Décarbonation

diminution du contenu carbone de l'économie

La décarbonation, ou décarbonisation, du bilan énergétique d'un pays consiste à réduire progressivement sa consommation d'énergies primaires émettrices de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone et méthane, principalement), c'est-à-dire de combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel), ou à stocker dans le sous-sol le dioxyde de carbone. Ce changement peut être obtenu par l'amélioration de l'efficacité énergétique (isolation thermique, rendement des moteursetc.), le remplacement des énergies fossiles par des énergies très peu émettrices de dioxyde de carbone (énergie nucléaire et énergies renouvelables), notamment par l'électrification des usages fossiles, et l'adoption de modes de production plus sobres, tels que le télétravail.

En 2019, au moins 19 pays européens et quatre autres pays dépassent le seuil de 50 % de décarbonation de leur consommation d'électricité, dont cinq atteignent ou dépassent 100 %, leur production dépassant leur consommation (Suède, Suisse, France, Costa-Rica et Islande), mais seulement neuf dépassent 40 % de décarbonation de leur consommation totale d'énergie.

TerminologieModifier

Le verbe « décarboner » est entré dans le Larousse en 2012[1],[2] et dans le Robert en 2015[3]. Quant au substantif correspondant, « décarbonation » semble l'emporter sur « décarbonisation », qui a l'inconvénient de suggérer une inversion d'un processus de carbonisation.

En France, selon l’Académie française, les experts du pétrole et de l’environnement veulent faire une proposition unifiée dans le cadre du dispositif d’enrichissement de la langue auquel participe l’Académie. Il semble qu‘on s’achemine vers « décarbonation »[4].

Pour le vocabulaire officiel de l’environnement (tel que défini par la Commission d'enrichissement de la langue française en 2019), l’expression « décarbonation, n.f. » (équivalent de l’anglais « decarbonisation ») est définie comme suit :

« Ensemble des mesures et des techniques permettant de réduire les émissions de dioxyde de carbone.
Note :

1. La décarbonation peut être le fait d'une entité territoriale, d'une entreprise ou même de particuliers.
2. L'arrêt du recours aux centrales à charbon ou la suppression des véhicules à moteur thermique sont des exemples de décarbonation.

Voir aussi : contenu en carbone, empreinte en gaz à effet de serre, faible émission de gaz à effet de serre (à)[5]. »

ObjectifModifier

L'objectif de la décarbonation est de combattre le réchauffement climatique d'origine anthropique (une des limites planétaires), en réduisant par divers moyens les émissions de gaz à effet de serre provenant des activités humaines, en particulier dans le domaine de la conversion d'énergie, de son transport et de sa consommation. On peut l'envisager de façon plus générale au niveau de l'ensemble de l'économie, en cherchant à décarboner par exemple les activités agricoles.

En mai 2021, un rapport de l'Agence internationale de l'énergie estime que, pour espérer atteindre la neutralité carbone en 2050, il est nécessaire de renoncer dès à présent à tout nouveau projet d'exploration pétrolière ou gazière ou de centrale à charbon, d'investir 5 000 milliards $ par an dans les technologies bas carbone, soit plus du double du rythme actuel, d'installer d'ici à 2030 quatre fois plus de capacités solaires et éoliennes annuelles qu'en 2020 ; les ventes de voitures neuves à moteur thermique doivent aussi cesser dès 2035. D'ici à 2050, 90 % de l'électricité devra provenir des énergies renouvelables, et une large part du solde de l'énergie nucléaire ; les ressources fossiles ne fourniront plus qu'un cinquième de l'énergie, contre quatre cinquièmes en 2020. De nombreux défis devront être affrontés, dont les besoins en métaux rares, nécessaires aux technologies nouvelles mais concentrés dans un petit nombre de pays ; près de la moitié des réductions d'émissions de CO2 viendra de technologies aujourd'hui au stade de la démonstration : batteries avancées, hydrogène vert, mais aussi systèmes de captage et stockage du CO2 (CCS)[6].

Selon Roger A. Pielke Jr., nombre de personnes ne comprennent pas l'ampleur du défi. En 2018, le monde a consommé 11 743 millions de tep sous forme de charbon, de gaz naturel et de pétrole. Pour parvenir à des émissions nettes de dioxyde de carbone nulles d'ici 2050, le monde devrait déployer tous les deux jours, à partir de 2019 et jusqu'en 2050, trois centrales nucléaires d'une puissance similaire à la celle de Turkey Point ou bien 1 500 éoliennes de 2,5 MW chacune sur environ 800 km2. Ce scénario tient compte de l'augmentation de la consommation d'énergie mondiale, mais pas d'éventuelles technologies de capture du CO2[7].

Exemple pour la mobilité électrique : RTE estime en 2019 que le réseau électrique national peut sans difficulté majeure supporter la recharge de plus de 15 millions de véhicules électriques d'ici 2035, soit 40 % du parc routier. Un parc national composé de 15,6 millions de véhicules branchés représenterait une consommation de 35 à 40 TWh annuels, soit 8 % de la production électrique totale française[8],[9]. Selon François Bayrou, haut-commissaire au plan en mars 2021, l’électrification du parc automobile et des chauffages des logements en France correspondra à une augmentation de la consommation électrique de 35 %[10].

Actions de décarbonationModifier

Les actions visant à la décarbonation peuvent être la recherche d'alternatives moins émettrices de dioxyde de carbone (énergie renouvelable, énergie nucléaire, gaz naturel dans une moindre mesure), de processus plus économes en énergie (efficacité énergétique, cogénération), de modes de production plus sobres (télétravail, services) ou encore la capture et la séquestration du dioxyde de carbone avant ou après l'utilisation de combustibles[11],[12],[13].

La démarche Négawatt, portée par l'Association négaWatt, insiste particulièrement sur la sobriété[14]. Le think tank The Shift Project (TSP) estime également que les mesures techniques ne suffisent pas et que la sobriété a un rôle important à jouer[15]. L'association négaWatt et TSP sont ainsi considérés comme décroissants. Les écomodernistes rejettent quant à eux la notion de sobriété et se tournent résolument vers l'énergie nucléaire et la capture et séquestration du CO2 pour permettre la décarbonation[16] ; d'autres solutions sont à l'étude, comme la transformation par électrolyse du CO2 dissous dans l'eau en éthanol[17].

Les mesures indirectes visant à inciter les agents économiques à agir dans le sens de la décarbonation ont été largement débattues dans le cadre de la préparation de la COP21 : il s'agit de « donner un prix au carbone » sous la forme d'une taxe carbone ou d'un système d'échange de quotas d'émission. De nombreuses entreprises ont annoncé des plans pour devenir « neutres en carbone » ou au moins pour cesser d'investir dans le charbon, et la coalition We mean business regroupant des centaines de multinationales et d'investisseurs a présenté des propositions pour rendre plus efficaces les engagements pris par les États[18].

Des outils tels que le bilan carbone permettent d'identifier les sources d'émissions et d'orienter les actions vers les secteurs où elles seraient les plus efficaces.

The Shift Project lance en un « Manifeste pour décarboner l'Europe » avant 2050, signé par 1 500 dirigeants et scientifiques, qui propose neuf mesures d'un coût total de 250 à 500 milliards d'euros par an, soit moins de 3 % du PIB européen. Il préconise de : (1) fermer toutes les centrales à charbon ; (2) généraliser la voiture à moins de 2 l/100 km ; (3) révolutionner le transport urbain ; (4) tripler le réseau de TGV ; (5) inventer l'industrie lourde post-carbone ; (6) rénover l'ensemble du parc de logements anciens ; (7) rendre l'immobilier public exemplaire ; (8) renforcer la forêt pour piéger le carbone ; (9) rendre l'agriculture vraiment durable[19].

En France, le plan climat annoncé par le ministre de l'Environnement Nicolas Hulot le vise à atteindre la neutralité carbone en 2050[20]. Les principaux points de ce plan sont l'arrêt des ventes de voitures Diesel et essence d'ici 2040, l'arrêt des dernières centrales électriques au charbon en 2022, l'interdiction de tout nouveau projet d'exploitation de charbon, de pétrole et de gaz d'ici 2022[21], des investissements à hauteur de 4 milliards d'euros pour lutter contre la précarité énergétique, l'extension du bonus écologique à l'achat de véhicules d'occasion, l'accélération de la trajectoire d'augmentation de la taxe carbone, la lutte contre l'artificialisation des sols et contre l'importation de produits issus de la déforestation (huile de palme)[22].

Le Costa-Rica serait, selon ses dirigeants, le premier pays au monde à avoir lancé en 2019 un plan complet de décarbonation (zéro émissions de carbone à horizon 2050)[23].

Scénarios prévisionnelsModifier

L'Agence internationale de l'énergie a publié dans ses prévisions annuelles World Energy Outlook de 2016 une évaluation des impacts des engagements pris par les états dans l'Accord de Paris sur le climat de 2015 : il mènerait à un réchauffement de 2,7 °C en 2100 ; pour atteindre l'objectif de limiter ce réchauffement à °C, elle a présenté son « scénario 450 » qui implique un changement radical du rythme de décarbonation : développement accéléré des énergies renouvelables, de l'énergie nucléaire « là où cela est politiquement acceptable », et du captage et stockage de carbone (CSC), investissements dans une plus grande efficacité énergétique. Près de 60 % de l'électricité mondiale produite en 2040 proviendrait des renouvelables, dont la moitié de l'éolien et du photovoltaïque. Les EnR deviendraient la principale source de production vers 2030 en Europe et vers 2035 en Chine, en Inde et aux États-Unis ; le nombre de véhicules électriques devrait par ailleurs dépasser les 700 millions d'ici 2040[24].

L'Institut du développement durable et des relations internationales et le Sustainable Development Solutions Network (SDSN) ont lancé le Deep Decarbonization Pathways Project (Trajectoires de décarbonation profonde), rejoint par des équipes de recherche de premier plan dans 16 pays représentant plus de 70 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le rapport de synthèse du projet publié en 2015 fait la synthèse des scénarios élaborés par les équipes pour leurs pays ; il en ressort que les émissions de CO2 liées à l'énergie pour les 16 pays peuvent être réduites de 48 à 57 % à l'horizon 2050 par rapport à 2010; les émissions dues à la production d'électricité seraient réduites de 93 % et la part de l'électricité dans le bilan énergétique doublerait, dépassant la barre des 40 %. D’ici 2050, les trajectoires DDP font apparaître un déploiement cumulé de 3 800 GW d’électricité solaire et de 4 100 GW d’énergie éolienne, ainsi que 1,2 milliard de véhicules de tourisme et 250 millions de véhicules utilitaires fonctionnant à l’électricité, à piles à combustible ou hybrides rechargeables. Dans la trajectoire DDP de la Chine, la décarbonation profonde permet une diminution allant de 42 à 79 % des polluants atmosphériques primaires[25].

Décarbonation de la consommation d'électricitéModifier

Les pays les plus avancés dans la décarbonation de la consommation d'électricité sont :

Taux de décarbonation (tD) dans le secteur électrique en 2019
Pays Production d'électricité dont : part décarbonée tD production[n 1] Consommation d'électricité[n 2] tD consommation[n 3]
Suède[26] 168,4 TWh 163,3 TWh 96,9 % 142,3 TWh 114,7 %
Suisse[27] 73,6 TWh 71,6 TWh 97,2 % 67,4 TWh 106,3 %
France[28] 570,8 TWh 516,4 TWh 90,5 % 513,0 TWh 100,7 %
Costa Rica (2018)[29] 11,5 TWh 11,3 TWh 98,6 % 11,3 TWh 100,7 %
Islande[30] 19,5 TWh 19,5 TWh 100 % 19,5 TWh 100 %
Norvège[31] 134,6 TWh 131,6 TWh 97,7 % 134,7 TWh 97,7 %
Canada[32] 653,5 TWh 532,3 TWh 81,4 % 606,5 TWh 87,8 %
Nouvelle-Zélande[33] 44,7 TWh 36,5 TWh 81,7 % 44,7 TWh 81,7 %
Brésil[34] 626,3 TWh 515,0 TWh 84,8 % 651,3 TWh 81,6 %[n 4]
Autriche[35] 74,2 TWh 58,0 TWh 78,1 % 77,4 TWh 75,0 %
Belgique[36] 93,5 TWh 63,4 TWh 67,8 % 91,6 TWh 69,2 %
Danemark[37] 29,3 TWh 23,2 TWh 79,1 % 35,1 TWh 66,0 %
Ukraine[38] 151,3 TWh 93,5 TWh 61,8 % 147,2 TWh 63,5 %
Bulgarie[39] 44,2 TWh 24,4 TWh 55,2 % 38,4 TWh 63,5 %
Finlande[40] 68,7 TWh 55,6 TWh 80,9 % 88,8 TWh 62,6 %
Roumanie[41] 60,2 TWh 24,8 TWh 60,0 % 61,7 TWh 58,5 %
Espagne[42] 274,2 TWh 161,7 TWh 59,0 % 281,1 TWh 57,5 %
Tchéquie[43] 87,0 TWh 41,4 TWh 47,6 % 73,9 TWh 56,1 %
Allemagne[44] 618,2 TWh 325,4 TWh 52,6 % 585,6 TWh 55,6 %
Royaume-Uni[45] 323,7 TWh 177,3 TWh 54,8 % 344,9 TWh 51,4 %
Portugal[46] 53,1 TWh 28,7 TWh 54,1 % 56,5 TWh 50,9 %

Le taux de décarbonation calculé par rapport à la consommation brute est plus élevé que celui de la production dans les pays exportateurs nets (Norvège, Suisse, Suède, France). Ce taux ne tient pas compte, dans le cas des pays importateurs, du caractère décarboné ou non de l'électricité importée ; par exemple, pour la Finlande, qui importe de Suède, ou du Danemark, qui importe de Norvège et de Suède, l'électricité importée est presque entièrement décarbonée.

On observe que plusieurs pays à fort taux de décarbonation bénéficient d'une faible densité de population, si bien que les ressources naturelles sont suffisantes pour couvrir les besoins (Norvège, Islande, Canada, Suède) ; les pays à densité de population moyenne ou élevée (France, Suisse, province de l'Ontario au Canada) se tournent aussi vers le nucléaire, énergie décarbonée capable de produire des quantités massives d'énergie sur une faible surface.

Les principales sources d'énergie utilisées par ces pays pour parvenir à ces résultats sont les suivantes :

Répartition de la production électrique par source en 2016
Pays Hydroélectricité Nucléaire Éolien Solaire Biomasse+déchets Géothermie
Suède[26] 38,7 % 39,5 % 11,8 % 0,4 % 6,5 %
Suisse[27] 55,6 % 35,9 % 0,2 % 2,9 % 2,7 %
France[28] 10,9 % 69,9 % 6,1 % 2,0 % 1,5 % 0,1 %
Costa Rica[29] 72,6 % 15,6 % 0,5 % 1,5 % 8,4 %
Islande[30] 69,1 % 0,04 % 30,9 %
Norvège[31] 93,4 % 4,1 % 0,2 %
Canada[32] 58,4 % 15,5 % 5,2 % 0,6 % 1,6 %
Nouvelle-Zélande[33] 57,2 % 5,0 % 0,3 % 1,4 % 17,8 %
Brésil[34] 63,5 % 2,6 % 8,9 % 1,1 % 8,7 %
Autriche[35] 59,6 % 10,0 % 2,3 % 6,3 %
Belgique[36] 1,3 % 46,6 % 10,2 % 4,2 % 5,5 %
Danemark[37] 0,1 % 55,2 % 3,3 % 20,6 %
Ukraine[38] 5,1 % 54,9 % 1,0 % 0,7 % 0,2 %
Bulgarie[39] 7,6 % 37,4 % 3,0 % 3,2 % 4,0 %
Finlande[40] 18,1 % 34,8 % 8,7 % 0,3 % 19,1 %
Roumanie[41] 26,3 % 18,7 % 11,2 % 3,0 % 0,8 %
Espagne[42] 9,8 % 21,3 % 20,3 % 5,5 % 2,1 %
Tchéquie[43] 3,6 % 34,8 % 0,8 % 2,6 % 5,8 %
Allemagne[44] 4,2 % 12,1 % 20,4 % 7,7 % 8,2 %
Royaume-Uni[45] 2,4 % 17,4 % 19,8 % 3,9 % 11,3 %
Portugal[46] 19,1 % 25,9 % 2,4 % 6,3 % 0,4 %

On constate que le potentiel hydroélectrique d'un pays est crucial pour sa décarbonation ; mais le nucléaire permet souvent de s'affranchir des limites de ce potentiel. Les pays dotés de ressources forestières importantes (Suède, Finlande, Autriche, Suisse) utilisent également le bois énergie ; la contribution de l'éolien, encore récente, n'arrive en général qu'au troisième ou quatrième rang.

L'Autriche, qui a renoncé au nucléaire en 1978, peine à couvrir sa consommation avec ses énergies renouvelables, malgré son potentiel hydroélectrique exceptionnel ; elle reste chaque année importatrice, sa production nationale ne couvrant que 96 % de sa consommation d'électricité en 2019.

Parmi les autres territoires dont l'électricité est largement décarbonée, seize États des États-Unis produisent en 2019 une électricité décarbonée à plus de 50 % (voir Taux de décarbonation de la production d'électricité aux États-Unis), dont la Californie, l'Illinois et l'État de New York, ainsi que 15 pays de l'Union européenne sur 28 (19 pays européens si l'on ajoute la Norvège, l'Islande, la Suisse et l'Ukraine) (voir Électricité en Europe#Part des sources d'énergies non-carbonées dans la consommation d'électricité).

Selon une étude parue en 2020, même si le contenu en carbone de l'électricité ne présentait pas d'amélioration, il y aurait intérêt à passer aux voitures électriques pour les transports, et aux pompes à chaleur pour les bâtiments[47]. Cela s'explique entre autres par l'efficacité du cycle combiné et de la cogénération qu'autorise la production d'électricité.

Décarbonation des autres filières énergétiquesModifier

La décarbonation du bilan énergétique ne peut pas se limiter à celle de la production d'électricité, car celle-ci ne représente en moyenne que 18,8 % de la consommation finale d'énergie mondiale[48].

En dehors de la filière électrique, les consommations d'énergie concernent pour l'essentiel deux postes : le chauffage et les transports.

Dans les pays où la production d'électricité est déjà largement décarbonée, la conversion au chauffage électrique ou aux pompes à chaleur peut contribuer à la décarbonation des consommations de chauffage, de même que les véhicules électriques, y compris trains, tramways, téléphériques, etc. pour les consommations du transport. Selon Bloomberg, la France est, parmi les grands pays, celui où les véhicules électriques sont les moins polluants (en matière d'émissions de CO2), grâce à son électricité majoritairement d’origine nucléaire[49] ; si cette analyse avait été élargie à des pays de plus petite taille, elle aurait pu en dire autant de la Norvège et de la Suède. Une étude récente publiée par des chercheurs de l'université de Bruxelles - VUB estime que, sur l'ensemble de son cycle de vie, les émissions de CO2 d'une voiture électrique sont, en moyenne européenne, inférieures de 55 % à celles d'un véhicule Diesel. Ce ratio dépend beaucoup des sources de la production de l'électricité (voir les chapitres précédents) et de la durée de vie globale du véhicule : en Belgique, le gain d'émissions apporté par la voiture électrique est de 65 %, en France de 80 % et en Suède de 85 %[50].

Pour le chauffage, une autre voie vers la décarbonation est la mise en place de réseaux de chaleur alimentés par des centrales de cogénération ou des chaufferies, brûlant les déchets ménagers, industriels ou agricoles ainsi que du bois énergie ou autre biomasse, ou encore utilisant des pompes à chaleur. Cette solution est largement utilisée dans les pays nordiques, en particulier la Suède ; les pays de l'ancien bloc communiste (Russie, Chine, etc.) ont aussi des réseaux de chaleur, mais ils sont alimentés surtout par des énergies fossiles et contribuent donc très peu à la décarbonation.

Les taux de décarbonation mesurés au niveau de l'ensemble des consommations d'énergie primaire sont beaucoup moins flatteurs que ceux calculés pour la seule électricité :

Taux de décarbonation de la consommation d'énergie primaire en 2019
Pays Consommation d'énergie
primaire (Mtep)
dont : part décarbonée
(Mtep)
Taux de décarbonation Part électricité[n 5] Part chaleur[n 6]
Islande[51] 6,05 Mtep 5,46 Mtep 90,1 % 49,1 % 24,9 %
Suède[52] 47,1 Mtep 37,6 Mtep 79,8 % 33,5 % 13,4 %
Norvège[53] 23,9 Mtep 13,4 Mtep 56,2 % 47,9 % 2,4 %
France[54] 241,4 Mtep 131,6 Mtep 54,5 % 25,0 % 2,4 %
Suisse[55] 24,3 Mtep 13,2 Mtep 54,4 % 27,3 % 2,6 %
Finlande[56] 33,9 Mtep 18,2 Mtep 53,8 % 27,4 % 15,4 %
Brésil[57] 291,4 Mtep 137,7 Mtep 47,3 % 19,4 %
Costa Rica (2018)[58] 4,9 Mtep 2,3 Mtep 46,8 % 21,6 %
Nouvelle-Zélande[59] 20,6 Mtep 8,6 Mtep 42,0 % 23,2 %

Seuls les pays dépassant le seuil de 40 % de décarbonation ont été pris en compte.

On note des différences de classement importantes : la Norvège, proche de 100 % pour la décarbonation de l'électricité, n'est qu'à 56,2 % de décarbonation sur l'ensemble de sa consommation d'énergie primaire. Ceci peut s'expliquer en partie par les conventions adoptées par l'Agence internationale de l'énergie pour ses bilans en énergie primaire, qui minorent la part des énergies renouvelables électriques (voir Bilan énergétique (statistique)#Conventions sur la définition de l'énergie primaire). L'Allemagne, dont l'électricité est décarbonée à 55,6 %, n'a qu'un taux de décarbonation de 22,5 % concernant sa consommation totale d'énergie.

Les pays les plus décarbonés sont souvent ceux où la part de l'électricité est élevée, car la majorité des sources d'énergie décarbonées sont des sources électrogènes. Les parts d'électricité les plus élevées signalent en général des pays où la disponibilité d'électricité à bas coût a attiré des industries électro-intensives telles que l'électrolyse de l'aluminium et l'électrométallurgie (Islande, Norvège, Suède).

La part des réseaux de chaleur dans la consommation finale d'énergie est également souvent corrélée avec le taux de décarbonation : les centrales de cogénération ou centrales de chaleur qui alimentent ces réseaux brûlent souvent des combustibles renouvelables (bois énergie, déchets urbains ou agricoles) ; parmi les pays à décarbonation élevée se trouvent aussi ceux qui pratiquent abondamment l'utilisation directe (sans passer par la production d'électricité) des énergies renouvelables thermiques : Islande (géothermie) et Finlande (biomasse).

Décarbonation dans l'industrieModifier

Pour certaines industries très émettrices, ont été développés des processus pour capturer le dioxyde de carbone au moment où il est émis. Il n'y a en effet pas d'alternatives vers d'autres énergies moins émettrices, le dégagement de CO2 étant lié au procédé industriel. Par exemple, pour la production de ciment, qui est responsable de 7 % des émissions totales de CO2, une usine pilote belge est parvenue à capter 80 à 95 % de ses émissions[60].

Le projet FReSMe, soutenu par l'Union européenne, combine une technologie innovante de captage du CO2 émis par le processus de fabrication de l’acier avec un procédé avancé de synthèse du méthanol, qui pourrait être utilisé comme carburant maritime[61].

Le taux de décarbonation de la consommation finale d'énergie atteignait 21,9 % en 2015 dans l'Union européenne, dont sept pays membres dépassaient 30 % (Suède, Finlande, Lettonie, France, Autriche, Danemark, Slovénie) : voir Part des énergies décarbonées dans la consommation finale d'énergie en Europe.

En France, le gouvernement annonce en février 2022 un régime d'aide spécifique, en ligne avec les toutes nouvelles règles fixées par Bruxelles, pour inciter les industriels à investir dans la décarbonation de leurs actifs. La valeur d'un projet de décarbonation sera estimée à partir des volumes de CO2 que son investissement permettra d'éviter. Le gouvernement procédera par appels d'offres successifs fixant un tonnage de CO2 à éviter et que l'État est prêt à compenser aux industriels prêts à saisir son offre ; il s'engagera à garantir, par un contrat de différence, un prix de rachat sur dix ou quinze ans de la tonne de carbone que leurs nouvelles installations auront empêché de rejeter, en couvrant l'écart entre le prix de marché du CO2 et le prix de référence inscrit dans le contrat. Ce mécanisme innovant, assez proche des mécanismes utilisés pour stimuler le développement des énergies renouvelables, prévaudra pour la mobilisation de 4 milliards d'euros d'investissements dans le cadre du plan « France 2030 ». Le lancement d'un premier appel d'offres devrait intervenir courant 2023[62].

SidérurgieModifier

La production d'une tonne d'acier émet, en moyenne, 1,8 tonnes de CO2[63]. Les usines sidérurgiques, responsables de 7 % des émissions totales de CO2, sont donc très étudiées[64]. Au sein de ces usines, 70 % du CO2 est émis par les hauts fourneaux, qui émettent une grande quantité de gaz de haut fourneau[65].

Dans les années 2000, le IEA Green House Gas R&D Programme étudie la possibilité d'extraire le CO2 de ce gaz avant qu'il soit utilisé dans les divers procédés des complexes sidérurgiques. Il évalue le coût de l'extraction du CO2 à 35 $/t de CO2 (avec un coût supplémentaire de 8-20 $/t pour le transport et le stockage). Cela augmenterait le coût de production de l'acier de 15 à 20 %[65].

Peu avant 2010, le projet de recherche européenne ULCOS (acronyme de Ultra-Low Carbon dioxide Steelmaking), explore soigneusement cette piste. Un consortium d'entreprises sidérurgiques européennes (ArcelorMittal, Corus, Dillinger Hütte, LKAB, Riva, Ruukki, Saarstahl, SSAB, ThyssenKrupp, Voestalpine[66]) est créé pour financer 60 % du projet, de 75 millions d’euros, le reste étant financé par la Commission européenne par l'intermédiaire de son sixième programme-cadre pour la recherche et le développement technologique (6e PCRDT) et du Fonds de recherche du charbon et de l'acier (FRCA).

Le gouvernement français insiste pour implanter un des sites pilote ULCOS sur le site de l'usine sidérurgique de Florange, les démonstrateurs des technologies alternatives (réduction directe, électrolyse, etc.) étant moins matures et de taille plus modeste. Le démonstrateur destiné à Florange est fondé sur la réinjection du gaz de haut fourneau dans le haut fourneau, après que le CO2 ait été extrait. La réinjection du gaz amènerait un site sidérurgique à n'émettre plus que 0,8 à 1,3 tonnes de CO2 par tonne d'acier produite[67].

Mais le , ArcelorMittal, principal pilier du projet, décide de retirer sa demande de financement européen pour le projet Ulcos[68]. En , il lance à sa place le projet LIS (Low Impact Steelmaking)[69],[70].

Enfin, le démonstrateur IGAR, construit sur le site d'ArcelorMittal Dunkerque, est une prolongation de LIS. Il vise une réduction des émissions de CO2 de 20 à 60 % en récupérant les gaz industriels issus du haut-fourneau pour les traiter afin d'en isoler du monoxyde de carbone (CO), lui-même utilisé ensuite à la place du charbon pour produire de l'acier. Le pilote industriel devrait être construit en 2020 pour une année d'essai en 2021 ; l'investissement d'une vingtaine de millions d'euros est financé pour moitié par l'Ademe[71].

Un autre démonstrateur, « Stellanol », prévu sur le site de Gand en Belgique, pour un investissement de 140 millions d'euros, consiste à récupérer les gaz industriels à la sortie du haut-fourneau, à les traiter puis à les combiner à une culture de bactéries pour en faire de l'éthanol[71]. En février 2022, ArcelorMittal annonce son intention de fermer, avant 2030, trois de ses cinq hauts fourneaux en France (deux des trois hauts-fourneaux de Dunkerque et l'un des deux de Fos-sur-Mer), pour les remplacer par des installations moins polluantes : une unité de réduction directe à l'hydrogène à Dunkerque et trois aciéries électriques (deux à Dunkerque et une à Fos-sur-Mer), pour fondre des ferrailles recyclées. À eux seuls, ces projets permettraient de réduire les émissions de 7,8 millions de tonnes de carbone par an, soit 10 % des émissions industrielles en France[72].

CimentModifier

VerreModifier

Le groupe français Saint-Gobain a réalisé en 2022 la première production zéro carbone de verre plat au monde, dans son usine d'Aniche, dans le Nord de la France : 2 000 tonnes de verre plat ont été produits à partir de calcin, évitant l'émission de 1 020 tonnes d'équivalent CO2 et économisant 2 460 tonnes de matières premières vierges, dont 1 600 tonnes de sable. Le passage de cette expérience à une production à grande échelle va cependant demander du temps, l'approvisionnement en calcin étant limité par l'absence d'une filière organisée de recyclage du verre plat utilisé dans le bâtiment[73].

AutomobileModifier

Bosch a réduit ses émissions de CO2 de 3,3 Mt en 2018 à 1,9 Mt en 2019 et prévoit que ses 400 sites dans le monde seront neutres d’ici à la fin 2020. BMW prévoit de réduire de 80 % d’ici à 2030 les 300 kg de CO2 qu’il rejette pour chaque véhicule assemblé[74].

En 2021, Volkswagen lance son programme Way to Zero pour atteindre la neutralité carbone en 2050 et réduire de 40 % ses émissions de CO2 par véhicule en Europe d’ici 2030. Il conclut un partenariat avec RWE pour la construction de nouveaux parcs éoliens et centrales solaires dans plusieurs régions d’Europe d’ici 2025. À partir de 2030, toutes les usines VW dans le monde, à l’exception de la Chine, devront fonctionner entièrement à l’électricité verte. Les giga-usines de production de cellules de batteries seront alimentées en électricité entièrement verte. Des composants durables seront demandés aux fournisseurs et le recyclage systématique des batteries permettra à l’avenir de réutiliser plus de 90 % des matières premières[75].

Renault annonce en avril 2021 son intention de réduire à zéro les émissions de CO2 de ses usines en Europe en 2030, et dès 2025 dans le nord de la France. En novembre 2022, il annonce trois partenariats stratégiques destinés à atteindre son objectif en France. : un accord avec Voltalia prévoit l'installation de 350 MW de panneaux solaires entre 2025 et 2027, dont l'électricité sera achetée par Renault au terme d'un « Power Purchasing Agreement » (PPA) de quinze ans, couvrant jusqu'à 50 % de la consommation électrique de son pôle ElectriCity (Douai, Maubeuge et Ruitz) et de son usine de moteurs de Cléon. Un accord est conclu avec Engie sur un projet de géothermie profonde au sein de l'usine de Douai fournirait 40 MW de chaleur pour remplacer le gaz naturel qu'il utilise aujourd'hui. Un troisième accord prévoit l'installation par Dalkia de chaudières biomasse et de systèmes de récupération de chaleur fatale dans l'usine de Maubeuge qui, avec une puissance de 15 MW, couvriront 65 % de ses besoins[76].

Décarbonation dans la constructionModifier

La décarbonation des bâtiments doit aider à la baisse du réchauffement climatique par la neutralité carbone dès leur conception et en tenant compte de leur cycle de vie[77].

En 2021, les acteurs de la construction cherchent à concilier les enjeux de décarbonation et de compétitivité en augmentant la part de la construction bois et des matériaux biosourcés et en impliquant tous les maillons de la filière, allant de la formation, aux entreprises jusqu'à l'innovation[78].

Avec la mise en place de la réglementation RE2020, la France est pionnière dans la décarbonation, notamment dans les constructions neuves[79].

Selon une étude de McKinsey, la prise de conscience collective de la nécessité de la décarbonation dans le bâtiment a été accélérée par la pandémie de Covid-19 et offre de nombreuses opportunités pour atteindre les objectifs de développement durable[80].

Parmi les pionniers de la décarbonation dans la construction, on peut citer Julius Natterer, Roland Schweitzer et Jean-Luc Sandoz[81].

Impact sur la demande de métaux critiquesModifier

Un rapport de l'Agence internationale de l'énergie[82] publié en alerte les États sur l'explosion de la demande mondiale du secteur énergétique en métaux critiques causée par la décarbonation des économies : cette demande pourrait être multipliée par quatre si le monde se conforme aux engagements de l'Accord de Paris et par six pour atteindre la neutralité carbone en 2050. La plus grande part de cette croissance proviendra des besoins des véhicules électriques et de leurs batteries, suivis par ceux des réseaux électriques, puis par les panneaux solaires et l'éolien. Les besoins en lithium vont être multipliés par 42 d'ici à 2040, ceux de graphite par 25, ceux de cobalt par 21 et ceux de nickel par 19. Or, ces matériaux sont concentrés dans une poignée de pays : trois États extraient 50 % du cuivre dans le monde (le Chili, le Pérou et la Chine) ; 60 % du cobalt est issu de la république démocratique du Congo ; la Chine extrait 60 % des terres rares dans le monde et contrôle plus de 80 % de leur raffinage. Les États doivent donc constituer des réserves stratégiques pour éviter toute rupture d'approvisionnement[83].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Quantité d'électricité produite à partir d'énergies peu émettrices de CO2 divisée par la production totale d'électricité.
  2. Consommation brute =production + importations - exportations
  3. Quantité d'électricité produite à partir d'énergies peu émettrices de CO2 divisée par la consommation brute d'électricité.
  4. les importations sont en fait la part brésilienne de la production de la centrale hydroélectrique d'Itaipu.
  5. Part de l'électricité dans la consommation finale.
  6. Part des réseaux de chaleur dans la consommation finale.

RéférencesModifier

  1. « décarboner », Larousse.
  2. J.-M. C., « Petit Larousse 2013 : Dujardin, Galabru, Messi et les autres... », sur France Soir.fr, (consulté le )
  3. « Langue française : les nouveaux mots du Larousse et du Robert », sur TV5MONDE, (consulté le )
  4. décarbonation ou décarbonisation ?, Question-orthographe.fr, 27 décembre 2016.
  5. Commission d'enrichissement de la langue française, Vocabulaire de l'environnement : climat-carbone (liste de termes, expressions et définitions adoptés), Journal officiel de la République française, no 0222, sur Légifrance, 24 septembre 2019.
  6. Sharon Wajsbrot, L'AIE appelle à renoncer immédiatement à tout nouveau projet fossile, Les Échos, 18 mai 2021.
  7. (en) Roger A. Pielke Jr., « Net-Zero Carbon Dioxide Emissions By 2050 Requires A New Nuclear Power Plant Every Day », Forbes (consulté le ).
  8. La France peut-elle alimenter 15 millions de voitures électriques ?, automobile-propre, 21 mai 2019.
  9. « En France, le système électrique est prêt à absorber les véhicules verts », Les Échos, 15 mai 2019.
  10. « François Bayrou : « Le contrat social français est insoutenable sur le long terme » », sur Public Sénat, (consulté le ).
  11. Décarbonisation, Futura-sciences.
  12. « La capture du CO2 « essentielle » dans le cadre de la transition énergétique selon l'AIE », sur connaissancedesenergies.org, .
  13. (en) « Carbon capture 'moonshot' moves closer, as billions of dollars pour in » [« Le projet de capture du carbone 'difficile et coûteux' approche, alors que des milliards de dollars affluent »], sur The Guardian, .
  14. Association négaWatt, Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme, La sobriété énergétique : Pièce cachée mais essentielle du puzzle d’un accord ambitieux et équitable [PDF] (communiqué de presse), 9 décembre 2015 (présentation en ligne).
  15. « Vers un plan de transformation de l'économie française en faveur du climat et de la résilience » [PDF], sur The Shift Project, .
  16. (en) « An ecomodernist manifesto » [« Un manifeste écomoderniste »], sur thebreakthrough.org.
  17. (en) « Nano-spike catalysts convert carbon dioxide directly into ethanol », sur Oak Ridge National Laboratory (consulté le ).
  18. « 2016, le big bang de la décarbonation ? », La Tribune, 30 novembre 2015.
  19. Un plan pour une Europe « zéro carbone », Les Échos, 21 mars 2017.
  20. Climat : Hulot engage un vaste plan d’actions qui privilégie le temps long, Les Échos, 6 juillet 2017.
  21. Climat : Hulot veut la "fin" des voitures essence et diesel, Les Échos, 6 juillet 2017.
  22. Les six champs d’action prioritaires pour atteindre la neutralité carbone, Les Échos, 6 juillet 2017.
  23. (en) Costa Rica unveils plan to achieve zero emissions by 2050 in climate change fight, The Guardian, d'après Reuters, 25 février 2019.
  24. Respecter l'Accord de Paris impose un changement radical du rythme de décarbonation, Actu-environnement, 16 novembre 2016.
  25. Rapport 2015 Trajectoires de décarbonation profonde -Résumé exécutif, Institut du développement durable et des relations internationales, septembre 2015.
  26. a et b (en)Data and statistics : Sweden Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  27. a et b (en)Data and statistics : Switzerland Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  28. a et b (en)Data and statistics : France Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  29. a et b (en)Data and statistics : Costa Rica Electricity 2018, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  30. a et b (en)Data and statistics : Iceland Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  31. a et b (en)Data and statistics : Norway Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  32. a et b (en)Data and statistics : Canada Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  33. a et b (en)Data and statistics : New Zealand Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  34. a et b (en)Data and statistics : Brazil Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  35. a et b (en)Data and statistics : Austria Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  36. a et b (en)Data and statistics : Belgium Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  37. a et b (en)Data and statistics : Denmark Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  38. a et b (en)Data and statistics : Ukraine Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  39. a et b (en)Data and statistics : Bulgaria Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  40. a et b (en)Data and statistics : Finland Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  41. a et b (en)Data and statistics : Romania Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  42. a et b (en)Data and statistics : Spain Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  43. a et b (en)Data and statistics : Czech Republic Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  44. a et b (en)Data and statistics : Germany Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  45. a et b (en)Data and statistics : United Kingdom Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  46. a et b (en)Data and statistics : Portugal Electricity 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  47. (en) « Net emission reductions from electric cars and heat pumps in 59 world regions over time » [« Réductions nettes des émissions des voitures électriques et des pompes à chaleur dans 59 régions du monde en fonction du temps »], Nature,‎ (lire en ligne [PDF]).
  48. (en)World : Balances for 2016, Agence internationale de l’énergie, 21 septembre 2018.
  49. (en)« How Much Cleaner Really Is a Tesla? Depends on Where You Are », Bloomberg, 20 septembre 2016.
  50. Cycle de vie : en France, la voiture électrique émet 80 % de CO2 en moins que le thermique, Automobile propre, 6 décembre 2017.
  51. (en)Data and statistics : Iceland Balances for 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  52. (en)Data and statistics : Sweden Balances 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  53. (en)[(en)Data and statistics : Norway - Balances 2019, Agence internationale de l'énergie, 12 septembre 2020.
  54. (en)Data and statistics : France Balances for 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  55. (en)Data and statistics : Switzerland Balances for 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  56. (en)Data and statistics : Finlande Balances for 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  57. (en)Data and statistics : Brazil Balances for 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  58. (en)Data and statistics : Costa Rica Balances for 2018, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  59. (en)Data and statistics : New Zealand Balances for 2019, Agence internationale de l’énergie, 12 septembre 2020.
  60. (en) Katy Dartford, « Chaux et ciment à faible intensité d'émissions Un projet de l'Union européenne Horizon 2020 Recherche & Innovation », sur Leilac, (consulté le ).
  61. « Convertir le CO2 en méthanol via la production d’acier pour alimenter le transport maritime », sur Commission européenne, (consulté le ).
  62. Industrie : une mesure d'aide inédite pour « dérisquer » le prix de la décarbonation, Les Échos, 3 février 2022.
  63. Modèle:Artcile
  64. (en) José Ramón Fernández, Vincenzo Spallina et Juan Carlos Abanades, « Advanced Packed-Bed Ca-Cu Looping Process for the CO2 Capture From Steel Mill Off-Gases », Frontiers in Energy Research, vol. 8,‎ (ISSN 2296-598X, DOI 10.3389/fenrg.2020.00146, lire en ligne, consulté le ).
  65. a et b IEA-GHG, 2000. Greenhouse Gas Emissions from Major Industrial Sources—Iron and Steel Production. Report no. PH3/30. Cheltenham, UK, IEA Greenhouse Gas R&D Programme. https://ieaghg.org/docs/General_Docs/Reports/PH3-30%20iron-steel.pdf Accessed July 30, 2021.
  66. « Membres-clé de l’industrie », Ulcos (consulté le ).
  67. (en) Minh T. Ho, Andrea Bustamante et Dianne E. Wiley, « Comparison of CO2 capture economics for iron and steel mills », International Journal of Greenhouse Gas Control, vol. 19,‎ , p. 145–159 (DOI 10.1016/j.ijggc.2013.08.003, lire en ligne)
  68. (fr) « ArcelorMittal retire le projet Ulcos, Florange dans l'incertitude », Les Echos (consulté le ).
  69. https://france.arcelormittal.com/news/2013/apr/pr-22-04-2013a.aspx
  70. (en) Mihir Kumar Purkait, Piyal Mondal et Chang-Tang Chang, Treatment of Industrial Effluents : Case Studies, , 364 p. (ISBN 978-0-429-68682-5, lire en ligne), p. 326.
  71. a et b Les trois usines pilotes d'ArcelorMittal dans la lutte anti-CO2, Les Échos, 14 mai 2019.
  72. ArcelorMittal va reconvertir trois hauts-fourneaux pour investir dans l'acier vert en France, Les Échos, 3 février 2022.
  73. Saint-Gobain avance vers le verre plat zéro carbone, Les Échos, 17 mai 2022.
  74. Renault, PSA, BMW... Comment l'industrie automobile réduit ses émissions à la chaîne, L'Usine nouvelle, 1er décembre 2020.
  75. Comment Volkswagen vise la neutralité carbone en 2050, L'Auto-Journal, 3 mai 2021.
  76. Comment Renault compte décarboner ses usines françaises, Les Échos, 24 novembre 2022.
  77. (en) Luis D’Acosta, « Council Post: Want To Combat Climate Change? Start With The Decarbonization Of Buildings », sur Forbes (consulté le ).
  78. « Comment la construction veut concilier décarbonation et compétitivité », Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. « La France, laboratoire mondial de la décarbonation », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. (en) « Seizing the decarbonization opportunity in construction », sur mckinsey.com (consulté le ).
  81. « Carnet noir – Le père de la tour de Sauvabelin est décédé », sur 24 heures (consulté le ).
  82. (en) The Role of Critical Minerals in Clean Energy Transitions, Agence internationale de l'énergie, mai 2021.
  83. Transition énergétique : l'AIE invite les Etats à constituer des stocks de métaux, Les Échos, 9 mai 2021.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier