Ouvrir le menu principal

Un camion électrique est un camion propulsé par l’énergie électrique. Il se distingue donc des camions ayant un moteur à combustion interne (la plupart des camions fabriqués et en circulation) et des camions hybrides (qui combinent propulsions électrique et thermique).

L’utilisation de l’énergie électrique pour ce type de véhicules passe par l’adaptation de la chaîne de traction à un moteur de type électrique et au poids du châssis. Le stockage d’énergie est la principale différence avec les camions classiques : le réservoir de carburant est remplacé par un rack à batteries permettant l’autonomie du véhicule.

Renault Midlum Electric à Zurich

HistoireModifier

Le concept de camion électrique est presque aussi ancien que celui de camion automobile. le constructeur italien Fiat V.I. s'est d'ailleurs illustré en la matière en commercialisant dès 1938 ce qui semble être le premier vrai camion électrique de tous les temps, le Fiat 621 E reconnaissable avec ses formes très arrondies, en parfait contraste avec les versions classiques essence et diesel très carrées.

Il a eu un premier âge d'or dans les années 1940, pour la livraison de charbon et de marchandises en ville comme pour la collecte des ordures ménagères et pour la voirie. Avant 1977, il a été notamment illustré par la SOVEL[1],[2] pour la construction, et la SLEVE[3] pour l'exploitation (entretien et location long terme), devenue Locamion.

En 2018, après la présentation en novembre 2017 du poids lourd électrique de Tesla, les principaux constructeurs de véhicules industriels multiplient les annonces : Volvo Trucks et sa filiale Renault Trucks ont annoncé en janvier 2018 deux projets : une gamme de véhicules électriques de 16 à 19 tonnes dédiés à la distribution urbaine, lancée fin 2019 par Volvo et une autre chez Renault, qui teste depuis 2012 des camions frigorifiques de 12 à 19 tonnes d'une autonomie de 120 kilomètres ; Mercedes-Benz Trucks lancera sa gamme de camions électriques en 2020 et teste son nouveau Urban e-Truck 100 % électrique en versions 18 tonnes et 25 tonnes, d'une autonomie de 200 kilomètres[4].

TypologieModifier

Transports de marchandisesModifier

Il existe des camions électriques de différentes tailles pouvant servir à cette fonction : les camions électriques pour le transport de marchandises vont de l’utilitaire de petite taille, quelques tonnes de charge utile (par exemple le Renault Maxity électrique de chez Renault Trucks[5]) ; à ceux plus volumineux dont le PTAC peut aller jusqu’à 12 tonnes, comme le Newton de Smith[6].

La capacité des châssis des véhicules électriques n’atteignant pas les mêmes performances que celle des véhicules thermiques actuels, l’utilisation optimale pour les camions électriques dont l'autonomie est limitée à environ 100 km[7] est souvent celle des livraisons dites « du dernier kilomètre » qui s’effectuent en milieux urbains.

Tesla a présenté le son semi-remorque électrique autonome « Tesla Semi », dont l'autonomie atteindrait 800 km et dont le coût complet serait inférieur de 20 % à celui d'un camion Diesel ; la production devrait commencer fin 2019[8]. Tesla a reçu environ 200 commandes en quinze jours[9].

Les utilitaires électriques de petite taille pour les livraisons en centre-ville sont un créneau en développement du fait du durcissement des réglementations et de la multiplication des interdictions de la circulation de véhicules de livraison diesel dans les centres-villes : ainsi, Peugeot annonce en octobre 2018 sa décision de proposer des versions électriques pour l'ensemble de sa gamme de véhicules utilitaires d'ici à 2025, en commençant dès 2020 par le Citroën Jumpy et le Peugeot Expert[10].

En décembre 2018, Daf Trucks teste chez la chaine de supermarchés Jumbo son semi-remorque électrique « semi CF », dont la batterie de 170 kWh permet une autonomie d'environ 100 km, destiné à des rotations en zones urbaines ; sa production est prévue en 2020. Jumbo espère réduire de 50 % les émissions de CO2 de sa flotte, avec des stations de recharge équipées de panneaux solaires[11].

En février 2019, le constructeur américain Nikola, jusqu’ici spécialisé dans les camions propulsés par des piles à combustibles à hydrogène, a annoncé que des camions électriques renforceraient prochainement la gamme : les modèles « Two » et « Tre », respectivement destinés à l’Amérique du Nord et à l’Europe, seront déclinés dans trois versions à batteries, d’une capacité de 500 à 1 000 kWh, qui viseront une autonomie moindre que leurs homologues à hydrogène (500 à 1 200 km pour le Tre) ; l’hydrogène sera prioritaire pour les longues distances, l’électrique sera réservé aux courts trajets, à cause du poids des batteries. Le Nikola Two ne sera produit qu’à partir de 2021, le Tre courant 2022-2023[12].

En septembre 2019, Amazon commande 100 000 fourgons électriques, qui seront fabriqués par la start-up Rivian. Les premières livraisons devraient intervenir en 2021, 10 000 seront sur les routes en 2022, les derniers arrivant courant 2030[13].

Service de propretéModifier

Il est possible d’adapter des châssis motorisés électriquement à des camions dévoués aux services de propreté comme les bennes à ordures ménagères.
Quelques-uns de ces modèles 100 % électrique sont actuellement en utilisation en France, la ville de Courbevoie étant la première ville à avoir renouvelé son parc de véhicules de propreté vers des véhicules 100 % électriques[14].

Camions de serviceModifier

On retrouve également une motorisation électrique sur certains véhicules de service qui n’ont pas une fonction de transport de marchandise mais sont dotés d’équipement spécifiques (mini-grue, équipement de nettoyage, etc.). La compagnie Air France par exemple a fait l’acquisition de quelques-uns de ces véhicules pour un usage aéroportuaire[15].

Autoroute électriqueModifier

Le groupe allemand Siemens expérimente depuis l'été 2011 un démonstrateur d'autoroute électrique (eHighway), équipé de caténaires sur 1,8 km, où circulent deux camions équipés de pantographes afin de tester l'utilisation de ce concept[16].

Suivant l'exemple de la Suède et de l'Allemagne, l'Italie lance en septembre 2018 un projet d'autoroute électrique pour le ravitaillement des camions électriques et hybrides : des lignes aériennes, installées tout au long d'un tronçon de 6 km de l'autoroute A35, permettront de ravitailler les poids-lourds en continu[17].

Notes et référencesModifier

  1. fondée à Saint-Étienne puis installée à Villeurbanne
  2. Le camion français est né à Lyon, sur le site memoires-industrielles.fr, consulté le 5 décembre 2015
  3. Titre de la Société Lyonnaise d'exploitation des véhicules électriques, sur le site scriponet.com, consulté le 5 décembre 2015
  4. Poids lourds électrique : la révolution silencieuse du transport routier, Les Échos, 20 mars 2018.
  5. Renault Maxity Electrique, L’utilitaire au sens propre., sur le site renault-trucks.fr
  6. (en) Smith is the vehicle by which many, together, will energetically change the world., sur le site smithelectricvehicles.com
  7. Jean-François Prevéraud, Le retour de la benne à ordures électrique, Industrie & Technologies, (consulté 22/10/16).
  8. Tesla dévoile son modèle de camion électrique, Les Échos, 17 novembre 2017.
  9. DHL commande 10 camions électriques à Tesla, 29 novembre 2017.
  10. PSA prépare des utilitaires électriques pour la livraison en centre-ville, Les Échos, 13 octobre 2018.
  11. Camion électrique : Daf Trucks livre son premier semi CF à Jumbo, automobile-propre.com, 26 décembre 2018.
  12. Nikola va proposer des camions 100% électriques, automobile-propre.com, 11 février 2019.
  13. Amazon commande 100 000 utilitaires électriques Rivian, automobile-propre.com, 19 septembre 2019.
  14. PVI inaugure sa première benne à ordure électrique à Courbevoie, sur le site avem.fr
  15. Renault Midlum adopté par Air-France, sur le site vehiculespropres.net
  16. (en)Electric-Powered Road Freight Traffic, sur Mobility.Siemens, consulté le 3 avril 2014.
  17. L’Italie va expérimenter sa première autoroute électrique, automobile-propre.com, 23 septembre 2018.

Voir aussiModifier