Beaumont-de-Lomagne

commune française du département de Tarn-et-Garonne

Beaumont-de-Lomagne
Beaumont-de-Lomagne
Beaumont-de-Lomagne
Blason de Beaumont-de-Lomagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Intercommunalité Communauté de communes de la Lomagne tarn-et-garonnaise
(siège)
Maire
Mandat
Jean-Luc Deprince (PRG)
2020-2026
Code postal 82500
Code commune 82013
Démographie
Gentilé Beaumontois, Beaumontoises
Population
municipale
3 773 hab. (2019 en augmentation de 0,03 % par rapport à 2013)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 02″ nord, 0° 59′ 21″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 252 m
Superficie 46,16 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Beaumont-de-Lomagne
(ville isolée)
Aire d'attraction Beaumont-de-Lomagne
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Beaumont-de-Lomagne
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Beaumont-de-Lomagne
Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Beaumont-de-Lomagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont-de-Lomagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont-de-Lomagne
Liens
Site web Site officiel

Beaumont-de-Lomagne est une commune française située dans le sud-ouest du département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans la Lomagne, une ancienne circonscription de la province de Gascogne ayant titre de vicomté, surnommée « Toscane française ».

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par la Gimone, le ruisseau de Tessonne, la Folie, l'Averan, le Galet, le ruisseau de Caravêche, le ruisseau d'en Vidalot, le ruisseau de Sasserot et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Beaumont-de-Lomagne est une commune rurale qui compte 3 773 habitants en 2019. Elle est dans l'unité urbaine de Beaumont-de-Lomagne et fait partie de l'aire d'attraction de Beaumont-de-Lomagne. Ses habitants sont appelés les Beaumontois ou Beaumontoises.

Ancienne bastide fondée en 1276 connue pour ses grandes foires agricoles et la culture de l'ail blanc de Lomagne qui en ont fait sa renommée.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune située dans la Lomagne en Pays Garonne Quercy Gascogne et Rivière-Verdun entre Auch (sud-ouest) et Montauban (nord-est) ainsi qu'entre Agen (nord-ouest) et Toulouse (sud-est).

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Beaumont-de-Lomagne[1]
Esparsac Sérignac Vigueron
Gimat   Comberouger
Auterive Faudoas Bouillac,
Escazeaux

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 4 616 hectares ; son altitude varie de 96 à 252 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Elle se trouve au carrefour de la RD 928 de Montauban à Auch (ancienne route nationale 128 déclassée) et de la RD 3.

La ligne 849 du réseau liO relie le centre de la commune à la gare de Dieupentale, en correspondance avec des TER Occitanie vers Toulouse et Montauban, et la ligne 933 relie la commune à Montauban ou Auch[3].

Les gares les plus proches de la commune sont la gare de Castelsarrasin ou la gare de Montauban-Ville-Bourbon. Pour le fret, la gare de Beaumont-de-Lomagne sur la ligne de Castelsarrasin à Beaumont-de-Lomagne[4] dessert la commune.

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

HydrographieModifier

La commune est dans le bassin versant de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[5]. Elle est drainée par la Gimone, le ruisseau de Tessonne, la Folie, L'Averan, le Galet, le ruisseau de Caravêche, le ruisseau d'en Vidalot, le ruisseau de Sasserot, un bras de la Gimone, un bras de la Gimone, le ruisseau de Bréville, le ruisseau de Capélas, le ruisseau de Dubernet, le ruisseau de Guiraud, et par deux petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 69 km de longueur totale[6],[Carte 1].

La Gimone, d'une longueur totale de 136 km, prend sa source dans la commune de Saint-Loup-en-Comminges et s'écoule du sud vers le nord. Elle traverse la commune et se jette dans la Garonne à Castelferrus, après avoir traversé 54 communes[7].

Le ruisseau de Tessonne, d'une longueur totale de 21,8 km, prend sa source dans la commune de Faudoas et s'écoule du sud-ouest vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Bourret, après avoir traversé 10 communes[8].

 
Réseaux hydrographique et routier de Beaumont-de-Lomagne.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[9]

  • Moyenne annuelle de température : 13,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 746 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sérignac », sur la commune de Sérignac, mise en service en 1978[14] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[15],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,7 °C et la hauteur de précipitations de 676,4 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Montauban », sur la commune de Montauban, mise en service en 1885 et à 33 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 13,6 °C pour 1981-2010[18] à 14 °C pour 1991-2020[19].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[20] : le « bois de la Crambe » (123 ha), couvrant 2 communes du département[21], et le « ruisseau de la Tessone, bois et lac » (135 ha), couvrant 6 communes du département[22] et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[20] : le « cours de la Gimone et de la Marcaoue » (3 085 ha), couvrant 60 communes dont cinq dans la Haute-Garonne, 37 dans le Gers, une dans les Hautes-Pyrénées et 17 dans le Tarn-et-Garonne[23].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Beaumont-de-Lomagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[24],[I 1],[25]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beaumont-de-Lomagne, une unité urbaine monocommunale[I 2] de 3 765 habitants en 2018, constituant une ville isolée[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beaumont-de-Lomagne, dont elle est la commune-centre[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (84,3 %), zones urbanisées (5,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,7 %), forêts (3,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1 %), eaux continentales[Note 8] (0,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,7 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Beaumont-de-Lomagne, bastide fondée en 1276 à la suite de l’acte de paréage entre l’abbaye de Grandselve et le roi Philippe le Hardi représenté par son sénéchal de Toulouse, Eustache de Beaumarchès, se voit octroyer en 1278 une charte de coutumes très libérale pour l’époque qui définit les droits et les devoirs de ses habitants[27].

En 1280 commence à s’élever la vaste église à chevet plat trahissant l’influence de Cîtaux. Le clocher, réalisé au XVe siècle, ressemble à celui de Saint-Sernin, à Toulouse.

La halle de Beaumont-de-Lomagne, au centre de la place, est destinée à abriter le marché du samedi. La construction de l’église se termine vers 1430 et l'évêque de Montauban, chassé de cette ville par les Anglais, en fait sa cathédrale jusqu’en 1432.

Le XIVe siècle est marqué par le début de la guerre de Cent Ans. Prise par les Anglais en 1345, Beaumont est délivrée en 1350 mais continue à subir les pillages des routiers et la guerre civile due à l’opposition de deux chefs militaires : le comte de Foix et Jean d'Armagnac. Le siècle se termine par une épidémie de peste qui fait 500 morts.

Beaumont, cité catholique était entourée par trois villes protestantes : Montauban, Mas-Grenier et Mauvezin. En 1577, Henri III vendit Beaumont à Henri III de Navarre (futur Henri IV), chef des protestants dont une troupe venait de massacrer une centaine de beaumontois.

En décembre 1580, six-cents mercenaires de Montauban, démobilisés, prirent Beaumont et y restèrent deux mois, causant beaucoup de dégâts. La paix revenue, beaucoup de Beaumontois avaient adopté les idées de tolérance d’Henri IV.

Au XVIIe siècle, Louis XIII fait assiéger plusieurs villes du Sud-Ouest dont Beaumont. Le « Château du Roi » est détruit par décret royal. En 1639 Louis XIII vend Beaumont au prince de Condé.

Pendant la minorité de Louis XIV, l’un des chefs de la Fronde étant Arnaud de Conti, vicomte de Beaumont, la ville est occupée en 1651 par les troupes des princes rebelles. Sans combat, Beaumont finit pourtant ruinée et doit payer une lourde amende de 15 000 livres, qui est avancée par M. Fermat, M. de Toureil et Jean-Georges de Saliné, seigneur de Roujos, capitoul de la Dalbade à Toulouse en 1644 et en 1654, né à Beaumont en 1597, décédé à Beaumont en 1689 (fonds Saliné archives du Gers). Une terrible épidémie de peste s'ensuit.

En 1702, la ville ne compte que 2 400 habitants. Avec la période de paix, elle entreprend différents travaux et redevient prospère.

En 1777, les remparts sont détruits. Le passé guerrier de Beaumont n’est plus qu’un souvenir. Après avoir envoyé un délégué aux États Généraux, Beaumont crée un club révolutionnaire.

À partir de 1790, la ville fait partie du département de Haute-Garonne et se voit écartée au profit de Grenade, sa voisine et rivale, de la fonction de chef-lieu de district.

En 1808, à la suite du nouveau découpage des départements par Napoléon Ier, Beaumont est désormais en Tarn-et-Garonne.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la ville était située dans la zone libre. Le , la Gestapo y arrêta le commissaire de police et résistant Jean Philippe.

De nos jours, si l’importance des grandes foires a décru, Beaumont demeure un marché agricole important grâce à la culture de l’ail.

De son passé qui ne fut pas sans gloire, elle garde la mémoire grâce à ses vieux édifices : l’église, semi-forteresse dont la masse imposante domine la ville, la grande halle à l’importante charpente ainsi qu’une quinzaine d’hôtels particuliers dont la majorité date de la période allant du XVIIe au XIXe siècle.

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : D'or au mont d'azur sommé d'un saule de sept branches sans feuilles de sinople, au chef aussi d'azur chargé de trois fleurs de lys du champ[28].


Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt sept[29],[30].

Composition du conseil municipal 2020-2026
Liste Tendance Effectif Statut
Jean-Luc DEPRINCE DVG-PRG 21 Majorité
Jacqueline TONIN DVD 4 Opposition
Christian MAILFERT DVD 2 Opposition

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1896 1912 Jean Bedouch    
1912 1924 Marc Frayssinet PRS Député
1924 1929 Paul Gesse    
1929 1941 Léon Laurent    
1941 1944 Marc Frayssinet    
1944 1948 Léon Laurent    
1948 1959 Irénée Sartre    
mars 1959 mai 1959 Auguste Seris    
mai 1959 mars 1971 Paul Suquet    
mars 1971 1986 Henri Daudignon PS[31]  
1986 mars 2001 Pierre Calvignac PS[31] Professeur
mars 2001 mars 2008 Faustin Llido RPR puis UMP Médecin
Conseiller général du canton de Beaumont-de-Lomagne (1998 → 2004)
mars 2008 En cours Jean-Luc Deprince PRG-MRSL Agriculteur
Conseiller général (2011 → 2015) puis départemental du Canton de Beaumont-de-Lomagne (2015 → )
Vice-président de la CC de la Lomagne Tarn-et-Garonnaise
Président de la fédération départementale du PRG (jusqu'en 2021)
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[33].

En 2019, la commune comptait 3 773 habitants[Note 9], en augmentation de 0,03 % par rapport à 2013 (Tarn-et-Garonne : +4,13 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 7003 7133 4123 7704 1304 2114 1124 1644 176
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2854 3004 4564 3444 5134 3714 1994 0403 859
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 7323 4943 5773 0933 2423 0623 0663 1833 469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2009 2014
3 4863 6293 6253 5793 4883 6903 6913 8093 746
2019 - - - - - - - -
3 773--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[36] 1975[36] 1982[36] 1990[36] 1999[36] 2006[37] 2009[38] 2013[39]
Rang de la commune dans le département 6 6 6 6 6 9 9 10
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

ÉconomieModifier

RevenusModifier

En 2018, la commune compte 1 630 ménages fiscaux[Note 10], regroupant 3 529 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 990 [I 7] (20 140  dans le département[I 8]). 37 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 11] (42,6 % dans le département).

EmploiModifier

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 9] 9,1 % 10 % 10,3 %
Département[I 10] 8,4 % 10,2 % 10,3 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 2 076 personnes, parmi lesquelles on compte 71,4 % d'actifs (61,2 % ayant un emploi et 10,3 % de chômeurs) et 28,6 % d'inactifs[Note 12],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Beaumont-de-Lomagne[Carte 3],[I 12]. Elle compte 1 739 emplois en 2018, contre 1 698 en 2013 et 1 801 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 303, soit un indicateur de concentration d'emploi de 133,5 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 47,9 %[I 13].

Sur ces 1 303 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 685 travaillent dans la commune, soit 53 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 82,2 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 0,5 % les transports en commun, 11,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 5,7 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agricultureModifier

Secteurs d'activitésModifier

364 établissements[Note 13] sont implantés à Beaumont-de-Lomagne au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 14],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 364 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
35 9,6 % (9,6 %)
Construction 31 8,5 % (14,9 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
121 33,2 % (29,7 %)
Information et communication 1 0,3 % (1,9 %)
Activités financières et d'assurance 13 3,6 % (3,4 %)
Activités immobilières 15 4,1 % (3,3 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
47 12,9 % (14,1 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
61 16,8 % (13,6 %)
Autres activités de services 40 11 % (9,3 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 33,2 % du nombre total d'établissements de la commune (121 sur les 364 entreprises implantées à Beaumont-de-Lomagne), contre 29,7 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises et commercesModifier

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[40] :

  • Jardins Du Midi, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (44 929 k€)
  • Top Alliance, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (34 588 k€)
  • Ivy D'or, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (25 993 k€)
  • Condifrance, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (12 694 k€)
  • Ligne Directe Production, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (7 571 k€)

L'artisanat ainsi que le commerce y sont bien représentés.

AgricultureModifier

La commune est dans la Lomagne, une petite région agricole située dans le sud-ouest du département de Tarn-et-Garonne[41]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 15] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 115 95 59 55
SAU[Note 16] (ha) 3 933 3 642 3 763 3 896

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 115 lors du recensement agricole de 1988[Note 17] à 95 en 2000 puis à 59 en 2010[43] et enfin à 55 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 52 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 57 % de ses exploitations[44],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 3 933 ha en 1988 à 3 896 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 34 à 71 ha[43].

Ail blanc de Lomagne et est orientée principalement vers la production de céréales et des oléo-protéagineux, viticulture Saint-sardos (AOVDQS), élevage du cheval de race trotteur français.

Vie localeModifier

SantéModifier

La commune possède un centre communal d'action sociale, deux maison de retraite, un EHPAD, un laboratoire d'analyse médicale, un service d'ambulances, des infirmiers, des sages-femmes, des médecins généralistes, des professionnels de la rééducation, de l'appareillage, des pédicures-podologues, des dentistes[45], un centre de réadaptation cardiaque.

Service publicModifier

EnseignementModifier

Beaumont-de-Lomagne fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par l'école maternelle du Blanc le groupe scolaire Fermat, le collège Despeyrous, le lycée professionnel et l'Université populaire pour le secteur public et l'école Sainte-Lucile, le collège Saint-Joseph, et le lycée agricole pour le secteur privé.

SportsModifier

ÉquipementModifier

Culture et festivitéModifier

Fête à Fermat (chaque année en juin), fête de l'ail (chaque année en juillet), médiathèque, salle de cinéma, office de tourisme.

AssociationsModifier

De nombreuses associations y existent, avec d'autres infrastructures qui abritent les associations (Croix-Rouge, Restos du cœur, etc.).

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de la Lomagne tarn-et-garonnaise[46].

Sur la commune, il existe une déchèterie (ZA de Bordevieille).

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Maison à deux croisées du XVIe siècle, rue de l’Église ;
  • Maison du Seigneur d’Argombat (XVIe), rue de l’Église. Jean-Jacques de Saliné sieur d'Argombat épouse Ursule de Garaud de Vieillevigne. Il possède aussi le château d'Argombat acheté aux religieux de l'abbaye de Belleperche (abbé Frayssinet) ;
  • Hôtel de Saliné puis de Ruble, rue Fermat ;
  • Maison de Jean d’Armagnac, (XVe siècle), rue de la République ;
  • Hôtel de Noble (XVIIIe), rue de la République ;
  • Hôtel Vergnes (XVIe et XVIIIe), rue de Lomagne ;
  • Les Cordeliers, hôpital Saint-Jacques au XIIIe et XIVe, couvent au XVIIe, 8 rue Despeyrous[49];
  • Couvent des clarisses XVIIe, rue Toureilh ;
  • Hôtel Pierre Long, c. 1780-1785, 1, rue Nationale, avec une très belle façade sur le jardin, au revers[50];
  • Hôtel aujourd’hui appelé “Maison des Lumières” (hôtel de Voyageurs), rue de la Font, lui aussi doté d’une impressionnante façade arrière, néoclassique et néopalladienne, s’ouvrant sur le jardin par deux étages de galeries à colonnes. Ce morceau de bravoure paraît dater de la première moitié du XIXe s. (c. 1840 ?), mais le reste de l’édifice remonte aux XVIIe et XVIIIe siècles ;
  • Hôtel de François Bordes, rue Nationale ;
  • Maison de François-Isidore Darquier, rue Darquier ;
  • Premières maisons de Beaumont, rue Launac et rue Toureilh ;
  • L'église Saint-Jean de Saint-Jean-de-Coquessac, inscrite à l'inventaire général du patrimoine culturel[51].
  • Chapelle Notre-Dame de Beaumont-de-Lomagne.
  • Deux monuments aux morts l'un pour les soldats tombés en 1914-1918 et 1939-1945, rond-point du ; l'autre, plus rare, honore les soldats de la guerre de 1870-1871, place Jean Moulin.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Tradition culinaireModifier

Soupe traditionnelle à l'ail[52].

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • [Babinet 1888] Gustave Babinet de Rencongne (transcription et annotation), Le livre juratoire de Beaumont-de-Lomagne : Cartulaire d'une bastide de Gascogne, Montauban, Société archéologique de Tarn-et-Garonne, Imprimerie et lithographie Forestié, , 276 p. (lire en ligne)
  • Carte géologique de la France à 1/50 000 - Beaumont-de-Lomagne, BRGM Direction du service géologique et des laboratoires, 1968 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[11].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  11. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  12. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  13. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  14. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  15. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  16. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  17. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[42].
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Beaumont-de-Lomagne » sur Géoportail (consulté le 1 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Beaumont-de-Lomagne » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Beaumont-de-Lomagne » (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Beaumont-de-Lomagne » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Tarn-et-Garonne » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Beaumont-de-Lomagne » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Tarn-et-Garonne » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Beaumont-de-Lomagne » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Beaumont-de-Lomagne » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Tarn-et-Garonne » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Lignes régulières dans le Tarn-et-Garonne », sur liO : Service Public Occitanie Transports (consulté le ).
  4. « Ligne de Castelsarrasin à Beaumont-de-Lomagne », sur Histoire de lignes oubliées.., (consulté le ).
  5. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  6. « Fiche communale de Beaumont-de-Lomagne », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  7. Sandre, « la Gimone »
  8. Sandre, « le Ruisseau de Tessonne »
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  11. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  14. « Station Météo-France Sérignac - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Orthodromie entre Beaumont-de-Lomagne et Sérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Sérignac - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Beaumont-de-Lomagne et Montauban », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Beaumont-de-Lomagne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF le « bois de la Crambe » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF le « ruisseau de la Tessone, bois et lac » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF le « cours de la Gimone et de la Marcaoue » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. « Beaumont de Lomagne en Tarn-et-Garonne (82) le site officiel de la commune », sur www.beaumont-de-lomagne.fr.
  28. « Beaumont de Lomagne en Tarn-et-Garonne (82) le site officiel de la commune », sur www.coll82.com.
  29. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  30. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014.
  31. a et b « Municipales triangulaire possible au second tour », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
    « À Beaumont-de-Lomagne, le maire socialiste qui ne se représentait pas sera remplacé par un conseiller général RPR. [...] Il faut rappeler que la ville était détenue par le PS depuis 1971, 30 ans tout juste. ».
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. « Entreprises à Beaumont-de-Lomagne », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  41. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  42. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  43. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Beaumont-de-Lomagne - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  44. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de Tarn-et-Garonne » (consulté le ).
  45. « Beaumont de Lomagne en Tarn-et-Garonne (82) le site officiel de la commune », sur www.beaumont-de-lomagne.fr.
  46. « Valorisation des déchets - Communauté de Communes de la Lomagne Tarn et Garonnaise », sur cc82.malomagne.com.
  47. Notice no IA00038971, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. a et b « Eglise Notre-Dame de l'Assomption », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  49. Notice no PA82000017, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. Notice no PA00095707, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. Notice no IA00039014, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Beaumont de Lomagne en Tarn-et-Garonne (82) le site officiel de la commune », sur www.beaumont-de-lomagne.fr.