Quartier Napoléon (Berlin)

bâtiment de l'arrondissement de Mitte, Berlin, Allemagne

Julius-Leber-Kaserne

Quartier Napoléon
Julius-Leber-Kaserne
Julius-Leber-Kaserne Anhaltiner Weg.JPG
Bâtiment principal de la caserne
Présentation
Type
Fondation
Propriétaire
Institute for Federal Real Estate (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gestionnaire
Patrimonialité
Monument du patrimoine architectural (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Quartier-Napoléon, ou Julius-Leber-Kaserne depuis 1994, est situé sur le Kurt Schumacher Damm au nord de Berlin, dans l'ancien Secteur des Forces françaises à Berlin comprenant les quartiers de Reinickendorf et Wedding. Il a été la plus importante garnison des Forces françaises en Allemagne entre 1947 et leur retrait durant la décennie 1990, soit pendant près d'un demi-siècle.

HistoriqueModifier

Casernements des aérostiers et de la policeModifier

A l'emplacement du quartier actuel s'élève à la fin du XIXe siècle une caserne hébergeant un bataillon d'aérostiers. En 1928, les bâtiments sont attribués à la Police allemande.

Hermann Goering KaserneModifier

En 1933, la caserne est affectée à la Luftwaffe. À cet effet, elle est rénovée et agrandie sous le nom de Caserne Hermann Goering. Achevés en 1936, les travaux coûtent près de 80 millions de reichsmarks. Les casernements occupent alors une surface de 80 ha, les bâtiments de 21 types différents présentant l'aspect de maisons d'habitation. Une route ovoïde - de la largeur d'une chaussée d'autoroute - y dessert les principales sections, avec des embranchements sur chacun des bâtiments. Au centre du quartier, un complexe sportif est aménagé. De 1937 à 1939 y est constituée la Fallschirm-Panzer-Division 1. Hermann Göring. En 1943, la moitié du quartier est aménagée en hôpital militaire.

Lors de la Bataille de Berlin en 1945, la caserne fait partie des secteurs de défense G et H de Berlin- Nord. L'Armée rouge l'investit les 24 et . Après les combats, 20 % des bâtiments sont encore habitables, 40 % endommagés et 40 % entièrement détruits.

Caserne du Secteur-militaire français de BerlinModifier

Conformément aux termes de l'Accord quadripartite sur Berlin, la caserne est remise en état par le Génie militaire Français, notamment par le 6e régiment du matériel, dont l'état-major en Allemagne d'alors est basé à Rastatt. Elle est alors affectée au Forces françaises à Berlin et dénommée Quartier-Napoléon, en mémoire de l'entrée de ce dernier dans Berlin le à l'issue des victoires de la Grande Armée à Iéna et Auerstaedt.

Opportunément situé près de l'Aéroport de Berlin-Tegel, l'ensemble s'inscrit dans un triangle parfait autour d'un stade en son centre. Outre les installations militaires et de très nombreux logements, cette « ville dans la ville » comporte alors un cinéma, un stade, une piscine, un mess (hôtel et restaurant militaires), des économats (supermarché militaire français), la Poste française aux armées, une gendarmerie, un lycée, une école et une chapelle.

Le 46e Régiment d'Infanterie, y étant caserné à partir de 1947, quitte le Quartier le  ; le 11e Régiment de Chasseurs y ayant également été en garnison.

Une antenne du Génie, la 110è compagnie du Génie, était présente sur le site également.

Le 357ème hôpital des armées Pasteur y offrait un service de médecine, un autre de chirurgie, une pharmacie militaire et un cabinet dentaire.

Julius Leber KaserneModifier

En 1994, au terme de la présence des Forces françaises à Berlin, le Quartier est repris par la Bundeswehr et rebaptisé « Caserne Julius Leber ».

AnnexesModifier