Carlepont

commune française du département de l'Oise

Carlepont
Carlepont
Un bar-tabac dans le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Intercommunalité CC du Pays Noyonnais
Maire
Mandat
Patrice Argier
2020-2026
Code postal 60170
Code commune 60129
Démographie
Gentilé Carolipontois, Carolipontoises
Population
municipale
1 514 hab. (2017 en augmentation de 3,98 % par rapport à 2012)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 54″ nord, 3° 01′ 32″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 151 m
Superficie 19,54 km2
Élections
Départementales Canton de Noyon
Législatives 6e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Carlepont
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Carlepont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carlepont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carlepont

Carlepont est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Carolipontois.

GéographieModifier

DescriptionModifier

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Le 7 mars 1942 à midi 20 otages communistes ou juifs sont fusillés à Carlepont par l'occupant, au titre de représailles des attentats et sabotages. Parmi eux Corentin Cariou, Baptiste Léopold Réchossière[1] et Pierre Rigaud[2].

Le même jour sont exécutés des otages à Clairvaux, parmi lesquels René Le Gall et Pierre Semard[3],[4].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2001 Xavier Lochmann    
mars 2001 septembre 2012[5] Jean-Michel Vicaire PCF vice-président de la communauté de communes[Quand ?]
Démissionnaire
septembre 2012[5] En cours
(au juillet 2020)
Patrice Argier[6]   Vice-président de la CC du Pays Noyonnais (2012 → 2020)
réélu pour le mandat 2020-2026[7],[8]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 1 514 habitants[Note 1], en augmentation de 3,98 % par rapport à 2012 (Oise : +1,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1161 4591 5101 5771 7191 7811 7781 7571 653
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5671 5131 5081 3611 3501 2651 2301 1801 197
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1731 1541 077543756711637647665
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7899299921 2371 3481 3691 4391 4491 503
2017 - - - - - - - -
1 514--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,7 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 14 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 14,8 %).
Pyramide des âges à Carlepont en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,3 
3,5 
75 à 89 ans
4,2 
10,4 
60 à 74 ans
10,3 
24,7 
45 à 59 ans
23,4 
25,4 
30 à 44 ans
21,4 
17,1 
15 à 29 ans
18,1 
18,7 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

EnseignementModifier

La commune comprend une école primaire de huit classes, de la maternelle au CM2.

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Émilie (dite Emma par la comtesse de Genlis) Conradine Matthiessen est née à Hambourg, le . Elle est la fille née du premier mariage de Rose Henriette Péronne de Sercey (1772-1849), nièce de la comtesse Félicité de Genlis, et du banquier allemand Johann Conrad Matthiessen (1751-1822). Émilie Matthiessen se marie à Carlepont le 18 janvier 1822 avec Charles Strickland Standish (1790-1863), Lord of the Manor of Standish. Elle meurt à Passy (aujourd'hui 16e arrondissement de Paris) le , à l'âge de 30 ans ; elle est inhumée dans l'ancienne église de Carlepont[16]. Pour les liens avec la famille Standish, Félicité de Genlis, de Finguerlin de Bischingen, de Sercey et la commune de Carlepont, on peut consulter l'article Famille Standish.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • René Dorme : aviateur français, né le à Eix-Abaucourt dans la Meuse, et abattu près de Reims le . Neuvième as français dans les communiqués officiels de la Première Guerre mondiale. Durant cette guerre, alors qu'il était maréchal des logis dans l'artillerie, il voulut devenir aviateur. Il passa par l'école de Pau et y reçut son brevet de pilote le . Sa première affectation fut l'escadrille C.94 basée à Villacoublay au sein de laquelle il remporta sa première victoire le en compagnie du soldat Huillet au-dessus de Carlepont.
  • Guillaume Manier[17], « tailleur d'habits », pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle en 1726-1727, est né à Carlepont le  ; il a laissé un récit de son expédition[18]. Le texte, publié une première fois par Xavier de Bonnault d'Houët en 1890, a été réédité chez Payot en 2002 avec une introduction de J.C. Bourlès.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Gaston Fleury (dir.) et Robert Capelle (dir.), Essai sur l'histoire de Carlepont, Éditions Lorisse - le Livre d'Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (1re éd. 1923), 172 p. (ISBN 978-2-84373-763-3, présentation en ligne)
  • Gaston Fleury (dir.) et Robert Capelle (dir.), Bulletin de la Société Historique de Compiègne : Essai sur l'Histoire de Carlepont, t. 17, Compiègne, Éditions de l'Imprimerie du Progrès de l'Oise, , 364 p. (lire en ligne), p. 217 à 335
    Ce chapitre fort complet reprend l'ouvrage des auteurs Gaston Fleury et Robert Capelle : Essai sur l'histoire de Carlepont, publié l'année précédente en 1923 et réédité en 2005.
  • Jacques Mermet, Échos du vieux temps : chroniques du pays d'Oise, Compiègne, Éditions du Progrès de l'Oise, , 288 p. (lire en ligne), « Henriette, Hermine et Pamela », p. 169 à 181
    Cet ouvrage traite l'histoire du château de Carlepont.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « RECHOSSIÈRE Baptiste, Léopold - Maitron », sur fusilles-40-44.maitron.fr (consulté le 4 août 2020)
  2. « RIGAUD Pierre, Jean, Charles [Pseudonyme : Pierre LESAGE] - Maitron », sur fusilles-40-44.maitron.fr (consulté le 4 août 2020)
  3. Pierre Semard, le dirigeant cheminot communiste fusillé par les Nazis le 7 mars 1942 - par André Marty, avec la publication de sa dernière lettre - un document exceptionnel de l'édition d'Alger du livret publié par le PCF aux Editions Liberté (archives Jean-Claude Cariou), Parti Communiste Français, mars 2018
  4. Serge Klarsfeld, Le livre des otages, les éditeurs français réunis, Paris, 1979 p. 54-55.
  5. a et b « Patrice Argier siège au Pays noyonnais », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2014).
  6. « Le maire de Carlepont prêt pour un nouveau mandat », Le Courrier picard, édition Compiègne et ses environs,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2014).
  7. « Patrice Argier brigue un deuxième mandat à Carlepont », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020) « Le maire de Carlepont, Patrice Argier, est candidat à sa propre succession. « Je suis élu depuis 1993, d’abord comme conseiller d’opposition, explique-t-il. Je suis maire depuis 2012. Je souhaite repartir pour un nouveau mandat et achever les choses que j’ai engagées aussi bien au niveau de la commune que de la communauté de communes ».
  8. « Carlepont 60170 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemonde.fr (consulté le 15 juillet 2020).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Évolution et structure de la population à Carlepont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  15. Notice no PA00114563, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Jacques Mermet, Échos du vieux temps : chroniques du pays d'Oise, Compiègne, éditions du Progrès de l'Oise, , 288 p. (lire en ligne), « Henriette, Hermine et Pamela », p. 169-181.
  17. Guillaume Manier sur Idref
  18. [1]