Cap-d'Ail

commune française du département des Alpes-Maritimes

Cap-d’Ail
Cap-d'Ail
La baie de Saint-Laurent et le cap Mala à Cap-d'Ail.
Blason de Cap-d’Ail
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Xavier Beck
2020-2026
Code postal 06320
Code commune 06032
Démographie
Gentilé Cap-d'Aillois
Population
municipale
4 594 hab. (2017 en diminution de 3,1 % par rapport à 2012)
Densité 2 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 19″ nord, 7° 24′ 23″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 540 m
Superficie 2,04 km2
Unité urbaine Menton-Monaco (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Monaco - Menton (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beausoleil
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Cap-d’Ail
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Cap-d’Ail
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cap-d’Ail
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cap-d’Ail
Liens
Site web cap-dail.fr

Cap-d'Ail (Capo d'Aglio en italien, Cap d'Alh /kaw’day/ en provençal niçois) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, à la limite ouest de Monaco. Ses habitants sont appelés les Cap-d'Aillois. La commune tire son nom du cap éponyme (cap d'Ail), situé sur son territoire.

ToponymieModifier

Origine du nomModifier

Cap-d’Ail a 100 ans[1]. Les armoiries représentent l'azur (la mer), une tour sarrasine entourée de trois abeilles d'or qui symbolisent le soleil. Le nom de Cap d'Ail vient de Cap d'Aglio, cap de l'abeille, d'où l'explication des trois abeilles dans le blason de la commune.

PrononciationModifier

En langue occitane niçoise (Georges Castellana), on dit Caup d'Alh et pour ses habitants lu capolhencs (norme classique) ou bien Cau d'Ai et lu Capouienc (norme mistralienne). Le Petit Larousse indique la prononciation « Cabdail » notée [kabdaj] mais on peut aussi bien s'en tenir à [kap daj].

GéographieModifier

 
Plage de la Mala.
 
Quartier de la Mala depuis un avion.

LocalisationModifier

Cap d’Ail, jusqu’en 1860, était rattaché au Comté de Nice. C’est en 1908 que Cap d’Ail, qui dépendait de La Turbie, devînt une commune à part entière.

Autour de Cap-d'AilModifier

Géologie et reliefModifier

Cap-d'Ail possède des plages réputées pour leur naturel, ainsi qu'un sentier littoral, que borde une végétation méditerranéenne typique. Le relief escarpé, caractéristique du bassin versant monégasque, fait plonger la commune depuis les pentes verticales de la Tête de Chien jusqu'aux criques sauvages des plages de la Mala.

SismicitéModifier

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[2].

Hydrographie et les eaux souterrainesModifier

  • La commune dispose de[3] :
    • 6 forages,
    • 2 sources,
    • 1 puits.

Cap-d'Ail bénéficie de la station d'épuration intercommunale de Nice d'une capacité de 650 000 équivalent-habitants[4].

ClimatModifier

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[5].

Voies de communications et transportsModifier

Voies routièresModifier

La commune est traversée par la RD 6098 (basse corniche) et la RD 6007 (anciennement RN7 - dite « moyenne corniche » dénommée avenue Prince-Rainier-III-de-Monaco) sur sa périphérie septentrionale. En bord de mer, le sentier littoral est un ancien parcours réaménagé de 3 600 m rejoignant les plages Mala et Marquet en passant par la pointe des Douaniers.

Transports en communModifier

Transport en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Lignes SNCFModifier

Transports aériensModifier

PortsModifier

    • Le port artificiel de Cap-d'Ail, à l'extrémité est du territoire de la commune, a son quai nord-est en frontière avec Monaco, à Fontvieille comme toute la partie est de la commune[6].
    • Port Hercule (Port de Monaco),
    • Port Lympia (port de Nice).

IntercommunalitéModifier

Commune membre de la Métropole Nice Côte d'Azur.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Cap-d'Ail est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Menton-Monaco (partie française), une agglomération internationale regroupant 9 communes[7] et 69 077 habitants en 2017, dont elle est la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Monaco - Menton (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[12],[13].

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Un premier document de 1078 fait mention du domaine de La Turbia. La Turbie, dont dépend le hameau de Cap-d'Ail, devient savoisienne en 1388[14].

Principale arrivée de marchands d'ail en 1848, Cap-d’Ail qui s’appelait avant son érection La Turbie-sur-Mer, était la façade maritime de la commune de La Turbie avant de s’en détacher en 1908 (érection de la commune le ), quatre ans après la commune de Beausoleil. Cette fondation est un effet de la croissance urbaine monégasque de la fin du XIXe siècle[15].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Cap-d'Ail est libérée le [16].

HéraldiqueModifier

  Blason
D’azur à la tour d’argent terrassée de sinople, accompagnée de trois abeilles d’or, ordonnées deux en flancs et une en chef[17].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1995 Pierre Albrand PCF  
1995 En cours
(au 30 avril 2014)
Xavier Beck UMP puis LR Député (1995-1997)

Budget et fiscalité 2017Modifier

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[18] :

  • total des produits de fonctionnement : 7 878 000 , soit 1 653  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 8 352 000 , soit 1 752  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 1 411 000 , soit 296  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 2 045 000 , soit 429  par habitant ;
  • endettement : 356 000 , soit 75  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 9,58 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,69 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 48,61 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 23 827 [19].

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2017, la commune comptait 4 594 habitants[Note 3], en diminution de 3,1 % par rapport à 2012 (Alpes-Maritimes : -0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 4851 9642 8763 4443 1132 5672 9873 5414 200
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2017
4 2824 4024 8594 5324 8874 9424 9974 6064 594
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Établissements d'enseignements[24] :

  • Écoles maternelle et primaire[25],
  • Collège à Beausoleil,
  • Lycées à Monaco.

SantéModifier

Professionnels et établissements de santé[26] :

  • Médecins,
  • Pharmacies,
  • Hôpitaux à Cap-d'Ail, Beausoleil.
  • hôpital dit Villa Sanitas, puis Hôtel du Cap Fleuri, actuellement maison de retraite dite Résidence du Cap Fleuri[27].

CultesModifier

ÉconomieModifier

Entreprises et commercesModifier

AgricultureModifier

TourismeModifier

En 1921, la ville fut classée station climatique.

  • Station de villégiature de Cap-d'Ail[29].
  • Hôtels :
    • Hôtel de voyageurs dit Hôtel Radium[30],
    • Hôtel de voyageurs dit Hôtel Neptune[31],
    • Hôtel de voyageurs dit Hôtel Eden[32].
  • Restaurants.

Commerces et servicesModifier

Commerces et services de proximité[33].

Protection de l'environnementModifier

La volonté de valoriser son environnement permet à la commune d'être détentrice depuis 1995 du label « pavillon bleu ».

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Cap d'Ail, cap situé sur la commune.
  • Le territoire de la commune est réputé pour ses villas « Belle Époque » luxueuses, qui virent arriver de nombreuses vedettes et personnalités dans la première partie du XXe siècle.
  • La commune de Cap-d'Ail propose également à la location, le château des Terrasses, sorti de terre en 1896, qui a accueilli en ses murs les grands de ce monde, comme le prince Albert Ier de Monaco. Racheté en 2001 par la municipalité de Cap-d'Ail.
  • Musée La Villa les Camelias[34]
  • Monument aux morts[35].

Édifice religieuxModifier

  • Église Notre-Dame-du-Cap-Fleuri, construite en 1909[36],[37].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Winston Churchill, le Premier ministre britannique a été maire honoraire de la commune.
  • Les frères Auguste et Louis Lumière qui ont possédé une magnifique demeure dans l'avenue Charles-Blanc.
  • Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France de football, habite la commune. Le stade municipal a été renommé à son nom.
  • André Malraux et Josiane Clotis firent un séjour à la moitié de l'année 1941 à la villa Les Camélias.
  • Sacha Guitry.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Un lieu touristique créé ex nihilo
  2. Didacticiel de la règlementation parasismique
  3. L'eau dans la commune
  4. Description de la station NICE-HALIOTIS
  5. Table climatique
  6. Port de Cap d'Ail
  7. « Unité urbaine 2020 de Menton-Monaco (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 novembre 2020)
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  12. PLU (Plan Local d’Urbanisme)
  13. Plan local d’urbanisme a été approuvé le 19 décembre 2011 par délibération du Conseil Métropolitain}
  14. Cap-d'Ail
  15. Sites historiques Grimaldi de Monaco
  16. Memorialgenweb.org - Cap-d'Ail : Stèle commémorative place de la libération (relevé no 133357).
  17. Nice Côte d'Azur 3 : Cap-d'Ail, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  18. Les comptes de la commune
  19. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. Établissements d'enseignements
  25. École maternelle et élémentaire
  26. Professionnels et établissements de santé
  27. « Maison de retraite dite Résidence du Cap Fleuri », notice no IA06000786, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Paroisse Saint-Esprit
  29. « station de villégiature de Cap-d'Ail », notice no IA06001560, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « hôtel de voyageurs dit Hôtel Radium », notice no IA06000824, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « hôtel de voyageurs dit Hôtel Neptune », notice no IA06000820, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « hôtel de voyageurs dit Hôtel Eden », notice no IA06000825, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. Commerces et services de proximité
  34. Musée La Villa les Camelias
  35. Monument aux morts. Conflits commémorés : 1914-1918 - 1939-1945 - Indochine (1946-1954) - AFN-Algérie (1954-1962)
  36. « glise paroissiale Notre-Dame-du-Cap-Fleuri », notice no IA06000815, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. Patrimoine religieux recensés par l'Observatoire du patrimoine religieux

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier