Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Open University

université britannique
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Université ouverte.

L'université ouverte (en anglais : The Open University ou OU) est une université publique située au Royaume-Uni et fondée en 1969. Elle est la seule université d'enseignement à distance du pays. Son administration est à Milton Keynes, en Buckinghamshire mais elle opère 13 centres régionaux. L'université délivre les licences, les diplômes et les certificats, et aussi les masters et les doctorats.

Université ouverte
Open University
Devise « Learn and Live »
« Apprendre et vivre »
Nom original The Open University
Informations
Fondation 1969
Type Université publique de formation à distance
Localisation
Coordonnées 52° 01′ 30″ nord, 0° 42′ 20″ ouest
Ville Milton Keynes (siège)
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Direction
Chancelier Lord Puttnam
Vice-Chancelier Brenda Gourley
Chiffres clés
Étudiants Environ 180 000
Undergraduates Environ 150 000
Postgraduates Environ 30 000
Divers
Affiliation EADTU, MSACS
Site web open.ac.uk

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Université ouverte

Avec plus de 250 000 étudiants en 2011, elle est l'établissement d'enseignement le plus grand du pays[1]. La plupart des étudiants se trouvent au Royaume-Uni, mais il y a plus de 25 000 qui étudient partout en Europe, en Afrique et en Asie de l'Est. Depuis qu'elle a été fondée, plus de 3 millions y ont suivi des cours. Un sondage national des étudiants en 2005, réalisé par le gouvernement britannique en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, a établi que ses étudiants étaient les plus satisfaits. Dans un pays où l'accès à l'enseignement supérieur reste très sélectif, elle apparaîtt quelquefois comme l'université de la deuxième chance et a inspiré d'autres établissements.

Sommaire

FondationModifier

L'Open University a été fondée par le gouvernement travailliste de Harold Wilson[2],[3]. Le planning a commencé en 1965 par un comité qui a inclus des directeurs des autres universités, des experts dans le domaine de l'éducation, et des représentants de la BBC.

L'élection du gouvernement conservateur d'Edward Heath en 1970 a entraîné une réduction du budget (par Iain Macleod qui était à l'époque, ministre de l'Économie et des Finances, et qui a autrefois déclaré que l'idée d'une telle université était « des absurdités méprisables »). Néanmoins elle a ouvert ses portes à 25 000 étudiants dans sa première année en 1971[2], avec l'intention d'être disponible à tous. Ses méthodes d'enseignement étaient parfois considérées radicales. À l'époque le nombre d'étudiants dans les universités établies était de 130 000.

Depuis sa fondation, l'OU a inspiré la fondation de nombreuses autres institutions dans le monde entier.

ÉtudiantsModifier

 
Centre Open University, Leeds.

Les étudiants de l'Open University sont de tout âge et sont très divers. Pour la plupart des cours, il n'est pas nécessaire de passer un examen ; il est seulement nécessaire d'avoir la capacité d'étudier à un niveau approprié. En général, pour les cours au-dessus de la licence, il faut justifier d'études antérieures ou d'une activité donnant les acquis nécessaires. Environ 70 % des étudiants sont des travailleurs à plein temps[4], qui étudient pour une première (ou deuxième) licence afin d'avancer ou de changer leur carrière, dont plus de 50 000 sont commandités par leur employeur. L'université est aussi populaire parmi ceux qui ne peuvent pas fréquenter une université traditionnelle, soit qu'ils sont handicapés, à l’étranger, en prison, dans les forces armées, ou qu'ils s'occupent d'autres membres de leur famille. Près de 10 000 étudiants sont handicapés.

La plupart des étudiants sont des adultes mûrs[3],[4], mais, à cause de la diminution par le gouvernement des bourses pour les étudiants dans les universités traditionnelles, l'OU attire aussi les jeunes de l'éducation secondaire qui peuvent étudier chez eux, afin d'économiser. Au cours des années 2003 - 2004, environ 20 % des étudiants avaient moins de 25 ans. Pendant la période 1996-1997, quand le gouvernement a permis aux universités d'imposer des frais aux étudiants, c'était 12,5 %. L'OU travaille avec certaines écoles pour familiariser ses élèves à étudier pour une licence.

Les nombreux étudiants et professeurs célèbres comptent dans leurs rangs Gordon Brown (ancien tuteur, chancelier de l'échiquier et Premier ministre du Royaume-Uni), et parmi les étudiants : la chanteuse Joan Armatrading et l'actrice Jerry Hall, ou encore la femme d'affaires sud-africaine Nonkululeko Nyembezi-Heita.

Méthodes d'enseignementModifier

L'enseignement de l'Open University est « excellent » selon le Quality Assurance Agency for Higher Education (l'agence pour l'assurance de la qualité de l'enseignement supérieur).

L'Open University utilise plusieurs méthodes d'enseignement à distance, y compris des matériaux écrits, des enregistrements audio, des émissions de télévision sur la BBC, des DVD, des cours sur internet et des Mooc[5]. Le matériel utilisé est rédigé soit par les conférenciers, soit par des académiques extérieurs, ou bien il est licencié par des tiers à l'usage des étudiants.

Pour la plupart des cours, les étudiants sont soutenus par des tuteurs, qui leur donnent des conseils sur leurs études, soit par des séminaires, soit par téléphone, ou par courriel[2]. Pour un certain nombre de cours de courte durée, portant une valeur de 10 points, il y a des forums en ligne qui sont soutenus par les modérateurs au lieu des tuteurs.

Dans les années 1970, les émissions de l'Open University sur la BBC ont presque créé une icône nationale du conférencier OU dans son pantalon de velours côtelé évasé et sa cravate très large. Les émissions d'aujourd'hui utilisent en général le style du documentaire ou sont plus avant-gardistes. Depuis 2005 elles sont toutes diffusées pendant la première partie de la soirée et attirent de grosses audiences.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Facts & figures », sur Open University
  2. a, b et c Bertrand Girod de l'Ain, « Grande-Bretagne : une université pour les adultes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Roger Cans, « Grande-Bretagne : pour enseignants et femmes au foyer », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Télé-enseignement " made in England ". Au moment où les projets français piétinent, l'" université ouverte " britannique prépare son expansion en Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « Les universités britanniques lancent leurs premiers MOOCs certifiants », Le Monde,‎ (lire en ligne)


Voir aussiModifier