Ouvrir le menu principal

Turban

couvre-chef volumineux d'origine asiatique constitué d'une longue écharpe enroulée autour du sommet de la tête ou d'un chapeau
Trois fellahs, par Charles Gleyre, 1835.

Le turban (du moyen français turbant, via l’italien turbante, du turc tülbent du persan dulbend) est un couvre-chef volumineux d'origine asiatique[réf. nécessaire] constitué d'une longue écharpe enroulée autour du crâne ou d'un chapeau.

HistoireModifier

 
Évolution du turban

Les Perses de l'Antiquité portaient un chapeau conique parfois entouré de bandes de tissu, ce qui peut être considéré comme l'origine du turban moderne[réf. nécessaire].

Dans l'Antiquité, les Perses portaient un chapeau conique parfois enroulé avec cette dernière.

Au Moyen Âge, il porte le nom de « bourrelet » (à cause de la bourre qui garnit la couronne de tissu)[1].

Il est à la mode, parfois orné de plumes, chez les femmes sous la Restauration en France, avant d'être remis au goût du jour dans les années 1940[2].

Dans la culture arabe classique, le turban était un élément culturel et spirituel important, maintenant remplacé dans les pays du Golfe persique par le keffieh. À noter que pour les musulmans, il est aussi le linceul qui ne les quitte pas. Si la mort vient à les surprendre lorsqu'ils sont seuls, ce turban, qui doit faire 2 fois leur taille et être plus large que les épaules, permet à celui qui les trouve de les enterrer selon le rite de l'islam, dans un linceul à même la terre.

Aujourd'huiModifier

 
Mettre un turban au Rajasthan.

Le turban se compose souvent de plusieurs pièces selon le pays. Il faut distinguer par exemple le tarboush (طربوش), tel qu'on porte en Égypte, et celui qui est en usage en Syrie ou dans d'autres contrées orientales.

 
Portrait présumé d'Hassan, gardien de la girafe de Charles X, par Alexandre-François Caminade.

Suivant M. Lane[3], le turban se compose en Égypte de trois objets, premièrement de la petite calotte appelé taqiyya طاقية, ensuite du tarbouch, qui est un bonnet ou une calotte en drap souvent rouge, allant à la tête et garni au sommet d'une houppe de soie bleu foncé, et enfin de la longue pièce d'étoffe إتب qu'on roule autour du tarbouch.

  • Dans le sous-continent indien, le turban est appelé pagri[4] ou pagadi (en hindi : पगड़ी, bengali : পাগড়ি, marathi : पगडी, gujarati : પાઘડી, punjabi : ਪੱਗ, ourdu : پگڑی). Le pagri porté par les hommes, notamment durant les cérémonies de mariage[5]. Le turban appelé dastar est quant à lui étroitement associé au sikhisme. Il est communément porté au Rajasthan en Inde.
  • Il est porté par les Turcs de l'Empire ottoman.
  • Il est notamment porté par les Berbères, autant ceux amazighophones que ceux arabophones, et est appelé en tamazight akerras[6],[7], mot dont la racine donne aussi le terme kres : « nouer », « être noué », « faire un nœud »[6]. Le turban de la mariée est appelé itelli, mot qui qualifie aussi tout type de bandeau que l'on s'enroule autour de la tête[6], et dont la racine TL donne aussi le mot ettel, « enrouler », « emmaillotter »[6].
  • Il est porté par les Arabes, nomades ou sédentaires.
  • Chez les Kurdes, le turban fut jadis surmonté d'une crinière. En langue kurde, le turban est appelé darsuk[8] et se voit attribuer plusieurs noms en fonction de son tissu, de sa région, de sa forme et de sa couleur. Chaque tissu, chaque couleur et la manière de le disposer sur la tête, indiquent l'origine sociale et régionale de la personne qui le porte[8]. Les Kurdes du Bâdinân portent en général une sorte de darsuk (turban) nommé jamadâni[8].
  • Dans certaines régions du Sahara, les Touaregs portent une sorte de turban appelé en touareg « takarut »[6],[9] pour se protéger contre le soleil et des tempêtes de sable, très fréquentes dans la zone. Il existe une autre catégorie de turban nommée « Alsho » que seuls les notables avaient le droit de porter.

Turbans au Proche et Moyen-OrientModifier

Les pratiques et les rites du judaïsme ancien nous en apprennent sur la façon dont se vêtissent les juifs de l'Antiquité au Moyen-Orient[10]. Ainsi, hommes et femmes ne doivent pas porter les mêmes vêtement[10],[11], les hommes portent donc un turban ou un bonnet[12], alors que les femmes portent un manteau féminin agrémenté d'un capuchon[13]. Il existe un règlement sur les accessoires de toilette, précisant que les juives de Médie peuvent envelopper leur tête d'une sorte de turban, et celles d'Arabie sortir voilées[14],[10].

Des manuscrits de l'Iran seldjoukide représentent des personnages portant des turbans qui ne diffèrent pas de ceux que représentent les céramistes mais sont peu caractéristiques. Ils se distinguent des turbans des manuscrits de Bagdad ou de Syrie : ils sont posés sur la tête en équilibre au lieu de descendre vers la nuque[15].

Chez les Arabes, il existe plusieurs sortes de turbans. Ils existent en plusieurs modèles, selon les pays ou les régions :

  • Le keffieh est la coiffe des citadins, porté en Palestine, en Irak et au Levant ;
  • La ghutra est la coiffe des nobles, porté dans le Golfe et dans la péninsule arabique ;
  • La shemagh est la coiffe des bédouins, porté dans la péninsule arabique ;
  • Le muzzar est la coiffe porté par les habitants d'Oman et du Yémen.

RéférencesModifier

  1. Bourrelet
  2. Turban, CNRTL.
  3. Modern Egyptians, Tome I, pages 41 et 42.
  4. Emmanuel Grimaud, « Christopher Pinney, Camera Indica. The Social Life of Indian Photographs. London, Reaktion Books, 1997, 246 p., bibl., index, 127 ph. », L’Homme. Revue française d’anthropologie, no 157,‎ , p. 267–270 (ISSN 0439-4216, lire en ligne, consulté le 8 juin 2019)
  5. Laurence Lécuyer Renn. Au-delà du voile: statuts, genres, alliances dans l’Inde du Rajasthan. An- thropologie sociale et ethnologie. 2014.https://pdfs.semanticscholar.org/acc0/4e51daa8d3bec5936dba78320680265871f3.pdf
  6. a b c d et e Mohand Akli Haddadou, Dictionnaire des racines berbères communes, Tizi-Ouzou, Haut commissariat à l'amazighité, 2006-2007, 314 p. (ISBN 978-9961-789-98-8, lire en ligne), p. 162.
  7. ACHOUR, R. (2004). Le kabyle et le tamazight (Maroc central): Étude de lexicologie comparée (Doctoral dissertation).
  8. a b et c Chirine Mohseni, « La communauté des réfugiés Kurdes irakiens en France : Modes de Vie et intégrations », Université de Paris III Sorbonne, Paris.
  9. Hans Ritter et Karl-G. Prasse, Dictionnaire touareg, Otto Harrassowitz Verlag, (ISBN 9783447058865, lire en ligne)
  10. a b et c Hélène Nutkowiez, Quelques notes sur le voile, de la Bible au Talmud http://antiquitatis-notae.univ-paris1.fr/nutkowicztalmud.pdf
  11. Deutéronome XXII, 5.
  12. ANEP fig. 355, obélisque noir de Salmanazar III. Le souverain assyrien reçoit le tribut de Jéhu, fils d'Omri, roi d'Israël.
  13. NEP fig. 187 : obélisque de Tiglath-Phalazar III, 738 avant n. è.
  14. Shabbat LXYa.
  15. Assadullah Melikian-Chirvâni, « Trois manuscrits de l'Iran seldjoukide », Arts Asiatiques, vol. 16, no 1,‎ , p. 3–51 (DOI 10.3406/arasi.1967.972, lire en ligne, consulté le 8 juin 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :