Production d'électricité

processus

La production d'électricité est essentiellement un secteur industriel qui approvisionne en énergie électrique les fournisseurs d'électricité. Ceux-ci la livrent ensuite aux consommateurs en utilisant les réseaux de transport et de distribution.

La production d'électricité est réalisée depuis la fin du XIXe siècle dans des centrales électriques. Les centrales transforment des énergies primaires, généralement grâce à des générateurs électriques entraînés soit par une machine thermique alimentée en combustible fossile (charbon, gaz naturel ou pétrole), en combustible organique (biomasse, déchets), en énergie nucléaire ou en énergie géothermique, soit directement par l'énergie mécanique hydroélectrique ou éolienne ou par l'énergie solaire.

La part de l'électricité dans la consommation finale d'énergie mondiale s'élevait à 19,7 % en 2019. La production mondiale d'électricité était issue en 2019 des combustibles fossiles pour 62,9 %, du nucléaire pour 10,3 % et des énergies renouvelables pour 26,3 % (hydroélectricité 16,0 %, éolien 5,3 %, solaire 2,5 %, biomasse 2,0 %, géothermie 0,3 %). Les deux principaux pays producteurs d'électricité totalisent 42,9 % de la production mondiale : Chine 26,7 % et États-Unis 16,2 %.

Un turbo-alternateur dans une centrale thermique.

HistoireModifier

En 1868, l'inventeur belge Zénobe Gramme améliore la dynamo, à courant continu, point de départ de l'industrie électrique moderne, et fonde la Société des machines magnétoélectriques Gramme avec l'industriel Hippolyte Fontaine. Quelques années plus tard, les boulevards des grandes capitales sont illuminés par la bougie Jablochkoff alimentée par des machines Gramme, avant qu'elle soit supplantée par les lampes à incandescence de Thomas Edison[1],[2],[3]. La deuxième révolution industrielle est en marche.

En 1878, une centrale hydroélectrique de 7 kW est construite par William George Armstrong à Cragside en Angleterre. Elle tire son énergie de lacs situés sur la propriété de l'ingénieur, via des dynamos, et alimente sa demeure ainsi que des machines et bâtiments de ferme[4].

En 1882, Thomas Edison construit la centrale de Pearl Street Station, première aux États-Unis. Elle abrite six dynamos « Jumbo » mues par des machines à vapeur, celle-ci étant produite grâce au charbon, et fournit du courant continu dans un rayon de 800 m[5]. D'une capacité de 1 200 lampes, elle éclaire 85 maisons, bureaux et boutiques de Manhattan[6]. Moins d'un an plus tard, d'autres centrales, toujours plus puissantes, éclairent plus de 430 immeubles new-yorkais avec plus de 10 000 ampoules. C'est également la première centrale à cogénération, dont la chaleur résiduelle est distribuée aux bâtiments voisins et la pression de vapeur vendue aux usines locales. La technologie sera par la suite adoptée dans le monde entier.

En 1890, le courant alternatif sort vainqueur de la guerre des courants l'opposant aux partisans du courant continu. La production centralisée d'électricité se généralise alors, grâce au transport à haute tension de l'énergie.

Moyens de productionModifier

Les moyens de production sont diversifiés et dépendent de nombreux facteurs, notamment :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Enjeux environnementauxModifier

L'électricité est communément présentée comme une « énergie propre ». En effet, les équipements l'utilisant n'émettent, localement, ni gaz polluant, ni gaz à effet de serre (GES). Toutefois, l'électricité n'est pas disponible naturellement sur Terre, elle n'est qu'un vecteur énergétique. Elle est produite par conversion d'énergie primaire en « énergie électrique ».

Les énergies renouvelables électriques, à l'instar de l'énergie nucléaire[7], sont qualifiées de « durables ».

Le classement de l'énergie nucléaire dans les énergies durables fait l'objet de débats en Europe. En 2022, des conditions au « label vert » sont fixées par l'Union européenne concernant le futur de l'électricité d'origine nucléaire. Les projets de construction de nouvelles centrales nucléaires devront avoir obtenu un permis de construire avant 2045. Les travaux permettant de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires existantes devront avoir été autorisés avant 2040[8].

À l'échelle européenne, selon le think tank Agora Energiewende, la part des renouvelables dans la production d'électricité de l'Union européenne est passée de 21 % en 2010 à 38 % en 2020, année où elle a pour la première fois dépassé la part des énergies fossiles (37 %) ; l'éolien atteint 14 % et le solaire 5 %. Le charbon a reculé de 705 TWh en 2015 à 365 TWh en 2020 alors que l'éolien et le solaire totalisent 570 TWh en 2020. Les émissions de GES de l'électricité ont reculé de 317 geqCO2/kWh en 2015 à 226 geqCO2/kWh en 2020[9]. L'Agence internationale de l'énergie (IEA) prévoit une croissance des puissances installées dans le monde entre 2019 et 2024 d'environ 700 GW pour le solaire et de 350 GW pour l'éolien, portant leur part dans la production d'électricité de 26 % à 30 %[10].

Mais la plupart des processus de production d'électricité, y compris ceux qualifiés de durables, exercent une influence dommageable sur l'environnement.

Émissions de gaz à effet de serreModifier

 
Émissions mondiales de CO2 par secteur économique en 2021[11].
  • Électricité, 40 %
  • Transports, 23 %
  • Industrie, 23 %
  • Bâtiments, 10 %
  • Autres, 4 %

La production d'électricité est en 2021, au niveau mondial, le premier secteur émetteur de CO2, devant les transports, l'industrie et le bâtiment. Cela est dû principalement à l'utilisation du charbon[12]. Ce dernier compte pour 36,4 % de la production mondiale d'électricité en 2019 ; au total, 62,8 % de la production mondiale d’électricité est carbonée en 2019[13]. En raison des ruptures d'approvisionnement en gaz russe, l'Allemagne entend recourir davantage aux centrales à charbon[14], et défend l'extension de la mine de Garzweiler[15]. En Asie, les multiples projets de centrales à charbon risquent ainsi de mettre à mal les objectifs climatiques[16],[17],[18],[19]. Ainsi, entre le premier semestre 2019 et le premier semestre 2021, l'augmentation de la production électrique des centrales à charbon en Chine a été supérieure à la production de l'ensemble des centrales à charbon de l’Union européenne au premier semestre 2021. « La transition du secteur électrique chinois devient pourtant cruciale »[20],[21],[22]. En 2021, la production d'électricité a fortement augmenté, couverte à hauteur de plus de la moitié par la hausse de la combustion du charbon. Mais l'IEA pense que l'augmentation attendue de la production d'électricité dans les prochaines années sera de plus en plus assurée par les énergies renouvelables[23]. Richard York et The Shift Project affirment qu'à l'échelle mondiale, les énergies renouvelables ont plus tendance à s'ajouter aux énergies classiques qu'à les remplacer, en particulier dans le domaine de l'électricité[24],[25]. Une étude publiée en 2015 par le département de recherche et développement d'EDF, qui simule le fonctionnement du système électrique européen avec de l'éolien et du photovoltaïque, nuance ces affirmations. Elle conclut que 700 GW d'énergies renouvelables intermittentes permettront de réduire de 160 GW les moyens conventionnels de base (thermiques pour l'essentiel), mais exigeront 60 GW de moyens de production de pointe (back-up, également thermique pour l'essentiel) pour assurer la satisfaction de la demande lors des périodes sans vent et sans soleil ; l'économie de moyens de production conventionnels sera donc de 100 GW[26].

En outre, la construction de tout ouvrage et de toute machine requiert des matériaux et de l'énergie grise, qui impliquent eux-mêmes pollution, rejets et autres impacts environnementaux. L'analyse du cycle de vie révèle ainsi, par exemple, qu'une éolienne est responsable d'émissions indirectes de CO2 qui représentent, moyennées sur sa durée de vie, 12,7 g/kWh, les 11/13 de ces émissions ayant lieu lors de sa fabrication[27] ; par ailleurs, toute l'énergie qu'elle produit pendant sa première année de fonctionnement ne fait que compenser celle qui a été dépensée pour la mettre en service[28]. À titre de comparaison, l'énergie nucléaire est responsable d'émissions dans le même ordre de grandeur que l'éolien, le solaire photovoltaïque de 40 à 45 g/kWh, le thermique à gaz de 400 à 500 g/kWh et le thermique à charbon de 1 000 g/kWh[29],[30],[31].

Le photovoltaïque est « presque trop carboné, à cause de la fabrication du panneau », d'après Jean-Marc Jancovici[32],[33]. En France, les émissions de CO2 liées à la production d’électricité ont été, en 2015, de 23,1 Mt pour 546 TWh, soit 0,06 kg(CO2)/kWh[34],[35]. Selon EDF, les émissions de CO2 par kilowatt-heure du solaire photovoltaïque sont de 48 g contre 12 g pour le nucléaire, 11 g pour l’éolien et 24 g pour l'hydraulique[36].

Selon une étude parue dans Nature en 2020, même à supposer que le contenu en carbone de l'électricité ne présente pas d'amélioration, il y a quand même intérêt à passer aux voitures électriques pour les transports, et aux pompes à chaleur pour les bâtiments[37]. L'IEA aboutit à la même conclusion. Elle envisage également, pour décarboner l'électricité, la séquestration du CO2[38].

PollutionModifier

Les centrales thermiques à flamme rejettent des oxydes de soufre et d'azote, des suies et d'importantes quantités de dioxyde de carbone (principal moteur du réchauffement climatique) ; d'un autre ordre, les eaux employées dans les centrales thermiques, essentiellement les eaux de refroidissement des centrales thermiques, sont traitées chimiquement et rejetées à des températures sensiblement supérieures pouvant perturber l’équilibre des cours d'eau.

Les pales des éoliennes sont faites d'un matériau composite comprenant une matrice de résines thermoplastiques et thermodurcissables et un renfort de fibres de carbone ou de verre. Elles ne sont pas recyclées. À partir de 2025, au moins la moitié des nacelles et des pales devront réglementairement être recyclées[39].

Les panneaux solaires photovoltaïques sont composés essentiellement de verre, d'aluminium et de semi-conducteurs (leurs équipements annexes, tels les onduleurs et accumulateurs, sont catégorisés comme déchets électroniques). Tous ces matériaux sont hautement recyclables et peuvent être incorporés à la fabrication de nouveaux panneaux ou à d'autres processus industriels. PV Cycle annonce ainsi un taux de valorisation de 94,7 % pour un module photovoltaïque à base de silicium cristallin avec un cadre en aluminium[40].

L'extraction du minerai d'uranium peut poser des problèmes de pollution. Ainsi, à la suite de l'épuisement de la mine d'Akouta au Niger en 2020, une vingtaine de millions de tonnes de résidus de traitement, qui contiennent à peu près 80 % de la radioactivité, sont stockés à l'air libre. L'exploitant s'est engagé à les protéger par un sarcophage[41].

Les centrales nucléaires produisent des déchets radioactifs[42], dont une petite partie, d'une durée de vie dépassant le millénaire, est appelée à être stockée en couche géologique profonde, cependant que les seuils de libération des métaux valorisés lors du démantèlement font l'objet d'un débat[43]. Les 56 réacteurs français produisent approximativement dix tonnes de plutonium par an[44], matière émettant des particules alpha qui pourraient provoquer la survenue du cancer du poumon chez des travailleurs du nucléaire[45].

Perturbation des écosystèmesModifier

Les grands barrages hydroélectriques, tels que le barrage des Trois-Gorges en Chine, modifient profondément les écosystèmes[46].

Les centrales thermiques, qu'elles soient nucléaires ou à combustible fossile, rejettent de la chaleur[47] dans les cours d'eau, dans la mer ou dans l'atmosphère (avec un rendement de 34 %, une centrale évacue environ deux fois plus de chaleur qu'elle ne produit d'électricité). Ces rejets de chaleur engendrent une « nuisance directe sur l’environnement de la centrale »[48].

Les éoliennes contribuent à l'artificialisation des sols par leurs socles en béton[49].

Consommation de minerais rares ou sensiblesModifier

Le développement des énergies renouvelables électriques (en particulier l'éolien en mer) requiert beaucoup plus de minerais par mégawatt que le développement du nucléaire, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE)[50]. En fonctionnement permanent, un réacteur nucléaire de 1 100 MW requiert un approvisionnement en combustible de 100 tonnes d'uranium enrichi par an[51]. L'uranium n'est pas mentionné comme métal critique dans le rapport que leur consacre l'AIE[52] et il ne figure pas dans la liste des 30 matières premières critiques pour l'économie européenne établie par la Commission européenne[53].

Un rapport de l'AIE prévoit en 2021 que les besoins de l'énergie solaire photovoltaïque en 2040 atteindront 0,8 à 1,0 Mt/an de cuivre et 0,7 à 0,8 Mt/an de silicium. Les besoins en minéraux de l'éolien (surtout zinc et cuivre) varient de 10 à 14 t/MW selon les types de turbine[52]. Par comparaison, la consommation de cuivre en 2018, pour les besoins totaux de la société, était de 20,9 Mt/an[54]. Cela sera dû à la très forte croissance des énergies renouvelables, qui atteindra en moyenne plus de 160 GW par an jusqu'en 2040[55]. Selon l'IFP Énergies nouvelles (IFPEN), qui a modélisé en 2021 les besoins futurs en matériaux nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à °C, le monde pourrait consommer entre 60 et 90 % des ressources en cuivre connues aujourd'hui d'ici à 2050. Pour la bauxite, ces chiffres se situent entre 50 et 85 %, pour le cobalt autour de 80 %, 60 % pour le nickel, 30 % pour le lithium et 4 % pour les terres rares[56].

L'exploitation sous-marine des nodules polymétalliques est évoquée dans la zone de fracture de Clipperton (en) (encore appelée zone Clarion-Clipperton), très convoitée. Un paradoxe résiderait dans le fait que, pour accélérer la transition vers les énergies renouvelables, il faille détruire les plaines abyssales[57],[58].

Empreinte au solModifier

L'empreinte au sol mesure la superficie utilisée, directement et indirectement, par une activité humaine. Elle peut être considérée comme un indicateur de l'artificialisation des sols. L'empreinte au sol de la production d'électricité a fait l'objet de plusieurs études. En particulier, l'étude publiée en par la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) et l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) fournit, à partir d'une compilation d'études d'impact, une estimation de l'empreinte au sol ou « intensité d'utilisation des terres » des principaux modes de production d'électricité (en mètres carrés par mégawattheure) : nucléaire 0,1, gaz naturel 0,2, charbon 0,2 (mine souterraine) ou 5 (mine à ciel ouvert), éolien 1, géothermie 2,5, hydroélectricité (grands barrages) 10, solaire photovoltaïque 10, solaire thermodynamique 15, biomasse 500[59]. Une autre étude, publiée en , donne des estimations peu différentes, en hectares par térawattheure et par an (médianes) : nucléaire 7,1, géothermie 45, éolien 130 (empreinte) ou 12 000 (espacement), biomasse (déchets) 130, gaz naturel 410 (empreinte) ou 1 900 (espacement), hydroélectricité 650, charbon 1 000, solaire thermodynamique 1 500, solaire photovoltaïque (centrale au sol) 2 000, biomasse (culture dédiée) 58 000. Les estimations de type « empreinte » ne prennent en compte que les composants physiques de la centrale, alors que celles de type « espacement » y ajoutent les espaces inoccupés entre ces composants (pour un parc éolien, les espaces entre les mats des éoliennes)[60].

Selon l'association négaWatt, les modèles d’éoliennes de 100 mètres installés en France dans les années 2010 ont une fondation d'une vingtaine de mètres de diamètre, pour une profondeur de 3 mètres et une masse de béton de 800 tonnes, armée de 40 tonnes d’acier. Ainsi, la consommation annuelle de béton pour la filière éolienne représente en France 0,5 % de la production nationale, et l’éolien contribue à hauteur d'environ 1,5 % à l’artificialisation des terres[49].

Le développement des énergies renouvelables intermittentes nécessitera une interconnexion plus poussée[61] : un « système électrique avec une part très élevée d'énergies renouvelables s’accompagnerait d’une plus grande empreinte territoriale des réseaux », ce qui pose un problème d'acceptabilité sociale, d'après RTE et l'IEA[62],[33].

Techniques de production d'électricitéModifier

Techniques largement utiliséesModifier

Techniques en développementModifier

La productionModifier

La production d'énergie électrique est obtenue par conversion d'une autre forme d'énergie.

Énergie mécaniqueModifier

Toutes les centrales ci-dessus fonctionnent par conversion finale de l'énergie mécanique en énergie électrique par l'intermédiaire d'une génératrice comme une machine synchrone (alternateur) qui produit du courant alternatif ou une dynamo qui produit du courant continu.

Énergie photovoltaïqueModifier

Une centrale solaire photovoltaïque convertit une partie de l'énergie du rayonnement solaire en courant continu via un capteur solaire photovoltaïque. Cette énergie peut être stockée dans des batteries ou convertie en courant alternatif par un onduleur.

Énergie thermoélectriqueModifier

Les centrales thermoélectriques utilisent l'énergie thermique, qui est convertie via des modules thermoélectriques qui produisent du courant continu.

Énergie gravitationnelleModifier

L'énergie potentielle gravitationnelle est exploitée dans les usines marémotrices, les barrages hydroélectriques et les centrales au fil de l'eau.

Planification et régulation de la productionModifier

L'énergie électrique ne se prêtant pratiquement pas au stockage, l'équilibre entre la production et la consommation d'électricité doit être assuré à tout instant par un gestionnaire de réseau. Or, la demande électrique fluctue de façon journalière[63] (selon les besoins des ménages notamment), hebdomadaire (selon les aléas climatiques) et annuelle (variations saisonnières).

En conséquence, un plan journalier de production d'énergie est établi par les fournisseurs d'électricité et les différents moyens de production sont activés au gré des variations de consommation prévues ou imprévues. Par exemple, en France, les centrales nucléaires fournissent la « base », c'est-à-dire de très grandes quantités d'électricité (de 900 à 1 450 MW par centrale) ; les centrales thermiques peuvent démarrer en quelques heures et fournissent la « semi-base », en service permanent ou saisonnier ; enfin, les barrages hydro-électriques répondent en quelques minutes à la « pointe » de consommation électrique.

Statistiques de production mondialeModifier

La part de l'électricité dans la consommation finale d'énergie s'élevait à 19,7 % en 2019 au niveau mondial, contre 9,5 % en 1973[64].

En 2019, pour la première fois, les énergies renouvelables de nouvelle génération (solaire, éolien, biomasse, etc.) ont pesé davantage dans le mix électrique mondial (10,39 % en cumulé) que le nucléaire (10,35 %)[65]. En , le think tank Carbon Tracker a estimé que la production mondiale d'électricité à partir de combustibles fossiles avait franchi un pic, puisque les marchés émergents répondent également désormais à leur demande par un recours croissant aux énergies renouvelables[66].

En 2019, la répartition des sources de production était la suivante :

Production mondiale d'électricité par source
Source 2019 (TWh) Variation
2000-2019
Part en
2000
Part en
2019
Charbon 9 914 +65 % 38,6 % 36,7 %
Pétrole 747 -37 % 7,6 % 2,8 %
Gaz naturel 6 346 +129 % 17,9 % 23,5 %
Total fossiles 17 008 +71 % 64,2 % 62,9 %
Nucléaire 2 790 +8 % 16,7 % 10,3 %
Hydraulique 4 329 +61 % 17,4 % 16,0 %
Géothermie 91 +75 % 0,3 % 0,3 %
Biomasse 543 +377 % 1,3 % 2,0 %
Déchets 37 +115 % 0,2 % 0,1 %
Éolien 1 427 +4453 % 0,2 % 5,3 %
Solaire PV 681 +85 019 % 0,005 % 2,5 %
Solaire th. 13 +2 441 % 0,003 % 0,05 %
Marées 1 +83 % 0,004 % 0,004 %
Total EnR 7 123 +145 % 18,8 % 26,3 %
Déchets non renouv. 75 +134 % 0,2 % 0,3 %
Autres 49 +121 % 0,1 % 0,2 %
Total 27 044 +74 % 100 % 100 %
Source des données : Agence internationale de l'énergie[67]
PV = photovoltaïque ; EnR = énergies renouvelables ; solaire th. = solaire thermodynamique.
Production d’électricité des principaux pays en 2019[67]
Pays Production
(TWh)
% mondial % fossiles % nucléaire % EnR
1 Chine 7 218 26,7 % 69,9 % 4,1 % 26,0 %
2 États-Unis 4 392 16,2 % 62,5 % 19,2 % 17,9 %
3 Inde 1 624 6,0 % 77,1 % 2,9 % 20,0 %
4 Russie 1 121 4,1 % 63,4 % 18,6 % 18,0 %
5 Japon 1 045 3,9 % 71,9 % 6,1 % 18,6 %
6 Canada 645 2,4 % 18,1 % 15,7 % 66,2 %
7 Brésil 626 2,3 % 14,7 % 2,6 % 82,7 %
8 Allemagne 609 2,3 % 45,5 % 12,3 % 40,8 %
9 Corée du Sud 581 2,1 % 69,0 % 25,1 % 5,3 %
10 France 571 2,1 % 9,0 % 69,9 % 20,6 %
11 Arabie saoudite 386 1,4 % 99,9 % 0 % 0,1 %
12 Mexique 344 1,3 % 76,9 % 3,3 % 19,8 %
13 Royaume-Uni 323 1,2 % 43,3 % 17,4 % 37,9 %
14 Iran 323 1,2 % 92,6 % 2,2 % 5,2 %
15 Turquie 304 1,1 % 56,1 % 0 % 43,5 %
16 Indonésie 295 1,1 % 83,3 % 0 % 16,7 %
17 Italie 294 1,1 % 58,9 % 0 % 40,0 %
18 Taïwan 274 1,0 % 81,5 % 11,8 % 6,1 %
19 Espagne 273 1,0 % 40,5 % 21,4 % 37,8 %
20 Australie 264 1,0 % 80,3 % 0 % 19,7 %
21 Afrique du Sud 253 0,9 % 87,8 % 5,2 % 7,0 %
Total monde 27 044 100 % 62,9 % 10,3 % 26,3 %

Régulation dans le mondeModifier

Depuis plusieurs années, une table ronde réunit annuellement les régulateurs des États-Unis et le Conseil des régulateurs européens de l'énergie, association des régulateurs de l'Union européenne[68]). En 2006, une plate-forme de partage en ligne a été créée[69] par les régulateurs de l'énergie.

En 2004, la Florence School of Regulation est créée comme département de l'Institut universitaire européen. La FSR travaille en lien avec la Commission européenne sur les thèmes de l'énergie et le climat en particulier[70].

L'Agence de coopération des régulateurs de l'énergie, agence de l'Union européenne, a été créée en 2011 afin d'aider les autorités les régulateurs nationaux à coordonner leur travail au niveau européen.

En , 200 régulateurs de l'énergie et 11 associations régionales ont créé une Confédération internationale des régulateurs de l'énergie (ICER)[71] pour échanger des informations sur les « bonnes pratiques » concernant les questions liées à la régulation de l'énergie.

Quatre thèmes et groupes de travail ont été retenus par l'ICER :

  • sécurité de l'approvisionnement ;
  • changement climatique (le G8 des ministres de l'énergie, réuni à Rome en , avait demandé aux régulateurs de se coordonner pour une meilleure adaptation aux dérèglements climatiques) ;
  • compétitivité et accessibilité ;
  • meilleures pratiques et formation.

ProspectiveModifier

Union européenneModifier

AllemagneModifier

L'Allemagne sortira du nucléaire en 2022 et du charbon en 2030[72] et sa production électrique doit être entièrement assurée en 2050 par les énergies renouvelables, dont les insuffisances à certaines périodes doivent être couvertes par de l'hydrogène ou des hydrocarbures synthétiques[73],[74]. Le pays devra importer massivement de l'hydrogène vert[75], en particulier d'Afrique, dont un atlas est élaboré à cet effet[76].

FranceModifier

Le rapport d' de RTE intitulé Futurs énergétiques 2050 propose six scénarios pour atteindre la neutralité carbone en 2050 pour l'électricité. L'un d'eux décrit un mix énergétique à 100 % d'énergies renouvelables, deux autres gardent 16 GW du parc historique (contre 61 GW en 2021) de centrales nucléaires et les derniers proposent aussi de nouveaux réacteurs pour totaliser 39 à 51 GW nucléaire pour 135 à 221 GW d'éolien et solaire[77].

États-Unis d'AmériqueModifier

Selon la stratégie à long terme des États-Unis, afin d'atteindre la neutralité carbone, les productions d'électricité renouvelables seront très largement majoritaires et pourront totaliser en 2050 4 000 TWh à 7 000 TWh par an, ajoutés à 800 TWh pour la biomasse à 1 000 TWh et le nucléaire[78].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « History of the Public Lighting of Paris », Nature, vol. 132,‎ , p. 888–889 (DOI 10.1038/132888c0, lire en ligne, consulté le ).
  2. « Les bougies Jablochkoff à Londres », L’électricité, no 8,‎ (lire en ligne, consulté le ), sur Gloubik Sciences.
  3. « Notice nécrologique », La Nature, no 1089,‎ (lire en ligne), sur Gloubik Sciences.
  4. (en) « Hydro-electricity restored to historic Northumberland home », sur BBC News, (consulté le ).
  5. (en) Electrical world, vol. 80, McGraw-Hill, (lire en ligne).
  6. « Centrale électrique », sur L'Internaute (consulté le ).
  7. (en) « Application of the United Nations Framework Classification for Resources and the United Nations Resource Management System : Use of Nuclear Fuel Resources for Sustainable Development – Entry Pathways » [« Application de la classification-cadre des Nations unies pour les ressources et du système de gestion des ressources des Nations unies : Utilisation des ressources en combustible nucléaire pour le développement durable - Voies d'entrée »] [PDF], sur Nations unies,
  8. « Cinq pays europeens denoncent le classement par l'UE du nucleaire comme investissement vert », sur Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  9. (en) Fabian Hein, The European power Sector in 2020 - Up-to-Date Analysis of the Electricity Transition (Publication), agora energiewende with ember (coal to clean energy policy), 4, 5, 7, 8, 12, 13 (lire en ligne [PDF])
  10. (en-GB) « Renewables 2019 – Analysis », sur IEA (consulté le ).
  11. (en-GB) « Global energy-related CO2 emissions by sector », sur Agence internationale de l'énergie, Data & Statistics (consulté le ).
  12. (en) « Global energy-related CO2 emissions by sector » [« Émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie, par secteur »], sur Agence internationale de l'énergie, .
  13. « BP Statistical Review of World Energy 2020: les chiffres clés de l’énergie dans le monde », sur connaissancedesenergies.org, .
  14. « Privée de gaz russe, l’Allemagne rétropédale sur le charbon », sur Reporterre, .
  15. (de) « »Es ist eine angespannte, ernste Lage« » [« « C'est une situation tendue et grave » »], sur Der Spiegel, .
  16. « Charbon: 600 projets de centrales en Asie menacent les objectifs climatiques », sur Le Figaro, .
  17. (en) « Despite Pledges to Cut Emissions, China Goes on a Coal Spree » [« Malgré ses promesses de réduction des émissions, la Chine se lance dans l'exploitation du charbon »], sur Yale Environment 360, .
  18. (en) « A Worrying Resurgence of Coal Becomes a Key Focus at Glasgow » [« Un inquiétant renouveau du charbon est au centre des préoccupations à Glasgow »], sur Yale Environment 360, .
  19. « Climat: le charbon pourrait atteindre de nouveaux records dès 2022, met en garde l'AIE », sur connaissancedesenergies.org, .
  20. « La pandémie n’a pas bouleversé la composition du mix électrique mondial », sur connaissancedesenergies.org, .
  21. (en) « Far From Dying, the Coal Industry Is Actually Booming », sur Bloomberg News, .
  22. « Grandeur et Décadence 2022 » [PDF], sur Global Energy Monitor (en), .
  23. « Électricité : la production des centrales à charbon et les émissions de CO2 au plus haut », sur connaissancedesenergies.org, .
  24. (en) Richard York, « Do alternative energy sources displace fossil fuels? » [« Les sources d'énergie alternatives remplacent-elles les combustibles fossiles ? »], Nature Climate Change,‎ (lire en ligne).
  25. Laurent Delcayrou et Corentin Riet, The Shift Project, Vers la résilience des territoires : Pour tenir le cap de la transition écologique, Éditions Yves Michel, (ISBN 978-2-36429-217-8), p. 30.
  26. (en) Technical and economic analysis of the european electricity system with 60% RES, EDF, .
  27. Cycleco, « Analyse du Cycle de Vie de la production d’électricité d’origine éolienne en France » [PDF], sur ADEME, (consulté le ), p. 78.
  28. Thierry de Larochelambert, « Énergie éolienne : une analyse du cycle de vie performante », sur Énergie Société Écologie, (consulté le ).
  29. « L'analyse de cycle de vie de l’éolien », sur Journal de l'éolien (consulté le ).
  30. « 1/8 - Nucléaire et énergies renouvelables : des technologies complémentaires pour la transition énergétique », sur Société française d'énergie nucléaire, (consulté le ).
  31. Kevan Saab, « Éoliennes : quel est leur vrai bilan carbone ? », sur Contrepoints, (consulté le ).
  32. « Sus à l’hydrogène! », sur Jean-Marc Jancovici, .
  33. a et b « Électricité : le devoir de lucidité », sur Haut-commissaire au plan,
  34. Bilan électrique 2015 [PDF], RTE, .
  35. (en) Benjamin K. Sovacool, « Valuing the greenhouse gas emissions from nuclear power: A critical survey », Energy Policy, no 36,‎ , p. 2940–2953 (DOI 10.1016/j.enpol.2008.04.017, lire en ligne [PDF]).
  36. Calcul des émissions de CO2 évitées au sein du groupe EDF, EDF, .
  37. (en) Florian Kobloch et al., « Net emission reductions from electric cars and heat pumps in 59 world regions over time » [« Réductions nettes des émissions des voitures électriques et des pompes à chaleur dans 59 régions du monde en fonction du temps »], Nature,‎ (lire en ligne).
  38. « Perspectives technologiques : l’innovation dans les énergies « propres » », sur connaissancedesenergies.org, .
    connaissancedesenergies.org cite le rapport suivant : Special Report on Clean Energy Innovation [PDF], page 71.
  39. « Déchets énergétiques : l'autre péril écologique », Science et Vie, no 1253, février 2022, p. 30-36.
  40. « Les panneaux solaires photovoltaïques sont-ils recyclables ? », sur Futura, (consulté le ).
  41. Fermeture de la mine Cominak d'Akouta au Niger, 600 salariés licenciés, RFI, .
  42. « Quels sont les impacts environnementaux d’une centrale nucléaire ? », sur natura-sciences.com, .
  43. « Recycler les déchets métalliques faiblement radioactifs ? Le débat s’ouvre », sur Reporterre, .
  44. Que devient le plutonium produit par les réacteurs français ?, laradioactivite.com, IN2P3 (consulté le 9 janvier 2022).
  45. (en) « Risk of lung cancer mortality in nuclear workers from internal exposure to alpha particle-emitting radionuclides », Epidemiology, vol. 5, no 28,‎ , p. 675–684 (DOI 10.1097/EDE.0000000000000684).
  46. (en) « Why the World’s Rivers Are Losing Sediment and Why It Matters » [« Pourquoi les rivières du monde perdent des sédiments et en quoi c'est important »], sur Yale Environment 360, .
  47. (en) « The Efficiency of Power Plants of Different Types » [« L'efficacité des centrales électriques de différents types »], sur brighthubengineering.com, .
  48. « Les impacts environnementaux d'une centrale nucléaire », sur Natura Sciences, (consulté le ).
  49. a et b « Bétonisation et artificialisation des terres : quelle contribution de l’éolien ? », sur Association négaWatt, .
  50. « La guerre des minerais, revers de la transition énergétique ? », sur Reporterre, .
  51. « Nuclear Power Plant Design », dans Sustainable Nuclear Power, Elsevier, (lire en ligne), p. 319–351.
  52. a et b (en) The Role of Critical Minerals in Clean Energy Transitions, Agence internationale de l'énergie, , pages 58 et 65.
  53. (en) « Critical Raw Materials Resilience: Charting a Path towards greater Security and Sustainability », sur EUR-Lex (consulté le ).
  54. « Statistiques : Production mondiale de Cuivre », sur Planetoscope (consulté le )
  55. (en-GB) « World Energy Outlook 2017 – Analysis », sur Agence internationale de l'énergie (consulté le ).
  56. « En trois décennies, nous allons consommer 60 % des ressources de cuivre connues », Les Échos, .
  57. (en) « Is deep-sea mining a cure for the climate crisis or a curse ? » [« L'exploitation minière en eaux profondes est-elle un remède à la crise climatique ou une malédiction ? »], sur The Guardian, .
  58. « Les océans victimes de la cupidité des multinationales », sur Reporterre, .
  59. (en) Uwe R.Fritsche et al., Energy and Land Use - Global Land Outlook working paper [PDF], .
  60. (en) Jessica Lovering et al., Land-use intensity of electricity production and tomorrow’s energy landscape (en cours de publication), , DOI:10.13140/RG.2.2.17626.06080 (consulté le ).
  61. « Énergies fossiles, nucléaire... Peut-on s'en passer? », Science et Vie, no 1251, , p. 42.
  62. « Conditions et prérequis en matière de faisabilité technique pour un système électrique avec une forte proportion d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 » [PDF], sur RTE, .
  63. « Courbes journalières », sur RTE (entreprise) (consulté le ).
  64. (en) Agence internationale de l'énergie (AIE ; en anglais : International Energy Agency, IEA), Key World Energy Statistics 2021 [PDF], , p. 34.
  65. Sharon Wajsbrot, « Le nucléaire doublé par les éoliennes et les panneaux solaires », sur Les Échos, (consulté le ).
  66. « Électricité : la production d'énergie fossile mondiale a atteint un pic », sur Les Échos, (consulté le ).
  67. a et b (en) Data and statistics : World - Electricity 2019, Agence internationale de l'énergie, .
  68. « Conseil des régulateurs européens de l’énergie », CRE (consulté le ).
  69. (en) International Energy Regulation Network - IERN, sur iern.net.
  70. (en-GB) « About FSR », sur Florence School of Regulation (consulté le ).
  71. L'annonce a été faite à Athènes le , lors du 4e forum mondial de la régulation de l'énergie.
  72. (de) « Atomausstieg in Deutschland geht in die Endphase – Kritik am Vorgehen der Bundesregierung » [« La sortie du nucléaire en Allemagne entre dans sa phase finale - Critique de la démarche du gouvernement fédéral »], sur Stern, .
  73. (en) Hans-Karl Bartholdsen et al., « Pathways for Germany's Low-Carbon Energy Transformation Towards 2050 », Energies (MDPI),‎ , p. 3, 12-14, 19-21 (lire en ligne   [PDF]).
  74. (en) Katja Purr, Germany 2050 a greenhouse gas-neutral Country, Bureau fédéral de l'environnement (de), , 32 p. (lire en ligne).
  75. (de) « Woher soll der Grüne Wasserstoff kommen? » [« D'où viendra l'hydrogène vert ? »], sur Ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche, .
  76. (en) « H2 atlas », sur Centre de recherche de Jülich.
  77. Futurs énergétiques 2050 - Principaux résultats, RTE, .
  78. The Long-Term Strategy of the United States : Pathways to Net-Zero Greenhouse Gas Emissions by 2050, Département d'État des États-Unis et Bureau exécutif du président des États-Unis, , 65 p. (lire en ligne [PDF]), p. 26.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • (en) Tomorrow, « Electricity map » (consulté le )
    Carte interactive montrant les production, consommation et flux d'électricité ainsi que les ressources éolienne et solaire.

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Production de l'énergie électrique.