Ouvrir le menu principal

William Servat

joueur de rugby français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Servat.
William Servat
Description de cette image, également commentée ci-après
William Servat lors de la présentation du Bouclier de Brennus au Capitole en 2012.
Fiche d'identité
Naissance (41 ans)[1]
à Saint-Gaudens[1] (France)
Taille 1,85 m (6 1)[1]
Surnom La bûche[2]
Poste talonneur
Carrière en junior
PériodeÉquipe 

1993-2000
Mazères Cassagne Sports
Stade toulousain
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1999-2013Stade toulousain315 (95)[3],[4]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2004-2012Drapeau : France France49 (10)
Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
2012-2019
2020-
Stade toulousain (avants)
Drapeau : France France (avants)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 24 mai 2019.

William Servat, né le à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), est un joueur international français et entraîneur de rugby à XV. Joueur, il évolue au poste de talonneur au sein du club français du Stade toulousain durant toute sa carrière.

Sa puissance, son endurance, sa combativité, sa vitesse moyenne importante pour un talonneur, son explosivité et sa hargne dans le combat, le font considérer comme l'un des meilleurs joueurs à son poste. Il possède un riche palmarès, ayant remporté deux fois le Tournoi des Six Nations en 2004 et 2010 (grand chelem), trois fois la coupe d'Europe en 2003, 2005 et 2010 et cinq fois le championnat de France (1999, 2001, 2008, 2011 et 2012).

Il devient entraîneur des avants du Stade toulousain à l'été 2012. Il quitte cette fonction en 2019, après un nouveau titre de champion de France, pour devenir entraîneur des avants du XV de France en 2020.

FormationModifier

William Servat ne commence le rugby qu'en niveau cadet, initialement au poste de troisième ligne centre[5], au Mazères Cassagne Sports[6]. Il quitte Salies-du-Salat où il a passé son enfance[7] pour entrer en sport études au lycée Jolimont et rejoint le Stade toulousain en 1993. Il est scolarisé au lycée Bellevue de Toulouse, remporte plusieurs titres amateurs, puis obtient un DEUG en sciences et techniques des activités physiques et sportives après un bac scientifique[6].

Carrière sportiveModifier

1999 - 2005 : débuts prometteursModifier

William Servat effectue son premier match en équipe Une du Stade toulousain en 1999, alors qu'il ne signe son premier contrat professionnel qu'en 2000[6].

Le 24 mai 2003, il est remplaçant avec le Stade toulousain en finale de la Coupe d'Europe au Lansdowne Road de Dublin face à l'USA Perpignan. Il doit remplacer Yannick Bru dès la 14e minute, et les Toulousains s'imposent 22 à 17 face aux Catalans et deviennent ainsi champions d'Europe. La saison suivante, il joue de nouveau la finale de la Coupe d'Europe qui se déroule cette fois au Stade de Twickenham à Londres face aux London Wasps. Il est titularisé en première ligne avec Patrice Collazo et Jean-Baptiste Poux, puis cède sa place à Yannick Bru à la 59e minute. Les Anglais l'emportent 27 à 20, à la suite d'une erreur de Clément Poitrenaud, empêchant les Toulousains de gagner un deuxième titre consécutif.

Il dispute son premier match en équipe de France le 14 février 2004 contre l'équipe d'Irlande[8], puis 15 autres matchs entre 2004 et 2005.

En 2005, les Toulousains arrivent à se qualifier une troisième fois consécutive en finale de Coupe d'Europe face au Stade français. William Servat est de nouveau titulaire au côté de Jean-Baptiste Poux et Omar Hasan, puis remplacé à la 65e minute par Yannick Bru. Les Haut-garonnais sont de nouveau champion d'Europe en s'imposant 12 à 18 après prolongation.

2005 - 2007 : blessure et années blanchesModifier

Il a subi une grave blessure au dos en 2006 qui l'a obligé à se reconvertir dans un premier temps au poste de troisième ligne centre avant de retrouver par la suite son poste habituel. Depuis son retour à l'occasion du match Stade toulousain-Ulster le 20 janvier 2007, il enchaine les performances de haut niveau et retrouve finalement l'équipe de France le 3 février 2008 pour le premier match du Tournoi des Six Nations 2008 face à l’Écosse.

2008 - 2012 : renouveauModifier

 
William Servat en 2012 à la charge face à Semisi Telefoni du SU Agen.
 
W. Servat pendant la Coupe du Monde 2011

Il est le talonneur titulaire du XV de France lors de la coupe du monde 2011. En février 2012, il annonce que la saison 2011-2012 sera sa dernière en tant que joueur, et qu'il prendra en charge l'entraînement des Avants du Stade Toulousain à partir de la saison suivante, en remplacement de Yannick Bru, parti rejoindre l'équipe de France. Blessé au printemps, William Servat revient juste à temps pour participer aux phases finales. Il est titulaire lors de la demi-finale jouée au Stadium de Toulouse face à Castres puis en finale au Stade de France à Paris, pour ce qui aurait dû être son dernier match en tant que joueur. Le Stade toulousain remporte le match, notamment grâce à une belle prestation de Servat en mêlée fermée. Ses coéquipiers lui rendent hommage en le laissant aller brandir le bouclier de Brennus en premier. William Servat finit donc sa carrière de joueur sur une finale remportée.

En juin 2012, il participe à la tournée des Barbarians français au Japon pour jouer deux matchs contre l'équipe nationale nippone à Tokyo[9]. Il est capitaine de l'équipe pour cette tournée. Les Baa-Baas l'emportent 40 à 21 puis 51 à 18.

2012 : Fin de carrière de joueur et reconversion en tant qu'entraîneurModifier

 
Guy Novès, ici en 2012, fut son entraîneur de 1999 à 2012 au Stade toulousain, avant de le choisir comme adjoint de 2012 à 2015 dans ce même club.

Après la finale gagnée par le stade toulousain contre le Rugby club Toulonnais (18-12), William Servat décide de mettre fin à sa carrière. Il est alors nommé au poste d’entraîneur des lignes avants au sein du Stade toulousain, succédant à son ancien coéquipier Yannick Bru auprès de Guy Novès.

Cependant, William Servat rechausse les crampons lors du choc des stades au Stade de France le 27 octobre 2012 pendant 43 minutes et sort sous l'ovation du public. Le 1er novembre 2012, il est de nouveau titulaire contre le Racing Métro 92 à Ernest-Wallon ; il joue aussi le 22 décembre 2012 au Stade des Alpes contre le FC Grenoble, le 30 décembre contre Castres, ou encore le 5 janvier 2013 au Stade Guy-Boniface contre Mont-de-Marsan où il inscrit le seul essai du match.

En novembre 2012, il est sélectionné dans l'équipe des Barbarians français pour affronter le Japon au Stade Océane du Havre et est désigné capitaine de l'équipe[10]. Les Baa-Baas l'emportent 65 à 41.

Au total, il joue 14 matchs lors de la phase régulière de championnat dont 11 en tant que titulaire, et inscrit 2 essais.

En 2015, Guy Novès quitte le Stade toulousain pour devenir le sélectionneur du XV de France. Fabien Pelous et Ugo Mola, respectivement nouveau directeur sportif et nouvel entraîneur en chef, choisissent de conserver les entraîneurs-adjoints Jean-Baptiste Élissalde et William Servat dans le nouveau staff. En 2016, Jean Bouilhou, coéquipier de Servat de 1999 à 2013, revient au club pour l'épauler dans le secteur de la touche. En 2017, Fabien Pelous et Jean-Baptiste Élissalde quittent l'encadrement de l'équipe première mais Servat est conservé comme entraîneur des avants auprès d'Ugo Mola.

En 2018, Régis Sonnes rejoint le Stade toulousain en tant qu'entraîneur en chef du club au côté d'Ugo Mola. William Servat conserve sa place d'entraîneur adjoint responsable des avants, et en particulier de la mêlée, auprès des deux hommes. Le club remporte le Bouclier de Brennus à l'issue de cette saison.

En novembre 2018, il est choisi pour entraîner les Barbarians français — qui est désormais l'équipe réserve du XV de France —,avec Ugo Mola pour une rencontre contre les Tonga au Stade Chaban-Delmas de Bordeaux[11], un match perdu 38-49[12].

En novembre 2019, il intègre le nouvel encadrement de l'équipe de France dirigé par le sélectionneur Fabien Galthié. Il apporte son expertise en mêlée et est co-responsable de la conquête avec Karim Ghezal, spécialiste de la touche[13].

Bilan par saison en tant qu'entraîneurModifier

Saison Club Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2012 - 2013 Stade toulousain   Top 14 Avants - Joueur 3e, éliminé en demi-finale Éliminé en poule Éliminé en quart-de-finale
2013 - 2014 Stade toulousain   Top 14 Avants 4e, éliminé en barrages Éliminé en quart-de-finale -
2014 - 2015 Stade toulousain   Top 14 Avants 3e, éliminé en demi-finale Éliminé en poule -
2015 - 2016 Stade toulousain   Top 14 Avants 5e, éliminé en barrages Éliminé en poule -
2016 - 2017 Stade toulousain   Top 14 Avants 12e Éliminé en quart-de-finale -
2017 - 2018 Stade toulousain   Top 14 Avants 3e, éliminé en barrages - Éliminé en poule
2018 - 2019 Stade toulousain   Top 14 Avants Champion de France Éliminé en demi-finale -

PalmarèsModifier

En clubModifier

En équipe nationaleModifier

En coupe du monde :

Coupe du mondeModifier

Édition Rang Résultats France Résultats W.Servat Matchs W.Servat
Nouvelle-Zélande 2011 Finaliste 4 v, 0 n, 3 d 4 v, 0 n, 3 d 7/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

En tant qu'entraîneurModifier

Style, reconnaissance et activité en dehors du rugbyModifier

En 2010, il figure à la fois, en mai, parmi la Dream Team européenne de l'European Rugby Cup (ERC), à savoir la meilleure équipe-type des compétitions des clubs européens au cours des 15 dernières années[14] et en décembre 2010, dans le XV mondial de la revue Rugby World, où il est le seul joueur européen représenté[15]. Malgré cela, il est reconnu pour son humilité et sa modestie[15].

En dehors du rugby, il possède, avec deux de ses anciens coéquipiers, Trevor Brennan et Salvatore Perugini, un bar-restaurant à Toulouse[15].

RéférencesModifier

  1. a b et c « Effectif - William Servat », sur www.stadetoulousain.fr, Stade toulousain (consulté le 28 août 2016)
  2. « William Servat, alias "la bûche" », sur www.lexpress.fr, L'Express (consulté le 8 novembre 2011)
  3. Philippe Lauga, « Florian Fritz au Panthéon du Stade Toulousain », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 15 juin 2014).
  4. « William Servat », sur www.itsrugby.fr (consulté le 12 octobre 2011)
  5. C. L., « William Servat ça plane pour lui », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,
  6. a b et c « Musée du Stade toulousain 1999-2007 - William Servat », sur stadetoulousain.fr
  7. « William Servat, un rugbyman au pays du basket et du foot », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  8. " « Six Nations - Stade de France, 14 February 2004, 13:00 GMT, 14:00 Local », sur ESPN scrum
  9. « Daan Human forfait pour la tournée des Barbarians au Japon », sur www.lerugbynistere.fr, (consulté le 26 novembre 2016).
  10. « La composition du XV des Barbarians Français contre le Japon », sur www.lerugbynistere.fr, (consulté le 24 novembre 2016)
  11. « Mola et Servat à la tête des Barbarians », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 17 septembre 2018).
  12. « Barbarians Français – Tonga : 38-49 », sur ffr.fr (consulté le 26 décembre 2018).
  13. « Une histoire d’hommes ! », sur www.ffr.fr, (consulté le 13 novembre 2019).
  14. Angelina Lacroix, « Annonce des lauréats des Prix ERC15 », sur ercrugby.com, ERC, (consulté le 17 mai 2010)
  15. a b et c Xavier Thomas, « William Servat, "talon" d'or », La Dépêche, (consulté le 10 janvier 2011)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :