Ouvrir le menu principal

Cuts

commune française du département de l'Oise

Cuts
Cuts
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Noyon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Noyonnais
Maire
Mandat
Michel Marchand
2014-2020
Code postal 60400
Code commune 60189
Démographie
Gentilé Cutsois, Cutsoises
Population
municipale
969 hab. (2016 en augmentation de 2,98 % par rapport à 2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 55″ nord, 3° 06′ 02″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 155 m
Superficie 10,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Cuts

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Cuts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cuts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cuts
Liens
Site web www.cuts.fr

Cuts est une commune française située dans le département de l'Oise, dans la région naturelle du Soissonnais, dans la vallée de l'Oise, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

 
Entrée du village.

La commune est un bourg rural de l'Oise, situé à 8 km au sud-est de Noyon, en limite du département de l'Aisne.

Son altitude varie de 47 m dans la plaine à 155 m au niveau du plateau.

Elle est traversée par la route départementale 934[1].

Communes limitrophesModifier

  Varesnes Brétigny  
N Camelin
O    Cuts    E
S
Caisnes Nampcel

ToponymieModifier

HistoireModifier

Des structures gallo-romaines ont été découvertes en 1974 le long de la N 334, ancienne voie romaine reliant Amiens à Reims et elle-même tronçon de la voie Milan-Boulogne, connue localement sous le nom de Chaussée Brunehaut.

Les vestiges sont orthogonaux à celle-ci sur plus de 800 m de long, et laissent penser qu'il s'agirait d'un vicus, abritant peut-être une garnison à l'entrée du plateau du Soissonnais et datable du Ier siècle[2].

Politique et administrationModifier

 
L'église.
 
Le monument aux morts.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Compiègne du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1802 du canton de Noyon[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la composition de ce canton est modifié et regroupe désormais 42 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays Noyonnais, créée en 1994.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1950 vers 1965 Henri Lemaire    
    Émile Gallet[réf. nécessaire]    
avant 1977[2] après 1983 Charles Poggioli[5]    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 René Blancke[6]    
mars 2001 avant 2014 Guy Godefroy PCF Vice-président de la CC du Pays Noyonnais (2008 → )
avant 2014[7] En cours
(au 30 août 2014)
Michel Marchand   Réélu pour le mandat 2014-2020[8]

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 969 habitants[Note 1], en augmentation de 2,98 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1591 2091 3651 3041 4481 4541 4631 4281 449
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4071 3191 1701 106998915830794791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
751763739589717709667614667
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
669667641689736858945941969
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 24,5 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 16,3 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 19,2 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 24,2 %).
Pyramide des âges à Cuts en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
3,1 
7,4 
75 à 89 ans
9,9 
8,5 
60 à 74 ans
11,2 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
24,5 
30 à 44 ans
19,2 
17,4 
15 à 29 ans
17,6 
21,9 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La nécropole nationale de Cuts, créé en 1920, au bord de la RD 934, en direction de Gournay. Sur une superficie de plus d'un hectare, elle contient 3 296 corps, dont 1 770 en ossuaires. Elle regroupe les tombes issus d'une dizaine de cimetières militaires provisoires des batailles de l'Oise de la Première Guerre mondiale, auxquels s'ajoutent des tombes, essentiellement musulmanes, de soldats de la Seconde Guerre mondiale tombés le 5 juin 1940, lors de la bataille de France de la Seconde Guerre mondiale[14],[15].

  • Le château de Cuts à Cuts - 60400 - il date de 1636 - privé

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Cuts se blasonnent ainsi :
D'argent à la fasce de gueules.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Situation », Découvrir Cuts, Mairie de Cuts (consulté le 23 avril 2017).
  2. a et b Jean Pierre Angot et André Rapin, « Cuts : canton de Noyon (Oise) », Revue archéologique de l'Oise, vol. 14, no 1,‎ , p. 4-5 (lire en ligne).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Les maires de Cuts », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 avril 2017).
  5. L. G., « Après vingt-trois ans d'attente, la maternelle va voir le jour », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « En 1982, une classe maternelle voit le jour dans les locaux municipaux, tandis que la petite école du village abrite trois classes de primaire. « A l'installation de cette classe maternelle dans la mairie, il y a vingt-trois ans, l'inspecteur d'académie de la circonscription s'adressant au maire de l'époque, Charles Poggioli, avait déclaré à l'inauguration : C'est à titre provisoire et exceptionnel, mais il est du provisoire qui dure, et nous ne serons peut-être tous les deux plus là quand vous aurez une nouvelle école », rappelle Guy Godefroy, l'actuel maire de Cuts ».
  6. L.G., « René Blancke se succède à lui-même : Le maire avait démissionné le 29 janvier », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. « Michel Marchand repart », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « L'élu, qui avait annoncé dans nos colonnes, en décembre, qu'il briguerait un deuxième mandat en mars, a évoqué la récente rénovation des vitraux de l'église ».
  8. « Cuts », Cartes de France (consulté le 30 août 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Évolution et structure de la population à Cuts en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  14. « Nécropole française - Cuts », Cimetières militaires français dans l'Oise, Picardie 14-18 (consulté le 23 avril 2017).
  15. « Cuts », Ministère de la Défense - Chemins de mémoire (consulté le 23 avril 2017).
  16. « L'étoile de la baronne Girot de Langlade : une erreur historique à corriger », sur La face cachée de l'étoile jaune
  17. « Histoire de Cuts », Découvrir Cuts, Mairie de Cuts (consulté le 23 avril 2017).