Martyrs de Najran

martyrs de Najran
Image illustrative de l’article Martyrs de Najran
Saint
Décès 523 
Najran (Arabie)
Nationalité Arabe
Vénéré par catholiques et orthodoxes
Fête 24 octobre, 4 octobre

Les martyrs de Najran sont des saints chrétiens qui ont été tués sous le tyran Dhu Nuwas du Yémen, alors que l'empereur Justin régnait sur les Romains et le roi Elesbaan (ou Caleb) sur le Royaume d'Aksoum, c’est-à-dire vers 523.

L'oasis de Najran, à l'extrême Nord-Est du Yémen, est situé aujourd'hui en Arabie saoudite.

On a compté 346 martyrs dont le saint vieillard Aréthas, notable de la ville. Ces saints sont fêtés le 24 octobre, ainsi que le 4 octobre dans le calendrier de Jérusalem.

Histoire et traditionModifier

Une ancienne tradition fait remonter au règne de l'empereur Constance (337-360) la conversion de la ville de Najran à la foi chrétienne. La ville avait un évêque qui était probablement rattaché à l'église d'Éthiopie. Jusque vers 521, le siège épiscopal était occupé par saint Paul, un homme dont le tombeau était vénéré.

Dhu Nuwas haïssait les chrétiens et faisait sans cesse la guerre au roi d'Éthiopie. Vaincu et forcé de payer tribut à Elesbaan, il se vengea sur les chrétiens de son royaume. Il agit par ruse : ayant rendu une visite protocolaire à la ville de Najran, il invita les notables à venir le voir dans son camp où ils furent tous capturés.

Selon une autre version, Dhu Nuwas, le roi des Himyarites mit le siège devant la ville de Hajran en l'an 523. Il profita de négociations avec le prince pour entrer dans la ville et l'investir par ruse. Il proposa alors aux habitants de se convertir au judaïsme. Devant leur refus, il fait exécuter les 340 chrétiens de la ville[1], et décapiter le prince Aréthas[2],[3],[4].

Suite à ce massacre, le roi d'Ethiopie Elesbaan mena une expédition punitive dans la cité, chassant Dounass, et rétablissant un prince chrétien à la tête de la cité[2],[3].

Selon la plupart des commentateurs du Coran, les hommes de Ukhdoud mentionnés au verset 4 de la sourate 85 ne seraient autres que les martyrs de Najran, tués et brûlés[5].

Notes et référencesModifier

  1. Les sources indiques que les conditions d'exécutions sont très cruelles, sans préciser clairement le supplice. Une autre source indique que chaque condamné devait boire le sang de ses camarades avant d'être exécuté, une troisième que les victimes furent brûlées vives.
  2. a et b « Le martyrologe romain fait mémoire de Saint Aréthas et ses 340 compagnons », Magnificat, no 239,‎ , p. 37.
  3. a et b « Saint Arethas et ses compagnons, martyrs en Arabie (✝ 523) », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 24 novembre 2017).
  4. Le martyrologe romain : Publié par l'ordre de Grégoire XIII, Lyon, L. Gauthier, , 567 p. (lire en ligne), p. 264.
  5. Le Coran, « Les Signes célestes », LXXXV, 4, (ar) البروج

Liens internesModifier