Énergie durable

L'utilisation d’énergie est considérée comme durable si elle répond aux besoins du présent sans compromettre les besoins des générations futures. Les définitions de l'énergie durable incluent généralement des aspects environnementaux, comme les émissions de gaz à effet de serre, et des aspects sociaux et économiques, comme la précarité énergétique.

Grands rectangles réfléchissants composés de panneaux solaires au milieu d'une plaine.
Trois éoliennes au bord d'une route terreuse.
Une femme de dos cuisant du pain sur un meuble cylindrique vert et noir.
Un train gris parcouru d'une ligne rouge arrêté à une gare.
L'énergie durable implique l'augmentation de la production d'énergie renouvelable, la mise à disposition universelle d'une énergie sûre et la conservation de l'énergie. Dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant du haut à gauche : centrale solaire thermodynamique avec stockage de la chaleur dans des sels fondus en Espagne, énergie éolienne en Afrique du Sud, transports publics à Singapour et cuisine propre en Éthiopie.

Les sources d'énergie renouvelables telles que l'énergie éolienne, l'énergie hydroélectrique, l'énergie solaire et l'énergie géothermique sont généralement beaucoup plus durables que les sources de combustibles fossiles. Toutefois, certains projets d'énergie renouvelable, comme le déboisement pour la production de biocarburants, peuvent causer de graves dommages environnementaux. L'énergie nucléaire est une source à faible émission de carbone et son bilan de sécurité est comparable à celui de l'énergie éolienne et solaire, mais sa durabilité fait l'objet de débats en raison des préoccupations liées à la prolifération nucléaire, aux déchets nucléaires et aux accidents. Le passage du charbon au gaz naturel présente des avantages pour l'environnement, mais retarde le passage à des options plus durables.

La transition énergétique visant à répondre de manière durable aux besoins mondiaux en électricité, en chauffage, en refroidissement et en transport est l'un des plus grands défis auxquels l'humanité est confrontée au XXIe siècle. La production et la consommation d'énergie sont responsables de plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serre qui provoquent le changement climatique, la pénurie d'eau et la perte de la biodiversité, et peuvent générer des déchets toxiques. La consommation de combustibles fossiles et de biomasse contribue largement à la pollution atmosphérique, qui est à l'origine de quelque 7 millions de décès chaque année. 770 millions de personnes n'ont pas accès à l'électricité et plus de 2,6 milliards de personnes utilisent des combustibles polluants comme le bois ou le charbon de bois pour cuisiner.

Les coûts de l'énergie éolienne, solaire et des batteries ont rapidement baissé et devraient continuer à baisser grâce à l'innovation et aux économies d'échelle. Pour accueillir une part plus importante de sources d'énergie variables, le réseau électrique a besoin d'infrastructures supplémentaires telles que le stockage de l'énergie sur le réseau. Ces sources ont généré 8,5 % de l'électricité mondiale en 2019, une part qui a augmenté rapidement. Un système énergétique durable verra probablement une évolution vers une utilisation accrue de l'électricité dans des secteurs tels que les transports, les économies d'énergie et l'utilisation d'hydrogène produit par des énergies renouvelables ou à partir de combustibles fossiles avec capture et stockage du carbone. L'électricité et les combustibles propres se démocratisent pour remplacer l'utilisation de combustibles de cuisson très polluants dans les pays à faible revenu. L'accord de Paris sur le climat visant à limiter le changement climatique et les objectifs de développement durable des Nations unies visent une transition rapide vers l'énergie durable. Les gouvernements utilisent diverses politiques pour promouvoir une utilisation plus durable de l'énergie, comme les normes d'efficacité énergétique, la tarification du carbone, les réglementations sur la pollution par les combustibles fossiles, les investissements dans les énergies renouvelables et la suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles.

Définitions et contexteModifier

Développement durable et critères de durabilitéModifier

Le concept de développement durable, dont l'énergie est une composante essentielle, est décrit par la commission Brundtland de l'Organisation des Nations unies (ONU) dans son rapport de 1987 intitulé Notre avenir à tous. Elle définit le développement durable comme un développement qui « répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs »[1]. Cette description du développement durable a depuis été reprise dans de nombreuses définitions et explications de l'énergie durable[2],[3],[4],[1]. Aucune interprétation de la manière dont le concept de durabilité s'applique à l'énergie n'a été acceptée dans le monde entier[5]. La Commission économique pour l'Europe des Nations unies (CEE-ONU) et divers spécialistes du domaine incluent trois dimensions de la durabilité dans leurs définitions de l'énergie durable :

La transition énergétique vise à répondre de manière durable aux besoins mondiaux en matière d'électricité, de chauffage, de refroidissement et de transport et représente l'un des plus grands défis auxquels l'humanité est confrontée au XXIe siècle, tant en ce qui concerne la satisfaction des besoins actuels que les effets sur les générations futures[8],[9]. Améliorer l'accès à l'énergie dans les pays les moins avancés et rendre l'énergie plus propre sont des éléments essentiels pour atteindre la plupart des objectifs de développement durable fixés par l'ONU pour 2030 ; ceux-ci couvrent des questions allant de la lutte contre le changement climatique à l'égalité entre les sexes[10]. L'Objectif de développement durable no  7 appelle à « garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable » d'ici 2030[11].

Enjeux environnementauxModifier

 
Les sources d'énergie renouvelables (qui font partie des approches énergétiques durables) ont augmenté entre 2000 et 2019, mais le charbon, le pétrole et le gaz naturel restent les principales sources d'énergie dans le monde[12].

Le système énergétique actuel contribue à de nombreux problèmes environnementaux, notamment le changement climatique, la pollution de l'air, la perte de la biodiversité, le rejet de toxines dans l'environnement et la pénurie d'eau. En 2014, la production et la consommation d'énergie ont été responsables de 72 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre d'origine humaine. La production d'électricité et de chaleur contribue à 31 % des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine, l'utilisation de l'énergie dans les transports à 15 % et l'utilisation de l'énergie dans la fabrication et la construction à 12 %. En outre, 5 % sont émis par les processus associés à la production de combustibles fossiles et 8 % par diverses autres formes de combustion de carburants[13],[14].

La combustion de combustibles fossiles et de biomasse est une source majeure de polluants atmosphériques nocifs pour la santé humaine[15],[16]. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la pollution de l'air extérieur est à l'origine de 4,2 millions de décès par an[17] et que la pollution de l'air intérieur est à l'origine de 3,8 millions de décès par an[18]. Environ 91 % de la population mondiale vit dans des régions au niveau de pollution atmosphérique dépassant les limites recommandées par l'OMS[19]. Limiter le réchauffement climatique à °C pourrait sauver environ un million de ces vies par an d'ici 2050, tandis que limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C pourrait sauver des millions de vies tout en augmentant la sécurité énergétique et en réduisant la pauvreté[20],[21],[22]. De multiples analyses des stratégies de décarbonisation américaines ont montré que les avantages quantifiés pour la santé peuvent compenser de manière significative les coûts de mise en œuvre de ces stratégies[23]. La combustion du charbon libère des éléments précurseurs qui se transforment en ozone troposphérique et en pluies acides, surtout si le charbon n'est pas nettoyé avant la combustion[24].

Les impacts environnementaux vont au-delà des sous-produits de la combustion. Les déversements de pétrole en mer nuisent à la vie marine et peuvent provoquer des incendies qui libèrent des émissions toxiques[25]. Environ 10 % de l'utilisation mondiale de l'eau est consacrée à la production d'énergie, principalement pour le refroidissement des centrales thermiques. Dans les régions déjà sèches, cela contribue à la pénurie d'eau. La production de bioénergie, l'extraction et le traitement du charbon et l'extraction du pétrole nécessitent également de grandes quantités d'eau[26].

Précarité énergétiqueModifier

 
Carte du monde montrant où vivaient les personnes sans accès à l'électricité en 2016 — principalement en Afrique subsaharienne.

En 2019, 770 millions de personnes n'avaient pas accès à l'électricité, les trois quarts de ces personnes vivant en Afrique subsaharienne[27]. En 2020, plus de 2,6 milliards de personnes dans les pays en développement dépendent de l'utilisation de combustibles polluants tels que le bois, les déjections animales, le charbon ou le kérosène pour cuisiner[28].

La cuisson avec des combustibles polluants est à l'origine d'une pollution nocive de l'air à l'intérieur des habitations, qui est à l'origine de 1,6 à 3,8 millions de décès par an, selon les estimations[29],[30], et contribue également de manière significative à la pollution de l'air extérieur[31]. Les effets sur la santé se concentrent sur les femmes, qui sont susceptibles d'être responsables de la cuisson, et sur les jeunes enfants[31]. De plus, la collecte de combustibles expose les femmes et les enfants à des risques de sécurité et prend souvent 15 heures ou plus par semaine, ce qui limite le temps pour l'éducation, le repos et le travail rémunéré[31]. De graves dommages environnementaux locaux, y compris la désertification, peuvent être causés par la récolte excessive de bois et d'autres matériaux combustibles[32].

Une énergie fiable et abordable, en particulier l'électricité, est essentielle pour les domaines de la santé, de l'éducation et du développement économique[33]. Dans les hôpitaux, l'électricité est nécessaire pour le fonctionnement des équipements médicaux, la réfrigération des vaccins et des médicaments, et l'éclairage[33], mais une enquête menée en 2018 dans six pays d'Asie et d'Afrique a révélé que la moitié des établissements de santé n'avaient pas ou peu accès à l'électricité dans ces régions[34]. Les ménages sans électricité utilisent généralement des lampes à kérosène pour s'éclairer, ce qui émet des fumées toxiques[35].

Économies d'énergieModifier

 
L'utilisation mondiale d'énergie est très inégale. Les pays à revenu élevé comme les États-Unis et le Canada utilisent 100 fois plus d'énergie par habitant que certains des pays les moins avancés d'Afrique.

L'augmentation de l'efficacité énergétique est l'un des moyens les plus importants de réduire la pollution liée à l'énergie tout en offrant des avantages économiques et en améliorant la qualité de vie. Pour certains pays, l'efficacité peut améliorer la sécurité énergétique en réduisant la dépendance aux importations de combustibles fossiles. L'efficacité a le potentiel de ralentir la croissance de la demande d'énergie afin de permettre à l'offre croissante d'énergie propre de réduire considérablement l'utilisation de combustibles fossiles[36]. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que 40 % des réductions d'émissions de gaz à effet de serre nécessaires pour respecter l'accord de Paris sur le climat peuvent être réalisées en augmentant l'efficacité énergétique[37],[38]. Les voies d'atténuation du changement climatique qui sont conformes à ces objectifs montrent que l'utilisation de l'énergie doit rester à peu près la même entre 2010 et 2030, puis augmenter légèrement d'ici 2050[39].

Les améliorations de l'efficacité énergétique ont ralenti entre 2015 et 2018, en partie à cause des préférences des consommateurs pour des voitures plus grandes. À l'échelle mondiale, les gouvernements n'ont pas non plus fortement accru leurs ambitions en matière de politique d'efficacité énergétique au cours de cette période[38]. Les politiques visant à améliorer l'efficacité peuvent inclure des codes de construction, des normes de performance et la tarification du carbone[40]. L'efficacité énergétique et les énergies renouvelables sont souvent considérées comme les deux piliers de l'énergie durable[41],[42].

Le changement de comportement est un autre moyen important d'économiser l'énergie. Dans le scénario de l'AIE visant à atteindre des émissions nettes nulles de gaz à effet de serre en 2050, plusieurs changements comportementaux importants sont décrits, dont la moitié environ découle du transport. Dans leur scénario, certains vols d'affaires sont remplacés par des vidéoconférences, le vélo et la marche gagnent en popularité et davantage de personnes utilisent les transports publics[43]. La plupart des changements de comportement devraient être obtenus par le biais de politiques gouvernementales, telles que le développement de réseaux ferroviaires à grande vitesse, qui encourageraient les gens à renoncer à l'avion[44].

Sources d'énergieModifier

 
La capacité des énergies renouvelables en 2020 a augmenté de plus de 45 % par rapport à 2019. Cela comprend une hausse de 90 % de la capacité mondiale de l'énergie éolienne (vert) et une expansion de 23 % des nouvelles installations solaires photovoltaïques (jaune)[45].

Sources renouvelablesModifier

Les technologies d'énergie renouvelable sont des contributeurs essentiels à l'énergie durable, car elles contribuent généralement à la sécurité énergétique mondiale et réduisent la dépendance à l'égard des ressources en combustibles fossiles, atténuant ainsi les émissions de gaz à effet de serre[46]. Les termes « énergie durable » et « énergie renouvelable » sont souvent utilisés de manière interchangeable[47]. Cependant, les projets d'énergie renouvelable soulèvent parfois d'importants problèmes de durabilité, tels que les risques pour la biodiversité lorsque des zones de grande valeur écologique sont converties en production de bioénergie ou en parcs éoliens ou solaires[48],[49].

L'hydroélectricité est la plus grande source d'électricité renouvelable, tandis que l'énergie solaire et l'énergie éolienne ont connu une croissance et des progrès substantiels au cours des dernières années ; l'énergie solaire photovoltaïque et l'énergie éolienne terrestre sont les moyens les moins coûteux d'augmenter la capacité de production d'électricité dans la plupart des pays[50],[51]. D'ici 2030, les solutions d'énergie renouvelable décentralisées telles que les mini-réseaux alimentés par l'énergie solaire sont susceptibles d'être les méthodes les moins coûteuses pour alimenter les domiciles de plus de la moitié des 770 millions de personnes qui n'ont actuellement pas accès à l'électricité[27].

SolaireModifier

L'énergie solaire est une ressource propre et disponible en abondance dans de nombreuses régions et représente la principale source d'énergie de la Terre[52]. En 2019, l'énergie solaire a fourni environ 3 % de l'électricité mondiale[53], principalement grâce aux panneaux solaires à base de cellules photovoltaïques. Ces panneaux sont montés au sommet de bâtiments ou utilisés dans des parcs solaires connectés au réseau électrique. Le coût de l'énergie solaire photovoltaïque a rapidement baissé, ce qui a entraîné une forte croissance de la capacité mondiale[54]. Le coût de l'électricité produite par les nouvelles fermes solaires est compétitif, voire moins cher dans de nombreux endroits, que l'électricité produite par les centrales au charbon existantes[55].

L'énergie solaire concentrée produit de la chaleur pour alimenter un moteur thermique. Comme la chaleur est stockée, ce type d'énergie solaire est acheminable : elle peut être produite en fonction des besoins[56]. Les systèmes de chauffage solaire thermique sont utilisés pour de nombreuses applications : eau chaude, chauffage des bâtiments, séchage et dessalement[57]. En 2018, l'énergie solaire a satisfait 1,5 % de la demande finale d'énergie pour le chauffage et le refroidissement[58].

Énergie éolienneModifier

 
Éoliennes au Xinjiang, en Chine.

En tant que source d'énergie propre, le vent a été un vecteur important du développement au cours des millénaires, fournissant le transport sur mer et l'énergie mécanique pour des processus industriels et la mise en valeur des terres[59]. En 2019, les éoliennes ont fourni environ 6 % de l'électricité mondiale[53]. L'électricité produite par les parcs éoliens terrestres est souvent moins chère que les centrales à charbon existantes, et compétitive avec le gaz naturel et le nucléaire[55]. Les éoliennes peuvent également être placées dans l'océan, où les vents sont plus réguliers et plus forts que sur terre, mais où les coûts de construction et de maintenance sont plus élevés. Selon les prévisions de certains analystes, l'énergie éolienne en mer deviendra moins chère que l'énergie éolienne terrestre au milieu des années 2030[60].

Les parcs éoliens terrestres, souvent construits dans des zones sauvages ou rurales, ont un impact visuel sur le paysage[61]. Les populations locales de chauves-souris peuvent être fortement impactées en cas de collisions avec les pales d'une éolienne[62]. Le bruit et la lumière vacillante créés par les turbines peuvent être gênants, et contraignent la construction près des zones densément peuplées. Contrairement aux centrales nucléaires et aux centrales à combustibles fossiles, l'énergie éolienne ne consomme pas d'eau pour produire de l'électricité[63]. La construction des éoliennes nécessite peu d'énergie par rapport à l'énergie produite par la centrale éolienne elle-même[64]. Les pales des éoliennes ne sont pas entièrement recyclables ; des recherches sont en cours sur des méthodes de fabrication de pales plus faciles à recycler[65].

HydroélectricitéModifier

 
Barrage de Guri, un barrage hydroélectrique au Venezuela.

Les centrales hydroélectriques convertissent l'énergie de l'eau en mouvement en électricité. En moyenne, l'hydroélectricité se classe parmi les sources d'énergie ayant les plus faibles niveaux d'émissions de gaz à effet de serre par unité d'énergie produite, mais les niveaux d'émissions varient énormément d'un projet à l'autre[66]. En 2019, l'hydroélectricité a fourni 16 % de l'électricité mondiale, alors qu'elle avait atteint un pic de près de 20 % au milieu et à la fin du XXe siècle[67],[68]. La même année, elle a produit 60 % de l'électricité au Canada et près de 80 % au Brésil[67].

Dans l'hydroélectricité conventionnelle, un réservoir est créé derrière un barrage. Les centrales hydroélectriques conventionnelles fournissent un approvisionnement en électricité hautement flexible et répartissable et peuvent être combinées à l'énergie éolienne et solaire pour assurer les pointes de consommation et compenser lorsque le vent et le soleil sont moins disponibles[69].

Dans la plupart des projets hydroélectriques conventionnels, la matière biologique qui est submergée par l'inondation du réservoir se décompose, devenant une source de dioxyde de carbone et de méthane[70]. Ces émissions de gaz à effet de serre sont particulièrement importantes dans les régions tropicales[71]. À leur tour, la déforestation et le changement climatique peuvent réduire la production d'énergie des barrages hydroélectriques[69]. Selon l'emplacement, la mise en œuvre de barrages à grande échelle peut déplacer les résidents et causer des dommages environnementaux locaux importants[69].

Les installations hydroélectriques au fil de l'eau ont généralement moins d'impact sur l'environnement que les installations à réservoir, mais leur capacité à produire de l'électricité dépend du débit du fleuve, qui peut varier en fonction des conditions météorologiques quotidiennes et saisonnières. Les réservoirs permettent de contrôler la quantité d'eau utilisée pour la lutte contre les inondations et la production flexible d'électricité, tout en assurant la sécurité en cas de sécheresse pour l'approvisionnement en eau potable et l'irrigation[72].

GéothermieModifier

 
Tours de refroidissement d'une centrale géothermique à Larderello, en Italie.

L'énergie géothermique est produite en exploitant la chaleur qui existe sous la croûte terrestre. La chaleur peut être obtenue en forant dans le sol puis en la transportant par un fluide caloporteur tel que l'eau, la saumure ou la vapeur[73]. L'énergie géothermique peut être exploitée pour la production d'électricité et pour le chauffage. L'utilisation de l'énergie géothermique se concentre dans les régions où l'extraction de la chaleur est économique : il faut une combinaison de chaleur, de débit et de perméabilité élevée[74]. Dans le monde, en 2018, la géothermie a fourni 0,6 % de la demande d'énergie finale en chauffage et refroidissement dans les bâtiments[58].

L'énergie géothermique est une ressource renouvelable car l'énergie thermique est constamment reconstituée à partir des régions voisines plus chaudes[75] et par la désintégration de particules radioactives dans le noyau terrestre[76]. Les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques géothermiques sont en moyenne de 45 grammes de dioxyde de carbone par kilowatt-heure d'électricité, soit moins de 5 % des émissions des centrales à charbon classiques[77]. La géothermie comporte un risque d'induction de séismes, nécessite une protection efficace pour éviter la pollution de l'eau et émet des émissions toxiques qui peuvent être captées[78].

BioénergieModifier

 
Fermier kényan allumant une lampe à biogaz. Le biogaz produit à partir de la biomasse est une source d'énergie renouvelable qui peut être utilisée pour cuisiner ou s'éclairer.

La biomasse est une source d'énergie renouvelable polyvalente et courante. Si la production de biomasse est bien gérée, les émissions de carbone peuvent être considérablement compensées par l'absorption du dioxyde de carbone par les plantes au cours de leur vie[79]. La biomasse peut être brûlée pour produire de la chaleur et de l'électricité ou convertie en biocarburants modernes tels que le biodiesel et l'éthanol[80],[81]. Les biocarburants sont souvent produits à partir de maïs ou de canne à sucre. Ils sont utilisés pour alimenter les transports, souvent mélangés à des combustibles fossiles liquides[79].

L'utilisation de terres agricoles pour la culture de la biomasse peut entraîner une diminution des terres disponibles pour la culture des aliments. Étant donné que la photosynthèse ne capte qu'une petite fraction de l'énergie de la lumière solaire et que les cultures nécessitent des quantités importantes d'énergie pour être récoltées, séchées et transportées, il faut beaucoup de terres pour produire de la biomasse[82]. Si la biomasse est récoltée à partir de cultures, comme les plantations d'arbres, la culture de ces cultures peut déplacer les écosystèmes naturels, dégrader les sols et consommer des ressources en eau et des engrais synthétiques[83],[84]. Environ un tiers de tout le bois utilisé comme combustible est récolté de manière non durable[85]. Dans certains cas, ces impacts peuvent en fait entraîner une augmentation des émissions globales de carbone par rapport à l'utilisation de carburants à base de pétrole[84],[86].

 
Une plantation de canne à sucre pour produire de l'éthanol au Brésil.

Aux États-Unis, l'éthanol à base de maïs a remplacé environ 10 % de l'essence automobile, ce qui nécessite une proportion importante de la récolte annuelle de maïs[87],[88]. En Malaisie et en Indonésie, le défrichage des forêts pour produire de l'huile de palme pour le biodiesel a entraîné de graves effets sociaux et environnementaux, car ces forêts sont des puits de carbone essentiels et abritent des espèces menacées[89].

Les sources de biomasse plus durables comprennent les cultures sur des sols impropres à la production alimentaire, les algues et les déchets[79]. Si la source de biomasse est constituée de déchets, les brûler ou les convertir en biogaz est une solution pour s'en débarrasser[83]. Les biocarburants de deuxième génération (en), produits à partir de plantes non alimentaires, réduisent la concurrence avec la production alimentaire, mais peuvent avoir d'autres effets négatifs, notamment des compromis avec les zones de conservation et la pollution atmosphérique locale[79].

Selon le Comité britannique sur le changement climatique, à long terme, toutes les utilisations de la bioénergie doivent utiliser le captage et le stockage du carbone (BECSC)[90], et les utilisations où le captage efficace du carbone n'est pas possible, comme l'utilisation de biocarburants dans les véhicules, devraient être progressivement abandonnées[91].

Lorsque la capture et séquestration est utilisée pour capter les émissions provenant de la combustion de la biomasse dans un processus connu sous le nom de bioénergie avec captage et stockage du carbone (BECSC), l'ensemble du processus peut entraîner une élimination nette du dioxyde de carbone de l'atmosphère. Le processus BECSC peut entraîner des émissions nettes positives en fonction de la manière dont la biomasse est cultivée, récoltée et transportée. En 2014, les voies d'atténuation les moins coûteuses pour atteindre l'objectif de °C décrivent généralement un déploiement massif du BECSC. Cependant, son utilisation à l'échelle décrite dans ces voies nécessiterait davantage de ressources que celles actuellement disponibles dans le monde. Par exemple, capturer 10 milliards de tonnes de CO2 par an nécessiterait la biomasse de 40 % des terres cultivées actuellement dans le monde[92].

Énergie marineModifier

L'énergie marine représente la plus petite part du marché de l'énergie. Elle englobe l'énergie marémotrice, qui approche la maturité, et l'énergie houlomotrice, qui est plus précoce dans son développement. Deux systèmes de barrages marémoteurs, en France et en Corée, représentent 90 % de la production totale. Si les dispositifs d'énergie marine isolés présentent peu de risques pour l'environnement, les impacts des dispositifs à plusieurs modules sont moins bien connus[93].

Sources non renouvelablesModifier

Les experts et les acteurs politiques (par exemple au sein de l'Union européenne) débattent longuement de la question de savoir si les sources d'énergie non renouvelables telles que l'énergie nucléaire et le gaz naturel peuvent être considérées comme durables et donc bénéficier d'un label d'investissement vert, ou non : des experts du Centre commun de recherche (CCR), l'organe d'expertise scientifique de l'UE, ont déclaré en que l'énergie nucléaire était « durable »[94]. Les débats sur le gaz naturel sont également en cours[94].

Substitution des combustibles fossiles et atténuationModifier

Pour une unité d'énergie produite, les émissions de gaz à effet de serre du cycle de vie du gaz naturel sont environ 40 fois supérieures à celles de l'énergie éolienne ou nucléaire, mais bien inférieures à celles du charbon. Le gaz naturel produit environ la moitié des émissions du charbon lorsqu'il est utilisé pour produire de l'électricité, et environ deux tiers des émissions du charbon lorsqu'il est utilisé pour produire de la chaleur. La réduction des fuites de méthane dans le processus d'extraction et de transport du gaz naturel permet de diminuer davantage les émissions[95]. Le gaz naturel produit moins de pollution atmosphérique que le charbon[96].

La construction de centrales électriques au gaz et de gazoducs est présentée comme un moyen d'éliminer progressivement la pollution due à la combustion du charbon et du bois et d'augmenter l'approvisionnement en énergie dans certains pays africains dont la population ou l'économie croît rapidement[97], mais cette pratique est controversée. Le développement d'infrastructures pour le gaz naturel risque de créer de nouvelles dépendances à des technologies produisant des gaz à effet de serre et conviendrait aux objectifs durables uniquement si les émissions sont capturées[98].

Les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques à combustibles fossiles et à biomasse peuvent être considérablement réduites par le captage et la séquestration du carbone, mais le déploiement de cette technologie est encore très limité, avec seulement 21 centrales à grande échelle en service dans le monde en 2020[99]. Ce processus est coûteux, et les coûts dépendent considérablement de la proximité du site par rapport à une géologie appropriée pour la séquestration du dioxyde de carbone[60],[100]. La séquestration peut être adaptée aux centrales électriques existantes, mais elle est alors plus énergivore[101]. La plupart des études utilisent une hypothèse selon laquelle la séquestration peut capter 85 à 90 % des émissions de CO2 d'une centrale électrique[102],[103]. Si 90 % des émissions de CO2 émises par une centrale électrique au charbon étaient capturées, ses émissions non captées seraient encore plusieurs fois supérieures aux émissions de l'énergie nucléaire, solaire ou éolienne par unité d'électricité produite[104],[105].

Énergie nucléaireModifier

Les centrales nucléaires sont utilisées depuis les années 1950 pour produire un approvisionnement régulier en électricité à faible teneur en carbone, sans créer de pollution atmosphérique locale. En 2020, les centrales nucléaires de plus de 30 pays ont produit 10 % de l'électricité mondiale[106], mais près de 50 % de l'électricité à faible teneur en carbone aux États-Unis et dans l'Union européenne. À l'échelle mondiale, l'énergie nucléaire est la deuxième source d'énergie à faible teneur en carbone après l'énergie hydraulique[107]. L'énergie nucléaire utilise peu de terres par unité d'énergie produite, par rapport aux principales énergies renouvelables[108].

Les émissions de gaz à effet de serre liées au cycle de vie de l'énergie nucléaire (y compris l'extraction et le traitement de l'uranium) sont similaires à celles des sources d'énergie renouvelables[109]. La réduction du temps et du coût de construction des nouvelles centrales nucléaires est un objectif poursuivi depuis des décennies, mais les progrès sont limités[110],[111].

La question de savoir si l'énergie nucléaire peut être considérée comme durable fait l'objet d'une controverse considérable, les débats tournant autour du risque d'accidents nucléaires, de la production de déchets nucléaires radioactifs et de la possibilité que l'énergie nucléaire contribue à la prolifération des armes nucléaires. Ces préoccupations ont donné naissance au mouvement antinucléaire. Le soutien du public à l'énergie nucléaire est souvent faible en raison des problèmes de sécurité, mais pour chaque unité d'énergie produite, l'énergie nucléaire est beaucoup plus sûre que l'énergie des combustibles fossiles et comparable aux sources renouvelables[112]. Le minerai d'uranium utilisé pour alimenter les centrales à fission nucléaire est une ressource non renouvelable, mais il en existe des quantités suffisantes pour assurer un approvisionnement pendant des centaines d'années[113]. Les voies d'atténuation du changement climatique prévoient généralement une augmentation de l'approvisionnement en électricité à partir du nucléaire, mais cette croissance n'est pas strictement nécessaire[114].

Diverses nouvelles formes d'énergie nucléaire sont en cours de développement, dans l'espoir de remédier aux inconvénients des centrales conventionnelles. L'énergie nucléaire basée sur le thorium, plutôt que sur l'uranium, pourrait offrir une plus grande sécurité énergétique aux pays qui ne disposent pas d'une grande quantité d'uranium[115]. Les petits réacteurs modulaires pourraient présenter plusieurs avantages par rapport aux grands réacteurs actuels : il devrait être possible de les construire plus rapidement, et leur modularité permettrait de réduire les coûts grâce à l'apprentissage par la pratique[116]. Plusieurs pays tentent de développer des réacteurs à fusion nucléaire, qui généreraient de très petites quantités de déchets et aucun risque d'explosion[117].

Transformation du système énergétiqueModifier

 
Émissions produites par les différents secteurs économiques, y compris les émissions générées par la production d'électricité et de chaleur, selon le cinquième rapport d'évaluation du GIEC de 2014.

Pour maintenir le réchauffement de la planète en dessous de °C, il faudra transformer complètement la façon dont l'énergie est à la fois produite et consommée. En 2019, 85 % des besoins énergétiques mondiaux sont satisfaits par la combustion de combustibles fossiles[118]. Pour maximiser l'utilisation des sources d'énergie renouvelables, les technologies d'utilisation de l'énergie, comme les véhicules, doivent être alimentées à l'électricité ou à l'hydrogène[119]. Les systèmes électriques devront également devenir plus flexibles pour s'adapter aux sources d'énergie renouvelables variables[120].

De nouvelles innovations sont nécessaires dans le secteur de l'énergie pour atteindre le niveau net zéro en 2050. L'Agence internationale de l'énergie estime que la plupart des réductions de CO2 jusqu'en 2030 peuvent être obtenues en déployant des technologies déjà utilisées. Pour l'objectif 2050, celles-ci représenteraient alors la moitié des réductions et elles devront alors être aidées par des technologies qui sont encore en développement en 2021. Les innovations futures dans le domaine des batteries, des électrolyseurs d'hydrogène et de la capture directe (en) avec séquestration du dioxyde de carbone — il s'agit alors de capturer le CO2 directement de l'atmosphère — sont identifiées comme potentiellement importants. Le développement de nouvelles technologies nécessite de la recherche et du développement, des démonstrations et des réductions des coûts du déploiement[121].

Le rôle croissant de l'électricitéModifier

L'électrification est un élément clé de l'utilisation durable de l'énergie. Il existe de nombreuses options pour produire de l'électricité de manière durable, mais il est relativement difficile de produire des carburants ou de la chaleur de manière durable à grande échelle[122]. Plus précisément, une électrification massive dans les secteurs de la chaleur et des transports pourrait être nécessaire pour rendre ces secteurs durables, les pompes à chaleur et les véhicules électriques jouant un rôle important[123]. En considérant une politique climatique ambitieuse, la part de l'énergie électrique utilisée doit doubler d'ici 2050, alors qu'elle représente 20 % des énergies utilisées en 2020[124].

En 2018, environ un quart de la production totale d'électricité provenait de sources renouvelables autres que la biomasse. La croissance de l'utilisation des énergies renouvelables a été nettement plus rapide dans ce secteur que dans celui du chauffage et des transports[125].

Gestion des sources d'énergie variablesModifier

 
Les bâtiments du quartier de Schlierberg, en Allemagne, produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment. Ils intègrent des panneaux solaires en toiture et sont construits pour une efficacité énergétique maximale.

Le solaire et l'éolien sont des sources d'énergie renouvelables variables qui fournissent de l'électricité de manière intermittente en fonction des conditions météorologiques et de l'heure de la journée[126],[127]. La plupart des réseaux électriques ont été construits pour des sources d'énergie non intermittentes telles que les centrales électriques au charbon[128]. À mesure que de plus grandes quantités d'énergie solaire et éolienne sont intégrées au réseau, des changements doivent être apportés au système énergétique pour garantir que l'offre d'électricité correspond à la demande[129]. En 2019, ces sources ont généré 8,5 % de l'électricité mondiale, une part qui a augmenté rapidement[53].

Il existe différents moyens de rendre le système électrique plus flexible. Dans de nombreux endroits, la production éolienne et solaire est complémentaire à l'échelle d'une journée et d'une saison : il y a plus de vent pendant la nuit et en hiver, lorsque la production d'énergie solaire est faible[129]. La liaison de différentes régions géographiques par des lignes de transmission à longue distance permet d'annuler davantage la variabilité[130]. La demande d'énergie peut être décalée dans le temps par la gestion de la demande d'énergie et l'utilisation de réseaux intelligents, correspondant aux moments où la production d'énergie variable est la plus élevée. Grâce au stockage, l'énergie produite en excès peut être libérée en cas de besoin[129]. La construction de capacités supplémentaires pour la production d'énergie éolienne et solaire peut contribuer à garantir la production d'une quantité suffisante d'électricité même en cas de mauvais temps ; en cas de temps optimal, il peut être nécessaire de réduire la production d'énergie. Les derniers besoins peuvent être couverts en utilisant des sources d'énergie acheminables telles que l'hydroélectricité, la bioénergie ou le gaz naturel[131].

Stockage de l'énergieModifier

 
Construction de réservoirs de sel pour stocker l'énergie thermique.

Le stockage de l'énergie permet de surmonter les obstacles liés à l'intermittence des énergies renouvelables et constitue donc un aspect important d'un système énergétique durable[132]. La méthode de stockage la plus couramment utilisée est l'hydroélectricité par pompage-turbinage, qui nécessite des sites présentant de grandes différences de hauteur et un accès à l'eau[132]. Les batteries, et plus particulièrement les batteries lithium-ion, sont également largement utilisées[133]. Elless contiennent du cobalt, qui est en grande partie extrait au Congo, une région politiquement instable. Un approvisionnement géographique plus diversifié peut garantir la stabilité de la chaîne d'approvisionnement et leur impact sur l'environnement peut être réduit par décyclage et recyclage[134],[135]. Les batteries stockent généralement l'électricité pendant de courtes périodes ; des recherches sont en cours sur une technologie ayant une capacité suffisante pour durer pendant plusieurs saisons[136]. Le stockage hydroélectrique par pompage et la conversion d'électricité en gaz avec une capacité d'utilisation de plusieurs mois ont été mis en œuvre dans certains endroits[137],[138].

En 2018, le stockage d'énergie thermique n'est généralement pas aussi pratique que la combustion de combustibles fossiles. Les coûts initiaux élevés constituent un obstacle à la mise en œuvre. Le stockage intersaisonnier de chaleur nécessite une grande capacité ; il a été mis en œuvre dans certaines régions à haute latitude pour le chauffage domestique[139].

HydrogèneModifier

L'hydrogène peut être brûlé pour produire de la chaleur ou alimenter des piles à combustible pour produire de l'électricité, avec zéro émission au point d'utilisation. Les émissions globales du cycle de vie de l'hydrogène dépendent de la façon dont il est produit. Une très faible partie de l'approvisionnement mondial actuel en hydrogène est actuellement créée à partir de sources durables. La quasi-totalité est produite à partir de combustibles fossiles, ce qui entraîne de fortes émissions de gaz à effet de serre. Les technologies de captage et de stockage du carbone permettraient de supprimer une grande partie de ces émissions[140].

L'hydrogène peut être produit par électrolyse de l'eau, en utilisant l'électricité pour diviser les molécules d'eau en hydrogène et en oxygène. Si l'électricité est produite de manière durable, le carburant qui en résulte sera également durable. Ce procédé est actuellement plus coûteux que la création d'hydrogène à partir de combustibles fossiles, et l'efficacité de la conversion énergétique est intrinsèquement faible[140]. L'hydrogène peut être produit lorsqu'il y a un surplus d'électricité renouvelable intermittente, puis stocké et utilisé pour générer de la chaleur ou pour produire à nouveau de l'électricité. Une conversion ultérieure en ammoniac permet de stocker plus facilement l'énergie sous forme liquide à température ambiante[141].

L'hydrogène pourrait jouer un rôle important dans la décarbonisation des systèmes énergétiques, car dans certains secteurs, il serait très difficile de remplacer les combustibles fossiles par l'utilisation directe de l'électricité[140]. L'hydrogène peut produire la chaleur intense nécessaire à la production industrielle d'acier, de ciment, de verre et de produits chimiques[142]. La sidérurgie est considérée comme l'utilisation de l'hydrogène qui serait la plus efficace pour limiter les émissions de gaz à effet de serre à court terme[142].

Technologies consommant de l'énergieModifier

TransportModifier

 
Personnes utilisant une piste cyclable à Vancouver, au Canada ; le vélo est un mode de transport durable.

Il existe de multiples façons de rendre les transports plus durables. Les transports en commun émettent souvent moins d'émissions par passager que les véhicules personnels tels que les voitures, en particulier lorsque le taux d'occupation est élevé[143],[144]. Les vols de courte distance peuvent être remplacés par des voyages en train (pouvant être à grande vitesse), qui consomment beaucoup moins de carburant[145],[146]. Les transports peuvent être rendus plus propres et plus sains en stimulant les transports non motorisés tels que le vélo, en particulier dans les villes[147]. L'efficacité énergétique des voitures a augmenté en raison des progrès technologiques[148], mais le passage aux véhicules électriques est une étape importante vers la décarbonisation des transports et la réduction de la pollution atmosphérique[123].

Rendre le transport de marchandises durable est un défi[149]. Les véhicules à hydrogène peuvent être une option pour les véhicules de plus grande taille, tels que les camions, qui n'ont pas encore été largement électrifiés en raison du poids des batteries nécessaires pour les déplacements sur de longues distances[150]. De nombreuses techniques nécessaires pour réduire les émissions du transport maritime et de l'aviation n'en sont qu'à leurs débuts, l'ammoniac propre étant un candidat prometteur pour le carburant des navires[151]. Le biocarburant pour l'aviation, certifié comme carburant durable d'aviation, pourrait être l'une des meilleures utilisations de la bioénergie, à condition qu'une partie du carbone soit capturée et stockée pendant la fabrication du carburant[90].

Chauffage et réfrigérationModifier

 
La partie extérieure d'une pompe à chaleur.

Une grande partie de la population mondiale n'a pas les moyens de refroidir suffisamment son logement. Outre la climatisation, qui nécessite une électrification et crée une demande d'électricité supplémentaire, la conception d'habitats passifs et la planification urbaine seront nécessaires pour garantir que les besoins en refroidissement soient satisfaits de manière durable[152]. De même, de nombreux ménages dans les pays en développement et les pays développés souffrent de pauvreté énergétique et ne peuvent pas chauffer suffisamment leur maison[153].

Les alternatives au chauffage aux combustibles fossiles comprennent l'électrification (pompes à chaleur ou chauffage électrique moins efficace), la géothermie, la biomasse, le solaire thermique et la chaleur résiduelle[154],[155],[156]. Les coûts de toutes ces technologies dépendent fortement du lieu, et l'adoption d'une technologie suffisante pour une décarbonisation profonde nécessite des interventions politiques rigoureuses[156]. L'AIE estime que les pompes à chaleur ne couvrent actuellement que 5 % des besoins de chauffage de bâtiments et de l'eau dans le monde, mais qu'elles pourraient en couvrir plus de 90 %[157]. Dans les zones urbaines à forte densité de population, l'espace pour des pompes à chaleur peut être limité, et un réseau de chaleur pourrait alors être mieux adapté à la demande[158].

IndustrieModifier

Plus d'un tiers de l'énergie est utilisée par l'industrie. La majeure partie de cette énergie est déployée dans des processus thermiques : production de vapeur, séchage et réfrigération. La part des énergies renouvelables dans l'industrie était de 14,5 % en 2017. Celle-ci comprend principalement de la chaleur à basse température fournie par la bioénergie et de l'électricité. Les activités les plus énergivores de l'industrie ont les parts d'énergie renouvelable les plus faibles, car elles sont confrontées à des limites dans la production de chaleur à des températures supérieures à 200 °C[159].

Pour certains processus industriels, tels que la production d'acier, la commercialisation de technologies qui n'ont pas encore été construites ou exploitées à pleine échelle sera nécessaire pour éliminer les émissions de gaz à effet de serre[160]. La production de plastique, de ciment et d'engrais nécessite également des quantités importantes d'énergie, avec des possibilités limitées de décarbonisation[161]. Le passage à une économie circulaire rendrait l'industrie plus durable, car elle implique un recyclage plus important et donc une utilisation moindre d'énergie par rapport à l'extraction de nouvelles matières premières[162].

Accès universel à l'énergieModifier

 
Une femme du Rajasthan rural (Inde) ramasse du bois pour cuisiner. La collecte du bois de chauffage demande beaucoup de travail et entraîne une pollution de l'air nocive.

Grâce à une planification et à une gestion responsables, il est possible de fournir un accès universel à l'électricité et à une cuisine propre d'ici 2030, tout en respectant les objectifs climatiques[163],[119]. Les systèmes hors réseau et mini-réseau basés sur les énergies renouvelables, tels que les petites installations photovoltaïques qui produisent et stockent suffisamment d'électricité pour un village, constituent des solutions importantes pour les zones rurales[163]. Un accès plus large à une électricité fiable conduirait à une moindre utilisation de lampes à pétrole et des générateurs diesel, qui sont actuellement courants dans le monde en développement[164].

 
En Équateur, tous les fours de cuisson sont en train d'être remplacés par des modèles électriques à induction, qui sont plus durables et parfois moins chers que le gaz de pétrole liquéfié[165].

L'une des grandes priorités du développement durable mondial est de réduire les problèmes sanitaires et environnementaux causés par la cuisson à la biomasse, au charbon et au kérosène[166]. Les alternatives comprennent les cuisinières électriques, les fours solaires, les cuisinières utilisant des combustibles propres et les cuisinières qui brûlent la biomasse plus efficacement et avec moins de pollution. Selon l'endroit, les combustibles propres pour la cuisson sont généralement le gaz de pétrole liquéfié (GPL), le biogaz produit localement, le gaz naturel liquéfié (GNL) ou l'alcool[167]. Les cuisinières électriques à induction sont moins polluantes que le GPL, même lorsqu'elles sont connectées à des sources d'énergie au charbon, et sont parfois moins chères[165]. L'Organisation mondiale de la santé encourage la poursuite des recherches sur la technologie des cuisinières à biomasse, car aucune cuisinière à biomasse largement disponible ne respecte les limites d'émissions recommandées[168].

La transition vers des méthodes de cuisson plus propres devrait soit augmenter les émissions de gaz à effet de serre de façon minime, soit les diminuer, même si les combustibles de remplacement sont des combustibles fossiles. Il est prouvé que le passage au GPL et au GNP a un effet plus faible sur le climat que la combustion de combustibles solides, qui émet du méthane et du noir de carbone[169]. Le GIEC a déclaré en 2018 : « Les coûts de la réalisation d'un accès quasi universel à l'électricité et aux combustibles propres pour la cuisson et le chauffage devraient se situer entre 72 et 95 milliards de dollars américains par an jusqu'en 2030, avec des effets minimes sur les émissions de GES[170]. »

Selon un rapport de l'AIE pour 2020, les politiques actuelles et prévues laisseraient encore plus de 660 millions de personnes privées d'électricité en 2030[27]. Les efforts déployés pour améliorer l'accès aux combustibles de cuisson et aux fourneaux propres ont à peine suivi la croissance démographique, et les politiques actuelles et prévues laisseraient encore 2,4 milliards de personnes sans accès en 2030[28]. Historiquement, plusieurs pays ont réalisé des gains économiques rapides grâce à l'utilisation du charbon, notamment en Asie. Cependant, il reste une fenêtre d'opportunité pour de nombreux pays et régions pauvres pour mettre fin à leur dépendance aux combustibles fossiles en développant des systèmes énergétiques basés sur les énergies renouvelables, moyennant des investissements internationaux et un transfert de connaissances adéquats[119].

FinanceModifier

 
La chaleur et les transports électrifiés sont des éléments clés de l'investissement dans la transition vers les énergies renouvelables.

La mobilisation de financements suffisants pour l'innovation et l'investissement est une condition préalable à la transition énergétique[171]. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat estime que pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, il faudrait investir 2 400 milliards de dollars américains dans le système énergétique chaque année entre 2016 et 2035. La plupart des études prévoient que ces coûts, qui équivalent à 2,5 % du PIB mondial, seraient faibles en comparaison aux avantages économiques et sanitaires qu'ils amèneraient[172]. L'investissement annuel moyen dans les technologies énergétiques à faible émission de carbone et dans l'efficacité énergétique devrait être multiplié par six environ d'ici 2050 par rapport à 2015[173]. Le sous-financement est particulièrement prononcé dans les pays les moins avancés[174].

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques estime qu'en 2016, le financement du climat s'est élevé à 681 milliards de dollars, la majeure partie étant constituée d'investissements du secteur privé dans le déploiement des énergies renouvelables, d'investissements du secteur public dans les transports durables et d'investissements du secteur privé dans l'efficacité énergétique[79],[175]. Le financement et les subventions aux combustibles fossiles constituent un obstacle important à la transition énergétique[171],[176]. Les subventions mondiales directes aux combustibles fossiles ont atteint 319 milliards de dollars en 2017, et 5 200 milliards de dollars si l'on tient compte des coûts indirects tels que la pollution atmosphérique[177]. L'élimination de ces subventions pourrait entraîner une réduction de 28 % des émissions mondiales de carbone et une réduction de 46 % des décès dus à la pollution atmosphérique[178]. Le financement des énergies propres n'a pas été beaucoup affecté par la pandémie de Covid-19, et les plans de relance économique nécessaires offrent des possibilités de reprise verte[179],[180].

L'Organisation internationale du travail estime que les efforts visant à limiter le réchauffement climatique à 2 °C entraîneraient une création nette d'emplois dans la plupart des secteurs de l'économie. Elle prévoit que 24 millions de nouveaux emplois seraient créés dans des domaines tels que la production d'électricité renouvelable, l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments et la transition vers les véhicules électriques, tandis que 6 millions d'emplois seraient perdus dans l'industrie des combustibles fossiles[181].

Politiques gouvernementalesModifier

 
Pour les voitures neuves, la Chine n'autorisera la vente que de véhicules à énergie nouvelle, comme les véhicules électriques, à partir de 2035[182].

Des politiques gouvernementales bien conçues qui favorisent la transformation du système énergétique peuvent simultanément réduire les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la qualité de l'air, et dans de nombreux cas, elles peuvent également accroître la sécurité énergétique[183]. La tarification du carbone, les politiques spécifiques à l'énergie, ou un mélange des deux sont nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C[184].

Les taxes sur le carbone constituent une source de revenus qui peut être utilisée pour réduire d'autres taxes[185] ou pour aider les ménages à faible revenu à faire face à des coûts énergétiques plus élevés[186]. Les taxes sur le carbone ont rencontré un fort recul politique dans certaines juridictions, comme le mouvement des Gilets jaune en France[187], tandis que les politiques spécifiques à l'énergie ont tendance à être politiquement plus sûres[188]. En 2019, la tarification du carbone couvre environ 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre[189] .

Les programmes et réglementations spécifiques à l'énergie ont historiquement été les piliers des efforts visant à réduire les émissions de combustibles fossiles[188]. Certains gouvernements se sont engagés à respecter des dates pour l'élimination progressive des centrales électriques au charbon, la fin des nouvelles explorations de combustibles fossiles, l'obligation pour les nouveaux véhicules de tourisme de produire zéro émission et l'obligation pour les nouveaux bâtiments d'être chauffés à l'électricité plutôt qu'au gaz[190]. Des normes de portefeuille renouvelable ont été promulguées dans plusieurs pays, obligeant les services publics à augmenter le pourcentage d'électricité qu'ils produisent à partir de sources renouvelables[191],[192].

Les gouvernements peuvent accélérer la transformation du système énergétique en dirigeant le développement d'infrastructures telles que les réseaux de distribution électrique, les réseaux intelligents et les conduites d'hydrogène[193]. Dans le domaine des transports, des mesures et des infrastructures appropriées peuvent rendre les déplacements plus efficaces et moins dépendants de la voiture. L'aménagement du territoire visant à décourager l'étalement urbain peut réduire la consommation d'énergie dans les transports et les bâtiments locaux tout en améliorant la qualité de vie[183].

L'ampleur et le rythme des réformes politiques qui ont été lancées à partir de 2020 sont bien inférieurs à ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques de l'Accord de Paris[194],[195]. Les gouvernements peuvent rendre la transition vers l'énergie durable plus réalisable sur le plan politique et social en assurant une transition juste pour les travailleurs et les régions qui dépendent de l'industrie des combustibles fossiles afin qu'ils aient d'autres opportunités économiques[119]. Outre les politiques nationales, une plus grande coopération internationale sera nécessaire pour accélérer l'innovation et aider les pays les plus pauvres à établir une voie durable vers un accès complet à l'énergie[196].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Kutscher, Milford et Kreith 2019, p. 5-6.
  2. (en) Open University, « An introduction to sustainable energy », sur OpenLearn (consulté le 30 décembre 2020).
  3. (en) Mirjana Golus̆in, Stevan Popov et Sinis̆a Dodić, Sustainable energy management, Waltham, Academic Press, , 8 p. (ISBN 978-0-12-391427-9, OCLC 826441532, lire en ligne).
  4. a b et c (en) Geoffrey P. Hammond et Craig I. Jones, Handbook of sustainable energy, Cheltenham, Edward Elgar, , 21-47 p. (ISBN 978-1-84980-115-7, OCLC 712777335, lire en ligne), « Sustainability criteria for energy resources and technologies ».
  5. a b c et d (en) Commission économique pour l'Europe des Nations unies, Pathways to Sustainable Energy, Genève, UNECE, , 11-13 p. (ISBN 978-92-1-117228-7, lire en ligne).
  6. Kutscher, Milford et Kreith 2019, p. 11-13.
  7. Kutscher, Milford et Kreith 2019, p. 3-5.
  8. (en) Robert L. Evans, Fueling our future : an introduction to sustainable energy, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 9780521865630, OCLC 144595567, lire en ligne), p. 3.
  9. (en) Ioannis N Kessides et Michael Toman, « The Global Energy Challenge », sur World Bank Blogs, (consulté le 27 septembre 2019).
  10. (en) Deputy Secretary-General, « Sustainable Development Goal 7 on Reliable, Modern Energy 'Golden Thread' Linking All Other Targets, Deputy-Secretary-General Tells High-Level Panel », sur United Nations, (consulté le 19 mars 2021).
  11. (en) « Goal 7: Affordable and Clean Energy – SDG Tracker », sur Our World in Data (consulté le 12 février 2021).
  12. (en) Pierre Friedlingstein, Matthew W. Jones, Michael O'Sullivan, Robbie M. Andrew, Judith Hauck, Glen P. Peters, Wouter Peters, Julia Pongratz, Stephen Sitch, Corinne Le Quéré et Dorothee C. E. Bakker, « Global Carbon Budget 2019 », Earth System Science Data, vol. 11, no 4,‎ , p. 1783-1838 (ISSN 1866-3508, DOI 10.5194/essd-11-1783-2019, lire en ligne).
  13. (en) « Global Historical Emissions », sur Climate Watch (consulté le 28 septembre 2019).
  14. (en) World Resources Institute, « CAIT Country Greenhouse Gas Emissions: Sources and Methods », (consulté le 28 septembre 2019).
  15. (en) Nick Watts, Markus Amann, Nigel Arnell, Sonja Ayeb-Karlsson, Jessica Beagley, Kristine Belesova, Maxwell Boykoff, Peter Byass, Wenjia Cai et Diarmid Campbell-Lendrum, « The 2020 report of The Lancet Countdown on health and climate change: responding to converging crises », The Lancet, vol. 397, no 10269,‎ , p. 151 (ISSN 0140-6736, DOI 10.1016/S0140-6736(20)32290-X, lire en ligne).
  16. (en) United Nations Development Programme, « Every breath you take: The staggering, true cost of air pollution », sur United Nations Development Programme, (consulté le 4 mai 2021).
  17. (en) World Health Organization, « Ambient air pollution », sur World Health Organization (consulté le 4 mai 2021).
  18. (en) World Health Organization, « Household air pollution », sur World Health Organization (consulté le 4 mai 2021).
  19. (en) World Health Organization, « Air pollution overview », sur World Health Organization (consulté le 4 mai 2021).
  20. (en) COP24 SPECIAL REPORT Health and Climate Change, (ISBN 978-92-4-151497-2, lire en ligne), p. 27 :

    « Meeting the targets of the Paris climate agreement would be expected to save over one million lives a year from air pollution alone by 2050, according to the most recent assessment. »

    .
  21. (en) Vandyck T, Keramidas K, Kitous A, Spadaro JV, Van Dingenen R, Holland M, « Air quality co-benefits for human health and agriculture counterbalance costs to meet Paris Agreement pledges. », Nat Commun, vol. 9, no 1,‎ , p. 4939 (PMID 30467311, PMCID 6250710, DOI 10.1038/s41467-018-06885-9, lire en ligne).
  22. GIEC 2018, p. 97.
  23. (en) Gallagher CL, Holloway T, « Integrating Air Quality and Public Health Benefits in U.S. Decarbonization Strategies. », Front Public Health, vol. 8,‎ , p. 563358 (PMID 33330312, PMCID 7717953, DOI 10.3389/fpubh.2020.563358, lire en ligne).
  24. (en) Deepak Pudasainee, Vinoj Kurian et Rajender Gupta, Future Energy: Improved, Sustainable and Clean Options for our Planet, Elsevier (ISBN 978-0-08-102886-5), « Coal: Past, Present, and Future Sustainable Use », p. 30, 32-33.
  25. Soysal et Soysal 2020, p. 118.
  26. Soysal et Soysal 2020, p. 470-472.
  27. a b et c (en-GB) « Access to electricity – SDG7: Data and Projections – Analysis », sur IEA (consulté le 5 mai 2021).
  28. a et b (en-GB) « Access to clean cooking – SDG7: Data and Projections – Analysis », sur IEA, (consulté le 31 mars 2021).
  29. (en) Hannah Ritchie et Max Roser, « Access to Energy », sur Our World In Data, (consulté le 1er avril 2021).
  30. (en) « Household air pollution and health: fact sheet », sur WHO, (consulté le 21 novembre 2020).
  31. a b et c OMS 2016, p. VII-XIV.
  32. Tester 2012, p. 504.
  33. a et b (en) Situation Analysis of Energy and Gender Issues in ECOWAS Member States, ECOWAS Centre for Renewable Energy and Energy Efficiency, , 14-27 p. (lire en ligne).
  34. ONU 2020, p. 38.
  35. OMS 2016, p. 49.
  36. (en) Michael H. Huesemann et A. Huesemann Joyce, Technofix: Why Technology Won’t Save Us or the Environment, New Society Publishers, (ISBN 978-0-86571-704-6, lire en ligne), « In Search of Solutions: Efficiency Improvements ».
  37. (en) « Market Report Series: Energy Efficiency 2018 – Analysis », Agence internationale de l'énergie,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2020).
  38. a et b (en) « Energy Efficiency 2019 – Analysis », Agence internationale de l'énergie,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2020).
  39. GIEC 2018, 2.4.3.
  40. (en) Luis Mundaca, Diana Ürge-Vorsatz et Charlie Wilson, « Demand-side approaches for limiting global warming to 1.5°C », Energy Efficiency, vol. 12, no 2,‎ , p. 343-362 (ISSN 1570-6478, DOI 10.1007/s12053-018-9722-9).
  41. (en) Heriberto Cabezas et Yinlun Huang, « Issues on water, manufacturing, and energy sustainability », Clean Technologies and Environmental Policy, vol. 17, no 7,‎ , p. 1727-1728 (ISSN 1618-9558, DOI 10.1007/s10098-015-1031-9, S2CID 94335915).
  42. (en) Bill Prindle et Eldridge Maggie, « The Twin Pillars of Sustainable Energy: Synergies between Energy Efficiency and Renewable Energy Technology and Policy », American Council for an Energy-Efficient Economy, [[Washington (district de Columbia)|]],‎ , iii (lire en ligne).
  43. AIE 2020, p. 56.
  44. AIE 2021, p. 68.
  45. (en) « Renewable Energy Market Update 2021 / Renewable electricity / Renewables deployment geared up in 2020, establishing a “new normal” for capacity additions in 2021 and 2022 » [archive du ], sur International Energy Agency, .
  46. (en) International Energy Agency, « Renewables in global energy supply: An IEA facts sheet », OECD,‎ , p. 34 (lire en ligne).
  47. (en) James Jenden, Ellen Lloyd, Kailyn Stenhouse et Maddy Strange, « Renewable and sustainable energy », sur Energy Education, University of Calgary, (consulté le 27 avril 2021).
  48. (en) Andrea Santangeli, Tuuli Toivonen, Federico Montesino Pouzols, Mark Pogson, Astley Hastings, Pete Smith et Atte Moilanen, « Global change synergies and trade-offs between renewable energy and biodiversity », GCB Bioenergy, vol. 8, no 5,‎ , p. 941-951 (ISSN 1757-1707, DOI 10.1111/gcbb.12299, lire en ligne).
  49. (en) Jose A. Rehbein, James E. M. Watson, Joe L. Lane, Laura J. Sonter, Oscar Venter, Scott C. Atkinson et James R. Allan, « Renewable energy development threatens many globally important biodiversity areas », Global Change Biology, vol. 26, no 5,‎ , p. 3040-3051 (ISSN 1365-2486, DOI 10.1111/gcb.15067, lire en ligne).
  50. (en) Hannah Ritchie, « Renewable Energy », sur Our World in Data, (consulté le 31 juillet 2020).
  51. (en) « Renewables 2020 Analysis and forecast to 2025 », IEA,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le 27 avril 2021).
  52. Soysal et Soysal 2020, p. 406.
  53. a b et c (en) « Wind & Solar Share in Electricity Production Data », sur Enerdata.
  54. Kutscher, Milford et Kreith 2019, p. 36.
  55. a et b (en) « Levelized Cost of Energy and of Storage », sur Lazard, (consulté le 26 février 2021).
  56. Kutscher, Milford et Kreith 2019, p. 35-36.
  57. REN21 2020, p. 124.
  58. a et b REN21 2020, p. 38.
  59. Soysal et Soysal 2020, p. 366.
  60. a et b (en) Simon Evans, « Wind and solar are 30–50% cheaper than thought, admits UK government », sur Carbon Brief, (consulté le 30 septembre 2020).
  61. (en) Joseph Szarka, Wind Power in Europe: Politics, Business and Society, Springer, (ISBN 978-1-349-54232-1), p. 176.
  62. Soysal et Soysal 2020, p. 215.
  63. Soysal et Soysal 2020, p. 213.
  64. (en) Yu-Fong Huang, Xing-Jia Gan et Pei-Te Chiueh, « Life cycle assessment and net energy analysis of offshore wind power systems », Renewable Energy, vol. 102,‎ , p. 98-106 (ISSN 0960-1481, DOI 10.1016/j.renene.2016.10.050, lire en ligne).
  65. (en-GB) Padraig Belton, « What happens to all the old wind turbines? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2021).
  66. (en) Schlömer S., T. Bruckner, L. Fulton, E. Hertwich, A. McKinnon, D. Perczyk, J. Roy, R. Schaeffer, R. Sims, P. Smith et R. Wiser, Climate Change 2014: Mitigation of Climate Change. Contribution of Working Group III to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge et New York, Cambridge University Press, (lire en ligne), « Annex III: Technology-specific cost and performance parameters », p. 1335.
  67. a et b Smil 2017b, p. 286.
  68. REN21 2020, p. 48.
  69. a b et c (en) Emilio F. Moran, Maria Claudia Lopez, Nathan Moore, Norbert Müller et David W. Hyndman, « Sustainable hydropower in the 21st century », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 115, no 47,‎ , p. 11891-11898 (ISSN 0027-8424, PMID 30397145, PMCID 6255148, DOI 10.1073/pnas.1809426115).
  70. (en) Laura Scherer et Stephan Pfister, « Hydropower's Biogenic Carbon Footprint », PLOS ONE, vol. 11, no 9,‎ , e0161947 (ISSN 1932-6203, PMID 27626943, PMCID 5023102, DOI 10.1371/journal.pone.0161947, Bibcode 2016PLoSO..1161947S, lire en ligne).
  71. (en) Rafael M. Almeida, Qinru Shi, Jonathan M. Gomes-Selman, Xiaojian Wu, Yexiang Xue, Hector Angarita, Nathan Barros, Bruce R. Forsberg, Roosevelt García-Villacorta, Stephen K. Hamilton et John M. Melack, « Reducing greenhouse gas emissions of Amazon hydropower with strategic dam planning », Nature Communications, vol. 10, no 1,‎ , p. 4281 (ISSN 2041-1723, PMID 31537792, PMCID 6753097, DOI 10.1038/s41467-019-12179-5, Bibcode 2019NatCo..10.4281A).
  72. (en) A. Kumar, T. Schei, A. Ahenkorah, R. Caceres Rodriguez, J.-M. Devernay, M. Freitas, D. Hall, Å. Killingtveit et Z. Liu, IPCC Special Report on Renewable Energy Sources and Climate Change Mitigation, Cambridge et New York, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-02340-6, lire en ligne), « Hydropower », p. 451, 462, 488.
  73. (en) Erika László, « Geothermal Energy: An Old Ally », Ambio, vol. 10, no 5,‎ , p. 248-249 (JSTOR 4312703).
  74. REN21 2020, p. 97.
  75. Soysal et Soysal 2020, p. 228.
  76. (en) Joel L. Renner, « Geothermal Energy », Future Energy,‎ , p. 211-223 (DOI 10.1016/B978-0-08-054808-1.00012-0, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2021).
  77. (en) W. Moomaw, P. Burgherr, G. Heath, M. Lenzen, J. Nyboer et A. Verbruggen, IPCC: Special Report on Renewable Energy Sources and Climate Change Mitigation, (lire en ligne), « Annex II: Methodology », p. 10.
  78. Soysal et Soysal 2020, p. 228-229.
  79. a b c d et e (en) Diego F. Correa, Hawthorne L. Beyer, Joseph E. Fargione, Jason D. Hill, Hugh P. Possingham, Skye R. Thomas-Hall et Peer M. Schenk, « Towards the implementation of sustainable biofuel production systems », Renewable and Sustainable Energy Reviews, vol. 107,‎ , p. 250-263 (ISSN 1364-0321, DOI 10.1016/j.rser.2019.03.005, lire en ligne).
  80. (en) Heinz Kopetz, « Build a biomass energy market », Nature, vol. 494, no 7435,‎ , p. 29-31 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/494029a, lire en ligne).
  81. (en) Ayhan Demirbas, « Biofuels sources, biofuel policy, biofuel economy and global biofuel projections », Energy Conversion and Management, vol. 49, no 8,‎ , p. 2106-2116 (ISSN 0196-8904, DOI 10.1016/j.enconman.2008.02.020, lire en ligne).
  82. Smil 2017a, p. 161.
  83. a et b Tester 2012, p. 512.
  84. a et b Smil 2017a, p. 162.
  85. OMS 2016, p. 73.
  86. GIEC 2014, p. 616.
  87. (en) « Ethanol explained », sur US Energy Information Administration, (consulté le 16 mai 2021).
  88. (en) Jonathan Foley, « It’s Time to Rethink America’s Corn System », sur Scientific American, (consulté le 16 mai 2021).
  89. (en-US) Abrahm Lustgarten, « Palm Oil Was Supposed to Help Save the Planet. Instead It Unleashed a Catastrophe. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 15 mai 2019).
  90. a et b (en) « Biomass in a low-carbon economy », UK Committee on Climate Change,‎ , p. 18 (lire en ligne) :

    « Our analysis points to end-uses that maximise sequestration (storage of carbon) as being optimal in 2050. These include wood in construction and the production of hydrogen, electricity, industrial products and potentially also aviation biofuels, all with carbon capture and storage. Many current uses of biomass are not in line with longterm best-use and these will need to change. »

    .
  91. (en) « Biomass in a low-carbon economy », UK Committee on Climate Change,‎ , p. 12 (lire en ligne).
  92. (en) Engineering National Academies of Sciences, Negative Emissions Technologies and Reliable Sequestration: A Research Agenda, Washington, National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine, , 3 p. (ISBN 978-0-309-48452-7, PMID 31120708, DOI 10.17226/25259).
  93. REN21 2020, p. 103-106.
  94. a et b (en) « EU experts to say nuclear power qualifies for green investment label -document », sur Reuters, (consulté le 16 mai 2021).
  95. (en) « The Role of Gas: Key Findings », International Energy Agency, (consulté le 4 octobre 2019).
  96. (en) « Natural gas and the environment », sur US Energy Information Administration (consulté le 28 mars 2021).
  97. (en-GB) « Africa Energy Outlook 2019 – Analysis », sur IEA (consulté le 28 août 2020).
  98. (en) Brad Plumer, « As Coal Fades in the U.S., Natural Gas Becomes the Climate Battleground », sur The New York Times, (consulté le 4 octobre 2019).
  99. (en) Jason Deign, « Carbon Capture: Silver Bullet or Mirage? », sur Greentech Media, (consulté le 14 février 2021).
  100. (en-GB) « CCUS in Power – Analysis », sur IEA, Paris (consulté le 30 septembre 2020).
  101. (en) Karl W. Bandilla, Future Energy: Improved, Sustainable and Clean Options for our Planet, Elsevier, (ISBN 978-0-08-102886-5), « Carbon Capture and Storage », p. 688.
  102. (en) Sarah Budinis, « An assessment of CCS costs, barriers and potential », Energy Strategy Reviews, vol. 22,‎ , p. 61-81 (ISSN 2211-467X, DOI 10.1016/j.esr.2018.08.003, lire en ligne).
  103. (en-GB) « Zero-emission carbon capture and storage in power plants using higher capture rates – Analysis », sur IEA, (consulté le 14 mars 2021).
  104. (en) Hannah Ritchie, « What are the safest and cleanest sources of energy? », sur Our World in Data, (consulté le 14 mars 2021).
  105. (en) Simon Evans, « Solar, wind and nuclear have 'amazingly low' carbon footprints, study finds », sur Carbon Brief, (consulté le 15 mars 2021).
  106. (en) « Nuclear Power in the World Today », sur World Nuclear Association, (consulté le 13 février 2021).
  107. (en-GB) « Global Electricity Review 2021 », sur Ember (consulté le 16 avril 2021).
  108. (en) « The spatial extent of renewable and non-renewable power generation: A review and meta-analysis of power densities and their application in the U.S. », Energy Policy, vol. 123,‎ , p. 83-91 (ISSN 0301-4215, DOI 10.1016/j.enpol.2018.08.023, lire en ligne).
  109. (en) S. Schlömer, T. Bruckner, L. Fulton, E. Hertwich, A. McKinnon et D. Perczyk, IPCC Working Group III – Mitigation of Climate Change, GIEC, (lire en ligne), « Annex III: Technology – specific cost and performance parameters », p. 7.
  110. (en) John Timmer, « Why are nuclear plants so expensive? Safety's only part of the story », sur arstechnica, (consulté le 17 mars 2021).
  111. (en) Marton Dunai, Geert De Clercq, « Nuclear energy too slow, too expensive to save climate: report », Reuters, (consulté le 18 mars 2021).
  112. (en) Hannah Ritchie, « What are the safest and cleanest sources of energy? » [archive du ], sur Our World in Data, (consulté le 2 décembre 2020).
  113. (en) David MacKay, Sustainable Energy – Without the Hot Air, , 162 p. (ISBN 978-0954452933, lire en ligne).
  114. GIEC 2018, 2.4.2.1.
  115. (en) Matthew Gill, Francis Livens et Aiden Peakman, Future Energy: Improved, Sustainable and Clean Options for our Planet, Elsevier, 135-136 p. (ISBN 978-0-08-102886-5), « Nuclear Fission ».
  116. (en) Giorgio Locatelli et Benito Mignacca, 8 – Small Modular Nuclear Reactors, Elsevier, , 151-169 p. (ISBN 978-0-08-102886-5, lire en ligne).
  117. (en-GB) Matt McGrath, « Nuclear fusion is 'a question of when, not if' », BBC News, (consulté le 13 février 2021).
  118. PNUE 2019, p. 46.
  119. a b c et d PNUE 2019, p. 46-55.
  120. PNUE 2019, p. 47.
  121. AIE 2021, p. 15.
  122. (en) David Roberts, « How to drive fossil fuels out of the US economy, quickly », sur Vox, (consulté le 21 août 2020).
  123. a et b (en) Dmitrii Bogdanov, Javier Farfan, Kristina Sadovskaia, Arman Aghahosseini, Michael Child, Ashish Gulagi, Ayobami Solomon Oyewo, Larissa de Souza Noel Simas Barbosa et Christian Breyer, « Radical transformation pathway towards sustainable electricity via evolutionary steps », Nature Communications, vol. 10, no 1,‎ , p. 1077 (PMID 30842423, PMCID 6403340, DOI 10.1038/s41467-019-08855-1, Bibcode 2019NatCo..10.1077B).
  124. GIEC 2018, 2.4.2.2.
  125. REN21 2020, p. 15.
  126. (en) Sonia Jerez, Isabelle Tobin, Marco Turco, Jose María López-Romero, Juan Pedro Montávez, Pedro Jiménez-Guerrero et Robert Vautard, « Resilience of the combined wind-plus-solar power production in Europe to climate change: a focus on the supply intermittence », EGUGA,‎ , p. 15424 (Bibcode 2018EGUGA..2015424J).
  127. (en) M. Lave et A. Ellis, « Comparison of solar and wind power generation impact on net load across a utility balancing area », 2016 IEEE 43rd Photovoltaic Specialists Conference (PVSC),‎ , p. 1837-1842 (ISBN 978-1-5090-2724-8, DOI 10.1109/PVSC.2016.7749939, S2CID 44158163, lire en ligne).
  128. (en-GB) « Introduction to System Integration of Renewables – Analysis », sur IEA (consulté le 30 mai 2020).
  129. a b et c (en) Herib Blanco et André Faaij, « A review at the role of storage in energy systems with a focus on Power to Gas and long-term storage », Renewable and Sustainable Energy Reviews, vol. 81,‎ , p. 1049-1086 (ISSN 1364-0321, DOI 10.1016/j.rser.2017.07.062, lire en ligne).
  130. REN21 2020, p. 177.
  131. AIE 2020, p. 109.
  132. a et b (en) S. Koohi-Fayegh et M.A. Rosen, « A review of energy storage types, applications and recent developments », Journal of Energy Storage, vol. 27,‎ , p. 101047 (ISSN 2352-152X, DOI 10.1016/j.est.2019.101047, lire en ligne).
  133. (en) Cheryl Katz, « The batteries that could make fossil fuels obsolete », sur BBC (consulté le 10 janvier 2021).
  134. (en) Callie W. Babbitt, « Sustainability perspectives on lithium-ion batteries », Clean Technologies and Environmental Policy, vol. 22, no 6,‎ , p. 1213-1214 (ISSN 1618-9558, DOI 10.1007/s10098-020-01890-3, S2CID 220351269).
  135. (en) Dorothée Baumann-Pauly, « Cobalt can be sourced responsibly, and it's time to act », sur SWI swissinfo.ch, (consulté le 10 avril 2021).
  136. (en) Blanco Herib et Faaij André, « A review at the role of storage in energy systems with a focus on Power to Gas and long-term storage », Renewable and Sustainable Energy Reviews, vol. 81,‎ , p. 1049-1086 (ISSN 1364-0321, DOI 10.1016/j.rser.2017.07.062, lire en ligne).
  137. (en) Julian D. Hunt, Edward Byers, Yoshihide Wada, Simon Parkinson, David E. H. J. Gernaat, Simon Langan, Detlef P. van Vuuren et Keywan Riahi, « Global resource potential of seasonal pumped hydropower storage for energy and water storage », Nature Communications, vol. 11, no 1,‎ , p. 947 (ISSN 2041-1723, DOI 10.1038/s41467-020-14555-y, lire en ligne).
  138. (en-US) Kavya Balaraman, « To batteries and beyond: With seasonal storage potential, hydrogen offers 'a different ballgame entirely' », sur Utility Dive, (consulté le 10 janvier 2021).
  139. (en) Guruprasad Alva, Yaxue Lin et Guiyin Fang, « An overview of thermal energy storage systems », Energy, vol. 144,‎ , p. 341-378 (ISSN 0360-5442, DOI 10.1016/j.energy.2017.12.037, lire en ligne).
  140. a b et c (en) Simon Evans et Josh Gabbatiss, « In-depth Q&A: Does the world need hydrogen to solve climate change? », sur Carbon Brief, (consulté le 1er décembre 2020).
  141. (en) Matthew J. Palys et Prodromos Daoutidis, « Using hydrogen and ammonia for renewable energy storage: A geographically comprehensive techno-economic study », Computers & Chemical Engineering, vol. 136,‎ , p. 106785 (ISSN 0098-1354, DOI 10.1016/j.compchemeng.2020.106785, lire en ligne).
  142. a et b (en) Thomas Blank et Patrick Molly, « Hydrogen's Decarbonization Impact for Industry », sur Rocky Mountain Institute, .
  143. (en) Alexander Bigazzi, « Comparison of marginal and average emission factors for passenger transportation modes », Applied Energy, vol. 242,‎ , p. 1460-1466 (ISSN 0306-2619, DOI 10.1016/j.apenergy.2019.03.172, lire en ligne).
  144. (en) Andreas W. Schäfer et Sonia Yeh, « A holistic analysis of passenger travel energy and greenhouse gas intensities », Nature Sustainability, vol. 3, no 6,‎ , p. 459-462 (ISSN 2398-9629, DOI 10.1038/s41893-020-0514-9, lire en ligne).
  145. PNUE 2020, p. XXV.
  146. AIE 2021, p. 137.
  147. (en) John Pucher et Ralph Buehler, « Cycling towards a more sustainable transport future », Transport Reviews, vol. 37, no 6,‎ , p. 689-694 (ISSN 0144-1647, DOI 10.1080/01441647.2017.1340234, lire en ligne).
  148. (en) Florian Knobloch, Steef V. Hanssen, Aileen Lam, Hector Pollitt, Pablo Salas, Unnada Chewpreecha, Mark A. J. Huijbregts et Jean-Francois Mercure, « Net emission reductions from electric cars and heat pumps in 59 world regions over time », Nature Sustainability, vol. 3, no 6,‎ , p. 437-447 (ISSN 2398-9629, PMCID 7308170, DOI 10.1038/s41893-020-0488-7).
  149. CEE-ONU 2020, p. 28.
  150. (en-GB) Joe Miller, « Hydrogen takes a back seat to electric for passenger vehicles », sur Financial Times, (consulté le 20 septembre 2020).
  151. AIE 2020, p. 136, 139.
  152. (en) Alessio Mastrucci, Edward Byers, Shonali Pachauri et Narasimha D. Rao, « Improving the SDG energy poverty targets: Residential cooling needs in the Global South », Energy and Buildings, vol. 186,‎ , p. 405-415 (ISSN 0378-7788, DOI 10.1016/j.enbuild.2019.01.015, lire en ligne).
  153. (en) Stefan Bouzarovski et Saska Petrova, « A global perspective on domestic energy deprivation: Overcoming the energy poverty–fuel poverty binary », Energy Research & Social Science, vol. 10,‎ , p. 31-40 (ISSN 2214-6296, DOI 10.1016/j.erss.2015.06.007, lire en ligne).
  154. (en) Anders Winther Mortensen, Brian Vad Mathiesen, Anders Bavnhøj Hansen, Sigurd Lauge Pedersen, Rune Duban Grandal et Henrik Wenzel, « The role of electrification and hydrogen in breaking the biomass bottleneck of the renewable energy system – A study on the Danish energy system », Applied Energy, vol. 275,‎ , p. 115331 (ISSN 0306-2619, DOI 10.1016/j.apenergy.2020.115331, lire en ligne).
  155. (en) Ighor Van de Vyver, Calum Harvey-Scholes et Richard Hoggett, « A common approach for sustainable heating strategies for partner cities », , p. 40.
  156. a et b (en) Florian Knobloch, Hector Pollitt, Unnada Chewpreecha, Vassilis Daioglou et Jean-Francois Mercure, « Simulating the deep decarbonisation of residential heating for limiting global warming to 1.5°C », Energy Efficiency, vol. 12, no 2,‎ , p. 521-550 (ISSN 1570-6478, DOI 10.1007/s12053-018-9710-0, S2CID 52830709).
  157. (en) Thibaut Abergel, « Heat Pumps », sur IEA, (consulté le 12 avril 2021).
  158. AIE 2021, p. 145.
  159. REN21 2020, p. 40.
  160. AIE 2020, p. 135.
  161. (en) Max Åhman, Lars J. Nilsson et Bengt Johansson, « Global climate policy and deep decarbonization of energy-intensive industries », Climate Policy, vol. 17, no 5,‎ , p. 634-649 (ISSN 1469-3062, DOI 10.1080/14693062.2016.1167009, lire en ligne).
  162. Letcher 2020, p. 723.
  163. a et b AIE 2020, p. 167-169.
  164. (en) Programme des Nations unies pour l'environnement, Delivering Sustainable Energy in a Changing Climate: Strategy Note on Sustainable Energy 2017–2021, Programme des Nations unies pour le développement, (lire en ligne), p. 30.
  165. a et b (en) Nugent R Mock CN (Kobusingye O, et al., editors), Injury Prevention and Environmental Health. 3rd Edition, International Bank for Reconstruction and Development / The World Bank, (lire en ligne), « Chapter 7 Household Air Pollution from Solid Cookfuels and Its Effects on Health ».
  166. (en) United Nations, « Accelerating SDG 7 Achievement Policy Brief 02: Achieving Universal Access to Clean and Modern Cooking Fuels, Technologies and Services », sur UN.org, (consulté le 5 avril 2021).
  167. OMS 2016, p. 25-26.
  168. OMS 2016, p. 88.
  169. OMS 2016, p. 75.
  170. GIEC 2018, SPM.5.1.
  171. a et b (en) Mariana Mazzucato et Gregor Semieniuk, « Financing renewable energy: Who is financing what and why it matters », Technological Forecasting and Social Change, vol. 127,‎ , p. 8-22 (ISSN 0040-1625, DOI 10.1016/j.techfore.2017.05.021, lire en ligne).
  172. (en) The Heat is On: Taking Stock of Global Climate Ambition, United Nations Development Programme and United Nations Climate, , 24 p..
  173. GIEC 2018, p. 96.
  174. (en) Tracking SDG 7: The Energy Progress Report, Washington, Banque mondiale, (lire en ligne).
  175. (en) Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, « Biennial Assessment and Overview of Climate Finance Flows », sur unfccc.int, (consulté le 13 mai 2021).
  176. (en) Richard Bridle, Shruti Sharma, Mostafa Mostafa et Anna Geddes, « Fossil Fuel to Clean Energy Subsidy Swaps: How to pay for an energy revolution », International Institute for Sustainable Development, , iv.
  177. (en) Watts N, Amann M, Arnell N, Ayeb-Karlsson S, Belesova K, Boykoff M, « The 2019 report of The Lancet Countdown on health and climate change: ensuring that the health of a child born today is not defined by a changing climate. », Lancet, vol. 394, no 10211,‎ , p. 1836-1878 (PMID 31733928, DOI 10.1016/S0140-6736(19)32596-6, lire en ligne).
  178. (en) Conceição et al., « Human Development Report 2020 The Next Frontier: Human Development and the Anthropocene », Programme des Nations unies pour le développement,‎ , p. 10 (lire en ligne, consulté le 9 janvier 2021).
  179. (en) Caroline Kuzemko et Michael Bradshaw, « Covid-19 and the politics of sustainable energy transitions », Energy Research & Social Science, vol. 68,‎ , p. 101685 (ISSN 2214-6296, PMID 32839704, PMCID 7330551, DOI 10.1016/j.erss.2020.101685).
  180. (en) World Energy Transitions Outlook: 1.5°C Pathway, International Renewable Energy Agency, Abu Dhabi (ISBN 978-92-9260-334-2, lire en ligne), p. 5.
  181. (en) ILO News, « 24 million jobs to open up in the green economy », sur International Labour Organizatioin, (consulté le 30 mai 2021).
  182. (en) Sean Fleming, « China is set to sell only 'new-energy' vehicles by 2035 », sur World Economic Forum, (consulté le 27 avril 2021).
  183. a et b PNUE 2019, p. 39-45.
  184. GIEC 2018, 2.5.2.1.
  185. (en) « Revenue-Neutral Carbon Tax | Canada », sur UNFCCC (consulté le 28 octobre 2019).
  186. (en) Mathew Carr, « How High Does Carbon Need to Be? Somewhere From $20–$27,000 », Bloomberg,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2019).
  187. Anne-Laure Chouin, « Taxe carbone : les raisons d'un échec », sur France Culture, (consulté le 19 juillet 2021).
  188. a et b (en-US) Brad Plumer, « New U.N. Climate Report Says Put a High Price on Carbon », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 4 octobre 2019).
  189. (en) State and Trends of Carbon Pricing 2019, Washington, D.C., World Bank, (DOI 10.1596/978-1-4648-1435-8, hdl 10986/29687, lire en ligne).
  190. PNUE 2019, p. 28-36.
  191. (en) M. Ciucci, « Renewable Energy », sur European Parliament, (consulté le 3 juin 2020).
  192. (en) « State Renewable Portfolio Standards and Goals », sur National Conference of State Legislators, (consulté le 3 juin 2020).
  193. AIE 2021, p. 14-25.
  194. PNUE 2020, p. VII.
  195. AIE 2021, p. 13.
  196. AIE 2021, p. 14-18.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 25 juillet 2021 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 25 juillet 2021 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.