Ouvrir le menu principal

Capendu

commune française du département de l'Aude
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ernest Capendu.

Capendu
Capendu
Vestiges, château de Capendu.
Blason de Capendu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Trèbes
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Jean-Jacques Camel
2014-2020
Code postal 11700
Code commune 11068
Démographie
Gentilé Capenduciens
Population
municipale
1 491 hab. (2016 en diminution de 5,99 % par rapport à 2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 06″ nord, 2° 33′ 37″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 461 m
Superficie 15,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Capendu

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Capendu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Capendu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Capendu
Liens
Site web mairie-capendu.fr

Capendu (occitan : Campendut) est une commune française située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

GéographieModifier

Commune des Corbières, située sur le vignoble de la Montagne d'Alaric qui fait partie du vignoble des Corbières, sur la ligne Bordeaux - Sète et la route nationale 113 à 18 km de Lézignan-Corbières, 35 km de Narbonne et 15 km de Carcassonne.

Le territoire de la commune est délimité au sud par la ligne de crête de la Montagne d'Alaric. Il est limitrophe de ceux de huit communes :

Communes limitrophes de Capendu[1]
Marseillette Blomac
Barbaira   Douzens
Val-de-Dagne Comigne

ToponymieModifier

Le nom est mentionné sous les formes Capendud en 1063, puis Campendud en 1071, Canependuto en 1240, ainsi qu'une mention d'une viguerie de Campo Penduto en 1371, Campandu en 1532, Campandut en 1614, Canpandu en 1622, Cappendu en 1633, Campandeu en 1671, Campendu en 1693 et enfin Capendu en 1792[2].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale, dont les deux éléments sont issus de l'ancien occitan camp « champ » et pendut « pendu, pentu »[3], d'où le sens global de « champ pentu », « champ en pente »

Enfin, on trouve des références à Saint-Martin de Surzac, ancien emplacement du village, sous les formes Sanctus Martinus de Surzaco (1110), Sanctus Martinus de Sorzaco (1197) et Sanctus Martinus de Sersaco (1227), cette dernière correspondant à l'époque où le village s'est définitivement établi sur le piton rocheux autour du castrum de Capendu[2].

Homophonie fortuite avec Capendu, hameau de Blainville-Crevon (Seine-Maritime, Catpendud 1050-1066) qui signifie « chat pendu ». Lieu d'où est originaire la pomme capendu dite aussi court-pendu.

HistoireModifier

Capendu était situé sur la via Aquitania et non loin de Liviana[4].

On retrouve des poteries datant d'il y a à peu près 20 000 ans dans le lieu-dit Mayrac. On retrouve les traces d'un campement romain à l'emplacement du moulin de la Roque Del Dié.

En 2015, un projet de parc d'attractions qui serait situé entre Douzens et Capendu, est proposé par le fonds d'investissement de Dubaï Walnut Finance[5],[6]. 3 ans plus tard le projet est toujours au point mort et semble à l'abandon[7], la communauté d'agglomération de Carcassonne privilégiant un autre projet de parc à cheval sur les communes de Fontiès-d'Aude, Montirat et Trèbes.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2001 Pierre Jammes PS Médecin
mars 2001 En cours Jean-Jacques Camel PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Avant, la commune de Capendu dépendait du SMICTOM (Syndicat Mixte de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères) de Corbières en Minervois, qui collectait les déchets des communes appartenant aux Communautés de Communes de Piémont d'Alaric et de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois[8]. Cependant, la Communauté de Communes de Piémont d'Alaric promeut le tri sélectif en mettant à la disposition des habitants des conteneurs pour les papiers, les emballages et le verre[9].

Enfin, la déchèterie de Piémont d'Alaric se trouve sur le territoire de la commune, pour se débarrasser des déchets qui ne pourraient pas être évacués par la voie normale. C'est à cet endroit que se situe aussi une des cinq bornes de récupération des textiles de Piémont d'Alaric[10].

Mais, depuis que Capendu fait partie de Carcassonne Agglo, c'est le Covaldem 11 (Collecte et Valorisation des Déchets Ménagers de l'Aude) qui s'occupe de collecter les déchets ménagers de la commune, mais aussi les emballages, cartons, papiers... dans des poubelles jaunes et le verre dans des containers verts. La déchèterie appartient aussi au Covaldem 11.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 532 habitants, en diminution de -1,42 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
448586639703739745720699692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7217199059531 1011 3051 3961 2221 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4401 5281 5491 6641 8531 6121 6401 4011 482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 4071 4131 1601 1981 2911 3801 5191 5831 532
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune de Capendu possède une école maternelle, une école élémentaire ainsi qu'un collège, le collège de l’Alaric[15].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Depuis 7 ans, le FestiVoix organisé par la communauté de communes invite des chorales et des artistes plus ou moins connus comme Idir ou Ilene Barnes.

SportsModifier

Rugby à XVModifier

L'Union Sportive Capenducienne, fondée en 1920 :

En 2006, l'US Capendu fusionne avec le Douzens Olympique pour donner naissance au Rugby Club Alaric :

FootballModifier

L'équipe masculine du Football Club Capenducien s'illustra au niveau départemental en remportant le championnat de l'Aude de deuxième division en 1989. Changeant de nom en 2008 pour devenir le Football Club Alaric, elle s'imposa à l'échelon supérieur, la Promotion première division, en 2009. Du côté de l'équipe féminine, le palmarès correspond à une Coupe de l'Aude à 11 en 1985 pour l'époque FCC, l'époque FCA sera par contre plus riche niveau palmarès, avec deux titres de Championnes de l'Aude en 2009 et 2012, ainsi qu'une coupe de l'Aude en 2011 (finalistes de la Coupe de l'Aude en 2012, les vert-et-blanches passent à 90 minutes d'un doublé départemental inédit dans leur histoire).

Lors de l'assemblée générale du Football Club Alaric du 11 juin 2016 a été annoncée la fusion avec le Football-Club de Puichéric. Le nouveau club, nommé Football Club Alaric-Puichéric, a pour couleurs le vert, le noir et le rouge[16],[17]. Le club a annoncé reprendre son nom de Football Club Alaric et ses couleurs vert et blanches lors de l'assemblée générale du 30 juin 2018, à la suite de différends avec la mairie de Puichéric[18],[19].

ÉconomieModifier

ViticultureModifier

La commune a sur son territoire les appellations qualitatives suivantes :

Les caves Cantalric, quant à elles, ont produit des dérivés de vins de terroir créés par le Château Capendu :

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le Sport (statue à l'école communale) par René Iché.
  • la chapelle Saint-Martin de Surzac, à l'intérieur du cimetière, classée monument historique depuis 1913[20] ; Saint-Martin de Surzac était l'ancien emplacement du village (jusqu'au XIIe siècle, où il a été déplacé sur son emplacement actuel, tout d'abord à l'intérieur du castrum, dont les vestiges sont encore présents dans le quartier dit de la Cité, puis s'étendant sous la forme d'une circulade)
  • la circulade (cœur du village) entièrement rénovée
  • le lavoir rénové du Chemin des Pauvres
  • le moulin de Patane
  • le chœur de la chapelle de l'ancien castrum. Les vestiges du chœur et les pans de murs anciens avoisinant la chapelle du château de Capendu sont classés monuments historiques depuis 1927[21].
  • L'espace culturel Le Chai, ouvert en 2008, qui comprend une médiathèque, une salle d'exposition et une salle de spectacle vivant[22].
 
Les vestiges et le clocher du château de Capendu et une partie du village.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Ferdinand Théron, opposant au plébiscite de Napoléon III en 1870, compagnon d'Omer Sarraut, conseiller général de Capendu en 1880 ; il abandonne son siège de conseiller général quand il est élu député de l'Aude en 1885. Il sera réélu député en 1889, 1898, et 1902, et sénateur de 1903 à 1910 ; il a siégé à l'extrême gauche du palais Bourbon.
  • Auguste Barbaza, né à Capendu le 24 octobre 1845, décédé à Capendu le 1er octobre 1912, opposant au plébiscite de Napoléon III en 1870, est élu conseiller général de Capendu en 1886, succédant à Ferdinand Théron. Il est élu sénateur radical socialiste en 1904.
  • Auguste Barbaza, né à Capendu le 2 avril 1884, décédé à Capendu le 16 juillet 1926. Fils du précédent, maire de Capendu, conseiller général du canton de Capendu du 19 août 1923 au 16 juillet 1926.
  • Georges Guille, ministre, président socialiste du Conseil Général de l'Aude de 1945 à 1973, conseiller général du canton de Capendu de 1934 à 1976, parlementaire de 1945 à 1973. Premier secrétaire d'État à l'énergie nucléaire. Le rond-point construit en 2009 près du collège porte son nom.

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : D'or, flanqué de sable.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail.
  2. a et b Dictionnaire topographique du Département de l'Aude disponible sur Gallica.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 146a
  4. La voie impériale de Narbonne à Carcassonne.
  5. Fabrice Dubault, « Un fonds d'investissement promet un méga complexe touristique dans l'Aude pour 2019 », France 3 Languedoc-Roussillon,‎ (lire en ligne).
  6. « 516 millions d'euros pour un parc historique aux portes de Carcassonne », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  7. « Régis Banquet : «Le parc d'attractions toujours d'actualité» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2018).
  8. « Traitement des Déchets — L'organisation administrative », sur Communauté des Communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois (consulté le 27 juillet 2016).
  9. « Tri sélectif », sur Piémont d'Alaric (consulté le 27 juillet 2016).
  10. « Collecte du textile », sur Piémont d'Alaric (consulté le 27 juillet 2016).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Annuaire : Résultats de recherche », sur Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 14 mars 2016).
  16. « Football : le FCA fusionne avec le FC Puichéric », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  17. « Mariage de raison entre le FC Alaric avec le FC Puichéric », L'Indépendant,‎ (lire en ligne).
  18. « Le FCAP redevient le FCA sans Puichéric », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  19. « Exit FCAP : bonjour FCA », L'Indépendant,‎ (lire en ligne).
  20. Notice no PA00102580, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Notice no PA00102581, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Capendu. Le Chai ouvre ses portes », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).