Jean Piet    
1871   Philippe Duchamp    
1877 1878 Jean-Basile Lalumière    
1878 1881 Pierre Hyvert Républicain Propriétaire du Château Lescombes.
1881 1882 Jean-Basile Lalumière    
1882 1888 Léon Raffi    
1888 1919 Aladin Miqueau    
1919 1925 Raymond Renouil    
1925 1925 Bernard Guiraud    
1925 1929 Jean Lahary    
1929 1935 Ghislain Le Dantec    
1935 1938 René Dumon    
1939 1945 Henri Moussa    
1945 1964 Raoul Déjean    
1964 1970 René Girol    
1970 1977 Guy Antoune CDP-UC Géomètre-expert
Député (1973-1978)
1977 2008 Pierre Brana PS Ingénieur EDF-GDF
Député (1988-1993 et 1997-2002)
Conseiller général du Canton de Blanquefort
mars 2008 En cours Christine Bost PS Cadre - Conseillère départementale
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durableModifier

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[24].

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[26],[Note 1].

En 2017, la commune comptait 23 462 habitants[Note 2], en augmentation de 11,39 % par rapport à 2012 (Gironde : +6,72 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9801 6921 6911 8352 0902 2952 5202 5752 602
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6662 8473 1052 3612 5262 7432 8482 8482 816
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8262 8672 7872 8263 0173 1503 1633 2804 287
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 3278 02612 71914 76016 39118 40719 27920 12223 120
2017 - - - - - - - -
23 462--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[29] 1975[29] 1982[29] 1990[29] 1999[29] 2006[30] 2009[31] 2013[32]
Rang de la commune dans le département 15 15 15 16 14 14 14 13
Nombre de communes du département 548 543 543 542 542 542 542 542

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Les Festifolies d'Eysines, 4 jours en juin depuis 1929 : fête locale avec concerts, dégustations et fête foraine, organisée par la Société des fêtes de la Saint-Jean. 2018 en a été la 89e édition[33].
  • La Foire au gras, en novembre depuis 1988 : 1er marché au gras de la Gironde, vente et dégustations de vins et produits régionaux, démonstrations de métiers, animations divers et vide-grenier. Évènement organisé par la Société des fêtes de la Saint-Jean. La 31e foire au gras s'est tenue en 2019[34].
  • Eysines Goes Soul, en juillet depuis 2003 : festival soul-rock avec feu d’artifice municipal annuel[35].
  • Le Raid des maraîchers, en mai ou juin depuis 2005 : parcours de marche à pied, en vélo ou en calèche, au cœur de la zone maraîchère d'Eysines avec animations et dégustations[36].
  • Le Festival des Arts Mêlés, en septembre depuis 2008 : festival des arts de la rue, de cirque contemporain et de loisirs alternatifs[37].

PublicationsModifier

Le service communication de la municipalité édite plusieurs supports d'informations sur papier et/ou directement accessibles en ligne[38] :

  • Le magazine municipal bimestriel de 20 pages « MAG'Eysines - Le magazine des Eysinais » (janvier, mars, mai, juillet, septembre, novembre)
  • Le journal municipal bimestriel de 4 pages « ACTU'Eysines - L'essentiel de l'actualité » (février, avril, juin, août, octobre, décembre)
  • Le guide pratique des nouveaux habitants « Bienvenue à Eysines »
  • L'agenda de la saison culturelle (chaque année à la rentrée de septembre)
  • Des guides et des plaquettes d’informations thématiques sur certains équipements ou services municipaux

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 31 221 , ce qui plaçait Eysines au 11 984e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[39].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Architecture moderne.
  • L'église Saint-Martin, construite dans le style néo-gothique sur les plans de l'architecte Gustave Alaux, a été inaugurée par le maire d'Eysines en 1857 comme en témoigne le nom inscrit sur la clé de voûte du porche. Le bâtiment a gardé le patronyme de l'ancienne église, du mobilier a également été récupéré et transféré. Le clocher, à la mode du Cardinal Donnet, et le porche ont été construits en 1870[40],[41]. L'autel de Bernard Jabouin porte la date de 1872[42], et la statue de la Vierge à l'enfant, restaurée, date du XIIIe siècle[43].
  • Le château Lescombes, dont les bâtiments restants datent du XVIIe siècle, est devenu un centre d'art contemporain[44],[45]. Son pigeonnier, bâti au XVIe siècle sur l'ancien puits, est inscrit[46] à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le et avait pour dernière fonction celle de château d'eau.
    L'existence du pigeonnier est attestée dès 1673. De plan circulaire, coiffé d'un dôme de pierre muni à l'est, d'une lucarne d'envol, l'édifice est ponctué dans sa partie supérieure de deux randières ou randelles, anneaux de pierre saillants empêchant les rongeurs de grimper. La porte d'origine se situe au nord. Au sud, sous un linteau métallique, une porte a été pratiquée en réutilisant des éléments d'une porte à gâble et pinacles provenant sans doute d'une partie détruite du château. A l'intérieur, un puits profond de douze mètres alimentait le réservoir placé sous la coupole (aménagement du début du XXe siècle).
  • La borne de seigneurie du Thil, 1295, déplacée.
  • La mairie, qui date de 1963 (architecte Bauret) ; deux bas-reliefs évoquent le passé agricole de la commune (blé et vin) ; une extension a été ajoutée en 2007.
  • La zone des Jalles, zone maraîchère où sont cultivés notamment la « pomme de terre d’Eysines » et le « giraumon brodé galeux » (citrouille), les deux spécialités de la commune qui servaient à alimenter en légumes frais les soupes des Bordelais : le musée du maraîchage porte témoignage de la vie quotidienne des maraîchers jusqu'à la motorisation.
  • La salle du Vigean, salle de spectacle.
  • Le Plateau, centre culturel avec théâtre, cinéma et médiathèque.
  • Le domaine du Pinsan, domaine sportif.

Galerie : architectureModifier

Galerie : église Saint-MartinModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes d'Eysines se blasonnent ainsi : De gueules à la main de justice d'or accostée, à dextre, de trois croissants adossés d'argent posés en pairle renversé et, à senestre, d'une croisette de Malte du même, au chef soutenu d'une divise ondée aussi d'argent, parti au premier d'azur aux trois fleurs de lys d'or ordonnées 2 et 1, et au second de gueules au léopard d'or.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Michel Cognie, Eysines, collection Mémoire en Images, Alan Sutton éd., 2010, 128 pages, (ISBN 978-2-8138-0290-3).
  • Marie-Pierre Cabrou, L'étude du quotidien d'un domaine : la vie de Pierre Duret sur son bourdieu de Laplane de 1781 à 1810 : Mémoire de Maîtrise (Paul BUTEL), Université de Bordeaux, U. F. R. d'Histoire, , 176 p..

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a et b Eysines sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 29 janvier 2015.
  2. « Bordeaux Métropole - Zone d’aménagement concerté (ZAC) Carès Cantinolle Eysines / Dossier De Réalisation »
  3. « Biblio.Gironde ira au Clos Lescombes », sur SudOuest.fr (consulté le 28 décembre 2018)
  4. « Ville d'Eysines - Le Domaine du Pinsan »
  5. « Ville d'Eysines - La zone maraîchère - Découvrir le maraîchage »
  6. « Ville d'Eysines - Les équipements municipaux par quartiers »
  7. « Réseau communautaire de transports urbains - réseau tbm 2019 - modifications du réseau de bus dans le cadre de l’ouverture de la ligne d (extension du tramway ligne c entre bordeaux quinconces et eysines cantinolle) - décisions - approbation. »,
  8. « Vidéo. Bordeaux : la ligne D du tramway inauguré, Alain Juppé était présent », (consulté le 14 décembre 2019)
  9. « Présentation et suivi des travaux du Tram ligne D - Bordeaux Métropole »
  10. « Liaison Bordeaux - Saint-Aubin de Médoc (BHNS) »
  11. « Le BHNS entre Saint-Aubin et Bordeaux n'est pas abandonné, les opposants ne s'avouent pas vaincus »
  12. a et b Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5).
  13. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  14. Ernest Labadie, « Séance du 9 mars 1894, président C. de Mensignac », Société Archéologique de Bordeaux, vol. T 19,‎ , p. XXVI (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2016).
  15. Julia Roussot-Larroque, « Hallebarde du Bronze Ancien à Eysines (Gironde) », Bulletin de la Société préhistorique française (Comptes rendus des séances mensuelles), vol. 68, no 6,‎ , p. 185-188 (lire en ligne).
  16. http://www.eysines.fr/qualite-de-vie/les-parcs-et-jardins/parc-lescombes/
  17. « Croix du Sable (Visites en Aquitaine, à la découverte du patrimoine) » (version du 15 octobre 2017 sur l'Internet Archive).
  18. Cabrou 1995, p. 29.
  19. Source : Michel Cognie, Mémoire en Images - Eysines, Alan Sutton éd., 2010, p. 19.
  20. « Décret du 16 septembre 1893 qui déclare d'utilité publique l'établissement, dans le département de la Gironde, d'une ligne de Tramway entre Bordeaux et le village du Vigean (ainsi que la convention et le cahier des charges de la concession) », Bulletin des lois de la République française, no 1591,‎ , p. 1111 (lire en ligne).
  21. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k35364v/f1.image.r=compagnie+des++tramways+-+nord.langFR
  22. Source : guide pratique, ville d'Eysines.
  23. Jean-Michel Le Blanc, « Le 7 février 1953, un avion de ligne s’écrasait dans une forêt près de Bordeaux », sur Sud-Ouest, .
  24. Fiche | Agenda 21 de Territoires - Eysines, consultée le 26 octobre 2017.
  25. Annuaire des villes jumelées.
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  29. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  30. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  31. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  32. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  33. Thomas Dusseau, « Festifolies d’Eysines : des organisateurs qui ont la patate », sur Sud Ouest, .
  34. Jean-Michel Le Blanc, « Eysines : la plus grande foire au gras de Gironde », sur Sud Ouest, .
  35. Jean-Michel Le Blanc, « Eysines : De la soul musique et un feu d’artifice au Pinsan », sur Sud Ouest, .
  36. Nicolas Fauveau, « Raid des maraîchers à Eysines avec France Bleu Gironde », sur France Bleu Gironde, .
  37. Nicolas Fauveau, « Festival des Arts Mêlés à Eysines », sur France Bleu Gironde, .
  38. « Ville d'Eysines - Les publications en version numérique » (consulté le 28 décembre 2018)
  39. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 17 février 2018).
  40. « Église Saint-Martin (Visites en Aquitaine, à la découverte du patrimoine) » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), CC-BY-SA, consulté le 29 janvier 2015.
  41. « L'église Saint-Martin (Patrimoine du Médoc) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  42. Isabelle Beccia, « Bernard Jabouin (1810-1889) sculpteur-ornemaniste bordelais », thèse de doctorat Bordeaux III, 2010.
  43. Walid Salem, « Pour la sauvegarde du patrimoine, le Louvre passe par Eysines et Rions », sur Rue89Bordeaux, .
  44. « Château Lescombes (Visites en Aquitaine, à la découverte du patrimoine) » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), CC-BY-SA, consulté le 29 janvier 2015.
  45. « Le château Lescombes à Eysines (Patrimoine du Médoc) » (version du 9 février 2015 sur l'Internet Archive).
  46. « Château de Lescombes », notice no PA00083908, base Mérimée, ministère français de la Culture.